Doodles WEAVER (1911-1983)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Répondre
DEMERVAL
Major
Messages : 13720
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Doodles WEAVER (1911-1983)

Message par DEMERVAL »

Né Winstead Sheffield Glenndenning Dixon Weaver à Los Angeles le 11 mai 1911, Doodles WEAVER était l’un des quatre enfants de Sylvester Laflin Weaver, un riche couvreur et Annabel (née Dixon) Weaver. Son frère ainé était Sylvester "Pat" Weaver qui servit comme président de la NBC durant les années 1950. Sa nièce est l’actrice Sigourney Weaver. Il était de descendance anglo-écossaise et avait même des racines en Nouvelle-Angleterre. Enfant, la mère de Doodles lui donna le surnom "Doodlebug" à cause de ses taches de rousseur et ses grandes oreilles.
Il fréquenta le lycée de Los Angeles et l’Université de Stanford. A Stanford, Doodles contribua au journal satirique, le Stanford Chaparral. Il fut aussi connu pour son goût pour les blagues et les plaisanteries et reçut le surnom de "The Mad Monk". Il fut semblerait-il suspendu de Stanford en 1937 (l’année de son diplôme) pour avoir monté un canular sur le train de retour pour Rose Bowl.
A la radio durant la fin des années 1930 et le début des années 1940, il fut occasionnellement l’invité du programme de Rudy Vallée et du Kraft Music Hall.
En 1946, Doodles Weaver devint un membre du City Slickers Band de Spike Jones. Doodles Weaver fut entendu dans les spectacles radiophoniques de Spike Jones de 1947 à 1949, où il introduisit son personnage comique du Professeur Feetlebaum (qu’il appelait parfois Feitlebaum), un personnage qui parlait en contrepèteries. Une partie du numéro du Professeur était de mélanger les mots et les phrases dans diverses chansons et récitations comme s’il souffrait de myopie ou de dyslexie. Doodles Weaver effectua une tournée nationale avec la Spike Jones Music Depreciation Revue jusque 1951. Les émissions radiophoniques étaient souvent diffusées en direct des villes que la Revue traversait.
Un des enregistrements les plus populaires de Doodles est la parodie de Spike Jones de l’Ouverture de Guillaume Tell de Rossini. Weaver y donne une imitation fidèle de l’animateur Clem McCarthy dans une satire où un animateur de course de cheval oublie s’il commente une course hippique ou un match de boxe. La course comprend un canasson appelé Beetlebaum, qui commence la course avec une grosse côte, se retrouve à la traîne — et pourtant émerge soudainement pour gagner la course. Le nom sans cesse répété "Beetlebaum" devint si indissociable de l’enregistrement que RCA réédita ce dernier en ajoutant "Beetlebaum" entre parenthèses après le titre de la chanson. Spike Jones et Doodles Weaver poursuivirent avec une parodie en 1949 de la course automobile des 500 miles d’Indianapolis, de nouveau avec Doodles en commentateur et cette fois-ci sur le thème de la "Danse des Heures" de Ponchielli. Le vainqueur surprise fut Beetlebaum. Quand un auditeur en colère appelé Beetlebaum le menaça de poursuites judiciaires, Doodles Weaver changea le nom en Feetlebaum.
En 1966, Doodles Weaver enregistra une nouvelle version d’"Eleanor Rigby"— chantant, mélangeant les mots, insultant et interrompant, tout en jouant du piano.
Doodles fit ses débuts à la télévision dans The Colgate Comedy Hour en 1951. Il s’y produisit dans un spot publicitaire pour le nettoyant Ajax en compagnie d’un cochon, et la réaction des téléspectateurs décida la chaîne à lui octroyer sa propre série. En 1951, The Doodles Weaver Show fut le substitut estival du Your Show of Shows de Sid Caesar sur la NBC; l’émission fut diffusée de juin à septembre avec Doodles, son épouse Lois, sa vocaliste Marian Colby, et le duo comique formé de Dick Dana et Peanuts Mann. La série prit fin en juillet 1951.
Doodles Weaver fut ensuite la guest star de nombreuses émissions télévisées comme The Spike Jones Show, The Donna Reed Show, Denis la petite peste et The Tab Hunter Show. Il anima plusieurs émissions pour enfants. En 1965, il fut la vedette d'A Day With Doodles, une série de 6 minutes vendue comme alternative aux dessins animés pour les programmes locaux pour enfants. Chaque épisode voyait Doodles Weaver embarqué dans des aventures à la première personne du pluriel (par exemple, "Aujourd’hui, nous sommes un acteur de cinéma"), se mettant personnellement en scène et, derrière de fausses moustaches et des costumes et chapeaux, tous les autres personnages, dans des situations burlesques avec une voix narrative et des décors minimalistes.
Il incarna des personnages excentriques dans des séries télévisées comme Batman (dans lequel il interpréta l’homme de main de l’Archer, Crier Tuck), Land of the Giants, Dragnet 1967 et The Monkees. Il apparut dans plus de 90 films, dont Le roi des imposteurs (1961), Les oiseaux d’Alfred Hitchcock (1963) (dans le rôle de l’homme aidant Tippi Hedren avec son bateau de location), Docteur Jerry et Mister Love avec Jerry Lewis (1963), Milliardaire d’un jour (1961) et dans un caméo, Un monde fou, fou, fou, fou (1963). Il apparut dans Six Pack Annie (1975). Son ultime film fut Earthbound (1981).
Doodles Weaver fut marié à quatre reprises et eut trois enfants. Son premier mariage eut lieu avec Beverly Masterman le 26 septembre 1939. Ils eurent un enfant. Ils divorcèrent en 1943. Son second mariage eut lieu avec Evelyn Irene Paulsen du 15 août 1946 au 17 décembre 1948. Le 23 juillet 1949, Doodles épousa la danseuse de boîte de nuit, Lois Frisell, jusqu’au 7 avril 1954, date de l’annulation dudit mariage.
La quatrième et dernière union de Doodles Weaver eut lieu avec l’actrice Reita Anne Green le 6 octobre 1957. Ils eurent deux enfants avant de divorcer en 1968.
Le 17 janvier 1983, Doodles Weaver décéda des suites de deux coups de feu qu’il s’infligea dans la poitrine. Sa mort fut attribuée à un suicide. Son fils dira plus tard que son père était inquiet de sa santé déclinante. Ses funérailles eurent lieu le 22 janvier au funérarium de Forest Lawn dans les Hollywood Hills. Il fut enterré au cimetière d’Avalon dans l’île de Santa Catalina Island, Californie.
Ses mémoires, Golden Spike, ne furent pas publiées.

Sa contribution au western fut la suivante :

San Fernando Valley de John English (1944), le vendeur de hot dog
The Singing Sheriff de Leslie Goodwins (1944), Ivory
San Antonio de David Butler (1945), l’animateur
La rivière de la poudre de Louis King (1945), un pilier de bar
The Sheriff of Cochise, un épisode, Joe Heap dans « Caine and Abel » (1956)
Frontier Gun de Paul Landres (1958), Eph Loveman
Sugarfoot, un épisode, Simon Miller dans « Journey to Provision » (1960)
Fury, un épisode, Jake dans « Packy’s Dilemma » (1960)
Lawman, Jack Stiles dans quatre épisodes :
- The Thimblerigger (1960)
- Belding’s Girl (1960)
- The Lady Belle (1960)
- The Parting (1960)
La grande caravane, un épisode, Efen Dirkin dans « The Joe Muharich Story » (1961)
Laramie, un épisode, George dans « Handful of Fire » (1961)
Maverick, deux épisodes :
- Lem dans « Gun-Shy » (1959)
- Le télégraphiste dans « The Troubled Heir » (1962)
Bronco, un épisode, Grimes dans « Moment of Doubt » (1962)
Have Gun- Will Travel, un épisode, Hildreth dans « Shootout at Hogtooth » (1962)
La route des rodéos, un épisode, Jones dans « The Judas Goat » (1963)
Les aventuriers du Far West, trois épisodes :
- Le premier joueur dans « Queen of Spades » (1961)
- George Ewers dans « Pioneer Doctor » (1963)
- Le freineur dans « The Train and Lucy Tutaine » (1963)
Les voyages de Jaimie McPheeters, un épisode, Pettigrew dans « The Day of the Tin Trumpet » (1964)
A l’ouest du Montana de Burt Kennedy (1964), Charlie Mary
Le virginien, un épisode, le chef de gare dans « Rope of Lies » (1964)
Le mors aux dents de Burt Kennedy (1965), Arlee
Laredo, deux épisodes :
- Un homme dans « Which Way Did They Go ? » (1965)
- Wilbur dans « The Heroes of San Gill » (1965)
Les fusils du Far West de David Lowell Rich (1966), le tenancier de bar
Winchester 73, téléfilm d’Herschel Daugherty (1967), un concurrent du concours de tir
Rango, un épisode, ???? dans « It Ain’t the Principle, It’s Money » (1967)
Daniel Boone, deux épisodes :
- Un cavalier dans « Run a Crooked Mile » (1966)
- Le tenancier de bar dans « Take the Southbound Stage » (1967)
Bonanza,deuxépisodes :
- Barney dans « Maestro Hoss » (1967)
- Un lad dans « Trouble Town » (1968)
Les filles de Joshua Cabe, téléfilm de Philip Leacock (1972), le télégraphiste
Banjo Hackett : Roamin’ Free, téléfilm d’Andrew V. McLagen (1976), Old Turkey
The Great Gundown de Paul Hunt (1977), le préposé aux bagages
Mule Feathers de Donald R. von Mizener (1978), le directeur d’hôtel
Modifié en dernier par DEMERVAL le 05 janv. 2022 14:44, modifié 1 fois.
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6938
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Doodles WEAVER (1911-1983)

Message par LordDécadent »

Image
"Wagon Train:The Joe Muharich Story" en 1961.
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6938
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Doodles WEAVER (1911-1983)

Message par LordDécadent »

Image
"Lawman: The Thimblerigger" en 1959.

Image
"Have Gun - Will Travel: Shootout at Hogtooth" en 1962.

Image
"Bronco: Moment of Doubt" en 1962.

Image
"Daniel Boone: Take the Southbound Stage" en 1967.
Répondre

Retourner vers « Biographies »