Sally KELLERMAN (1937- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8847

Sally KELLERMAN (1937- )

Messagepar DEMERVAL » 13 févr. 2020 13:26

Sally Claire Kellerman est née le 2 juin 1937 à Long Beach, Californie d’Edith Baine (née Vaughn, 1911–1998), un professeur de piano et John "Jack" Helm Kellerman (1900–1971), un cadre de la Shell Oil Company. Durant son année de première au lycée, les Kellermans déménagèrent de San Fernando à Park La Brea, Los Angeles, où elle fréquenta le lycée d’Hollywood. A cause de sa timidité, Sally Kellerman se fit de nouveaux amis et eut de mauvaises notes (excepté en chant et en éducation physique); cependant, elle joua dans une production scolaire de Meet Me in St. Louis. Avec l’aide d’un ami lycéen, Sally Kellerman soumit une démo enregistrée au créateur et patron de Verve Records Norman Granz. Après avoir signé un contrat avec Verve, elle fut cependant submergée par la tâche qui l’attendait pour devenir une artiste de variété et s’en alla.
Sally Kellerman s’enrôla dans la classe d’art dramatique de Jeff Corey. En une année, elle apparut dans une production de John Osborne, Look Back in Anger montée par Jeff Corey et dans laquelle figuraient ses camarades de classe Shirley Knight, Jack Nicholson, Dean Stockwell et Robert Blake. Vers la fin des années 1950, elle rejoignit le nouvellement ouvert Actors Studio West et débuta devant la caméra dans le film, Reform School Girl (1957). Pour payer ses cours, Sally Kellerman travailla comme serveuse au Chez Paulette.
La décennie retrouva Sally Kellerman faisant un certain nombre d’apparitions dans des séries télévisées. Son premier rôle fut celui d’une serveuse dans la sitcom de John Forsythe, Bachelor Father. Ayant des difficultés à décrocher des rôles pour le grand ou le petit écran, Sally se tourna vers le théâtre. Elle débuta dans la pièce d’Henrik Ibsen, An Enemy of the People, puis poursuivit avec des rôles à la Pasadena Playhouse dans The Marriage-Go-Round de Leslie Stevens et Call Me by My Rightful Name (1962) de Michael Shurtleff.
En 1964 Sally Kellerman incarna Judith Bellero, l’épouse manipulatrice et impitoyable de Richard Bellero (interprété par Martin Landau), dans un épisode de Au-delà du réel intitulé "The Bellero Shield". Elle poursuivit avec le rôle d’Holly Mitchell, la maîtresse pervertie de George Peppard dans Le témoin du troisième jour (1965). Elle interpréta le rôle principal face à David Niven dans sa série télévisée The Rogues en 1965 pour un épisode intitulé "God Bless You, G. Carter Huntington". Une année plus tard, elle incarna la psychiatre Elizabeth Dehner (qui étudiait les effets d’une exposition prolongée à l’espace sur un équipage) dans "Where No Man Has Gone Before", le second pilote de Star Trek. Trois mois plus tard, Sally Kellerman interpréta le rôle de Mag Wildwood dans la production originale sur Broadway de Breakfast at Tiffany's, réalisée par Joseph Anthony et produite par David Merrick, qui baissa définitivement le rideau après quatre représentations. Avant la fermeture, les numéros musicaux furent enregistrés en direct et elle chanta trois chansons dans l’enregistrement original. [16]
Vers la fin de la décennie, Sally Kellerman incarna la sévèrement battue (et seulement survivante) victime d’Albert DeSalvo dans L’étrangleur de Boston (1968) et Phyllis Brubaker (l’épouse matérialiste de Jack Lemmon ) dans Folies d’avril (1969). Elle refusa un rôle dans Bob & Carol & Ted & Alice de Paul Mazursky en 1969. Dans une interview donnée au magazine Life en 1971, Sally Kellerman se remémora ses années de télévision : "Il me fallut huit ans pour entrer à la télévision—et six ans pour en sortir. Les femmes frigides, les alcooliques, ce fut mon lot. J’ai été battue, violée et n’ai jamais joué la comédie."
Sally Kellerman décrocha le rôle de sa vie (celui du Major Margaret "Hot Lips" Houlihan dans MASH de Robert Altman) en 1970. Après avoir dit au réalisateur le type de personnage qu’elle voulait incarner, elle accepta le rôle d’une militaire :
"Je ne suis pas qu’un simple militaire—je suis une femme!" ai-je crié à Altman. "Aussi pourquoi ne pourrait-elle pas faire ceci? Et pourquoi ne pourrait-t-elle pas faire cela?" Je râlais. Mine de rien, Bob se pencha simplement en arrière dans sa chaise. Il dit simplement, "Pourquoi ne pourrait-elle pas? Ca pourrait finir avec quelques chose ou rien du tout. Pourquoi ne pas saisir une chance? A la minute où il dit cela, quelque chose en moi changea. Là j’ai poussé une colère dans son bureau et il se pencha en arrière dans son siège, souriant. Tout en lui était si agréable et détendu. Si sûr de lui.
Oh mon Dieu, j’ai pensé. J’aime cet homme. Aussi tout fut décidé. Le rôle de Hot Lips Houlihan était pour moi. Le film était MASH.
Sa performance dans MASH lui rapporta des nominations à l’Oscar et aux Golden Globe, une victoire au Kansas City Film Critics Circle (KCFCC) Award de la Meilleure Actrice dans un second rôle, le Golden Laurel de la Meilleure Performance Féminine dans une Comédie et uen seconde place pour le National Society of Film Critics (NSFC) Award de la Meilleure Actrice dans un second rôle.
‘’Cela pourrait sonner comme un cliché quand quelqu’un qui reçoit un Oscar dit, "C’est juste un honneur d’être nominée," mais c’est réellement un honneur incroyable. Oui, c’est vrai que la plus cool des choses est de faire le boulot, d’être sur la plateau de tournage, ayant un rôle dans lequel vous pouvez vous investir, et à 5h00 burritos et beignets au buffet ou attente dans la cabine de maquillage. Mais être nominée est merveilleux parce ce sont vos pairs qui reconnaissent votre travail.’’
Sally Kellerman apparut dans le magazine Life. Elle collabora de nouveau avec Robert Altman dans Brewster McCloud dans le rôle de Louise, ange gardien de Bud Cort, et enregistra "Rock-A-Bye Baby" pour la bande-son du film.
Le rôle suivant de l’actrice fut celui d’une femme hostile, grosse fumeuse et addict au sexe qui essayait d’avoir une relation nocturne avec le personnage interprété par Alan Arkin dans l’adaptation cinématographique de la comédie de Neil Simon par Gene Saks, Last of the Red Hot Lovers. Sally Kellerman considéra ce rôle comme étant un de ses meilleurs.
A Manhattan après le film, Sally Kellerman refusa une offre pour une diffusion de dix pages dans Vogue par l’ex éditeur en chef Grace Mirabella. Quand elle refusa le rôle de Linda Rogo dans L’aventure du Poséidon (1972), Stella Stevens décrocha le rôle. Peu de temps après elle enregistra sa première demo avec Lou Adler, et Roll With The Feelin pour Decca Records avec l’arrangeur/producteur Gene Paige. Après le tournage de Last of the Red Hot Lovers, Sally Kellerman déclina un rôle dans un autre film de Robert Altman :
‘’Je venais de finir le tournage de Last of the Red Hot Lovers quand Bob m’appela un jour à la maison. "Sally, est ce que tu veux figurer dans mon prochain film?" répondit-il. "Seulement si c’est un bon rôle," lui dis-je. Il insista. Il me raccrocha au nez. Bob était aussi borné et arrogant que moi à cette époque, mais le plus triste est que je me privais de travailler avec quelqu’un que j’aimais beaucoup, quelqu’un qui rendait le métier amusant et facile et qui faisait confiance à ses acteurs. Les stars feraient la queue pour travailler gratuitement pour Bob Altman.
Oh, le film d’Altman que j’ai refusé? Nashville. Dans ce rôle j’aurais pu chanter. Mauvais choix.’’
Parmi ses rôles suivants figurent celui d’une femme mêlée à une intrigue meurtrière dans Le souffle de la peur, celui d’une femme excentrique dans le road movie Slither et celui d’une journaliste tourmentée dans le remake musical de Frank Capra par Charles Jarrott, Les horizons perdus (pour lequel elle contribua aussi à la bande-son). Deux ans plus tard, elle fut Mackinley Beachwood dans Rafferty et les auto-stoppeuses de Dick Richards, une des deux femmes qui kidnappent le professeur de conduite—et ex sergent du Corps des Marines des Etats-Unis—Rafferty (Alan Arkin). Elle y chantait aussi "Honky Tonk Angels".
En octobre 1975 Sally Kellerman chanta au Reno Sweeney et produisit deux spectacles par soirée au Rainbow Grill du 25 novembre au 14 décembre. Ses personnages suivants furent Sybil Crane (une femme au milieu d’un divorce) dans Le bus en folie, une parodie des films de désastre, puis un agent solitaire d’une agence immobilière dans le film réalisé par Alan Rudolph et produit par Robert Altman, Welcome to L.A. (deux films de 1976). L’année suivante, Sally Kellerman apparut pendant une semaine dans des cabarets en commençant par le Grand Finale club le 2 mai. Les chansons qu’elle y chanta étaient des versions des succès de Leon Russell et Betty Everett.
Plus tard elle fut Maureen, une vétérane du vaudeville, dans Verna: USO Girl (1978); Veronica Sterling, une femme de la haute addic aux soirées, dans le téléfilm L’aventurière (1978); et Lise Bockweiss—un des nombreuses épouses de Pasquinel (Robert Conrad) et fille de Herman Bockweiss (Raymond Burr)—dans la mini-série en 12 épisodes, Colorado (1978–1979). Sally Kellerman incarna Kay King, la mère prétentieuse et excentrique d’une fille amoureuse (Diane Lane), dans le film de George Roy Hill, I Love You, je t’aime (1979).
Sally Kellerman commença la décennie 1980 dans le rôle de Mary, une mère suburbaine d’âge moyen ayant des difficultés à élever sa fille rebelle (Jodie Foster) dans le film d’Adrian Lyne, Ca plane, les filles (1980); Martha, une excentrique six fois mariée dans le film de Bill Persky, Serial et la folle mais sophistiquée Mme Liggett dansle film de Jack Smight, L’amour à quatre mains. Ses rôles ultérieurs comprennent celui de Mary, un psychiatre pour enfants confrontée à une relation sado-masochiste avec un professeur de psychologie (Stephen Lackman) après qu’ils se soient rencontrés par accident dans le film de Michael Grant, Head On, et une femme de la haute des années 1920 dans l’adaptation en téléfilm par Kirk Browning de la courte histoire de Dorothy Parker de 1929, Big Blonde (tous deux de 1980). Du 3 octobre au 16 novembre 1980, Sally Kellerman fut Julia Seton dans une production au Ahmanson Theatre de la pièce de Philip Barry, Holiday (réalisée par Robert Allan Ackerman) avec Kevin Kline, Maurice Evans et Marisa Berenson.
Le 7 février 1981 l’actrice anima le Saturday Night Live, en apparaissant dans quatre sketches ("Monologue", "The Audition", "Was I Ever Red" et "Lean Acres") et en terminant l’émission avec "Starting Over Again’’ de Donna Summer. Elle apparut ensuite dans quelques téléfilms. Elle incarna la première épouse du personnage principal, Maxine Cates, dans Dempsey et la propriétaire d’une salle de danse d’un tripot dans September Gun. Cette année, elle apparut aussi dans une production théâtrale, une version du film carcéral de 1940 ayant pour cadre une prison pour femmes Women Behind Bars. Sally Kellerman y incarna Gloria, une rude prisonnière qui contrôle les autres détenues.
Ses rôles suivants furent une gardienne d’un centre d’entraînement du KGB dans le téléfilm, Les filles du KGB (1985); le juge sado-masochiste Nedra Henderson dans Les zéros de conduite (1985); la petite amie de Rodney Dangerfield dans la comédie d’Alan Metter, A fond la Fac (1986); la voisine excentrique de Julie Andrews et Jack Lemmon dans le film de Blake Edwards, That's Life (1986); une star du porno essayant d’entrer au paradis dans Sale boulot (1986); la mère de Kerri Green dans Three for the Road (1987), et une actrice dans le film de Henry Jaglom, Someone to Love. Plus tard dans la décennie, Sally Kellerman planifia de sortir son deuxième album, qui devait contenir "It's Good to Be Bad, It's Bad to Be Good" du film de 1992, Boris and Natasha: The Movie (qu’elle produisit et dans lequel elle incarna Natasha Fatale); cependant, l’album ne fut jamais diffusé.
1992 vit la quatrième collaboration entre Sally Kellerman et Robert Altman dans The Player, dans lequel elle jouait son propre rôle. Des seconds rôles suivirent dans le film de Percy Adlon, Younger and Younger (1993) et Mirror, Mirror II: Raven Dance (1994), la séquelle du film d’horreur avec Yvonne De Carlo et Karen Black, Mirror, Mirror. L’actrice apparut dans un autre film d’Altman (Prêt-à-Porter) dans le rôle de Sissy Wanamaker, éditrice-en-chef du Harper's Bazaar, avec Tracey Ullman et Linda Hunt. Durant le tournage, Robert Altman emmena en avion Sally Kellerman et sa partenaire Lauren Bacall de Paris pour sa mise à l’honneur au Lincoln Center. Du 18 avril au 21 mai 1995, Sally Kellerman interpréta le rôle-titre dans la production au Maltz Jupiter Theatre de Mame. Vers cette époque, Kellerman apparut consécutivement dans des pièces à Boston et Edmonton. A Boston elle fut Martha dans la production au Hasty Pudding Theatricals de Qui a peur de Virginia Woolf?, et fut Mary Jane Dankworth dans une production de deux mois de la pièce à double personnages Lay of the Land avec Michael Hogan à Edmonton. Cette année, Sally Kellerman planifia de sortir son second album, Something Kool, dans lequel figurèrent des chansons des années 1950.
En 1996 Kellerman interpréta une soeur calculatrice dans un épisode d’Une fille à scandales , intitulé "Sister in Sex Triangle with Gazillionaire!" Une année plus tard, elle collabora avec Robert Altman pour la dernière fois dans "All the President's Women", un épisode de la série du réalisateur, Gun. L’actrice co produisit et reprit ensuite son rôle théâtral canadien dans une version de The Lay of the Land. En 1997 Kellerman était attendue pour le rôle-titre dans Mrs. Scrooge: A Slightly Different Christmas Carol, une version télévisuelle de la nouvelle de Charles Dickens. Dans le film, Mrs. Scrooge est une veuve homophobe que son dernier partenaire (Jacob Marley) et trois autres esprits éveillent à la réalité du SIDA. Bien que le film ne sortit jamais, l’actrice raconta à un journaliste de The Advocate pourquoi le projet était plus personnel que professionnel: "Ma soeur est gay—et était gay avant que cela soit populaire. Ma soeur est une personne charmante. Comme l’est sa compagne. Et ma fille est une femme étonnante. Elles sont toutes héroïques dans mon livre."
Sally Kellerman apparut en 1998 dans l’épisode de Columbo, "Ashes to Ashes". Le 10 juin 1999, Kellerman rejoignit les actrices Kathleen Turner et Beverly Peele pour une conférence de presse de Planned Parenthood visant à soutenir une proposition de loi introduite au Congrès.
Au début des années 2000, Sally Kellerman apparut dans une production au Canon Theatre des Monologues du vagin d’Eve Ensler avecTeri Hatcher et Regina Taylor. Elle poursuivit avec un spectacle de cabaret, "I Am Woman", présenté avec Helen Reddy au Feinstein's at the Regency. Elle y interpréta des chansons de Barbra Streisand comme "The Way We Were", "We Shall Overcome" et "America the Beautiful". En mars 2002 Sally Kellerman se produisit à Los Angeles dans What a Pair, au bénéfice de la recherche sur le cancer du sein, y rejoignant le chanteur/compositeur Julia Fordham pour "Why Can't I". La même année, l’actrice incarna aussi le juge Marcia Blackwell dans le téléfilm, Verdict in Blood. Elle poursuivit avec un autre spectacle, produit par Hal David, au Palmdale Playhouse. Elle y interpréta notamment des chansons d’Etta James, "Sunday Kind of Love" et "Long Way From St. Louis". Un album (Body Parts) était planifié mais ne sortit jamais.
A l’été 2004, Sally Kellerman incarna l’animatrice Madame ZinZanni dans Teatro ZinZanni. La même année, elle reçut aussi, lors du High Falls Film Festival, le Susan B. Anthony "Failure is Impossible" Award, honorant les femmes de l’industrie du film qui ont surmonté l’adversité. Sally Kellerman retourna sur les planches pour un second concert What a Pair, rejoignant l’actrice Lauren Frost pour "I'm Past My Prime". L’année suivante, elle incarna Dolores Montoya dans la reprise de The Wild Party à Los Angeles avec la Blank Theatre Company puis incarna la sexuellement provocante Sandy dans Boynton Beach Club de Susan Seidelman. Sally Kellerman chanta "My Heart Belongs to Daddy" de Cole Porter avec l’actrice, chanteuse et compositrice Kathleen "Bird" York lors de son 3ème (et dernier) concert What a Pair. En 2006 l’actrice apparut dans son propre rôle dans le premier épisode de The Minor Accomplishments of Jackie Woodman.
En septembre 2008 Sally Kellerman enregistra un duo avec Ray Brown, Jr. (fils d’Ella Fitzgerald et Ray Brown), "I Thought About You", pour le CD de Ray Brown, Friends and Family. En 2009 elle sortit un album de jazz et blues, Sally, son premier album depuis Roll With The Feelin . Sally comprenait des interprétations de chansons de Linda Ronstadt, Kim Carnes, Aerosmith, Nina Simone, the Motels, Neil Diamond, Jackson Browne, Marvin Gaye, Dolly Parton, Jennifer Warnes et James Taylor. La même année, elle interpréta aussi le personnage de Donette, dans le téléfilm Un voeu pour être heureux.
Sally Kellerman fut la vedette avec Ernest Borgnine et Mickey Rooney de Night Club (2011). Sa performance dans le rôle d’une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer vivant dans une maison de repos lui valut un Accolade Competition Award de la Meilleure Actrice dans un second rôle. Bien qu’elle fut incapable de participer à la cérémonie des récompenses, le réalisateur Sam Borowski accepta le trophée à sa place.
Cette année-là, elle incarna le rôle récurrent de Lola (une artiste excentrique) dans la série dramatico-comique sexuellement explicite de Cinemax, Chemistry, et poursuivit avec des apparitions en guest star dans la série dramatique pour adolescents, 90210 dans le rôle de Marla, une actrice d’Hollywood vieillissante aux prises avec la démence qui envisage une assistance au suicide. Le 7 juillet 2012, Sally Kellerman apparut avec Tito Ortiz, Cary Elwes et Drake Bell dans un épisode de Celebrity Ghost Stories sur Biography Channel. Le 30 avril 2013 l’actrice publia ses mémoires, Read My Lips: Stories of a Hollywood Life, publiés par Weinstein Books. Dans le livre, elle se rappelle une famille soudée, orientée vers un hollywood d’antan, ses triomphes et tribulations d’actrice durant les années 1960. Sally Kellerman fit des séances publiques de signature pour promouvoir son livre à Los Angeles, Santa Monica, Manhattan et Jersey City. Peu de temps après, elle apparut dans le rôle de la mère bohémienne de Marc Maron dans l’épisode intitulé "Dead Possum" de la série comique éponyme. Sally Kellerman reçut plus tard un Fort Lauderdale International Film Festival (FLIFF) Lifetime Achievement Award au Cinema Paradiso de Fort Lauderdale, Floride. La cérémonie, qui comprenait un montage de son travail et une session publique de questions-réponses, fut présidée par l’historien du cinéma Foster Hirsch. En septembre 2013 la cinéaste Ellen Houlihan produisit un court métrage, Joan's Day Out, dans lequel Sally incarnait une grand-mère qui délaissait sa vie facile pour faire sortir sa petite fille adolecente de la prison. L’actrice rejoignit, en février 2014, Love Can Initiative, une organisation à but non lucratif dédiée à l’enrichissement des familles à faibles revenus et de leurs enfants. Sally Kellerman devait revenir dans la deuxième saison de Maron pour l’épisode "Mom Situation", et fit partie d’un documentaire d’Epix Network, sur la vie de Robert Altman le 6 août 2014.
En octobre 2014, TVLine annonça que Kellerman avait été retenue pour le rôle de la mystérieuse Constance Bingham dans le soap opera journalier, Les feux de l’amour. Elle apparut pour la première fois dans le rôle en novembre 2014.
Sally Kellerman a une soeur aînée, Diana Dean Kellerman; sa soeur cadette, Victoria Vaughn (Vicky) Kellerman, décéda en bas âge. Sa mère était une Scientiste Chrétienne de Portland, Arkansas, et son père était de St. Louis, Missouri. Quand Sally fut en CM2, la famille déménagea à San Fernando, Californie. Durant les années 1960, Sally Kellerman subit un avortement bâclé et dut être hospitalisée pour la première fois (à cause de son éducation scientiste).
Après la sortie de MASH, le 17 décembre 1970, Sally Kellerman épousa le producteur de Starsky & Hutch, Rick Edelstein. Anjanette Comer, Morgan Ames, Lisabeth Hush, Joanne Linville et Launa Anders étaient ses filles d’honneur.
Le 6 mars 1972 Sally Kellerman divorça de Rick Edelstein, évoquant des points de vue irréconciliables. Après le divorce, Sally adopta sa nièce, Claire. Claire était la fille de sa soeur, Diana, qui arriva au moment où il était considéré comme inacceptable pour des homosexuelles d’élever des enfants. Quand Diana déménagea dans le sud de la France, elle laissa Claire aux bons soins de Sally Kellerman et du père de Claire; quand ce dernier décéda, Kellerman reçut la garde complète.
Le 11 mai 1980, Sally Kellerman épousa Jonathan D. Krane lors d’une cérémonie privée au domicile de Jennifer Jones à Malibu. En 1989, ils adoptèrent deux jumeaux nouveau-nés, Jack et Hannah.

Sa contribution au western est la suivante :

Cheyenne, un épisode, Lottie Durango dans ”The Durango Brothers” (1962)
A Man Called Shenandoah, un épisode, Philomena Bartlett dans ”Run, Killer, Run” (1966)
Jesse James, un épisode, Kate Mason dans ”The Lonely Place” (1966)
Dundee and the Culhane, un épisode, Cynthia dans ”The Dead Man’s Brief” (1967)
Bonanza, deux épisodes :
- Kathleen Walker dans ”A Dollar’s Worth of Trouble” (1966)
- Lotta Crabtree dans ”Return Engagement” (1970)
Colorado, Lise Bockweiss dans 12 épisodes de la série :
- “Only the Rocks Live Forever” (1978)
- “The Yellow Apron” (1978)
- “The Wagon and the Elephant” (1978)
- “For as Long as the Waters Flow”(1978)
- “The Massacre” (1978)
- “The Longhorns” (1978)
- “The Sheperds ” (1978)
- “The Storm” (1979)
- “The Crime” (1979)
- “The Winds of Fortune” (1979)
- “The Winds of Death” (1979)
- “The Scream of Eagles” (1979)
September Gun, téléfilm de DonTaylor (1983), Mama Queen

Avatar du membre
lasso
Rancher
Rancher
Messages : 8114
Localisation : oregon

Re: Sally KELLERMAN (1937- )

Messagepar lasso » 13 févr. 2020 15:08

imdb


Image
Image


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité