le cow boy des dolomites - 1997 - Fabrizio Favro

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
hugues
Squaw
Messages : 368
Localisation : reims

le cow boy des dolomites - 1997 - Fabrizio Favro

Messagepar hugues » 27 sept. 2007 14:38

Ce film est un émouvant documentaire de 45 mn sur l'acteur de western Pietro Martelanz (peter Martel). Il comprend de nombreux extraits de films et les témoignages de Mauro Bolognini, Maurizio Lucidi et bien sur Pietro Martelanz.

Martelanz était un garçon qui avait soif de liberté: rejeté par l'école ("les professeurs donnaient leurs notes par ordre alphabetique, mais moi j'étais toujours le dernier cité, après la lettre Z"), pas ranchement désiré par ses parents, il avait fui dès l'adolescence, son domicile familial. Se retrouvant en Allemagne à servir des saucisses frites, il avait réalisé ses premiers reves d'aventures en trouvant un cargo qui veuille bien le prendre à son bord (il y faisait la plonge).
Bref, à l'age adulte et de retour au pays, il s'achete une grosse voiture rouge pour se faire voir par les gens du cinema et ça marche!
- On cherche des comédiens, tu sais monter à cheval?
- Mais je suis né sur un cheval!
Et c'est parti pour la gloire et la dolce vita. Bolognini et Lucidi ralent: "Il était le plus doué" mais Martelanza n'en fait qu'à sa tete, il aime les filles et la liberté.
Et puis la chance tourne, il se blesse avant le tournage de "Dieu pardonne moi pas", il est remplacé par Terrence Hill. Le film est un triomphe en Italie.
Martelanz est convaincu d'avoir raté le role qui pouvait définitivement assoir sa carrière. Comme une roulette qui tourne, une bille qui hésite entre le rouge et le noir et qui finalement décide en sa défaveur.
Et puis vient l'alcool, la déchéance, l'accident à l'oeil. Martelanz devient personna non grata. Il décide de partir "Maintenant, j'aime le silence, j'aime cette solitude."
Le film se termine intelligemment sur le final d'un film de Fidani: Martel y est le héros, il a le magot sur sa selle. Insouciant, il se baigne à la rivière tandis qu'un autre type lui prend son cheval, son or et ses vetements. Martel se retrouve seul et nu, désemparé...Il a tout perdu.
Une scène qui resume toute la vie de Martelanza.

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2949
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 27 sept. 2007 15:05

Ce film est-il visible quelque part ? DVD, programme télé, bonus sur un film avec Peter Martell, etc...
Je suis vivement intéressé (et je parie que je ne suis pas le seul !).
B

Avatar du membre
hugues
Squaw
Messages : 368
Localisation : reims

Messagepar hugues » 27 sept. 2007 15:33

J'ai enregistré ce film lors de son passage sur la chaine Odysée. c'est nettement meilleur que "america a roma" car plus intime et moins intellectuel.

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3002
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 27 sept. 2007 17:10

Moi j'ai pas besoin de le réclamer :mrgreen:
(private joke)
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2949
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 20 oct. 2007 11:03

Vu, merci !
Très émouvant, en effet. Un sacré bonhomme, qu'on aimerait mieux connaître.
Quant à L'America a Roma, il n'est pas mal aussi, quoiqu'un peu trop intello, en effet. Mais William Bogart (Guglielmo Spoletini) avait une sacré présence ! Et quelle brochette d'acteurs/cascadeurs sympa !
B


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : U.S. Marshal Cahill et 6 invités