La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 627
Localisation : 92 Spaghetti Ville

La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Messagepar edocle » 06 août 2008 13:38

La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Après avoir réalisé un grand nombre de westerns en Yougoslavie, les Allemands délocalisent vers l’Espagne, terre de tous les tournages en cette année 1966. Voilà donc une production Espagne - Allemagne dans laquelle les Italiens n’ont rien à voir pour une fois. Et ça se ressent.
En effet la première des choses que l’on perçoit quand on voit ce film est une impression de propreté. Alors que dans la majorité des westerns spaghetti, on est barbu, hirsute, crade, dans des villes poussiéreuses et délabrées, ici tout est propre et net !
Les décors sont resplendissants de peinture neuve, les costumes sont propres et bien repassés, le sol des villes est ratissé de frais, à tel point que l’on se croirait dans un western US où les cow-boy ont des plis à leur pantalon. Car avec la rigueur allemande, on est loin de la fantaisie et du réalisme italien.

Et tout cela se retrouve dans la réalisation de José Luis Madrid : dans la qualité de sa direction d’acteur, de sa mise en scène et de la photographie. Un bémol malgré tout pour ce point : les éclairages des extérieurs sont assurés ici par des jeux de miroirs reflétant le soleil et l’on voit parfois une lumière tremblotante sur le visage des acteurs. Les éclairagistes de Sergio Léone avaient pourtant imaginé dès 1963 d’éclairer avec les reflets de plaques de polystyrène pour éviter ce phénomène dans les gros plans.

L’intrigue comme le restant, est bien ficelée. Ce western policier est basé sur une question simple, qui est Johnny Ringo ? Et jamais nous n’aurons la réponse…mais on peut en discuter. Une ville de l’ouest, le shérif et ses adjoints essayent de débusquer un type enfermé dans une chambre d’hôtel. On comprend que c’est Johnny Ringo, mais on ne verra jamais son visage. Pour délivrer leur chef, la bande de Johnny prend en otage une famille, mais dans le combat qui suit, la maison brûle et les otages périssent. Johnny s’échappe et disparaît.
Le fils de cette famille Jason Conroy (Sieghardt Rupp), absent lors du massacre, recherche Johnny pour se venger. Il recherche un tireur d’élite. En ville Bea Bordet (Marianne Koch) tient un magasin d’armes et pour vendre le dernier modèle de colt à double action, elle fait appel à un marchand ambulant Sam Doble (Lex Baker) . Celui-ci n’est jamais armé, mais on sent vite que c’est un spécialiste qui refuse de porter une arme !
Il s’adjoint comme démonstrateur un tireur professionnel Clyde Smith (Joachim Fuchsberger) avec qui il sympathise vite. Tous les soupçons se portent vers eux, surtout qu’une coalition menée par Billy Monroe (Ralf Wolter) les désignent à la sœur survivante Cathy Conroy (Montserrat Porta ).
Mais voilà qui est Johnny Ringo ?
Tout se termine dans un bain de sang … Mais qui est Johnny Ringo ?

Tourné en extérieurs superbes à Fraga Calatayud, Montserrat, Castellbisbal, Papiol et au Poblado de Esplugas, ce film se laisse découvrir avec plaisir. Pour le voir, je ne pense pas qu’il y est d’autre solution que le DVD espagnol d’excellente qualité. Le film y est complet, au format et tiré à partir d’un master allemand parfait. ( Le master est allemand car les chansons du film ont été laissé dans cette langue, par contre je n’ai trouvé aucune trace d’un DVD allemand, mais peut-être ai-je mal fouiné…)

Alors, lançons le débat : Sam ou Clyde ? ou un troisième larron ?

Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Image
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
scorpio99
Hors-la-loi
Messages : 650
Localisation : A l'Ouest !

Re: La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Messagepar scorpio99 » 06 août 2008 14:11

edocle a écrit :Pour le voir, je ne pense pas qu’il y est d’autre solution que le DVD espagnol d’excellente qualité. Le film y est complet, au format et tiré à partir d’un master allemand parfait. ( Le master est allemand car les chansons du film ont été laissé dans cette langue, par contre je n’ai trouvé aucune trace d’un DVD allemand, mais peut-être ai-je mal fouiné…)

non effectivement tu as bien cherché amigo car il n'existe pas (à priori) de DVD allemand,
ni même d'autres sorties étrangères que l'Espagne :roll:.
:beer1:

en même temps avec un nom de réalisateur pareil José Luis MADRID c'était à prévoir :lol: !

rex lee
Caporal
Messages : 869

Re: La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Messagepar rex lee » 10 août 2008 6:21

Bravo pour ta critique , Edocle .Du coup , encore un à rajouter sur ma liste des films à me procurer !

rex lee
Caporal
Messages : 869

Re: La balade de Johnny Ringo ( La balada de Johnny Ringo ) – 1966 – José Luis MADRID

Messagepar rex lee » 27 déc. 2009 19:13

La question que tout le monde se pose est : qui est Johnny Ringo ?
Alors , bien sûr , jusqu'à son simulacre de mort , on ne voit pas son visage . Seule Béa , sa compagne , l' a vu . Béa , c'est Marianne koch , la fameuse Marisol de "Pour une poignée de dollars ".
Le capitaine Conroy ne croit pas à la mort du hors-la-loi et va engager Sam , un privé.
Conroy , c'est S. Rupp , le fameux Esteban Rodos du même Leone. Un rôle complètement différent .
Sam , c'est Lex Barker qui joue ici un personnage ambigu . Mais qui est Johnny Ringo ?
Durant son enquête , Sam s'éprend de la blonde Miss Carmichael ( Barbara Bold ) et se lie d'amitié avec un tireur d'élite , Clyde Smith. ( J. Fuchsberger ) Mais qui est Johnny R. ? Tout porte à croire que c'est Clyde . Tiens , au fait , Fuchsberger m'a vraiment fait penser à Stewart Granger . Même classe !
Lorsque débarque Béa dans la chambre de Sam-Lex Barker , elle se jette dans ses bras et l'appelle " JOHNNY "...Mais qui est J.Rin...Non , on sait !
Le tout est de savoir si Bea va laisser tuer Clyde ou si elle va dénoncer son amant....

Comme l'a dit Edocle , rien , dans ce film, ne fait penser au western all'italiana .
J 'ai bien aimé ce western , somme tout , original . :beer1:



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités