Jean Peters (1926–2000)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3366

Jean Peters (1926–2000)

Messagepar james » 08 sept. 2004 22:06

Il est vraies que sa contribution dans le genre western s'est limiteé que a trois films mais qui sont assez bon surtout le premier,mais le deuxième voué au lynchage de son realisateur edward dmytryk je pense qu'il faut lui accordé notre credit car ce western epique merite a mon sens beaucoup mieux que les critiques nephaste just-apposé jusqu'a present.

Jean peters commence sa carrière très tard après etre venu a hollywood après avoir gagneé un concours de beauteé a l'universoteé,et d'emblé la fox le fait signeé un fabuleux contrat qui vas l'imposeé au coteé d'un certain tyrone power.

Admirable dans le film de pirate la flibustière des antilles au coté de louis jourdan elle n'en fut pas moins etonnante dans capitaine de castille ou viva zapata.

Jean peters declaras en 1972 ma seule erreur fut d'epousé ce malade de hugues qui ne pense qu'a ces interet et a ces joujoux,je faisais partis de son amusement...... en effet l'actrice fut marieé a cette ecxentrique durant pret de 14 ans laissant de coteé le cinéma ce qui aurait très bénéfique pour sa carrière ,préferant menez la grande vie avec le destructeur de la RKO et patron de la twa.

Après 1972 jean peters menéra une carrière a la TV s'en reelement s'imposée mais en gagnant sa vie comme elle l'aimait a le dire...

Voici sa filmographie western:

:arrow: Broken Lance (la lance briseé)1954
:arrow: Apache (bronco apache)1954
:arrow: viva zapata..1952

vala,james :wink:


Image
Image
Image
Image
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3366

Re: Jean peters.

Messagepar james » 09 sept. 2004 12:36

Tiens j'ai revu ce western,toujours aussi content d'y retrouvez une distribution assez complémentaire:
Image
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

dan duryea
Hors-la-loi
Messages : 608
Localisation : lyon

Messagepar dan duryea » 11 nov. 2004 16:21

Une actrice réellement très belle !!! :D

Avatar du membre
TheVoice
Cavalier solitaire
Messages : 103

Messagepar TheVoice » 06 janv. 2005 21:22

dan duryea a écrit :Une actrice réellement très belle !!! :D


Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15146
Localisation : Canada
Contact :

Les actrices qui nous ont fait rever: Jean Peters

Messagepar metek » 16 mars 2008 19:00

[youtube]<object width="425" height="355"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/GLkwzPn7gKs&hl=en"></param><param name="wmode" value="transparent"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/GLkwzPn7gKs&hl=en" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="425" height="355"></embed></object>[/youtube]

Image
Elizabeth Jean Peters, dite Jean Peters est une actrice américaine, née en 1926. Elle a vingt ans quand elle tourne Capitaine de Castille sous la direction de Henry King. Le succès du film en fait une des actrices cotées, dans le Hollywood d’après-guerre. Elle est décédée le 13 octobre 2000 des suites d’une leucémie.

Jean Peters (Elizabeth Jean Peters) est née le 15 octobre 1926 à Canton (État de l’Ohio). A l’âge de 20 ans, elle est élue miss Ohio, concours dont le prix est un voyage à Hollywood. Engagée par la Twentieth Century Fox, elle débute dans Capitaine de Castille, un film de Henry King, d’après le roman de Samuel Shellabarger, dans lequel elle a pour partenaire Tyrone Power. Le triomphe de cette première apparition lance sa carrière.

Le succès de ce premier film lui permet de tourner sans discontinuer jusqu’en 1955. En 1948, c’est Deep Waters avec le même Henry King qui la dirigera une fois encore dans Wait Till The Sun Shines, Nellie!, en 1952. En 1949, elle tourne It Happens Every Spring de Lloyd Bacon et en 1950 Ma brute chèrie de Alexander Hall. Pour Jacques Tourneur, elle est la La Flibustière des Antilles, un film d’aventure tiré du roman de Herbert Ravenel Sass, en 1951. Cette même année on la retrouve dans Take Care of My Little Girl de Jean Negulesco et Rendez-moi ma femme de Harmon Jones, avec aussi Marilyn Monroe. L’année suivante elle apparaît dans quatre films dont la fresque Viva Zapata ! de d’Elia Kazan, aux côtés de Marlon Brando et Anthony Quinn. La Sarabande des pantins est un film à sketches dont The Last Leaf, réalisé par Negulesco. Avec le même réalisateur la met à l’affiche de Prisonniers du marais, puis elle enchaîne avec Le Port de la drogue de Samuel Fuller dans lequel elle donne la réplique à Richard Widmark. En 1953, après Vicky de Harry Horner, c’est Niagara de Henry Hathaway où elle retrouve Marilyn, un film policier qui a pour cadre les célèbres chutes. L’année suivante, dernier film avec Negulesco, La Fontaine des amours et deux westerns : La Lance brisée d’Edward Dmytryk avec Spencer Tracy, Robert Wagner et Richard Widmark, un remake de La Maison des étrangers et Bronco Apache de Robert Aldrich, un film pro-indien dont Burt Lancaster et Charles Bronson font partie de la distribution. En 1955, sa carrière cinématographique s’achève avec A Man Called Peter de Henry Koster.

En 1957, elle épouse le milliardaire Howard Hughes dont elle divorce quinze ans plus tard pour se remarier avec le producteur et directeur de la Fox, Stanley Hough. Entre 1973 et 1981 elle ne fait que quelques apparitions à la télévision. Elle est décédée le 13 octobre 2000 des suites d’une leucémie à Carlsbad (Californie).



Image
ImageImage
Image
Quelque uns de ses meilleurs films: :wink:
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
ImageImage

Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12417
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Les actrices qui nous ont fait rever: Jean Peters

Messagepar lasbugas » 05 oct. 2010 20:24

Image
Image

DEMERVAL
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10067

Re: Jean Peters

Messagepar DEMERVAL » 20 janv. 2014 19:00

Elizabeth Jean Peters est née le 15 octobre 1926 à East Canton, Ohio. Elle était la fille d’Elizabeth et Gerald Peters, le manager d’une blanchisserie. Elevée dans une petite ferme à Canton, Jean Peters fréquenta le lycée d’East Canton, puis l’Université du Michigan et plus tard, l’université de l’état de l’Ohio, où elle étudia pour devenir professeur de littérature. Alors qu’elle faisait des études dans ce sens, elle participa au concours de miss Ohio à la fin de 1945. Des douze finalistes, Jean Peters fut déclarée gagnante. Sponsorisé par le photographe Paul Robinson de la "House of Portraits", son prix fut un bout d’essai avec la 20th Century-Fox.
En tant que son agent, Paul Robinson l’accompagna à Hollywood et l’aida à signer un contrat de 7 ans avec la Fox. Elle quitta l’université pour devenir une actrice, une décision que plus tard, elle regrettera. A la fin des années 1940, elle retourna à l’université, entre deux tournages, pour obtenir son diplôme.
Il fut annoncé que dans son premier film, I Wonder Who's Kissing Her Now (1947), elle devrait ironiquement interpréter un "vilain petit canard", affublé de “fausses taches de rousseur et de lunettes à monture d’écaille”. Finalement elle se retira du film. En outre, elle fut testée en 1946 pour le rôle d’une jeune fermière dans Scudda Hoo! Scudda Hay! (1948) mais finalement le studio estima que le rôle n’était pas pour elle.
Suite à son éviction de Scudda Hoo! Scudda Hay!, Jean Peters fut sélectionnée pour remplacer Linda Darnell dans le rôle féminin principal de Capitaine de Castille (1947) face à Tyrone Power, quand Linda Darnell fut réaffectée à la production d’Ambre pour sauver le film. Bien qu’à cette époque, elle n’avait toujours pas fait ses débuts à l’éctran, Jean Peters fut énormément promue et reçut le traitement d’une star durant le tournage. Capitaine de Castille fut un énorme succès et Leonard Maltin écrivit qu’après ce film, Jean Peters passa la nouvelle décennie à jouer "les têtes chaudes sexy souvent dans des films historiques et les westerns." Elle se vit offrir un rôle similaire dans le western Yellow Sky (1948), mais elle refusa le rôle, arguant qu’il était trop sexy. En résultat, le studio, frustré par son obstination, la suspendit pour la première fois.
Pour son second film, Deep Waters (1948), que Jean Peters tourna à la fin 1947, elle fut réunie avec son réalisateur de Capitaine de Castille, à savoir Henry King. Sur cela, elle commenta : "C’est vraiment une chance pour moi parce qu’il sait où il va et ce qu’il veut et naturellement je lui fais confiance.” Le film n’eut pas autant de succès que Capitaine de Castille, mais Jean Peters fut de nouveau remarquée. Elle fit partie des 5 meilleures trouvailles de l’année, parmi Barbara Bel Geddes, Valli, Richard Widmark et Wanda Hendrix. Elle fut ensuite commise pour être la co-star de Clifton Webb dans Mr. Belvedere Goes to College (1949), mais Shirley Temple la remplaça finalement.
Début 1949 elle signa pour interpréter la petite amie de Ray Milland dans It Happens Every Spring (1949). Pour le rôle, elle offrit de teindre ses cheveux mais le studio refusa. Bien que le film fut un succès, toute la gloire échut à Ray Milland.
Ensuite, elle fut la vedette aux côtés de Paul Douglas du film historique, Ma Brute Chérie (1950), pour lequel elle dut porter une robe avec laquelle elle ne pouvait pas s’asseoir. Le film fut originellement intitulé Turned Up Toes et Jean Peters fut castée pour le film en juin 1949, peu de temps après la sortie de It Happens Every Spring. Pour se préparer pour une scène où elle devait chanter et danser, Jean Peters prit quelques leçons avec le professeur de danse de Betty Grable.
Dés 1950, Jean Peters était presque oubliée par le public, même si elle avait joué quelques rôles consistants depuis 1947. A la fin de 1950, elle fut même castée dans un rôle d’appoint d’une collégienne dans Take Care of My Little Girl (1951), un film destiné à mettre Jeanne Crain en évidence. Selon un article de presse, le rôle lui fut donné par Jean Negulesco qui avait été impressionné par son habileté à coudre. Elle fut un jour célébre pour avoir incarné une petite paysanne, mais en grandissant, le studio ne lui trouva plus de rôles à son acabit.
Sur son insistance, on lui octroya en 1951, le rôle d’Anne of the Indies, qui fut, selon la presse, le rôle qui lui permit d’atteindre la notoriété. Avant sa sortie, elle avait été castée dans Viva Zapata! (1952) face à Marlon Brando dans un rôle qui fut détenu par Julie Harris et elle était prête pour interpréter le rôle titre du film dramatique, Wait Till the Sun Shines, Nellie (1952). Ce fut la première fois depuis le début de sa carrière que Jean Peters reçut beaucoup de publicité. Alors qu’elle tournait Anne of the Indies à Hutchinson, Kansas, Jean Peters fut honorée par l’octroi du titre de 'Miss Wheatheart of America'.
En 1953, le réalisateur Samuel Fuller choisit Jean Peters à la place de Marilyn Monroe pour le rôle de Candy dans Pickup on South Street, affirmant qu’il pensait que Jean Peters avait le bon mélange du sex appeal et du dur langage de rue qu’il recherchait. Marilyn Monroe, dit-il, avait l’air trop innocent pour le rôle. Shelley Winters et Betty Grable avaient auparavant été pressenties pour le rôle mais les deux l’avaient refusé. Malgré le statut de sex symbole de son personnage, Jean Peters ne fut pas effrayée par le rôle. Elle préférait jouer des rôles ayant plus les pierres sur terre, des rôles sans glamour, au contraire de ce qu’elle avait incarné dans Anne of the Indies (1951), Viva Zapata! (1952) et Lure of the Wilderness (1952).
Pour Pickup on South Street, on lui conseilla de décolorer ses cheveux mais elle refusa, afin d’éviter toute comparaison avec Shelley Winters ou Betty Grable. Elle accepta néanmoins d’adopter une dégaine sexy pour le rôle. Pour approfondir la compréhension du rôle de sirène, elle suivit les conseils de Marilyn Monroe. Jean Peters confessera plus tard qu’elle aima faire le film, mais elle annonça dans une interview qu’elle ne souhaitait plus interpréter un tel rôle. Elle serait censée avoir dit: "[Pickup on South Street] fit du bien à ma carrière, mais cela ne veut pas dire que je vais m’affubler d’un pull-over collant et d’une jupe et déambuler avec. Je ne suis pas ce genre de femme. Sur Marilyn Monroe, cela va très bien. Sur moi, ça ne ressemble à rien."

Jean Peters et Marilyn Monroe furent toutes deux les vedettes en 1953 du film noir, Niagara. C’était leur première collaboration. En 1951, elle avaient toutes deux eu un second rôle dans As Young as You Feel. Dans Niagara, Jean Peters remplaça Anne Baxter, avec qui elle avait été la vedette du film anthologique O. Henry's Full House (1952). Le tournage de Niagara eut lieu à l’été 1952. Le personnage interprété par Jean Peters était initialement le rôle principal du film, mais le long métrage devint finalement un film promotionnel pour Marilyn Monroe, qui avait, à cette époque, plus de succès qu’elle.
Son troisième film en 1953, A Blueprint for Murder, la réunit avec Joseph Cotten, avec qui elle avait joué dans Niagara. Elle fut castée pour ce film en décembre 1952 et elle dit à la presse qu’elle allait aimer ce film car il lui permettrait de chanter. Peu de temps prés la première en juillet 1953, son contrat fut renouvelé pour deux ans.
Un autre film de 1953 dans lequel Jean Peters joua, fut le film noir Vicki. Le synopsis du film, qui était le remake de I Wake Up Screaming, avait été acheté par le scénariste Leo Townsend, spécialement pour Jean Peters. Leo Townsend dit qu’il avait choisi Jean Peters pour ce rôle en décembre 1952, parce qu’elle était l’une des plus grandes sirènes qu’il avait jamais vue."
Ensuite, Jean Peters fut appelée pour remplacer Jean Crain dans le film, Three Coins in the Fountain (1954), qui fut tourné en décors naturels en Italie à la fin de 1953. Jean Peters ne fut pas satisfaite du rôle et dit en septembre 1953 dans une interview : "Quand j’ai ouï dire que Dorothy McGuire, Clifton Webb et Maggie McNamara allaient être dans le film, j’ai pensé que j’allais finalement avoir le type de rôle qui me plait. Ils semblaient être de bonne compagnie, mais quand je suis arrivée en Italie et que j’ai lu le script, j’ai découvert que j’allais de nouveau être cantonnée à un rôle truculent. Le scénario me faisait quasiment mourir écrasée par un camion fou.” Cependant, le film devint un grand succès qui mit de nouveau Jean Peters devant les projecteurs.
En 1954 elle tourna dans d’autres films dont Bronco Apache et La Lance Brisée. Alors que La Lance Brisée n’attira guère l’attention sur elle, elle fut acclamée par les critiques pour sa performance dans Bronco Apache, l’un des critiques allant jusqu’à la remercier pour "l’excellente vision qu’elle donnait d’elle-même", tout en déclarant qu’elle était "sur le chemin de devenir l’une des meilleures jeunes actrices d’Hollywood."
Après son mariage avec Howard Hughes, Jean Peters se retira des écrans, son ultime film étant A Man Called Peter (1955). Après la sortie d’ A Man Called Peter, elle refusa plusieurs rôles, un comportement qui lui valut d’être suspendue.
Ayant décidé qu’elle en avait eu assez, elle quitta la Fox pour se focaliser sur sa vie privée. Le producteur Jerry Wald essaya bien de la dissuader de quitter Hollywood au début 1957, mais il n’eut guère de succès. Elle fut encouragée par Howard Hughes dans son désir de mettre fin à son métier d’actrice et annonça fin 1957 qu’elle désirait devenir productrice.
En mars 1959, on annonça que Jean Peters était prête à revenir devant les caméras pour un rôle d’appoint dans The Best of Everything. Finalement elle n’apparut pas dans ce film et ne produisit jamais un film.
En 1970, on parla de nouveau de son éventuel retour dans 3 films et une série TV hebdomadaire pour la saison 1970-1971. A la place, elle fit son retour dans un TV film, Winesburg, Ohio (1973). Elle ne fut pas positive au sujet de ce film, affirmant: "Je ne suis pas satisfaite de ma prestation dans ce film. Je l’ai trouvée plutôt creuse.” Le verdict fut surprenant, car, quand elle accepta le rôle, elle était enthousiaste sur ce projet, en disant: "J’aime beaucoup le scénario. C’est le bon moment pour moi. Je n’aurais plus à prétendre que je suis une fille glamour." En outre, sa co-star, William Windom était foncièrement positif à l’idée de travailler avec Jean Peters, disant qu’elle était "chaleureuse, amicale et charmante sur le plateau."
En 1976, Jean Peters décrocha un second rôle dans la minisérie TV, The Moneychangers. Quand on lui demanda pourquoi elle avait accepté le rôle, elle répondit: "Dieu seul sait pourquoi. Un moment de folie, je pense. Je suis allé voir mon vieil ami, Ross Hunter, qui produisait The Moneychangers pour la NBC-TV, et il me demanda si je voulais jouer dedans. Cela m’a semblé un jeu. C’est un beau rôle – pas trop grand – et j’ai beaucoup d’admiration pour Christopher Plummer avec qui je joue."
Ensuite, Jean Peters apparut en 1981 dans le TV film, Peter and Paul, produit par son mari et fut la guest star d’ Arabesque en 1988, ce qui fut son dernier rôle.
Après avoir décroché un contrat à Hollywood, Jean Peters y déménagea, initialement chez sa tante, Melba Diesel. Dès le début de sa carrière, Jean Peters admit ouvertement qu’elle n’aimait pas la popularité, expliquant que sa vie privée lui avait fait croître une haine des foules. Ses co-acteurs à la Fox se rappellèrent qu’elle prenait sa carrière très au sérieux. Jeanne Crain dit au sujet de Jean Peters qu’elle était "tout sauf une fêtarde". Malgré ses démêlés avec le studio, Jean Peters était appréciée des autres acteurs.
Un biographe se rappela : "Durant toutes les recherches que j’ai entreprises pour écrire ce livre, personne ne dit un mot méchant à son encontre et cela n’est pas commun." Jean Peters était une proche amie de Marilyn Monroe, qui travaillait aussi pour la Fox. Les autres acteurs qui comptèrent parmi ses amis durant sa carrière, furent Joseph Cotten, David Niven, Ray Milland, Marie McDonald et particulièrement Jeanne Crain.
L’acteur et soldat Audie Murphy affirma avoir eu une idylle avec Jean Peters en 1946, avant qu’elle ne rencontrât Howard Hughes. En 1954, Jean Peters épousa le magnat texan du pétrole, Stuart Cramer. Avant qu’ils ne se marient, ils ne se connaissaient que depuis quelques semaines, et ils se séparèrent quelques mois après leur union. On épilogua beaucoup sur son retrait des écrans, mais l’actrice insista beaucoup sur le fait qu’après sa mise à pied de 8 semaines par la Fox, elle avait l’intention de revenir à Hollywood.
En 1957, après son divorce d’avec Stuart Cramer, Jean Peters épousa Howard Hughes, peu de temps avant qu’elle ne disparaisse de le vie publique pour devenir une excentrique recluse. Le couple s’était rencontré dans les années 1940, avant que Jean Peters ne devienne une actrice. Ils vécurent une romance très médiatisée en 1947 et déjà ils avaient parlé de mariage, mais elle estima qu’elle ne pouvait pas mener de front sa carrière et un mariage avec Howard Hughes. D’aucuns assurèrent plus tard que Jean Peters avait été "la seule femme que Hughes ait jamais aimée" et qu’il la fit suivre partout où elle allait par ses gardes du corps, même lorsque qu’ils ne furent plus ensemble. Ce fait fut confirmé par l’acteur Max Showalter, qui devint un proche ami de Jean Peters durant le tournage de Niagara (1953). Max Showalter raconta dans une interview en 2004 que, parce qu’il rencontrait fréquemment Jean Peters, les hommes de main d’Howard Hughes le menacèrent de ruiner sa carrière s’il ne la laissait pas tranquille.
Jean Peters se retira des plateaux durant son mariage, soit entre 1957 et 1971, et ne participa à aucun événement social ayant lieu à Hollywood durant cette période. Selon un article de 1969, elle vécut dans l’anonymat, malgré la constante protection des officiers de sécurité d’Howard Hughes. Vivre dans l’anonymat était facile, selon l’actrice, parce qu’”elle n’aimait pas le métier d’actrice”. On raconta plus tard que durant le mariage, Jean Peters fut fréquemment impliquée dans des activités diverses, telles que des oeuvres de charité, l’artisanat et des études universitaires de psychologie et d’anthropologie à l’UCLA.
En 1971, Jean Peters et Howard Hughes divorcèrent. Elle accepta une rente à vie de 70 000 dollars par an, indexée sur l’inflation et elle renonça à toutes prétentions sur ses biens immobiliers. Elle refusa toujours de parler de leur mariage dans les media, avançant qu’elle préférait se focaliser sur le présent que sur le futur. Elle admit plus tard qu’elle avait espéré ne pas être connue comme 'Mrs. Howard Hughes' pour le reste de sa vie, bien qu’elle réalisait que cela pouvait en être autrement: "Je suis réaliste. Je connais le score et je sais qui est la superstar."
Plus tard en 1971, Jean Peters épousa Stan Hough, un directeur de la 20th Century Fox. Elle fut son épouse jusqu’à la mort de Stan Hough en 1990. Jean Peters décéda des suites d’une leucémie le 13 octobre 2000 à Carlsbad, Californie, deux jours avant son 74ème anniversaire.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24012
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 20 janv. 2014 20:43

dis moi Demerval, tu passes en moyenne combien de temps pour traduire une telle bio ? :applaudis_6:



Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

DEMERVAL
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10067

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar DEMERVAL » 20 janv. 2014 22:07

Pour une bio comme celle-là il me faut une vingtaine d'heures de travail discontinu, car je passe à peu près une à deux heures par jour pour tenir les autres topics à jour. Les plus longues bio peuvent me prendre trois jours, notamment quand l'artiste à une filmographie de plusieurs centaines de titres qu'il faut éplucher un par un pour savoir si c'est ou non un western. La plus longue bio que j'ai fait pour le site, a été celle de Marlene Dietrich. Mais ne t'inquiètes pas, c'est un réel plaisir pour moi. Découvrir en même temps que vous, la vie de ces innombrables stars, est palpitant, surtout quand je sais que cela vous fait plaisir. :D :D :D :D :D

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24012
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 21 janv. 2014 19:58

DEMERVAL a écrit :Pour une bio comme celle-là il me faut une vingtaine d'heures de travail discontinu, car je passe à peu près une à deux heures par jour pour tenir les autres topics à jour. Les plus longues bio peuvent me prendre trois jours, notamment quand l'artiste à une filmographie de plusieurs centaines de titres qu'il faut éplucher un par un pour savoir si c'est ou non un western. La plus longue bio que j'ai fait pour le site, a été celle de Marlene Dietrich. Mais ne t'inquiètes pas, c'est un réel plaisir pour moi. Découvrir en même temps que vous, la vie de ces innombrables stars, est palpitant, surtout quand je sais que cela vous fait plaisir. :D :D :D :D :D


et ben !
:sm43: :sm44: :sm91: :beer1:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Madame S.
Trappeur
Trappeur
Messages : 3053
Localisation : Paris Dans le 91

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar Madame S. » 14 avr. 2015 18:22

Jean Peters
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
ImageImage
Image
Jean Peters -Joseph Cotten
ImageImage
Jean Peters & Max Showalter in Niagara
Image
Jean Peters and Richard Todd
ImageImage
-Jean Peters- In Wait Till the Sun Shines, Nellie
Image
Jean Peters Walter Brennan
Image
Jean Peters-Dana Andrews Cesar Romero
Image
Jean Peters Tyrone Power
Image

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7492

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar chip » 24 août 2015 16:47

Image
JEAN PETERS, photo pub pour " Apache " (bronco apache) (1954) de Robert Aldrich

Avatar du membre
LordDécadent
Marshall
Marshall
Messages : 2698
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar LordDécadent » 06 août 2020 18:41

Image
"Apache/Bronco Apache"en 1953.

Image
"Anne of the Indies/La Flibustière des Antilles" en 1951.

Image
"Captain From Castile/Capitaine de Castille" en 1947.

Image
http://www.carnet-noir-des-acteurs.com/2000

Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1491

Re: Jean Peters (1926–2000)

Messagepar Fabbordelais » 09 août 2020 14:24

Dans le genre western, c'est surtout dans Bronco Apache que je l'ai le plus apprécié comme actrice.


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : LordDécadent et 1 invité