Raymond WALBURN (1887-1969)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8563

Raymond WALBURN (1887-1969)

Messagepar DEMERVAL » 27 juil. 2020 11:02

Raymond Walburn est un de ces acteurs dont le nom n’évoque pas grand-chose aux oreilles des spectateurs mais dont la valeur ajoutée de sa contribution dans des comédies des années 1930 et 1940 garantissait une certaine notoriété auxdits films. Rappelant légèrement le personnage de "Mr. Monopoly", Raymond Walburn était l’archétype de l’emphatique empoté ou du dédaigneux collet-monté avec comme image de marque des yeux globuleux, un nez retroussé, des sourcils arqués et une fine moustache. Il promena sa dose patentée d’humeur insolente dans presque 100 films de série A et B durant sa carrière. Raymond Walburn était né à Plymouth, Indiana le 9 septembre 1887, et il déménagea par la suite à Oakland, Californie pour y suivre les cours du lycée et sa mère actrice. Là, il fut placé dans une école d’art dramatique associée au Liberty Theatre, la principale compagnie de répertoire d’Oakland, et elle fit ses débuts professionnels sur les planches à 18 ans dans la Seconde Sorcière dans "MacBeth." Après une longue tournée dans des spectacles répertoriaux, il effectua sa première expérience sur Broadway avec l’ouverture de "The Greyhound" en 1912.
Après une longue période de galère et un certain nombre d’échecs théâtraux, sa carrière fut interrompue par le service militaire. C’était peu après sa sélection comme remplaçant du principal rôle juvénile dans "Come Out of the Kitchen" avec Ruth Chatterton. Suite à sa décharge du corps d’artillerie où il servit en France, il reprit sa carrière sur Broadway et dans les tournées itinérantes et connut une certaine notoriété tout au long des années 1920. En 1924 il fit ses débuts à Londres dans le rôle d’Aubrey Piper dans "The Show-Off," un rôle qui établit intensément son image pompeuse et sa façade bidon et effrontée qui seront les siennes plus tard sur les planches et devant les caméras. Au fil des décennies, la vanité plutôt comique de Raymond Walburn devait devenir une tactique répétée pour s’accaparer les scènes.
En dehors de quelques rôles quelconques dans des films muets, Raymond Walburn ne connut pas de réel élan dans le cinéma avant 1929, date à laquelle il endossa un rôle secondaire auprès de Ruth Chatterton, cette fois en tant que son mari infidèle dans The Laughing Lady (1929). Il ne retourna pas devant les caméras, cependant, avant cinq années après un franc succès théâtral dans "The Pursuit of Happiness" (1933). A partir de 1934, il continua à être vu dans des films et fut un acteur de base de la Columbia. Pour Frank Capra, ses grands moments comprirent le rôle du Colonel Pettigrew, dans La course de Broadway Bill (1934); le valent prétentieux de Gary Cooper dans L'extravagant Mr Deeds (1936); et l’opportuniste juge Alexander dans L’enjeu avec le duo Spencer Tracy/Katharine Hepburn (1948). Il apparut aussi dans le pâle remake de Frank Capra de la comédie musicale Jour de chance (1950) avec Bing Crosby, dans laquelle il reprenait son rôle de l’escroc Colonel Pettigrew. En tant qu’acteur favori de Preston Sturges, Raymond Walburn resplendit dans le rôle du sarcastique et pompeux Dr. Maxford dans Le gros lot (1940); dans le rôle de Noble, la baudruche dans le classique Héros d'occasion (1944); et dans le rôle du patron qui revoie Harold Lloyd dans Oh quel mercredi! (1947).
Durant les années d’après-guerre, le désormais ventru Raymond Walburn se vit offrir une grande opportunité en animant sa propre série de films comiques dans le rôle d’"Henry". Y incarnant le patriarche Henry Latham dans Henry, the Rainmaker (1949), il fut autorisé à rebondir avec des vieilles blagues du personnage du Maire Colton incarné par Walter Catlett. Barbara Brown, son épouse et le jeune Gary Gray dans le rôle de son fils David participèrent à l’ensemble de la série. Il cabriola dans cinq longs métrages jusque Father Takes the Air (1951). Le dernier film de Raymond Walburn le western plutôt creux Les forbans (1955). Suite à la mort de son épouse Gertrude (affectivement connue comme Trudy), il se retira plus ou moins mais trouva de nouveau le bonheur en épousant une amie de la famille, Jane Davis.
En 1962, à 74 ans, il sortit de la semi-retraite qu’il s’était imposée à la demande de Harold Prince pour rejoindre Zero Mostel et compagnie dans la farce musicale burlesque "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum" dans laquelle il interprétait un citoyen romain. Il resta dans l’émission pendant 18 mois, puis apparut avec Ruth Gordon dans "A Very Rich Woman" en 1965. Raymond Walburn décéda à New York City à 81 ans, le 26 juillet 1969, suite à une maladie étendue.

Sa contribution au western fut la suivante :

La furie de l’or noir de Rouben Mamoulian (1937), Doc Watterson
L’escadron noir de Raoul Walsh (1940), le juge Buckner
Les desperados de Charles Vidor (1943), le juge Cameron
Plainsman and the Lady de Joseph Kane (1946), le juge Winters
Short Grass de Lesley Selander (1950), le docteur McKenna
Une fille en or de Lloyd Bacon (1951), Cornelius
Les forbans de Jesse Hibbs (1955), Mr. Skinner

Avatar du membre
LordDécadent
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1415
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Raymond WALBURN (1887-1969)

Messagepar LordDécadent » 27 juil. 2020 17:43

Image
"The Count of Monte Cristo" en 1934.

Image
"Dark Command/L'Escadron Noir" en 1939.

Image
"The Desperadoes" en 1942.

Image
"The Spoilers/Les Forbans" en 1955.



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités