Planque-toi minable Trinita arrive... - Scansati... A Trinità arriva Eldorado - 1972 - Joe D'Amato, Diego Spataro

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2972
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Planque-toi minable Trinita arrive... - Scansati... A Trinità arriva Eldorado - 1972 - Joe D'Amato, Diego Spataro

Messagepar Sartana » 26 nov. 2006 11:23

Planque-toi minable, Trinita arrive ! 1972 - Scansati… A Trinita arriva Eldorado ! De Demofilo Fidani, avec Stan Cooper, Gordon Mitchell et Craig Hill.

Edit modération : l'affiche française indique le titre Planques toi minable Trinita arrive... / Film réalisé par Joe D'Amato, mais signé à sa demande par Diego Spataro (sous le pseudonyme Dick Spitfire également unitilisé par le producteur du film Demofilo Fidani, d'où la confusion. Le montage contient des scènes de films de Fidani)

Un dandy nommé Duke, fils d’un célèbre bandit, décide de retrouver les anciens collaborateurs de son père afin de dérober son trésor à Trinita, un homme devenu fou qui se fait vénérer comme un Dieu par ses hommes de main. Il sera aussi aidé de Carter, un ami et de Juanita, la nièce de Trinita qui peut faire entrer Duke dans l’hacienda de son oncle, qu’elle déteste.

Sous le pseudonyme de Stan Cooper se cache en réalité Stelvio Rosi, un piètre acteur qui n’a tourné qu’une trentaine de films en 12 ans, ce qui est rare pour un italien dans la période des années 60-70. Ses seuls westerns sont a priori des films de basse qualité : Sei jellato amico, hai incontrato Sacramento (1972) ou Des dollars pour Mc Grégor (1972). De plus, il n’a jamais le rôle principal. Gordon Mitchell, toujours fidèle à Fidani est de la partie et joue un flingueur-bagarreur. Craig Hill est finalement peu présent dans le film (environ une trentaine de minutes) mais il marque les esprits, nous verrons plus loin pourquoi. Cet acteur n’a pas vraiment trouvé sa place dans le monde du western européen en ce sens qu’il a eu très peu de films marquants et de grand succès à l’écran. Présent aussi, Dennis Colt alias Benito Pacifico, cascadeur copain de Demofilo.

Demofilo Fidani est un réalisateur à part du western italien. En effet, avec 14 westerns au compteur en cinq ans, il est un des auteurs les plus prolifique de l’époque. Il a développé des histoires autour du personnage de Sartana dans cinq films, puis s’est attaché à des histoires de vengeance : Nevada Kid, ou Sam Wallash… On l’appelle Ainsi soit-il. Enfin, en 1972, il attaque le comédie-western sous le pseudonyme de Dick Spitfire avec Planque-toi minable, Trinita arrive !

Un mot vient à l’esprit : délirant. Mais malheureusement on pense aussi au terme « dommage ». Oui dommage car vraiment tout est là pour un bon film parodique ou au moins, un film amusant. Trinita se considère comme un Dieu et crache sur ses peones pour les saluer, il conduit un cheval avec un guidon et un rétroviseur : il est d’ailleurs persuadé que son cheval est une moto et demande à ses serviteurs de « Faire le plein ». Désolé, ayant vu une VHS je n’ai aucune capture savoureuse à vous soumettre. Sinon, nous avons Duke, le héros (doublé par la voix qu’à Terence Hill dans Cul et chemise, pour ceux qui l’ont), qui est un arnaqueur-magicien doué et sympathique qui bat les cartes comme un virtuose. Enfin Carter joué par Gordon Mitchell, c’est nimporte qui joué par Gordon Mitchell : une espèce de brute qui aime se marrer.

Mais nous avons aussi des poncifs et pas des moindres : une bagarre trinitesque par exemple, Gordon Mitchell prisonnier pendant quatre longues minutes d’une énorme mexicaine au doux et poétique nom de Pussy qui veut absolument lui faire des bisous (et le reste) ou encore des parties de cartes à n’en plus finir, ou des scènes tout bonnement ridicule comme lorsque Carter doit plier une barre de fer et qu’il met une heure à y arriver. De même, l’éternelle et rabâchée scène de fiesta mexicaine avec danseuse, tequila et toute la fine équipe ou Duke qui met soi-disant des sacs d’or sur son dos mais on se doute qu’ils sont vides vu qu’ils se balancent joyeusement sur son épaule. Ca, encore, c’est pardonnable, les manques de moyen des westerns à cette époque, surtout pour Fidani sont connus.

Mais s’ajoute à cela des éléments qui ne peuvent faire douter de qui est derrière la caméra : ainsi, par exemple une belle incohérence : dans une hacienda, Duke tire trois coups de feu, Trinita appelle ses gardes à l’aide, rien ne se passe. Cinq minutes plus tard, Duke sort de l’hacienda et à la porte, il y a deux gardes qui font le planton et qui n’ont pas bougé depuis le début !! De plus, ça se traine : les fusillades sont bien rythmées, mais alors les chevauchées sont loin d’être fantastiques : ça galope, ça galope, pour pas grand-chose au final puisque de toute façon, les héros finissent par attendre le méchant pour lui tendre un piège !

En revanche, comme toujours, certains éléments sont à sauver comme le générique avec des numéros de manipulation faits par un magicien, ainsi que les numéros de magie inclus aux films. Aussi, lorsque le méchant voit le trésor à ses pieds, Fidani fait des zooms-avant/ zoom-arrière (ça doit porter un nom, ça) en boucle pour montrer que le personnage est comme hypnotisé par l’or et aussi pour pallier l’absence de charisme de son acteur Amerigo Leoni (parfois nommé Custer Gail). Petite parenthèse pour les fans des petits rôles à reconnaître dans les spagh’, Leoni est un fidèle de Fidani puisqu’il n’a tourné QUE dans les films de ce dernier, et dans 10 des 14 westerns tournés par le réalisateur.

Bref, pas le pire western jamais tourné, pas le meilleur des Fidani que j’ai vu, mais bon, le film a le mérite de savoir où il va, assume son côté comique et comme à chaque fois , on ne peut que saluer la volonté de bien faire de Demofilo Fidani, auteur populaire adulé ou détesté : moi je suis neutre.

5/10
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2205
Contact :

Messagepar tepepa » 26 nov. 2006 18:16

Bonne critique, bravo :applaudis_6: :applaudis_6:

"Les chevauchées ne sont pas fantastiques"
Le jeu de mot est-il intentionnel ?? :mrgreen:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2972
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 26 nov. 2006 18:27

Merci Tepepa ! :beer1:
Et content mon jeu de mots te plaise ! :D
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Lithan

Messagepar Lithan » 14 déc. 2006 21:13

Ce western est juste produit par Demofilo Fidani et a en fait été réalisé par Joe D'Amato, dont c'était le premier film en tant que réalisateur !

Le film a été tourné en 4 jours me semble-t-il, dans le décor western construit par Gordon Mitchell.
D'Amato eu tellement honte de voir sa carrière de réalisateur démarrer avec ce film qu'il demanda à Fidani d'en attribuer la mise en scène à Diego Sbaraga, un de ses plus fidèles collègues, qui prend ici le speudo de Dick Spitfire.

Avatar du membre
nathan
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1296

Messagepar nathan » 14 déc. 2006 23:20

Il n'a pas eu froid aux yeux le d'Amato ! :mrgreen: Je me demande si la suite de sa carrière fut aussi enviable , si on regarde sa filmo de près.

Que des pornos et films d'horreur malsains ! :mrgreen:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2972
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 15 déc. 2006 18:05

OK, OK.. je vais devoir revoir ma critique, je le crains... si tu me lis, tu tiens d'où ses sources ? Si je pouvais y avoir accès, ca m'éviterait de commettre encore des bourdes ! Faut dire, que ce film contient tellement des tics chers à Fidani que je parviens difficilement à y croire... Mais je ne demande qu'à changer d'avis !

Sinon, pour la durée du tournage, croyez-moi, ça se devinait !! :D
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Lithan

Messagepar Lithan » 16 déc. 2006 17:36

J'ai eu toutes ces informations sur le sitenanarland.com.

Après, je ne peux pas juger pour les 'tics chers à Fidani' étant donné que je n'ai vu aucun de ces films (je vais toutefois essayé de me procurer "Django et Sartana" sorti en DVD chez Evidis)...
Mais je t'envie énormément pour avoir pu matter celui-là !
Il est tellement rare (et tellement cher chez ceux qui le vendent !).

Ceci dit, j'avais lu quelque part que Fidani était un très grand artiste peintre. En fait, j'avais carrément eu l'occasion d'admirer quelques une de ses toîles et elles sont vraiment jolies.
Par contre, la fille de Fidani a jouée dans "Le château de Frankenstein", où elle est souvent à poil, et qui constitue le DVD du mois dans Mad Movies.


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités