Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Sartana » 05 juil. 2007 19:57

Deux fois traitre, de Nando Cicero avec Antonio Sabato et Klaus Kinski.
Titre original : Due volte Giuda, 1968, sorti en France le 3 juin 1970.

L’histoire : Antonio Sabato se réveille en plein désert, près d’un cadavre, il est lui-même blessé à la tête. Il finit tant bien que mal par rejoindre la ville où un individu lui demande « si le meurtre de demain est toujours prévu », et pourquoi il est venu seul. Sabato joue le jeu et finit par apprendre qu’il s’appelle Barrett et qu’il va tuer son frère. Il empêche le meurtre et rencontre Victor, son frère. Son but désormais, réapprendre à vivre et découvrir son passé…

Ce western italo-espagnol est réalisé par Nando Cicero, qui a su à travers trois westerns, à l’instar de Sollima, créer sa marque de fabrique : un scénario peu original, et tout le budget consacré au casting. Ici, il reprend le thème de l’amnésie, déjà développé dans plusieurs westerns, dont Ciakmull, le bâtard de Dodge City d’Enzo Barboni, et choisit Klaus Kinski pour jouer le frère ambiguë, et Antonio Sabato, qui bénéficiait à l’époque d’une bonne réputation de « fait vendre », par son côté beau gosse.
Côté petit rôle, le débonnaire José « Pepe » Calvo (l’aubergiste de Pour une poignée de dollars). Est de la partie en docteur alcoolique pathétique. Pour en finir avec le casting, sachez que Cicero reprend la même équipe ou presque que pour Professionnels pour un massacre (que je ne désespère pas de trouver un jour), citons Jaime Jesùs Balcazar au scénario, un habitué du western, qui a souvent compté dans la réussite de certains westerns peu connus : intéressez-vous au bonhomme ! Ou Carlo Pes à la musique, ici assez inspiré pour retranscrire l’atmosphère de mystères (ça rime :lol:). Enfin, Joe D’Amato est chef opérateur… ;)

L’enjeu du film est tout autre qu’une simple amnésie : Luke doit découvrir le coupable du meurtre de sa femme. Sa mère, devenue folle ne peut plus l’aider, son père est mort, bref… Personne ne sait plus rien ou refuse de parler. Il faut dire que le contexte y est pour beaucoup : il y a un affrontement entre le banquier de la ville et Kinski, l’un défendant les peones et voulant exproprier tous les paysans (Kinski), l’autre voulant expulser les mexicains et faire que tous les fermiers récupèrent leurs terres qu’ils ont vendues à Kinski sous la menace (le banquier).
Avec tous ces éléments, le film est un peu plus profond qu’il ne le paraît à première vue. Et même si on s’attend à la fin,
Spoiler: Montrer
Kinski a tué le frère de Luke et a tenté d’assassiner Luke (d’où la scène du début dans le désert), puis le voyant toujours vivant a pris l’identité du frère assassiné dont il a fait disparaître le corps.
la motivation, le pourquoi du comment réserve une surprise bien agréable, qui fait que l’on ne reste pas sur sa fin.

Où le voir : Votre serviteur a fait une étude comparative :
:arrow: il existe un DVD Trash Palace en anglais, l’image est ignoble et recadrée comme ça devrait pas être possible de l’être, mais le film est en version intégrale soit 1h32.
:arrow: Il existe aussi un DVD allemand avec une image légèrement tronquée et brunie, mais la version est de 1h25 et des passages essentiels sont passés à la trappe :shock:
Conclusion : Seven 7 ! Reprenez Sartana dans la vallée des vautours et sortez-nous ce film ! Allez, y a Kinski, ça fera vendre !!

Ma petite note 8.5/10

Captures du DVD allemand (pleins avec Kinski parce que Sabato on s’en fout :lol: )... La dernière me fait déjà penser à Nosferatu, pas vous :?:

Image
Image
ImageImage
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 06 juil. 2007 7:48

Rareté de ma collec : l'affiche HQ (cliquez dessus pour agrandir) :

Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Fredge
Comanche
Comanche
Messages : 767

Messagepar Fredge » 07 juil. 2007 17:00

Nosferatu?

Effectivement, très bien vu!!!!

Fredge

Avatar du membre
Breccio
Westerner
Westerner
Messages : 2977
Localisation : Gone

Re: Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Breccio » 19 févr. 2008 10:58

Tiens, je suis en train de le voir (après avoir longtemps attendu, because DVD-R pourri Trash Palace, pan-&-scanné et tout ça).
Savoureux, quand même.
Mais...
Question fondamentale sur le motif de l'amnésie dans le cinéma popu (et p'tet même la lit popu, aussi) : dès l'instant qu'un personnage perd la mémoire, il devient un innocent, une page vierge, qui d'instinct choisit le camp du Bien plutôt que celui du Mal, et assure par là même sa Rédemption (les majuscules ne sont pas de moi mais du Petit Larousse).
Connaît-on un exemple d'oeuvre littéraire ou cinématographique où l'amnésique embrasse par instinct l'amoralisme le plus total ?
B
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien

Avatar du membre
Inisfree
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 131
Localisation : Cannes
Contact :

Re: Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Inisfree » 19 févr. 2008 12:16

Mr Hyde se souvient-il qu'il est le Dr Jeckyll ?

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Re: Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Sartana » 19 févr. 2008 12:32

Inisfree a écrit :Mr Hyde se souvient-il qu'il est le Dr Jeckyll ?

Il me semble, oui. Mais la piste était bien cherchée...
Et la question intéressante cool
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Westerner
Westerner
Messages : 2977
Localisation : Gone

Re: Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Breccio » 19 févr. 2008 18:44

Inisfree a écrit :Mr Hyde se souvient-il qu'il est le Dr Jeckyll ?

Hé-hé, pas bête.
Faudrait que je revienne au texte, mais je crois me souvenir que oui. En tout cas, si ma mémoire (!) est bonne, il a horreur qu'on lui parle du bon docteur.
B
PS qui n'a rien à voir : trouvé Le Juge et l'Assassin à la médiathèque -- merci, Inisfree, de m'avoir donné envie de le revoir !
"Tra i due litiganti, il terzo gode." --Proverbe italien

Avatar du membre
Jicarilla
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 7709
Localisation : nord-est

Re: Deux fois traître (Due volte Giuda) de Nando Cicero, 1968 avec Klaus Kinski

Messagepar Jicarilla » 05 mai 2009 19:21

:lol: :lol: Heureusement que mes origines sont Siciliennes ....cela vous sert bien :roll: :roll:

Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités