Lule WARRENTON (1862-1932)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Répondre
DEMERVAL
Major
Messages : 13501
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Lule WARRENTON (1862-1932)

Message par DEMERVAL »

Lule WARRENTON naquit le 22 juin 1862 à Flint, Michigan, d’un père direction de production. Sous l’égide de son oncle, Sheridan Corbyn, Lule Warrenton avait endossé quelques rôles enfantins et elle devait demeurer active sur les planches et le cinéma durant la plupart de sa vie.
Lule Warrenton fréquenta le St. Rose's Convent et étudia plus tard à l’Université du Michigan. Après son séjour dans le Michigan, Lule Warrenton commença sa carrière d’actrice comme élocutionniste à l’Université de Notre Dame. Elle progressa plus tard comme lectrice Shakespearienne, se produisant dans son premier spectacle au Victoria Rifle's Armory de Montreal, Quebec, Canada.
Lule Warrenton apparut au total dans 81 films au cours de sa carrière. Bien qu’elle décrocha quelques rôles intéressants, elle fut généralement limitée aux rôles secondaires. Lule Warrenton, apparut notamment dans les genres comiques et western. Elle avait la réputation d’être une actrice versatile et elle endossa toute une palette de rôles dont une femme noire dans The Queen of Jungleland et le rôle masculin d’un Mandarin Chinois arborant une moustache, sous la direction d’Henry McRae.
Dans un article concernant l’une de ses performances dans le Pittsburgh Press, Lule Warrenton concluait qu’"interpréter divers rôles, le plus difficile étant le meilleur, est le travail et le passe-temps de Lule Warrenton".
Mieux connue pour sa carrière de réalisatrice, Lule Warrenton devint la seule femme réalisatrice dans le monde à l’époque à posséder son propre studio chez Universal. Lule Warrenton écrivit quelques-uns des scenarii de ses films, mais son assistant, Allen Watt, prit la responsabilité de la majorité de l’écriture des scenarii. Le fils de Lule Warrenton, Gilbert Warrenton, fut souvent en charge de la photographie de la plupart des films de sa mère.
Lule Warrenton commença sa carrière de réalisatrice dans les comédies mais effectua plus tard la transition vers des films spécifiquement dédiés aux enfants, qu’elle appelait "Film for Little Ones". Calling Linda fut son premier Film for Little Ones en 1916. Lule Warrenton réalisa et produisit AA Bit o'Heaven en 1917, film qui comprenait l’enfant star prodige de 4 ans, Mary Louise; ce film était une adaptation du roman de Kate Douglas Wiggin, The Birds' Christmas Carol qui fut vendu à plus d’un million et demi d’exemplaires. Lule Warrenton et Mary Louise firent de nombreux films ensemble.
A cause de sa facilité à manipuler des "enfants stars," Lule Warrenton devint connue dans les cercles Hollywoodiens comme "maman," et il a été affirmé qu’elle "n’a pas d’égal dans la manipulation des enfants stars."
Lule Warrenton fut en quelque sorte une pionnière de la féminité et de l’inclusion des femmes dans le monde professionnel, notamment à Hollywood.
En dehors d’avoir été la première femme réalisatrice au monde à avoir son propre studio, Lule Warrenton se fit aussi un nom en convertissant sa propre maison en centre social pour femmes à Hollywood. Elle était connue pour être une contributrice clé du mouvement au sein de l’Hollywood Film Company visant à établir une maison permanente pour ces innombrables figurantes à Hollywood.
Lule Warrenton fut aussi un des quatre fondateurs du Hollywood Studio Club, une organisation que toute femme en relation avec l’industrie du film, pouvait rejoindre. Ce club dramatique s’établit dans le sous-sol de l’Hollywood Public Library. Finalement, le Young Women’s Christian Association s’y impliqua et l’organisation se développa favorablement, grandissant en taille pour atteindre 175 membres en 1917.
Lule Warrenton commença sa carrière avec Universal Studios en 1912, mais elle rompit les liens avec le géant du cinéma en 1917 pour continuer sa production de films juvéniles de manière indépendante.
Après sa séparation d’avec Universal, Lule Warrenton quitta finalement Hollywood et rejoignit le San Diego Conservatory of Music tout en devenant simultanément la tête d’une compagnie cinématographique entièrement féminine, également localisée à San Diego.
Lule Warrenton eut deux enfants, bien que d’aucuns ne connaissent que son fils, Gilbert. Elle eut une fille, Mme Virginia Zimmerman,qui épousa un docteur à Los Angeles.
Alors qu’elle était toujours active chez Universal, Lule Warrenton contracta la pneumonie en 1915, ce qui l’obligea à s’aliter pendant six semaines. Après son retour au travail, elle dût de nouveau s’aliter une journée plus tard, et ainsi manquer quelques opportunités supplémentaires.
Lule Warrenton mesurait 1m68, pesait 68 kg, avait une longue chevelure brune et des yeux bleus. Elle décéda le 14 mai 1932 au Laguna Hospital, Californie, des suites d’une interruption chirurgicale.

Sa contribution au western fut la suivante :

The White Squaw d’Henry MacRae (1913), rôle indéterminé
The Law of the Range d’Henry MacRae (1914), rôle indéterminé
Ridgeway of Montana d’Henry MacRae (1915), Mme Edwards
Le garde du Texas de Frank Powell (1918), rôle indéterminé
When a Man Rides Alone d’Henry King (1919), Guadalupe Moreno
The Wilderness Trail d’Edward LeSaint (1919), Old Mary
Avatar du membre
harry
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4306
Enregistré le : 19 août 2015 22:10
Localisation : San Francisco

Re: Lule WARRENTON (1862-1932)

Message par harry »

Image
Image
Image
Répondre

Retourner vers « Biographies »