Fredric MARCH (1897-1975)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7925

Fredric MARCH (1897-1975)

Messagepar DEMERVAL » 26 déc. 2019 17:31

Fredric March naquit le 31 août 1897 à Racine, Wisconsin, de Cora Brown Marcher (1863–1936), une institutrice anglaise et John F. Bickel (1859–1941), un fervent adepte de l’Eglise Presbytérienne qui travaillait dans le business de la vente en gros. Fredric March fréquenta l’école primaire de Winslow (créée en 1855), le lycée de Racine et l’Université de Wisconsin–Madison, Il était membre d’ "une société confraternelle composée des meilleurs étudiants " créée à l’Université en 1919 et intitulée Ku Klux Klan qui "apparait n’avoir aucune connection avec le Klan national", mais dont "le choix du nom signale une identification—ou du moins aucune gêne significative,—avec les actions ouvertement violentes du Klan de l’ère de la Reconstruction....".
Il commença une carrière de banquier mais une appendectomie urgente l’obligea à réorienter sa vie, et en 1920, il commença à travailler comme "figurant" dans des films faits à New York City, en utilisant une forme abrégée du nom de jeune fille de sa mère. Il apparut sur Broadway en 1926, et avant la fin de la décennie signa un contrat avec Paramount Pictures.
Fredric March servit dans l’Armée des Etats-Unis durant la première guerre mondiale comme lieutenant artilleur.
Comme Laurence Olivier, Fredric March était un artiste protéiforme qui pouvait incarner presque tous les personnages de manière convaincante, de Robert Browning à William Jennings Bryan du Dr Jekyll – ou de Mr. Hyde. Il reçut une nomination à l’Oscar en 1930 pour The Royal Family of Broadway, dans lequel il interprète un rôle modelé sur John Barrymore. Il remporta l’Oscar du Meilleur Acteur lors de la 5ème cérémonie des Oscars pour Docteur Jekyll et Mr. Hyde (à égalité avec Wallace Beery pour Le Champion, bien que March eut un vote de plus que Beery). Cela l’amena à des rôles dans une série de films classiques basés sur les grands succès théâtraux ou les romans classiques comme Sérénade à trois (1933) avec Gary Cooper et Miriam Hopkins; La mort prend des vacances (1934); Les Misérables (1935) avec Charles Laughton; Anna Karenine (1935) avec Greta Garbo ; Anthony Adverse (1936) avec Olivia de Havilland; et la version originale du personnage de Norman Maine dans Une étoile est née (1937) avec Janet Gaynor, rôle pour lequel il reçut sa troisième nomination pour un Oscar.
Fredric March résista à la signature de contrats à longs termes avec les studios, ce qui l’empêcha de jouer pour certains studios. Il retourna sur Broadway après 10 ans d’absence en 1937 avec un échec notable, Yr. Obedient Husband, mais après le succès de The Skin of Our Teeth de Thornton Wilder, il se focalisa autant sur Broadway que sur Hollywood. Il remporta le Tony Award du Meilleur Acteur en 1947dans la pièce Years Ago, écrite par Ruth Gordon; et en 1957 pour sa performance dans le rôle de James Tyrone dans la production originale de Long Day's Journey Into Night d’Eugene O'Neill. Il eut aussi des succès majeurs dans A Bell for Adano en 1944 et Gideon en 1961, et interpréta An Enemy of the People d’Ibsen à Broadway en 1951. Durant cette période, il fut aussi la vedette de Ma femme est une sorcière (1942) et La citadelle du mal (1948) et remporta son second Oscar en 1946 pour Les plus belles années de notre vie.
Fredric March se tourna aussi vers la télévision, y remportant des nominations aux Emmy lors de sa troisième tentative au The Royal Family pour la série The Best of Broadway ainsi que pour ses performances à la télévision dans les rôles de Samuel Dodsworth et Ebenezer Scrooge. Le 25 mars 1954, Fredric March coanima la 26ème cérémonie des Oscars de New York City, avec Donald O'Connor à Los Angeles.
Le voisin de Fredric March au Connecticut, le dramaturge Arthur Miller, était censé favoriser Fredric pour inaugurer le rôle de Willy Loman dans le roman titulaire du Prix Pulitzer, Mort d’un commis voyageur (1949). Cependant, Fredric March effectua la lecture de la pièce et refusa le rôle, ce qui permit au directeur, Elia Kazan, de retenir Lee J. Cobb dans le rôle de Willy, et Arthur Kennedy dans celui de l’un de ses fils, Biff Loman, deux acteurs avec lesquels le directeur avait travaillé dans le film Boomerang (1947). Fredric March regrettera plus tard d’avoir refusé le rôle et incarna finalement Willy Loman dans la version cinématographique de la pièce pour Columbia Pictures en 1951, version réalisée par Laslo Benedek, pour laquelle Fredric reçut sa 5ème et dernière nomination pour l’Oscar ainsi qu’un Golden Globe Award. Fredric March incarna un des deux rôles principaux dans La maison des otages (1955) avec Humphrey Bogart. Humphrey Bogart et Spencer Tracy avaient tous deux insisté pour être crédités en haut de l’affiche et Spencer Tracy se retira, laissant le rôle à Fredric March.
En 1957, Fredric March reçut le George Eastman Award, attribué par George Eastman House pour sa "contribution distinguée à l’art du film".
Le 12 février 1959, Fredric March apparut devant une session conjointe du 86ème Congrès des Etats-Unis pour y lire le Discours de Gettysburg en tant que partie de la commémoration du 150ème anniversaire de la naissance d’Abraham Lincoln.
Fredric March fut le partenaire de Spencer Tracy en 1960 dans le film de Stanley Kramer, Procès de singe, dans lequel il interprétait une version dramatisée du célèbre orateur et personnalité politique William Jennings Bryan. Dans les années 1960, la carrière cinématographique de Fredic continua, avec une performance dans le rôle du Président Jordan Lyman dans le thriller politique Sept jours en mai (1964), dans lequel il était le partenaire de Burt Lancaster, Kirk Douglas et Edmond O'Brien; le rôle lui permit d’être nominé pour un Golden Globe du Meilleur Acteur.
Fredric March effectua plusieurs enregistrements vocaux dont une version de The Selfish Giant d’Oscar Wildee éditée en 1945, dans laquelle il interprétait le rôle-titre et The Sounds of History, un coffret de 12 albums accompagnant le coffret de 12 livres, The Life History of the United States, publié par Time-Life. Les enregistrements étaient narrés par Charles Collingwood, avec March et son épouse Florence Eldridge.
Suite à une opération pour un cancer de la prostate en 1970, il sembla que sa carrière était terminée mais cependant,il parvint à assumer une dernière performance dans The Iceman Cometh (1973), dans le rôle du patron de bistrot irlandais, Harry Hope.
Fredric March fut marié à l’actrice Florence Eldridge de 1927 à sa mort en1975, et ils adoptèrent deux enfants. Il décéda d’un cancer de la prostate le 14 avril 1975 à 77 ans à Los Angeles et fut enterré dans sa propriété de New Milford, Connecticut.
Tout au long de sa vie, lui et son épouse furent des supporters du Parti Démocrate.
En juillet 1936, FredricMarch co-fonda la Hollywood Anti-Nazi League (HANL), avec les écrivains Dorothy Parker et Donald Ogden Stewart, le réalisateur Fritz Lang et le compositeur Oscar Hammerstein.
En 1938, il fut l’une des nombreuses personnalités d’Hollywood à être auditionnée par l’House of Committee on Un-American Activities (HUAC) dans le cadre de la chasse aux Communistes dans la communauté cinématographique. En juillet 1940, il fit partie des individus questionnés par le sous-comité de l’HUAC présidé par le Député Martin Dies.
Fredric March a une étoile ur le Hollywood Walk of Fame, au 1620 Vine Street. De plus, le théâtre de 500 places de l’Université de Wisconsin–Oshkosh porte son nom. L’Université de Wisconsin–Madison avait appelé le théâtre de 168 places au Memorial Union, le Fredric March Play Circle Theater. Cependant en 2018, son nom fut enlevé après les protestations des étudiants suite à un rapport rappelant l’appartenance de Fredric March à une organisation intitulée Ku Klux Klan.
Parmi les biographies de Fredric March figurent Fredric March: Craftsman First, Star Second de Deborah C. Peterson (1996), et Fredric March: A Consummate Actor (2013) de Charles Tranberg.

Sa seule contribution au western fut « Hombre » de Martin Ritt (1967) dans lequel il incarnait le personnage de Favor.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24038
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Fredric MARCH (1897-1975)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 27 déc. 2019 10:43

ImageImage
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7617
Localisation : oregon

Re: Fredric MARCH (1897-1975)

Messagepar lasso » 27 déc. 2019 11:01

Fredrik March dans HOMBRE 1967 comme Alex Favor

images USMC


Image...Image

Avatar du membre
LordDécadent
As de la gâchette
Messages : 579
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Fredric MARCH (1897-1975)

Messagepar LordDécadent » 17 mai 2020 14:30




Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités