Les colts de la violence - Mille dollari sul nero - 1967 - Alberto Cardone

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 764

Les colts de la violence - Mille dollari sul nero - 1967 - Alberto Cardone

Messagepar mortimer » 16 juil. 2006 12:40

Les colts de la violence/
(titre original : mille dollari sul nero)

réalisation Alberto Cardone (1967)


Image
(source : http://www.soundtrackcollector.com)

Synopsis :

Après avoir été injustement accusé d'un crime qu'il n'a pas commis Johnny (Anthony Steffen) rentre chez lui pour essayer d'effacer le souvenir des 10 longues années de prison qu'il vient de passer. Mais une atmosphère étrange régne dans la ville de Campos, et lorsque Johnny retrouve son frère Sartana (Gianni Garko)c'est pour constater que celui-ci est devenu un redoutable bandit. La situation déjà très tendue entre les deux frères va encore s'accentuer lorsque Johnny découvre que Sartana vit désormais avec la femme que Johnny aimait autrefois.D'abord témoin impuissant du sadisme de son frère sur les villageois, Johnny finit par s'opposer à Sartana grâce notamment à l'aide inatendue de Jerry un jeune garçon muet. Ce dernier est constamment tourmenté par Sartana dont la volonté de puissance ne supporte pas la vue de quelque faiblesse que ce soit.Sartana de son côté est l'objet de la protection et de l'amour de sa mère qui voit en lui un grand homme destiné à accomplir de grandes choses. Tiraillé entre désir de justice et sentiment familial Johnny finira au terme d'une sanglante épopée par découvrir toute la vérité sur son frère ce qui amènera les deux hommes à une ultime confrontation...

:gun:

Malgré des références bibliques et le fait que l'on songe évidement à l'opposition entre Cain et Abel, ce film est davantage une tragédie antique construite autour du déchirement d'une famille. Le côté "drame antique" est d'ailleurs très fortement souligné ici par le jeu des acteurs : Gianni Garko interpréte un personnage à la latinité démesurée. Sainguin et séducteur, Sartana est en outre superstitieux (il porte au cou un médaillon porte bonheur qui semble détenir à ses yeux un pouvoir occulte). La passion du pouvoir est un autre trait de Sartana : elle est visible dans son apparence (il se fait appeler général et porte une veste d'officier supérieur de l'armée américaine et les nombreuses bagues qu'il arbore à ses doigts sont là pour rappeler que le personnage est aussi narcissique). Le titre original du film (mille dollari sul nero) fait référence à un collier que Sartana offre à sa mère et là encore on retrouve ce caractère latin au travers de la puissance de l'amour maternel pour son enfant fût-il mauvais. Le film dans sa seconde partie changera toutefois la donne en amenant le personnage de la mère à une prise de conscience.

Si Garko fait irrésistiblement penser par l'apparence physique ici à Stephen Boyd dans Ben-Hur (qui interprétait le méchant du film ) il se situe au niveau des références antique au niveau de l'empereur Caligula. Totalement rendu fou par le pouvoir et obsédé par la violence il n'y a entre les deux hommes qu'un pas que les scènaristes semblent avoir franchi tant les similitudes sont nombreuses (tics nerveux et convulsions, sadisme, décisions inatendues et brutales etc...).

Anthony Steffen compose lui un personnage semblable à ceux qu'il interpréte habituellement : un homme usé par le poids des années et déchiré par un terrible conflit intérieur. La sobrieté est de mise pour lui et elle tempére de façon logique la démesure de son frére que tout semble décidement opposer. D'entrée de jeu on sent que le combat sera terrible et lorsque Garko décide de se venger des villageois il promet à la lueur des torches comme aux pires heure du régne de néron "un lac de sang" ! Autant le dire ici le film ne fait pas dans la dentelle :P . Ce film est donc destiné à mon sens à un public amateur de western spaghetti cool

Hélas la réalisation n'arrive pas à donner à ce film un caractère suffisament intense pour marquer les mémoires :? . Et si l'on prend néanmoins beaucoup de plaisir à suivre ce film c'est surtout grâce aux acteurs (Garko en tête qui est ici tout bonnement génial :D ).

ma petite note de spectateur : 8/10

Image
-"you ain't never gonna get me back to town alive, boy"
-"Then I'll get you there dead...boy."

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 16 juil. 2006 12:56

Entièrement d'accord avec toi : Garko est génial, Steffen moins car bon bah... il joue son rôle c'est à dire celui qu'il tenait déjà dans Gringo joue sur le rouge, les pistoleros du Nevada, Quelques dollars pour Django, et on pourrait continuer la liste longtemps :lol: , sinon tout le film baigne effectivement dans la tragédie grecque et dans l'action pour un western des plus violents. De très bon plans d'Alberto Cardone ne suffisent malheureusement pas à faire de ce western un chef-d'œuvre tel que le dernier face à face. Manque un Sollima et un Morricone pour sublimer tout ça... c'est vraiment dommage.
PS : Ce film n'utilise du personnage de Sartana que le nom, les films avec le pistolero vêtu de noir viendront plus tard. Je n'ai plus qu'un Sartana à regarder et je mets en ligne les critiques des 4 Sartana avec Gianni Garko. À suivre...

Merci Mortimer, je comptais un de ces 4 critiquer ce Colts de la violence, qui sort tout de même des westerns italiens classiques et sans saveur, mais tu t'en est chargé avec brio ! Avec qui ? OK je :arrow:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
mortimer
Chasseur de primes
Messages : 764

Messagepar mortimer » 16 juil. 2006 19:09

Sartana a écrit :Je n'ai plus qu'un Sartana à regarder et je mets en ligne les critiques des 4 Sartana avec Gianni Garko. À suivre...



J'attends ça avec impatience ! :D :wink:
-"you ain't never gonna get me back to town alive, boy"
-"Then I'll get you there dead...boy."

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2920
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 16 juil. 2006 20:29

Merci à tous ! Ca donne vraiment envie de le voir. A noter la parenté entre ce film ("mille dollars sur le noir") et "Gringo joue sur le rouge", du même Alberto Cardone, dont le titre original se traduit par "sept dollars sur le rouge"...
B.

Avatar du membre
Lithan
Chanteuse de saloon
Messages : 98
Localisation : Dans le grand ouest
Contact :

Messagepar Lithan » 04 janv. 2007 13:34

Par contre, il me semble que sur la dernière affiche, il est écrit 'directed by Marlon Sirko', pseudonyme du producteur Mario Siciliano, réalisateur de l'excellent "Django ne prie pas".
D'ailleurs, sur "Gringo jour sur le rouge", le générique précise 'un film de Marlon Sirko réalisé par Albert Cardiff'...

Tout ceci est bitrange autant qu'ézarre....

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 04 janv. 2007 13:42

Lithan a écrit :Par contre, il me semble que sur la dernière affiche, il est écrit 'directed by Marlon Sirko', pseudonyme du producteur Mario Siciliano, réalisateur de l'excellent "Django ne prie pas".
D'ailleurs, sur "Gringo jour sur le rouge", le générique précise 'un film de Marlon Sirko réalisé par Albert Cardiff'...

Tout ceci est bitrange autant qu'ézarre....

Non, car Mario Siciliano était aussi un producteur, notamment des Colts de la violence, mais aussi de Gringo joue sur le rouge, Les terreurs de l'ouest ou Les chercheurs d'or de l'Arkansas... ;)
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 750

Messagepar Fredge » 04 janv. 2007 13:53

Comment se le procurer?
Il me semble que Jerksi (e-bay) a réalisé une "reconstruction".
Une autre filière?

Fredge

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2920
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 05 janv. 2007 7:10

Tiens, Flingobis vient de se fendre d'une critique sur son blog:
http://www.dvdrama.com/blog/flingobis/6692/
A lire et à apprécier.
B.

Carcasse
Shérif
Messages : 2484
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 05 janv. 2007 10:27

Breccio a écrit :Tiens, Flingobis vient de se fendre d'une critique sur son blog:
http://www.dvdrama.com/blog/flingobis/6692/
A lire et à apprécier.
B.

Intéressant, certes. Encore que je trouve qu'il s'agisse davantage d'une lecture du film, avec quelques mises en loupe, que d'une critique.
Néanmoins, la description qu'il en fait décrit minutieusement l'atmosphère du film.

Un petite question : quand flingobis parle de mère "euridipienne", parle-t-il de jeu volontairement théatral (Euridipe), est-ce une faute de frappe alors qu'il voulait parler d'une mère littéralement amoureuse de son fils (Eudipienne), ou alors peut-être est-ce un sympathique jeu de mots ? cool
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 05 janv. 2007 11:04

Carcasse a écrit :Un petite question : quand flingobis parle de mère "euridipienne", parle-t-il de jeu volontairement théatral (Euridipe), est-ce une faute de frappe alors qu'il voulait parler d'une mère littéralement amoureuse de son fils (Eudipienne), ou alors peut-être est-ce un sympathique jeu de mots ? cool

Je n'aime pas trop m'avancer sur ces questions, n'ayant pas écris moi-même cette critique, mais à mon avis, je penche pour la première explication car la mère de Sartana est effectivement amoureuse de lui (ou peu s'en faut).
Mais, bon... Je préférerais l'explication de Flingobis :beer1:
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1368
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 20 déc. 2007 18:00

Vu !!!
C'est vraiment un western tragique de très bon accabit avec des acteurs très bons et une mise en scène classique de la part d'Alberto Cardone.
Bref un film recommandé pour tous les amateurs de western.

PS : L'acteur qui joue Ralf me dit quelques chose mais je n'arrive pas à mettre un nom sur son visage. :evil:

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2920
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 20 déc. 2007 20:16

Trinita a écrit :PS : L'acteur qui joue Ralf me dit quelques chose mais je n'arrive pas à mettre un nom sur son visage. :evil:

D'après le site Eurowestern, c'est Sieghart Rupp, qui jouait le frère de Gian Maria Volonte dans Pour une poignée de dollars.
Ca colle ?
B

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1368
Localisation : Sur un hamac

Messagepar Trinita » 21 déc. 2007 17:35

Ca doit être ça !! Il a pas joué aussi dans les Trinita.

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2965
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Re: Les colts de la violence - Mille dollari sul nero - 1967 - Alberto Cardone

Messagepar Sartana » 15 juil. 2008 17:19

Voici la scène inédite de la VF du film Les colts de la violence. La ville est mise à sac par Sartana. R = désigne Ronda la mère de Sartana et de Steffen. Le reste, ce sont les femmes de la ville.

On est à 1h15 de film tout pile.
Zoom sur la mère, qui regarde en bas, voyant les femmes de la ville venir chez elle.
Intérieur de la maison, coups de feu en fond sonore.
La mère est effondrée à l’étage. Entendant du bruit, elle se rend en face de l’escalier mais ne descend pas, voyant les 6 femmes entrées :

R : - Qu’est-ce que vous voulez ?
- Ronda… Arrête Sartana, toi seule peut le raisonner.
- Quelle faute ont commise nos fils ? Et nous, que t’avons-nous fait ?
R : - Dehors, Sortez d’ici !
- Non, je dois te mettre en garde, Sartana met la région à feu et à sang. Et c’est bien ce que tu veux ! Est-ce possible que ton impitoyable vengeance ne soit pas déjà accomplie ?...
R : - Je n’ai plus aucune vengeance à accomplir, à Campos. Je suis la patronne ici, désormais. Et votre stupide orgueil vous a empêché de vous en rendre compte. Vous m’avez traité comme une moins que rien, et maintenant, maintenant que vous avez peur, qui venez vous voir ? Moi ! Moi !
- Tu as raison, Ronda. Nous avons besoin de toi. Nous te supplions de les sauver.
R : - Dans ce cas, à genoux. Vous devez me le demander à genoux.
- Voilà, nous sommes à tes pieds, Ronda. Mais par pitié, sauve-les.
(Elle décroche une winchester).
R : - Relevez-vous, mesdames.

Elle sort, la winchester à la main. 1h17 et 18 secondes.

Reprise du film.
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

rex lee
Caporal
Messages : 827

Re: Les colts de la violence - Mille dollari sul nero - 1967 - Alberto Cardone

Messagepar rex lee » 29 juil. 2008 6:27

Je viens de le voir et la scène coupée , retranscrite par Sartana permet de mieux comprendre le revirement de la mère .
Je confirme que l'acteur qui joue Ralph est bien Sieghardt Rupp , qui interprète Esteban Rodos ,le frère de Ramon dans le Leone.
En revanche , il n'est pas dans les" Trinita ". On peut cependant le voir dans diverses productions européennes comme " Parmi les Vautours " ou " La chevauchée vers Santa Cruz " , un bon petit western que j'ai vu ...il y a très lontemps et dont je garde un bon souvenir.
Sinon , j'ai bien aimé ces " Colts de la violence " , même si la réalisation et le montage laissent à désirer . On sent le budget serré .Mais bon , comme l'ont dit mes camarades , c'est un western-tragedie et j'adore ça ...ce côté flamboyant me plait .On est effectivement proche de l'univers de "Gringo joue sur le rouge". C'est du Steffen première période : cheveux courts , petit chapeau et veste marron...Alors moi , je l'aime bien , Antonio . On l' a comparé à Garko , valorisant le jeu d'acteur de ce dernier , au détriment du pauvre Steffen ! Mais l'un est exubérant et l'autre réservé .Garko joue très bien dans le registre de la démesure ( un peu comme T. Milian ) et Steffen la joue sobre ,tout en retenue , et franchement , je trouve qu'il s'en sort bien.
Voilà , comme cela a déjà été dit , un film que les amateurs de westerns italiens apprecieront !


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films et documentaires »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités