Madge KENNEDY (1891-1987)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Répondre
DEMERVAL
Major
Messages : 13720
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Madge KENNEDY (1891-1987)

Message par DEMERVAL »

Madge KENNEDY naquit à Chicago, Illinois, le 19 avril 1891. Son père était un juge aux affaires criminelles. Alors qu’elle et sa famille vivaient en Californie, elle déménagea à New York City avec sa mère pour peindre. Elle étudia deux ans à l’Art Students League dans le but de devenir illustratrice. Luis Mora vit son travail et recommanda qu’elle aille à la Siasconset (à Nantucket, Massachusetts) pour un été.
La colonie de Siasconset était également partagée entre les acteurs, les artistes et les peintres qui donnaient souvent des performances théâtrales.
Madge Kennedy apparut dans un sketch écrit par Kenneth et Roy Webb et impressionna professionnellement Harry Woodruff. En résultat, elle se vit offrir le rôle principal face à l’acteur dans The Genius. Elle se retrouva rapidement à Cleveland, Ohio, où Robert McLaughlin lui donna du travail dans sa compagnie de répertoire.
Madge Kennedy apparut d’abord sur Broadway dans Little Miss Brown (1912), une farce en trois actes présentée sur le 48th Street Theater. Les critiques trouvèrent la performance de Madge Kennedy très plaisante, "La jeunesse de Miss Kennedy, sa beauté et son sens marqué de la rigolade l’aidèrent à faire une impression décidément favorable la nuit dernière." La même année, elle apparut dans The Point of View.
1914 la vit dans la pièce populaire Twin Beds et en 1915 elle enregistra un succès exceptionnel à l’Eltinge Theater dans le rôle de Blanny Wheeler face à John Cumberland dans la farce classique d’Avery Hopwood, Fair and Warmer, qui connut 377 représentations. Le critique Louis Vincent DeFoe écrivit, "Madge Kennedy prouve à nouveau que l’art consommé est impliqué même dans la farce." Vers la vingtaine, elle devait quitter les planches pendant trois années pour apparaître dans des films pour Samuel Goldwyn.
Madge Kennedy retourna sur les planches de New York en novembre 1920 pour y jouer dans Cornered à l’Astor Theatre. Produite par Henry Savage, la pièce, tirée des écrits de Dodson Mitchell, offrit un double rôle à Madge Kennedy.
En 1923 elle fut la partenaire de W.C. Fields dans Poppy, où elle fut créditée en haut de l’affiche. Dans la comédie, Beware of Widows (1925), qui fut produite au Maxine Elliott Theatre, un critique du New York Times nota, une nouvelle fois, la beauté physique de Madge Kennedy ainsi que son habileté de comédienne.
Plus tard, elle fut la vedette de la pièce de Philip Barry, Paris Bound (1927) et dans celle de Noël Coward, Private Lives (1931) y succédant à Gertrude Lawrence.
Après une absence de 33 ans, elle retourna sur Broadway en août 1965 pour apparaître avec sa bonne amie Ruth Gordon dans la pièce de Gordon et Kanin, A Very Rich Woman.
En 1917, Sam Goldwyn de Goldwyn Pictures lui fit signer un contrat pour un film. Elle devait alors être la vedette de 21 films en cinq bobines, tels que Mon bébé (1917), Presque mariés (1917), Our Little Wife (1918), The Service Star (1918) et Dollars and Sense (1920).
Madge Kennedy dit à un reporter en 1916, "J’ai découvert qu’un des meilleurs moyens de jouer est de vider ton esprit autant que possible." En 1918, Our Little Wife fut diffusé en avant-première avec Madge Kennedy dans le rôle de Dodo Warren. L’histoire traite d’une femme dont le mariage est drôle et triste. Le scénario fut adapté d’une comédie d’Avery Hopwood.
A Perfect Lady (1918) fut diffusé en décembre et était tiré d’une pièce de Channing Pollock et Rennold Wolf. Madge Kennedy y était le partenaire de James Montgomery. En 1923, elle fut la vedette de The Purple Highway. Le scénario est une adaptation de la pièce Dear Me, écrite par Luther Reed et Hale Hamilton.
Les années 1920 furent une période productive pour Madge Kennedy. Après The Purple Highway, elle eut des rôles éminents dans Le collier fatal (1924), Scandal Sheet (1925), Bad Company (1925), Lying Wives (1925), Oh, Baby! (1926) et Walls Tell Tales (1928).
Elle quitta ensuite le cinéma jusqu’à ce qu’elle reprenne sa carrière dans Je retourne chez maman(1952) et Main Street to Broadway (1953).
A la fin des années 1950, elle combina petit et grand écran avec des rôles dans des films comme La mousson (1955), Un mariage du tonnerre (1956), La vie privée de Vincent Van Gogh (1956), la péniche du bonheur (1958), Comment dévaliser une bonne petite banque ? (1958), Les pillards de la prairie (1959) et La mort aux trousses (1959). Elle eut le rôle non crédité d’une secrétaire dans le film de Marilyn Monroe, Le milliardaire (1960).
Sa carrière cinématographique se poursuivit dans les années 1970 avec des rôles dans On achève bien les chevaux (1969), The Baby Maker (1970), Le jour du fléau (1975) et Marathon Man (1976).
Comme guest star dans la série Red Davis (1934) sur NBC Radio et WJZ (WABC-AM), Madge Kennedy travailla avec Burgess Meredith qui endossa le rôle-titre. Elle fut utilisée dans la totalité du script par la créatrice du programme, Elaine Sterne Carrington.
Madge Kennedy fut prolifique en apparitions télévisuelles en commençant par un épisode de Schlitz Playhouse of Stars (1954). Parmi ses performances supplémentaires sur le petit écran figurent Studio 57 (1954), General Electric Theater (1954), Science Fiction Theater (1955), The Life and Legend of Wyatt Earp (1960), The Best of the Post (1961), Alfred Hitchcock présente (1956–1961), The Alfred Hitchcock Hour (1962), La quatrième dimension (1963) et CBS Playhouse (1967). Elle endossa aussi le rôle semi-récurrent de la tante Martha de Theodore Cleaver dans la sitcom familiale Leave it to Beaver (1957–1963). Elle assuma aussi le rôle de la tante de June Cleaver et de la grand-tante de Beaver. Madge Kennedy apparut aussi dans le rôle de Mimi (l’épouse d’Albert, le grand-père de Felix incarné par Tony Randall) dans The Odd Couple (1972).
Madge Kennedy et son mari, Harold Bolster (qui avait été un cadre de Goldwyn), créèrent Kenma Corporation, une compagnie de production de films. Kenma produisit The Purple Highway (1923) et Three Miles Out (1924), dans lesquels Madge apparut mais qui ne furent pas des succès majeurs.
Le contrat de Madge Kennedy avec Goldwyn prit fin en 1921. Elle décida de revenir sur les planches pour être près de son mari, le courtier Harold Bolster, à New York. Harold Bolster décéda le 3 août 1927 des suites d’une maladie contractée des mois auparavant lors d’un voyage d’affaires en Amérique du Sud. Il était un membre de la firme bancaire de New York, Bennett, Bolster & Coghill. Harold Bolster avait 38 ans et était un vétéran de la Première Guerre Mondiale. Madge Kennedy hérita de plus de 500 000 dollars quand il décéda.
Elle épousa William B. Hanley Jr., à Kingman, Arizona, le 13 août 1934. William B.Hanley Jr était un acteur et une personnalité de la radio. Le couple résida à Los Angeles, Californie. Madge Kennedy se retira temporairement après son mariage avant de revenir pour travailler dans le divertissement. Le couple devait rester uni jusqu’à la mort de William le 2 octobre 1959.
Elle appréciait les activités de plein air telles que jouer au golf, monter à cheval et conduire des voitures. Elle possédait une Willys-Knight Great Six qu’elle conduisait avidement quand elle se produisit en itinérance en 1929 dans la pièce, Lulu. En août 1929, elle fut poursuivie devant la Cour de Norwich, Connecticut, pour les dommages causés dans un accident de voiture survenu sur Boston Post Road près de Groton, Connecticut, en juin 1928. Le plaignant demanda 13 000 dollars.
Madge Kennedy décéda d’une insuffisance respiratoire au Motion Picture & Television Country House and Hospital de Woodland Hills, Californie, le 9 juin 1987. Elle avait 96 ans.
Madge Kennedy star a une étoile au 1600 Vine Street dans le département cinéma du Hollywood Walk of Fame. Elle fut dédiée le 8 février 1960.

Sa contribution au western fut la suivante :

Leave It to Susan de Clarence G. Badger (1919), Susan Burbridge
Les pillards de la prairie d’Albert C. Gannaway (1959), Mary East
The Life and Legend of Wyatt Earp, un épisode, Mary Rowland dans « Don’t Get Tough with a Sailor » (1960)
The Tall Man, un épisode, Elizabeth Van Doren dans « The Hunt » (1962)
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6938
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Madge KENNEDY (1891-1987)

Message par LordDécadent »

Image
"Alfred Hitchcock Presents: Help Wanted" en 1956.
Répondre

Retourner vers « Biographies »