Cecil KELLAWAY (1890-1973)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8385

Cecil KELLAWAY (1890-1973)

Messagepar DEMERVAL » 12 juin 2020 15:15

Cecil Kellaway naquit le 22 août 1890 à Le Cap, Afrique du Sud. Il était le fils de parents anglais, Rebecca Annie (née Brebner) et Edwin John Kellaway, un architecte et ingénieur. Edwin avait émigré au Cap pour y aider à la construction de la Houses of Parliament, et il fut un bon ami de Cecil Rhodes, qui était le parrain de Cecil Kellaway.
Cecil s’intéressa à l’art dramatique dès son plus jeune âge. Il fut éduqué au Normal College du Cap, et en Angleterre au Bradford Grammar School. Il étudia l’ingénierie et à son retour en Afrique du Sud, fut employé dans une firme d’ingénierie. Cependant l’envie de jouer fut la plus forte et il devint un acteur à plein temps, faisant ses débuts dans Potash and Perlmutter.
Il servit brièvement dans l’armée en 1914 mais fut invalidé. Parmi ses premières pièces figurent The Prince of Pilsen. Il fit une tournée pendant trois ans à travers la Chine, le Japon, le Siam, Bornéo, la Malaisie, l’Afrique du Nord et du Sud et l’Europe dans des pièces comme Monsieur Beaucaire.
Cecil Kellaway arriva en Australie en 1921 sous contrat avec la J. C. Williamson Ltd. Il eut un succès notable dans le rôle du père comique de quatre filles dans A Night Out, rôle qu’il interpréta quasiment toute l’année 1922; il devait souvent reprendre ce rôle dans ses dernières années et ce rôle mit fin à seize ans de collaboration avec les Williamsons sur les planches Australiennes, principalement dans des comédies musicales.
Pour les Williamsons il fut dans Mary (1922–23) puis retourna dans A Night Out avant d’apparaître dans The Cabaret Girl (1923–24), Kissing Time (1924), Whirled Into Happiness (1924), Katja (1925), The Belle of New York (1925), Primrose (1925), A Night Out revival (1926), Frasquita (1927), Princess Charming (1928), Hold Everything (1929), Florodora (1931), A Warm Corner ( 1931), A Night Out de nouveau, Sons o' Guns (1931), Blue Roses (1932), Hold my Hand (1932) et The Gipsy Princess (1933).
Au début des années 1930, Cecil Kellaway était une des plus grandes stars du théâtre australien. Il fit ses débuts sur le grand écran avec le rôle principal dans The Hayseeds (1933), une populaire comédie locale, réalisée par Beaumont Smith. Cependant son principal centre intérêt demeurait le théâtre: The Dubarry (1934), Music in the Air (1934), Roberta (1935), High Jinks (1935), Ball at the Savoy (1935), A Southern Maid (1936) et White Horse Inn (1936).
Il retourna devant les caméras avec le film australien en Cinesound, It Isn't Done (1937), pour lequel il apporta aussi l’histoire originale. Réalisé par Ken G. Hall ce fut un succès populaire. Cela amena Cecil à faire un bout d’essai pour RKO Pictures qui lui offrit un contrat. Il apparut dans A Southern Maid sur les planches en 1937.
La RKO utilisa initialement Cecil Kellaway dans des petits rôles: Everybody's Doing It (1938), Double Danger (1938), Night Spot (1938), Mademoiselle a disparu (1938), This Marriage Business (1938) et Law of the Underworld (1938).
Cecil Kellaway reçut le premier rôle à sa mesure quand il fut crédité en troisième position dans Blond Cheat (1938), avec Joan Fontaine.
Cependant ses rôles restèrent mineurs: Smashing the Rackets (1938), Tarnished Angel (1938), Annabel Takes a Tour (1938) et Gunga Din (1939). Kellaway retourna en Australie pour un second film Cinesound, Mr. Chedworth Steps Out (1939), avec le jeune Peter Finch. Il fut tourné en octobre–novembre 1938.
De retour à Hollywood, l’envergure et la qualité de ses rôles continuèrent à s’améliorer avec Les Hauts de Hurlevent (1939), pour William Wyler, dans le rôle du père de Cathy. Il apparut dans Frères héroïques (1939), L’irrésistible Monsieur Bob (1939) pour Paramount et Les petites pestes (1939). Il refusa un rôle dans La vie privée d’Elizabeth et Essex (1939) pour faire Envol vers le bonheur (1939) pour David O. Selznick. Il fit plus tard Nous ne sommes pas seuls (1939).
Il apparut dans Mexican Spitfire (1940) pour RKO, Le retour de l’homme invisible (1940) et La maison aux sept pignons (1940) pour Universal, La femme aux brillants (1940), Phantom Raiders (1940), L’étrange aventure (1940), Pop Always Pays (1940), La main de la momie (1940), La frontière des diamants (1940) et Mexican Spitfire Out West (1940) pour RKO. Il refusa Balalaika pour faire La Lettre (1940) pour Wyler.
Cecil Kellaway apparut dans South of Suez (1940) pour Warners et Lady with Red Hair (1940). Il fut crédité dans La Lettre (1940), mais y est seulement aperçu dans une scène de fête, son rôle ayant été supprimé.
Cecil Kellaway tourna West Point Widow (1941) pour Paramount et signa un contrat avec le studio. Il fit A Very Young Lady (1941) pour la Fox, Burma Convoy (1941), New York Town (1941), Birth of the Blues (1941) et Rendez-vous d’amour (1941) pour Universal.
Pour la Paramount il apparut dans The Night of January 16th (1941), Sous le ciel de Polynésie (1941), Espionne aux enchères (1941) et Mon secrétaire travaille la nuit (1941). La Fox l’emprunta pour Small Town Deb (1941), puis il retourna chez Paramount pour Are Husbands Necessary? (1942) et Night in New Orleans (1942).
Cecil Kellaway endossa le rôle éminent du père de Veronica Lake dans Ma femme est une sorcière (1942). Il poursuivit avec My Heart Belongs to Daddy (1942). Le retour pour ce rôle fut positif et la Paramount annonça qu’elle allait en faire une star, en le castant dans un remake de L’extravagant Mr. Ruggles et en en faisant la vedette dans The Incomparable Alfred.
Il eut des rôles en caméo dans Au pays du rythme (1943) et dans Et la vie recommence (1943) et apparut dans La boule de cristal (1943) et Deux nigauds dans le foin (1943). La Paramount lui donna le rôle principal dans The Good Fellows (1943). Il revint aux seconds rôles pour L’aventure vient de la mer (1944). Il devait se produire dans Out of This World sur Broadway quand on lui offrit le rôle d’Edward VII dans Mrs. Parkington (1944) pour Metro-Goldwyn-Mayer.
De retour à la Paramount il apparut dans Et le bonheur est pour demain (1944), Practically Yours (1944) et Le poids d’un mensonge (1945), film dans lequel il était aux côtés de la star Australienne Ann Richards. Dans Kitty (1945), il incarnait le peintre Thomas Gainsborough. La MGM l’emprunta pour interpréter le malheureux mari du personnage incarné par Lana Turner dans Le facteur sonne toujours deux fois (1946), un rôle secondaire dans Easy to Wed (1946) et le méchant dans The Cockeyed Miracle (1946).
Début 1946, il gagnait 1 500 dollars la semaine mais annonça qu’il envisageait retourner en Australie pour diriger un studio parce qu’il en avait assez de jouer les utilités. De retour chez Paramount il apparut dans Le joyeux barbier (1946), Hollywood en folie (1947) et Les conquérants d’un nouveau monde (1947). Cecil Kellaway fut emprunté par Warners pour Always Together (1947) puis il se rendit à la Fox pour L’énigmatique Monsieur Horace (1948).
Cecil Kellaway passa à la RKO pour Jeanne d’Arc (1948). Il apparut dans The Decision of Christopher Blake (1948), Le Portrait de Jennie (1948), Les marins de l’orgueilleux (1949), Une rousse obstinée (1950), de retour à la MGM. En 1950, on annonça que James Hilton écrivait un script pour Cecil Kellaway, Roof of the World, basé sur le temps passé par l’acteur en Inde. Le film fut complété. Il apparut dans Harvey (1950), Kim (1950), Katie Did It (1951), Francis aux courses (1951), Half Angel (1951) et Le chevalier au masque de dentelle (1951).
Il retourna chez Paramount pour Tonnerre sur le temple (1952), Just Across the Street (1952), Seules les femmes savent mentir (1952), La reine vierge (1953), Le monstre des temps perdus (1953), Cruisin' Down the River (1953) et Paris Model (1953).
En 1954, il devint un citoyen américain (il était sud-africain).
A la MGM il fut dans Le fils prodigue 1955) et Mélodie interrompue (1955), y interprétant un Australien (le père de Marjorie Lawrence). Il tourna deux films avec Jeff Chandler, La maison sur la plage (1955) et The Toy Tiger (1956) et fut crédité en seconde position (derrière Ethel Barrymore) dans Johnny la Bagarre (1957).
Il travailla régulièrement à la télévision dans des émissions comme Lux Video Theatre, The Ford Television Theatre, Schlitz Playhouse, Cavalcade of America, Schlitz Playhouse, Playhouse 90, Studio One in Hollywood, Matinee Theatre, Crossroads.
Cecil Kellaway fut au générique de Le fier rebelle (1958), Quelle vie de chien ! (1959) et La vie privée d’Adam et Eve (1960). Il apparut sur Broadway dans Greenwillow (1960) qui ne fut que peu représentée.
A la télévision américaine, il fit une apparition en guest star en 1959 dans Perry Mason dans le rôle du pharmacien et meurtrier Darrell Metcalf dans "The Case of the Glittering Goldfish", et pour cet épisode fut crédité au même niveau que Raymond Burr. Cecil Kellaway fut ensuite, deux ans plus tard, la guest star d’un épisode de la série western, Rawhide, intitulé "Incident In The Middle of Nowhere", dans lequel il incarnait le personnage de MacKay.
Il apparut aussi dans Whirlybirds, Le Millionnaire, The Ann Sothern Show, Destination Espace, Harrigan and Son, Hennesey, Johnny Ringo, La quatrième dimension, Le gant de velours, Aventures dans les îles, Mr. Smith Goes to Washington (la série TV), Ombres sur le soleil et Ben Casey.
Cecil Kellaway apparut dans François d’Assise (1961), Les lycéennes (1961), Zotz! (1962), Le Cardinal (1963), Chut… Chut, chère Charlotte (1964) et Quick, Let's Get Married (1964).
En 1963 il fut Wilbur Canfield, le conservateur d’un musée, dans le 19ème épisode de la première saison de la série télévisée Mon martien favori. En 1964 il fut Santa Claus dans "Visions of Sugarplums" un épisode de Ma sorcière bien-aimée. En 1967, Cecil Kellaway interpréta le rôle d’un prétendant solitaire méga-riche et beaucoup plus âgé qu’Ann Marie (interprétée par Marlo Thomas) dans un épisode de That Girl. Parmi ses autres apparitions télévisées figurent Valentine's Day, L’homme à la Rolls, Sur la piste du crime et Le plus grand chapiteau du monde.
Parmi les derniers films de Cecil Kellaway figurent Le tombeur de ces demoiselles (1966), L’honorable Griffin (1967) et Devine qui vient dîner (1967). Il apparut dans des épisodes de Madame et son fantôme et Nanny et le Professeur et la version cinématographique de Kismet (1967). Ses ultimes performances comprennent Un si gentil petit gang (1969), Camping ou C.Q.F.D. (1970), The Wacky Zoo of Morgan City (1971) et un pilote pour la série télévisée, Call Holme (1971).
Cecil Kellaway fut deux fois nominé pour l’Oscar du Meilleur Second Rôle, pour L’énigmatique Monsieur Horace en 1948 et Devine qui vient dîner en 1967.
Cecil Kellaway épousa Doreen Elizabeth Joubert à Johannesburg le 15 novembre 1919 et ils eurent deux enfants
Son frère Alec Kellaway devint un acteur notable à part entière. Son autre frère plus âgé, Leon, devint un maître de ballet pour Edouard Borovansky et l’Australian Ballet. Ses cousins étaient les acteurs Edmund Gwenn et Arthur Chesney.
Cecil Kellaway décéda le 28 février 1973 après une longue maladie, dans une maison de convalescence de West Los Angeles. Son caveau se trouve au Westwood Village Memorial Park Cemetery.

Sa contribution au western fut la suivante :

Les conquérants d’un nouveau monde de Cecil B. DeMille (1947), Jeremy Love
Le fier rebelle de Michael Curtiz (1958), Dr Enos Davis
Johnny Ringo, un épisode, Cyrus Hampton dans « The Cat » (1959)
Rawhide, un épisode, Mackay dans « Incident in the Middle of Nowhere » (1961)

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7974
Localisation : oregon

Re: Cecil KELLAWAY (1890-1973)

Messagepar lasso » 12 juin 2020 15:23

Image with Lana Turner in Postman allways rings Twice
Image Unconquered 1947
Image Unconquered 1947

Avatar du membre
LordDécadent
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1288
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Cecil KELLAWAY (1890-1973)

Messagepar LordDécadent » 12 juin 2020 17:58

Image
"Rawhide:Incident in the Middle of Nowhere" en 1961.

Image
"The Proud Rebel/le Fier Rebelle" en 1957.

Image
http://www.carnet-noir-des-acteurs.com/1973



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité