El Mercenario (Il Mercenario) - Sergio Corbucci - 1968

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2927
Localisation : Gone

El Mercenario (Il Mercenario) - Sergio Corbucci - 1968

Messagepar Breccio » 01 août 2007 14:28

Celui-là, même si vous ne l’avez pas vu, vous connaissez l’histoire tellement vous avez envie de le voir. Mais ça fait rien, je la raconte quand même.

La révolte gronde au Mexique, et les frères Garcia craignent pour leur mine d’argent. Avec raison, car sous l’impulsion de Paco Roman (Tony Musante), les ouvriers se rebellent – faut dire que la bouffe est vraiment dégueulasse – et obligent l’immonde Alfonso Garcia (Eduardo Fajardo) à manger du lézard. Mais la révolte est matée ; on a eu chaud, disent les frères Garcia.

Il faut mettre le magot à l’abri, mais pas question de le transporter sans escorte. Deux des frangins vont faire un tour aux States et recrutent Sergei Kowalski, dit le Polak (Franco Nero), un mercenaire réputé, afin qu’il mette ses talents à leur service. Mais le Bouclé (Jack Palance), un redoutable bandit, renifle l’aubaine et décide de tenir notre Polak à l’œil.

Pas de pot pour le Polak : à peine débarque-t-il à la mine qu’il constate que 1) les ouvriers s’en sont emparés ; 2) le contremaître a fait exploser un tunnel pour y enfouir l’argent. Comme le lui dit Paco, qui a repris du poil de la bête, il faut trouver autre chose. Eh bien, notre mercenaire décide de se mettre à son service, de le former à la guérilla et de l’aider à devenir un grand révolutionnaire – moyennant une honnête rétribution, naturellement.

Mais, dans l’ombre, le Bouclé veille. Et n’oublions pas Alfonso Garcia, par ailleurs général des Regulares…

C’est l’ennui avec les films rares et mythiques : quand on parvient enfin à les voir, on est presque toujours déçu. J’ai bien dit presque. Ce Mercenario est un pur chef-d’œuvre, et, si je l’osais, je vous encouragerais à prendre les armes et à dévaliser deux ou trois banques pour vous l’offrir.

Tout est réjouissant ici : la mise en scène, toute de verve et d’allégresse. Ça bouge, ça court, ça virevolte, ça dézingue à tout crin dans la bonne humeur. La caméra de Corbucci caresse les personnages, magnifie les décors (splendides), abreuve le regard de lumière et de feu. Alméria et ses environs ont rarement été aussi beaux.

Les acteurs aussi s’en donnent à cœur joie. S’il y avait une justice, la photo de Franco Nero figurerait dans le Petit Larousse pour illustrer le mot « cool ». Il est ici d’une aisance suprême – notamment dans deux numéros dont il a le secret : le classique maniement de mitrailleuse (une marque de fabrique du duo Corbucci/Nero) et, plus innovant, le grattage d’allumette sur quidam. Tout y passe : les dents de Raf Baldassare, les cors au pied de Tony Musante, les seins d’une prostipute… autant de soufre-douleur (ouch !) pour notre Polak. Tony Musante, dont c’est la seule contribution au genre, est parfait en péon un peu racaille acquérant une conscience révolutionnaire. La belle Giovanna Ralli (qui incarne la conscience en question) est elle aussi très bien. Un petit bémol : Palance et Fajardo se font un peu rares, mais le duel dans l’arène qui oppose Palance à Musante, sous la supervision de Nero (hommage évident à Et pour quelques dollars de plus), compense largement cette carence.

Pour ce qui est de l’histoire, je pourrais en tartiner des pages, mais je voudrais m’arrêter sur un détail qui, à l’époque de la sortie de ce film, pouvait apparaître comme secondaire par rapport à la dimension « western Zapata » : la personnalité du Polak, authentique professionnel soucieux de sa valeur, de son budget et des avantages en nature que peuvent lui rapporter ses prestations. A l’heure où le libéralisme triomphe un peu partout sur la planète, il apparaît comme particulièrement pertinent. Pour un peu, on l’imaginerait partant en croisière à la fin de l’aventure – dans les environs de Malte, pourquoi pas ?

Bon. Je pourrais aussi parler de la musique, cosignée par Morricone et Nicolai, de la photo, des seconds couteaux (Franco Ressel - qui invente une nouvelle boisson, le dé au lait :mrgreen: - Raf Baldassare, José Canalejas, Simon Arriaga et quelques autres – Giré cite Bruno Corrazari, mais je ne l’ai point vu) et de bien d’autres choses, mais vous avez déjà compris l’essentiel : ce film est à ne rater sous aucun prétexte.

Et justement : comment le voir ? Eh bien, il n’existe pas de DVD digne de ce nom en France ni aux USA (je ne saurais juger du DVD italien) et c’est proprement un scandale. Comme le savent les habitués de ce forum, le bruit court qu’il en sortirait prochainement un chez Wild Side – je connais pas mal de gens qui retiennent leur souffle. En attendant, on peut tenter de capter le film sur la chaîne Action, qui le diffuse le 17 août. On peut aussi rechercher le DVD japonais (épuisé depuis belle lurette, hélas), qui ne contient qu’une piste anglaise et une piste japonaise (avec sous-titres japonais en option). L’image est splendide – voir une critique due à Sundances : http://10kbullets.com/reviews/mercenary-the/

Une anecdote pour finir : Sergio Corbucci était si content de ce film qu’il l’a carrément refait deux ans plus tard en remplaçant Tony Musante par Tomas Milian et en le rebaptisant Companeros –on en discute ici : http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... php?t=2935 Mauvaise idée, Sergio : si Nero s’était parfaitement accommodé de Musante, il a trouvé que le réalisateur faisait la part un peu trop belle à Milian et, du coup, il a mis un terme à leur collaboration, remplaçant Corbucci par Castellari dans le rôle de son metteur en scène préféré.

Breccio a dit : allez-y voir de plus près, caramba !

B

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2972
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 01 août 2007 16:17

Que dire ?...



:applaudis_6:




Tout y est !...
Ma modeste contribution en HQ :

Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 609
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Messagepar edocle » 01 août 2007 18:22

miam ! miam ! pour une fois c'est moi qui ai faim !!!! :oops:
Bonne critique Ami, je vais me mettre en chasse sans attendre une hypothétique sortie en DVD VF .... :?:
Amicalement
E.
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

blondin
Epicier
Messages : 42
Contact :

Messagepar blondin » 10 août 2007 13:02

vivement le 17 je plussois d'avance mais j'ai un peu peur que action passe une éventuelle version courte comme ils en ont l'habitude
when you have to shoot, shoot don't talk

Avatar du membre
Inisfree
Cavalier solitaire
Messages : 133
Localisation : Cannes
Contact :

Messagepar Inisfree » 06 sept. 2007 12:18

Très beau texte très enthousiaste que je n'avais pas encore lu et dont je partage le gros comme le détail. C'est un régal et une splendeur que ce film. la mise en scène de Corbucci a rarement été aussi élégante qu'ici. Merveilleux mouvements de caméra enveloppant les personnages !
Je l'ai vu sur le DVD italien de la colt collection. Pour ce que je puis en juger, c'est très correct, scope respecté, belles couleurs, mais aucun sous titrage.

Avatar du membre
edocle
Hors-la-loi
Messages : 609
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: El mercenario - Il mercenario - 1968 - Sergio Corbucci

Messagepar edocle » 06 sept. 2007 12:53

Breccio a écrit :Breccio a dit : allez-y voir de plus près, caramba !

B


CA Y EST !!! :applaudis_6: :applaudis_6:

Grâce à la gentillesse d' un forumeur ( merci encore à L. ) qui nous a enregistré ce film sur une chaîne numérique j' ai pu voir "El Mercenario". Je l' avais raté en son temps, et là je peux affirmer que je l'ai pris de plein fouet !!! :horse:

Breccio a tout dit et pour le plagier je dirais : allez-y voir de plus près, Corri Uomo, Corri :applaudis_6: :applaudis_6:

Bon la valise est prête, ce soir départ pour l' Italie :mrgreen:
Amicalement E.

:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2972
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 27 sept. 2007 12:15

Vu pour la première fois en français : c'est savoureux, il n'y a rien à jeter, ça dure 1h45, on ne les voit pas passer, c'est action sur rebondissements, avec une petite idéologie de derrière les fagots en plus de la révolution : "Je vais me marrier tout de suite ! A quoi sert un prêtre lorsqu'un chef révolutionnaire décide de se marrier ?!"

Excellent film, meilleur que Companeros qui fait déjà-vu (forcément, un remake), mais en moins bien en plus (normal un remake) :mrgreen:
S'il est dans votre pile "à voir", jetez-vous dessus !
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1376
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 02 oct. 2007 21:45

J'ai suivi le conseil de Sartana et donc je me suis jeté dessus. :mrgreen: :mrgreen: Et la ce fu la claque. Déjà que j'avais beaucoup aimé Companeros alors El Mercenario c'est une vraie bombe pire un chef d'oeuvre. Tout a été dit par mes confrères alors je ne vais pas rabâcher.
Tout ce que j'ai à dire c'est procuré vous ce film au plus vite vous ne serez pas déçu.

Liko
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1750

Messagepar Liko » 12 oct. 2007 12:37

Enfin vu :D Pas de claque en ce qui me concerne. Un très bon film, bien ficellé, bien joué etc... Breccio a tout dit. Je reste moins enthousiaste et un peu decu, m'attendant à un chef d'oeuvre... :( La musique de Morricone n'est pas inoubliable, ce qui est fort domage.
Perso je lui préfère "Companeros" avec un Thomas Milian supèrieur à Tony Musante (qui est très bon malgré tout).
Quand on attend tellement d'un film, on est souvent decu lors du visionage de celui-ci, ce fut mon cas comme pour "Le temps du massacre".
Le film est très bien quoiqu'il en soit :wink:

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2205
Contact :

Messagepar tepepa » 12 oct. 2007 13:19

Toujours pas vu pour ma part. Et du coup, je me demande si je ne vais pas attendre le DVD Wild Side :?

Avatar du membre
Inisfree
Cavalier solitaire
Messages : 133
Localisation : Cannes
Contact :

Messagepar Inisfree » 12 oct. 2007 13:28

Tu peux y aller sans problème, c'est un film qui supporte plusieurs visions. Je comprends bien la remarque de Liko, quand on attend trop d'un film...
Mais dans ce cas, il faut laisser passer un peu de temps, et le revoir, le premier mauvais effet a annulé l'attente et c'est mieux.
Ceci dit, je trouve la musique de Morricone superbe sur ce film. L'air sur la charge "à la mexicaine", le thème du duel, c'est quand même du très bon Morricone.

lee grant

Messagepar lee grant » 28 déc. 2007 7:04

tepepa a écrit :Toujours pas vu pour ma part. Et du coup, je me demande si je ne vais pas attendre le DVD Wild Side :?

Y a-t-il quelque chose de prévu ? Trop tard , j'ai commandé le dvd italien ( prix correct ) et viens de le visionner : comme cela a été dit plus haut , c'est un film d'un qualité exceptionnelle. ( je me souvenais de certaines scènes 38 ans après , c'est tout dire ! )

Ce qui me chiffonne, c'est que ce dvd dure 100 mn , alors que le film est censé en comporter 11o ! (c'est même écrit sur la jaquette ). Simple erreur ou coupe ? Il me semble qu' on passe trop rapidement de l'attaque du repaire des révolutionnaires au duel dans l'arène :Paco et Colomba s'enfuient (le Pollack aussi) et les voilà directement à la corrida .Mais peut- être n'est-ce qu'une ellipse ...
Pour ce qui est des seconds rôles ( à part Palance , Fajardo et Ressel ),le terme exact serait : figuration . Baldassare , Arriga , Canalejas and co ne font que passer furtivement devant la camera , si bien que je n'ai même pas vu tous les acteurs cités par IMDb. Bien sûr , cela n'est qu'un détail !

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15111
Localisation : Canada
Contact :

''El Mercenario''

Messagepar metek » 03 janv. 2008 0:18

Image

Avatar du membre
Retardataire
Cowboy
Messages : 250

Re: El mercenario - Il mercenario - 1968 - Sergio Corbucci

Messagepar Retardataire » 03 juil. 2008 11:57

J’ai été y voir de plus près et quelle déception !! D’autant plus que je n’avais pas d’attente particulière puisque je n’avais pas lu ce que vous aviez tous écrit. Simplement avec un tel casting (réalisateur, musique, acteurs…) j’espérais un bon petit spaghetti mais je ne m’attendais pas un chef d’œuvre comme la majorité d’entre vous l’annonce et le pense.

Pour dire, j’ai été obligé de m’y reprendre à 3 fois pour le voir en entier. Pourtant j’avais adoré et m’étais beaucoup amusé avec « Companeros » dont le rythme m’avais époustouflé et je trouvais qu’il comportait bon nombre de trouvailles.
Attention, je ne dis pas que « Il Mercenario » est un mauvais film mais rien ne m’a retourné. Je reconnais que le « sketch » de l’allumette grattée un peu partout en guise de provocation ou de mépris est bien trouvé, que le passage où Pollack arrive à la mine dans laquelle tout n’est plus que désolation est superbement filmé avec une photographie soignée et un ton très gothique ; pour le reste je me suis plutôt embêté.
Et vas-y qu’on attaque une banque, et qu’on décime une armée entière et puis on recommence, ah tiens voilà le bouclé qui réapparait, je l’avais presque oublié celui là, c’est vrai qu’est-ce qu’il est devenu depuis qu’on l’a vu partir à poil ? Eh ben il s’est associé à Fajardo que j’avais oublié aussi. Bon ce n’est pas grave puisque ça rebastonne à coup de canon cette fois.
Autant pour « Companeros » le déroulement du scénario me paraissait limpide, autant ici j’ai vraiment eu le sentiment de tourner en rond sans but précis sinon celui d’écouler les 100 minutes promises.
Antonio Bruschini, Gian Lhassa, Jean-François Giré,…tous encensent ce film à ma grande surprise, c’est à rien n’y comprendre !!
Bah, je ne devais pas être réceptif ce soir là, voilà tout.
Il faut dire que j’avais passé un excellent moment quelques heures auparavant en m’enflammant sur « Ne nous fâchons pas » avec la paire Ventura/Constantin/Lefèvre. Comment ça, trois n’ont jamais fait une paire ? Ah tiens oui, c’est donc que ce film m’avait vraiment déboussolé !!!!! icongc1 :gun: icongc1

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 756

Re: El mercenario - Il mercenario - 1968 - Sergio Corbucci

Messagepar Fredge » 03 juil. 2008 12:02

Retardataire a écrit :Antonio Bruschini, Gian Lhassa, Jean-François Giré,…tous encensent ce film à ma grande surprise, c’est à rien n’y comprendre !!
Bah, je ne devais pas être réceptif ce soir là, voilà tout. icongc1 :gun: icongc1


Comme tu dis.
Laisse-le reposer et reviens-y plus tard. T'es passé à côté, là... :num1

Fredge


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : zach et 4 invités