Je suis un aventurier - The Far Country - Anthony Mann - 1954

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Vin
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5350
Localisation : Paris/Touraine

Je suis un aventurier - The Far Country - Anthony Mann - 1954

Messagepar Vin » 15 août 2009 10:42

Je crois que nous sommes un peu tous à côté de cette quintuple critique, mais j’ouvre malgré tout les sujets sur les trois derniers Mann/Stewart.
A vous.
:wink:
Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2556

Re: Je suis un aventurier-the far country- Anthony Mann,1954

Messagepar musselshell » 15 août 2009 16:17

Allons-y à l'emporte-pièce, puisque de toutes façons, ce débat est un peu raté...probablement le type même de la fausse bonne idée...
A mes yeux, the Far Country est le plus beau Mann avec Man of the West...ce n'est pas le plus profond, pas le plus subtil sur le plan psychologique, pas le plus maîtrisé en matière d'image. The Man from Laramie l'emporte au moins sur deux critères. Non, c'est juste le plus beau. Une espèce d'équilibre parfait entre l'aventure couplée à la soif d'espace et la vulnérabilité d'un héros qui se fuit lui même en ignorant les autres et la collectivité...Le personnage de Jeff Webster est limite, je dis bien "limite" ,caricatural, pas tant à cause du jeu de Stewart qu'à cause de l'entourage, qui semble comme dégoupiller la vraisemblance de l'obsession autarcique du héros...quelque part, on y croit pas...en cet autonomie et cet égoïsme forcenés...Aussi parce que le héros l'exprime toujours ouvertement, toujours explicitement ("I can take care of myself"..."none of our business"...)...Les thèmes, eux aussi sont quasiment explicités par les protagonistes (la solidarité/ l'égoisme, la complicité Webster/Gannon, entre autres...).
Et pourtant...le film est jubilatoire, beaucoup plus que Winchester 73, qui se veut tel...plus que tous les autres, qui traitent d'autre chose que de jubilation. Jubilation qui n'est pas non plus le "sujet" ou l'objet du film...A quoi çà tient?
A l'équilibre parfait entre tous les paramètres, sûrement...A un souffle qui met au second plan l'"appuyé" pour faire parler le mouvement, comme dans un rêve...
Le final, de Stewart dans sa cabane enlevant ses bandages au plan sur la clochette de Ben...j'en parle pas. Il y a là un des plus beaux "morceaux de temps" de Mr James Stewart.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
Alec Longmire
Convoyeur de bétail
Messages : 241

Re: Je suis un aventurier - The Far Country - Anthony Mann - 1954

Messagepar Alec Longmire » 18 août 2009 12:13

Oui, c'est vrai qu'il est beau, tout simplement, ce film, toutefois je lui trouve quelques défauts, soulignés d'ailleurs par Musselshell (eh oui, le boulot est déjà fait, je ne forcerai pas trop sur ce coup-là :mrgreen: )

Même si c'est bien amené par tout le déroulement du film, j'ai toujours trouvé l'attitude de Stewart et son retournement à la fin un peu brusque, presque trop convenue : on sent le besoin du happy end pour sauver la moralité du westerner de légende qu'est James Stewart. A ce niveau-là, Mann dans Winchester 73, bien que antérieur, prenait plus de risques en qualifiant lui-même Stewart d'assassin et en le mettant au même plan que le "bad man"...
De ce fait, il n'a pas, je pense, l'ampleur de L'homme de la plaine concernant la complexité du scenario et des personnages.
Jubilatoire, il est vrai qu'il l'est également, bien que pour ma part il soit un ton en-dessous de Winchester 73.

Allez, c'était également pour fournir un avis différent, il est vrai que la fin est tout de même somptueuse (sans parler du milieu et du début :num1 ), avec le coup de la clochette et le duel dans la nuit, qui vaut son pesant d'or...

Avatar du membre
swearengen
Cavalier masqué
Messages : 169

Re: Je suis un aventurier - The Far Country - Anthony Mann - 1954

Messagepar swearengen » 21 août 2009 9:35

Comme de temps en temps, James Stewart a l'air serein et sûr de lui (sauf à la fin), entouré de bandits sans foi ni loi, alors qu'il a une tête de jeune premier. On pourra juger, moi je suis plutôt habitué alors ça passe.
Je trouve très intéressant le rôle de Gannon, assez réaliste son côté "je profite de l'ouest pour m'enrichir". En tous cas plus que certains bad guys, plantés dans des films où seule la réputation d'un homme compte. En ça, c'est un Swearengen !
Paysages magnifiques. Et surtout quel plaisir de retrouver "Stumpy", W. Brennan, que j'adore dans les second rôles western.

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2170
Contact :

Re: Je suis un aventurier - The Far Country - Anthony Mann - 1954

Messagepar tepepa » 29 août 2009 13:47

Pour moi ce western d'Anthony Mann, avec L'homme de la Plaine, est une excellente passerelle vers le monde du western, le film pour ceux qui ne connaitraient que les Leone et les Clint Eastwood, et qui voudraient découvrir autre chose. J'aime ce gunfight final étonnant de modernité : les hommes se ratent, se blessent atrocement, se tirent dans les jambes, sans gestuelle étudiée, sans virtuosité. Jack Elam (si c’est bien lui) y passe froidement. Et avant le règlement de compte, ce cheval qui avance lentement, caméra dans les pattes, et la clochette qui sonne qui sonne… c’est beau comme du spaghetti, mais du spaghetti avec de l'humain derrière, avec du contexte, même si c'est vrai que le revirement final et attendu du héros arrive presque trop brusquement. Mais on peut s'arrêter aussi à cet aspect démonstratif des choses, c'est noir, c'est violent, c'est tragique (la mort de Stumpy), et ça suffit. Le mystère qui reste derrière, ce petit supplément d'âme qui signe les grands films, je me demande bien s'il est vraiment analysable.


Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités