Le déserteur de Fort Alamo (The Man from the Alamo) 1953 - Budd Boetticher

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Le déserteur de Fort Alamo (The Man from the Alamo) 1953 - Budd Boetticher

Messagepar Cole Armin » 01 oct. 2006 7:56

Titres alternatifs: Le Bastion de la liberté / Le Bastion de la gloire

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, par ICI


Attention, les SPOILER sont Autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
http://westernmovies.free.fr/Forums/vie ... php?t=3683


Que le débat commence! :D
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 01 oct. 2006 8:44

En guise d'introduction quelques informations:

Budd Boetticher allait tourner avec Randolph Scott trois ans après dans Sept hommes restent à tuer (Seven Men From Now).
Glenn Ford à ce moment là a déjà tourné plusieurs westerns mais c'est en 1956 qu'il est pour la première fois dirigé par Delmer Daves dans L'Homme de Nulle part (Jubal).
Julie Adams avait déjà tourné avec Boetticher dans Le Traître du Texas (Horizons West) en 1952
Le producteur est Aaron Rosenberg, brillant producteur chez Universal qui a notamment produit Winchester'73 1950, La Brigade Héroïque (Saskatchewan) 1954 ou encore L'enfer des hommes (To Hell and Back) 1955.
Russell Metty a été le directeur de la photographie de ce film et aussi de Taza, fils de Cochise (Taza, Son of Cochise) 1954, Spartacus 1960, Police sur la ville (Madigan) 1968, notamment.

Réalisé sept ans avant Alamo de John Wayne, la bataille d'Alamo ne prend ici qu'une faible place.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_Fort-Alamo

D'après ce site: http://thealamo.free.fr/personnages.htm , il y aurait eu un déserteur.

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 01 oct. 2006 14:00

Je me souviens d'un article, lu il y a longtemps, présentant le film comme étant basé sur un fait réèl : un homme est tiré au sort la veille de la bataille et est ainsi le dernier survivant de l'Alamo...

En fait de fait historique, ce seul survivant n'est qu'une légende.

Les deux derniers messagers de l'Alamo furet un certain John Smith. Il quitta le fort dans la nuit du 3 mars avec la dernière lettre de Travis, commandant du fort. Et le jeune (16 ans) James Allen (qui inspira le personnage de F. Avalon dans le film de Wayne) qui quitta le fort le 5 mars porteur d'un appel au secours pour le colonel Fanin. Mais ils ne furent pas les seuls survivants. On en dénombre au moins 14 : Mme Dickinson et sa fille Angelina, épouse d'un des principaux officier du fort (elle est jouée par Joan O'Brien dans le film de Wayne) ; s'ajoute une dizaine de femmes et enfants de la garnison, en général de nationalité mexicaine. Des combatants ont également survécut : Brigido Guerrera, prisonnier il parvint à plaider sa cause ; Henry Warnell, mais décéda des suites de ses blessures 3 mois plus tard... Enfin, le seul Français de la garnison, Louis Rose, ancien Lieutenant de Napoléon, survécut également. Il quitta le fort 3 jours avant l'assaut, lorsque Travis demanda aux combattants de choisir : tenter de fuir ou rester.

Le personnage joué par Glenn Ford est donc une pure fiction contrairement a ce qui a parfois été écrit.

Sources : personnelles, j'ai bossé il y a quelques années pour le musée du Fort Alamo... Mais les détails sont repris certainement dans un des rares livres d'investigation publié en France sur le sujet : Alamo-1836" de Walter Lord. Vous aurez aussi des renseignements sur les combattants ici
http://www.alamodescendants.org/Htm%20Pages/alamo_defenders.htm

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 01 oct. 2006 14:32

Merci pour ces précisions.
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Carcasse
Shérif
Messages : 2505
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 01 oct. 2006 16:52

Alors, que dire sur ce film qui ne tienne en deux ou trois lignes, sinon ce qu'avait écrit Personne au sujet d'un autre film de Boetticher ?
Personne a écrit :Avec Boetticher le western est une chose simple, je n'ai pas dis simpliste au contraire.
Simple car il ne lui faut pas grand chose pour installer un climat, une ambiance mystérieuse. Ici, un tournage à Lone Pine(encore :D ), un chariot, quelques chevaux, quelques acteurs, et nous voici embarqués dans une belle aventure émouvante.

Ben voila... Tout est résumé : l'histoire ? Vraie ou fausse peu d'importance... Le scénario, les tenants, les aboutissants ? Peu importe : Chez Boetticher, il faut accepter, pas comprendre.
Parce que chez ce réalisateur, l'Art est celui du mîme : minimaliste, ou comment faire tout avec pas grand-chose et même avec le minimum de moyens possibles...
J'apprécie assez Buddy, même s'il n'y a rien à expliquer, rien à disséquer (les amateurs remarqueront que le supposé déserteur ne prouve même jamais l'erreur de sa prétendue désertion : il prouve seulement son courage et sa détermination ; ce qui n'a pas grand-chose à voir avec la choucroute !). Ainsi ce western simple et simplet n'a qu'un seul but : nous divertir et il y réussit parfaitement.

Bien. Bonne chance aux autres. Personnellement, à moins que je juge une affirmation comme énorme, j'attendrai le prochain film ! :D
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 01 oct. 2006 17:31

Carcasse a écrit :Alors, que dire sur ce film qui ne tienne en deux ou trois lignes, sinon ce qu'avait écrit Personne au sujet d'un autre film de Boetticher ?
Personne a écrit :Avec Boetticher le western est une chose simple, je n'ai pas dis simpliste au contraire.
Simple car il ne lui faut pas grand chose pour installer un climat, une ambiance mystérieuse. Ici, un tournage à Lone Pine(encore :D ), un chariot, quelques chevaux, quelques acteurs, et nous voici embarqués dans une belle aventure émouvante.

Ben voila... Tout est résumé : l'histoire ? Vraie ou fausse peu d'importance... Le scénario, les tenants, les aboutissants ? Peu importe : Chez Boetticher, il faut accepter, pas comprendre.
Parce que chez ce réalisateur, l'Art est celui du mîme : minimaliste, ou comment faire tout avec pas grand-chose et même avec le minimum de moyens possibles...
J'apprécie assez Buddy, même s'il n'y a rien à expliquer, rien à disséquer (les amateurs remarqueront que le supposé déserteur ne prouve même jamais l'erreur de sa prétendue désertion : il prouve seulement son courage et sa détermination ; ce qui n'a pas grand-chose à voir avec la choucroute !). Ainsi ce western simple et simplet n'a qu'un seul but : nous divertir et il y réussit parfaitement.

Bien. Bonne chance aux autres. Personnellement, à moins que je juge une affirmation comme énorme, j'attendrai le prochain film ! :D


Je n'ai pas vu ce film depuis longtemps, alors que je me suis (un peu) démené pour revoir tous ceux avec Scott...où il y a probablement plus à dire (à disséquer, puisqu'il s'agit de cela...). La patte de Boetticher -humour, laconisme, méchants auquels on s'attache, ironie quasi constante des situations, des rapports humains, des dénouements..., il faut à mon avis attendre ses films avec Scott pour la sentir apparaitre. Le Déserteur de Fort Alamo n'offre pas (dans mon souvenir) cette jubilation en demi teintes qu'on trouvera par la suite (qui fait d'ailleurs qu'il y a des choses à dire sur tous les films "Ranown"), peut être à cause d'un scénario au schéma trop classique (le faux lâche montrant que tt le monde se trompe), à cause du côté "historique" (Boetticher jubile quand il met des protagonistes face à face, qui jouent au chat et à la souris, sans trop se préoccuper d'historicité, sans trop "contextualiser" les choses derriere les protagonistes...)
Bon, il faudra que je le revoie, pour laisser quelques petites traces (on s'habitue :oops: ).
Mais bon, il n'y en aura pas des pages...

Avatar du membre
fa
Convoyeur de bétail
Messages : 221
Localisation : Nantes
Contact :

Messagepar fa » 01 oct. 2006 21:06

Je l'ai vu aussi il y a longtemp. Il ne m'a pas laissé beaucoup de souvenir, sinon celui d'un film long, sans originalités... Je me souviens n'avoir tenu que pour Glenn Ford et parceque c'est une page d'histoire qui m'a toujours passionné. Sinon... :? Comme le dit Carcasse, il n'y a pas grand chose à dire sur ce film qui n'a d'autres prétentions que de distraire, ce qui est déjà bien, mais qui ne fonctionne pas chez moi.
Je viens de relire la fiche de Monsieur cinéma, histoire de me remettre l'histoire en tête... (je met le texte de la fiche dans les doc). Je me souviens avoir été énervé par tant de rebondissements et d'invraissemblances... Mais bon, difficile de dire plus, sans revoir le film.

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 766

Messagepar mortimer » 01 oct. 2006 22:05

je vous rejoint sur vos jugements concernant ce film pour lequel du reste j'avais souligné qu'il se prétait peu à discussion :lol: . Je vais essayer d'aller au-delà des trois lignes tout de même. Disséquons donc (mais là c'est de l'acharnement thérapeutique :lol: ).L'intrigue est assez minimaliste dans ce film qui se suit cependant sans déplaisir, mais d'originalité point.

Pire encore je suis sidéré de voir que Glenn Ford (que j'adore) soit si peu charismatique dans ce film (et dire qu'on voulait lui rendre hommage en choissisant ce film :roll: :lol: ).

J'ai revu le film hier sachant qu'on allait en parler et le constat est toujours le même qu'après mes deux précédentes diffusions, on sent bien que le déserteur de fort Alamo est un des premiers westerns de Boetticher, les faiblesses du film sont nombreuses. Certes Boetticher s'attache davantage à l'action qu'aux pensées de ses personnages mais là on aurait souhaité en savoir un peu plus sur les états d'âme de Glenn Ford qui agit souvent mécaniquement dans le film (la scène où il infiltre le gang en se faisant arrêter et jetter en prison en est un bon exemple).

Enfin je termine par un petit conseil amical : visionnez le film en VO car la voix du gamin en VF est terrifiante :shock: (après avoir l'avoir entendu on baisse aussitot le son :P :mrgreen: )

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 02 oct. 2006 7:16

mortimer a écrit :Pire encore je suis sidéré de voir que Glenn Ford (que j'adore) soit si peu charismatique dans ce film (et dire qu'on voulait lui rendre hommage en choissisant ce film ).

:shock: Je n'ai pas trouvé. Evidemment ce n'est pas pour lui son meilleur rôle.
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2852

Messagepar Jean-Louis » 02 oct. 2006 17:58

:( Je viens de regarder Le déserteur de Fort Alamo.

La seule réflexion que ce film m'inspire :

:twisted: diable pourquoi avoir sélectionné un tel western, c'est un mystère...

:mrgreen:

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 05 oct. 2006 17:48

La reconstitution du fort Alamo n'est pas aussi soignée que dans le film de John Wayne:
Image


Aviez-vous remarqué la présence du futur Zorro, Guy Williams?
Image
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10262
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 05 oct. 2006 17:58

Cole Armin a écrit :Aviez-vous remarqué la présence du futur Zorro, Guy Williams?
Image


On le reconnait bien en tous cas! :D

Visionnage prévu demain... :wink:
Image

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6981
Localisation : Albuquerque
Contact :

Messagepar Cole Armin » 05 oct. 2006 19:56

Personne a écrit :On le reconnait bien en tous cas! :D

Visionnage prévu demain... :wink:

Pas très évident quand même, je ne l'ai reconnu qu'à sa voix (en VO)!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10262
Localisation : Lone Pine, CA

Messagepar Personne » 06 oct. 2006 16:20

Revu ce Déserteur... Le manque de moyens est visible, mais chez Boetticher et ses petites productions c'est tout à fait normal. Il filme une colline sous plusieurs angles et tourne les scénes de Fort Alamo, sans doute en studio... A vérifier quand même.
Les points de vues des soldats de Santa Anna vers le fort semblent être tirés de stocks-shots... c'est mon impression.

L'histoire est somme toute assez banale et nous n'avons pas droit ici à un final qui nous prend les tripes comme, comme... Comanche Station. cool

Glenn Ford est assez à l'aise, il porte toujours son fameux stetson tricorne et même quand il change de chapeau, pour l'occasion un sombrero pendant sa tentative d'infiltration, il a la même forme recourbé devant sur les côtés... :D

Il semble faire quelques cascades lui même, en tous cas il monte très bien à cheval et ça se voit.

Pour Guy Williams qui a un petit rôle effectivement, il figure quand même au générique et même sans moustache on le reconnait facilement.

En ce qui concerne la belle Julie Adams, on a, j'espère, tous eu la chance de la voir en 3D pendant une certaine dernière séance... :D

Image

Par contre le jeu de certains acteurs... c'est un peu la cours de récré avec les bons contre les méchants... M'enfin on passe un relatif bon moment devant cette série B distrayante, c'est déjà ça. :D
Image

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3068
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 06 oct. 2006 19:24

Bon, j'ai écrit cette critique dans la semaine et j'avoue avoir la flemme de supprimer dedans ce qui a déjà été dit dans le topic (notamment sur Guy Williams). Je m'en excuse d'avance. Voilà ce que ça donnait :

Le déserteur de Fort Alamo c’est un avant tout l’histoire d’un homme qui par un concours malheureux de circonstances et de circonstances malheureuses se retrouve haït de toute une population. Toute ? Non, car un gamin mexicain et une jeune femme croient en la version des faits de l’accusé et vont le soutenir.

Glenn Ford est crédible (comme souvent ;)) dans son rôle de rejeté et de paria malgré lui, tout comme l’acteur qui joue le gamin (en VO du moins, comme l’a déjà souligné Mortimer :p) ou le lieutenant du convoi.
À noter que Guy Williams (futur Zorro pour la série culte produite par Disney) joue très rapidement le rôle du sergent « qui ne fait qu’obéir aux ordres ».

Le film a bénéficié d’un budget conséquent, on le devine aux scènes pyrotechniques liées au siège d’Alamo assez impressionnantes pour un western, rappelons-le, de 1959.

Bien sûr, le héros déchu retrouvera son honneur en vengeant sa femme et son fils mais surtout en sauvant un convoi d’une mort certaine. De plus, le film se termine sur un Glenn Ford ragaillardi partant rejoindre l’armée de Sam Houston. « Brave petit », pense-t-on alors un rien moqueur… Mais ça passe ! On accepte sans rechigner cette fin prévisible à partir du moment où l’on a su que Glenn Ford quittait l’armée. On pardonne car on a passé un bon moment grâce à un petit film bien ficellé et bien filmé.

Bon, j’avoue, c’est pas une critique qui dissèquette mais bon, le film ne peut pas trop prêter à interprétation et à des envolées lyriques (enfin presque) comme on a pu le faire sur d’autres westerns. Je livre donc ce que j’en ai retenu.
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité