Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita - Trinità e Sartana figli di... - 1972 - Mario Siciliano

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita - Trinità e Sartana figli di... - 1972 - Mario Siciliano

Messagepar Sartana » 28 août 2007 19:03

Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita (Trinita e Sartana figli di… ) de Mario Siciliano avec Robert Widmark et Harry Baird, 1972.

Ce film, est le premier du diptyque de Mario Siciliano consacré au personnage de Sartana. Il est tourné quasi un an avant le deuxième film, critiqué ici http://www.westernmovies.fr/forum/viewtopic.php?t=5115

Mario Siciliano, devenu producteur depuis son bon western Django ne prie pas, tourne son deuxième film de cowboys. Il est interprété par Robert Widmark (aka Roberto Dell’Acqua), cascadeur qui n’en est pas à son premier western (la série des Mc Gregor, Texas Adios) et Harry Baird, un illustre inconnu qui apparu dans quelques navets américains pour finir par tourner en Italie, essentiellement des westerns, on a pu le voir dans 4 de l’apocalypse.
Ils seront secondés par petit vieux de service Dante Maggio, qui joue Bud Benny Bud (parodiant ainsi le personnage de Buddy Ben joué par Frank Wolff dans Le fossoyeur, le 2ème épisode de la série des Sartana).

Ces deux acteurs sont propulsés dans un scénario original comme de la crème anglaise sur une île flottante : Trinita et Sartana cherchent tous les moyens possibles pour voler un gros paquet d’or. Le premier qu’ils trouvent est le vol de la banque dirigée par Burton un riche homme d’affaires, mais une fois le coup réussi, Trinita donne tout l’or à de pauvres propriétaires terriens dans le besoin, afin qu’ils ne puissent plus être spoliés par Burton.
Le 2ème est qu’ils apprennent que Burton (Stelio Candelli) compte voler 2 millions de dollars avec l’aide d’El Tigre, un chef révolutionnaire (Ezio Marano crédité Alan Abbott).

Je recite un passage de ma critique du 2ème opus car définitivement, « un film réalisé par un producteur se reconnaît » : et ici c’est de la mauvaise farce, qui n’a même pas l’excuse de se rapprocher même de loin de la Comedia Dell’Arte. Je passe sur Sartana rasé de frais, avec un costume de daim et un regard mièvre pour copier Terence Hill. Je passe également sur un Trinita noir et musculeux, avec un pull rayé de rouge et de blanc à la « Où est Charlie ? », ainsi que sur l’humour bidasse et lourd que s’impose le réalisateur pour copier Trinita.

Dell’Acqua fait son job en multipliant cascades inutiles et sauts jusqu’à plus soif. Trinita est le personnage inutile de l’histoire, on se demande ce qu’il fait là (peut-être Mario Siciliano case-t-il un de ses potes dans son film ?), il n’est qu’une caution commerciale. Cette comédie dure 1h32, et pourtant on se demande si le temps ne s’est pas arrêté : soudain, on se dit : « Ouf ! Plus qu’une demi-heure », et lorsque l’on regarde le bas de son lecteur afficher « Temps écoulé : 40 minutes », on se rend compte que non seulement ce film est un grand n’importe quoi mais qu’en plus, ça va être très long… Il faut vraiment être en vacances sur une presqu’île bloqué par la pluie pour tenir.

Les ficelles sont tissées d’avance c’est l’éternelle bagarre finale, un chef des bandits à la voix suraiguë (oui, cela sera repris dans le second opus), deux pégreleux qui cherchent à faire fortune mais qui se retrouvent toujours gros jean comme devant, un chariot fait de bric et de broc (leitmotiv des comédies italiennes, pourquoi :?: ) et pour finir deux minettes bébêtes pour draguer les héros…

Bref, un film qui n’apporte rien bien au contraire, puisqu’il contribue même à couler un genre déjà en phase terminale. Je suis tout de même content de pouvoir descendre les navets du western italien, cela veut dire que je n’ai pas perdu tout sens critique face à la quantité et l’indulgence qui peuvent gagner l’amateur...

1/10
, car tout de même moins pire que le 2ème.

Pour les fous : personnellement je possède un enregistrement télé italien, au format, mais rital uniquement. Je ne crois pas ce film disponible autrement, à moins que des collectionneurs aient gardés la VHS VF d’époque après avoir subi le film, ce qui serait gratifiant !

Image
De gauche à droite, Sartana et Trinita, El Tigre, Sartana qui dézingue (sans tuer personne, crédibilité de la scène, zéro), et enfin Sartana en position... inconfortable.
ImageImage
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2920
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 28 août 2007 20:39

:shock: :shock: :shock:
L'a l'air redoutable, çui-là !
Bon, heureusement que je parle pas l'italien, sinon je me laisserais presque tenter -- par masochisme, certainement.
Blague à part, je me souviens d'avoir lu quelque part (mais où ?) que, si Trinita était noir, c'est justement parce qu'il venait de l'île du même nom (Trinidad) et qu'il avait besoin d'argent pour rentrer chez lui.
Donc, ça prouve qu'il y a au moins des bribes de scénario :mrgreen:
B

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 28 août 2007 21:04

Breccio a écrit :je me souviens d'avoir lu quelque part (mais où ?) que, si Trinita était noir, c'est justement parce qu'il venait de l'île du même nom (Trinidad) et qu'il avait besoin d'argent pour rentrer chez lui.
Donc, ça prouve qu'il y a au moins des bribes de scénario :mrgreen:
B

C'est exact, il encense régulièrement cette île, mais au lieu d'économiser l'argent volé pour y retourner, il donne tout aux pauvres ! Intention louable mais pas crédible une seconde :lol:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15211
Localisation : Canada
Contact :

Depeche toi Sartana je M'appelle Trinita 1972 - Mario Siciliano

Messagepar metek » 10 août 2009 3:13

Depeche toi Sartana je M'appelle Trinita 1972 - Trinità e Sartana figli di...
De: Mario Siciliano
Avec:
Alberto Dell'Acqua (as Robert Widmark)(Alleluia/Sartana Smith), Harry Baird (Trinity/Trinidad), Beatrice Pella (as Beatrice Pellh)(Maribel), Stelio Candelli (Burton), Dante Maggio (as Dan May)(Bud Benny/Jeremiah), Ezio Marano (as Alan Abbott)(El Tigre), Lars Bloch (Clyde), Enzo Andronico (Maribel's brother), Carla Mancini (Mascara's wife), Domenico Maggio (El Tigre henchman), Nino Nini, Daniela Giordano (Martha), Gilberto Galimberti (Willie), Fortunato Arena (sheriff), Nello Pazzafini (El tigre henchman), Riccardo Petrazzi (Clyde henchman), Osiride Pevarello (El tigre henchman), Renzo Pevarello (El Tigre henchman), Andrea Scotti (El Tigre henchman) Romano Puppo (Captain Bill McCorney), Claudio Ruffini (Clyde henchman), Sergio Testori (Clyde henchman)


Image

Image Image

ImageImage

Avatar du membre
Personne
Capitaine
Capitaine
Messages : 9975
Localisation : Lone Pine, CA

Re: Depeche toi Sartana je M'appelle Trinita 1972 - Mario Siciliano

Messagepar Personne » 11 août 2009 9:46

metek a écrit :Image


Ca c'est de la machine à coudre! A découdre même!!! :mrgreen:
Image

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5004
Contact :

Re: Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita de Mario Siciliano, 1972

Messagepar L.. » 25 août 2018 7:50

Image
Image

Synopsis d'exploitation, France, 1974.


Archives: L../monnomestpersonneblogspot.fr

(Cliquer sur les documents pour les afficher en grand.)

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5004
Contact :

Re: Dépêche-toi Sartana, je m’appelle Trinita de Mario Siciliano, 1972

Messagepar L.. » 31 mai 2019 10:14

Image
Image
Synopsis d'exploitation, Espagne.

Image
Image
Image

Illustrations: Jano.

Archives: L..

(Cliquer sur les images pour les afficher en grand.)


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités