Sergio LEONE (1929-1989)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Capitaine
Capitaine
Messages : 9386

Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar DEMERVAL » 05 juin 2019 13:46

Né à Rome le 3 janvier 1929, Sergio Leone était le fils d’un pionnier du cinéma, Vincenzo Leone (réalisateur connu sous le nom de Roberto Roberti ou Leone Roberto Roberti) et de l’actrice du cinéma muet Edvige Valcarenghi (Bice Valerian). Durant sa scolarité, Sergio fut un camarade de classe de celui qui sera plus tard son collaborateur musical, Ennio Morricone. Après avoir observé son père travailler sur les plateaux de tournage, Sergio commença sa propre carrière dans l’industrie du film à 18 ans après avoir abandonné des études de droit.
Tout en bossant dans le cinéma italien, il devint l’assistant de Vittorio de Sica durant le tournage du Voleur de Bicyclette en 1948. Il commença à rédiger des scripts durant les années 1950, tout d’abord pour les épiques péplums, genre très populaire à l’époque. Il travailla aussi comme réalisateur-adjoint sur des productions internationales de plus grand standing tournées dans les studios de la Cinecittà à Rome, notamment Quo Vadis (1951) et Ben-Hur (1959), financièrement assumées par les studios Américains.
Quand le réalisateur Mario Bonnard tomba malade durant la production du film épique italien Les derniers jours de Pompei, avec Steve Reeves, on demanda à Sergio Leone de terminer le film. En résultat, quand le moment fut venu de convoler de ses propres ailes avec Le colosse de Rhodes, Sergio Leone était largement en mesure de produire des films à petits budgets qui ressemblaient à de grandes productions hollywoodiennes.
Au milieu des années 1960, l’intérêt populaire pour le péplum décrut mais Sergio avait déjà transféré son attention vers ce qui allait devenir le western spaghetti. Son film, Pour une poignée de dollars en 1964 était basé sur le film d’aventures japonais mettant en scène des samouraïs, à savoir Yojimbo (1961). Le film de Sergio dut faire face à une procédure en justice du réalisateur japonais bien que le film de Kurosawa était lui-même probablement basé sur un roman de Dashiell Hammett, Red Harvest. Une poignée de dollars est aussi notable pour avoir établi Clint Eastwood en star. Jusqu’à ce moment, Clint Eastwood n’était qu’un acteur de télévision américain avec peu de crédits à son actif.
Le look d’Une poignée de dollars fut établi par cses décors espagnols, qui présentaient une vision du Vieil Ouest Américain violente et moralement complexe. Le film rendait hommage aux traditionnels westerns américains mais s’en éloignait manifestement dans le scénario, l’intrigue, la personnalisation des personnages et l’ambiance générale. Sergio Leone entra alors de plein pied dans l’histoire du genre western : dans les westerns traditionnels, de nombreux héros et méchants se ressemblaient comme s’ils étaient juste sortis d’un magazine de mode, avec des valeurs morales clairement exposées, les héros portant souvent un chapeau blanc et les méchants un chapeau noir (à l’exception du plus populaire des cowboys des westerns traditionnels' – Hopalong Cassidy, qui portait une tenue noire sur un cheval clair). Les personnages de Sergio Leone étaient, en contraste, plus 'réalistes' et complexes : habituellement 'des loups solitaires', ils se rasaient rarement, semblaient sales, suaient abondamment et il y avait de fortes présomptions de comportement criminel. Les personnages étaient aussi moralement ambigus en apparaissant généreusement compatissants ou brutalement égocentriques quand la situation le demandait. Les relations tournaient autour de la puissance et les châtiments étaient conduits par les émotions plutôt que par la conscience. Quelques critiques avaient noté l’ironie d’un réalisateur Italien qui ne pouvait pas parler anglais et n’avait jamais visité les Etats-Unis et qui revisitait tout seul l’image du cowboy américain. Selon le livre de Christopher Frayling, Something to do with Death, Sergio Leone connaissait parfaitement le Vieil Ouest Américain. Cela l’avait fasciné quand il était enfant et cela continua une fois adulte ce qui l’amena à faire des films.
Les deux films suivants de Sergio Leone, Et pour quelques dollars de plus (1965) et Le bon, la brute et le truand (1966), complétèrent ce qui est maintenant appelé La trilogie de L’homme sans nom (ou La trilogie des Dollars), chaque film étant financièrement plus rentable que son prédécesseur. Les films comprenaient des bandes musicales innovantes écrites par Ennio Morricone, qui travailla de manière proche à l’élaboration des thèmes avec Sergio Leone. Sergio Leone avait une manière personnelle de tourner les scènes avec la musique d4ennio Morricone passant en boucles. De plus, Clint Eastwood demeura dans la série de films rejoint plus tard par Eli Wallach, Lee van Cleef et Klaus Kinski.
Surfant sur le succès de la Trilogie de l’homme sans nom, Sergio Leona fut invité aux Etats-Unis en 1967 pour diriger Il était une fois dans l’ouest (C'Era una Volta il West) pour Paramount Pictures. Le film fut principalement tourné à Almería, Espagne et Cinecittà à Rome. Il ne fut que brièvement tourné à Monument Valley, Utah. Le film avait pour vedettes Charles Bronson, Henry Fonda, Jason Robards et Claudia Cardinale. Il était un fois dans l’ouest se révéla être une longue et violente méditation sur la mythologie du Vieil Ouest Américain, avec de nombreuses références stylistiques aux iconiques westerns. L’intérêt des spectateurs est maintenue tout au long de ce film de trois heures en conciliant l’identité du héros et sa motivation incertaine jusqu’à la prévisible dernière scène du film. Peut-être jamais surpassé en tant que drame de représailles, le scénario du film fut écrit par Sergio Leone et son vieil ami et collaborateur Sergio Donati, à partir d’une histoire de Bernardo Bertolucci et Dario Argento, qui tous deux connurent des carrières fructueuses comme réalisateurs. Avant sa diffusion, cependant, il fut sauvagement édité par Paramount, ce qui contribua peut-être à son piètre résultat financier aux Etats-Unis. Néanmoins, il fut un énorme succès en Europe en amassant presque trois fois son coût initial de 5 millions de dollars rien qu’en France et le film fut particulièrement encensé par les étudiants en cinéma nord-américains. Il est aujourd’hui considéré par une grande majorité comme le meilleur film de Sergio Leone. Après Il était une fois dans l’ouest, Sergio Leone réalisa Il était une fois la révolution en 1971. Sergio Leone devait seulement produire le film mais à cause de divergences artistiques avec le réalisateur Peter Bogdanovich, on lui demanda de réaliser le film. Il était une fois la révolution est un drame sur la Révolution Mexicaine avec James Coburn dans le rôle d’un révolutionnaire irlandais et Rod Steiger en bandit mexicain qui devient un révolutionnaire.
Sergio Leone continua de produire, et en certaines occasions, retournait derrière la caméra pour tourner des scènes d’autres films. Un de ces films fut Mon nom est Personne (1973) réalisé par Tonino Valerii, un western parodique qui introduisit du comique dans le genre western spaghetti. Henry Fonda en était la vedette dans le rôle d’un vieux pistolero faisant face à une confrontation finale après la mort de son frère. Terence Hill était aussi dans ce filme dans le rôle d’un jeune étranger qui aidait Henry Fonda à quitter un viel Ouest moribond.
Parmi les autres productions de Sergio Leone figuraient Un génie, deux associés, une cloche (1975, un autre western parodique avec Terence Hill); Qui a tué le chat (1977, avec Ugo Tognazzi), et Un jouet dangereux (1979, avec Nino Manfredi). Sergio Leone produisit aussi trois comédies avec l’acteur/réalisateur Carlo Verdone, Un Sacco Bello, 1980), Bianco, Rosso e Verdone (1981) et Troppo Forte (1986). Durant cette période, Sergio Leone réalisa aussi divers spots commerciaux pour des télévisions européennes.
En 1978, il fut membre du jury du 28ème Festival International du Film de Berlin.
Sergio Leone refusa l’offre de diriger Le parrain, afin de travailler sur un autre film de gangster dont il avait plus tôt eu l’idée. Il voua dix ans à ce projet basé sur le roman The Hoods de l’ex maffieux Harry Grey, qui se focalisait sur un quatuor de gangsters juifs de New York City durant les années 1920 et 1930 qui étaient amis depuis l’enfance. Le film de quatre heures, Il était une fois en Amérique (1984), comprenait Robert De Niro et James Woods. C’était une méditation sur un autre aspect de la mythologie Américaine, le rôle de la cupidité et de la violence et leur difficile coexistence dans l’appartenance ethnique et l’amitié. Le film reçut une tapageuse standing ovation au Festival du Film de Cannes, mais Warner Brothers pensa qu’il était trop long. Le studio ramena drastiquement le film à deux heures pour le marché américain, en abandonnant les scènes de flash-backs au profit d’une ligne narrative. Cette version reçut de nombreuses critiques et capota. La version originale, éditée dans le reste du monde, eut de meilleurs retours des spectateurs malgré des critiques mitigées. Quand la version originale du film sortit en DVD aux Etats-Unis, il reçut un accueil majeur, quelques critiques le qualifiant de chef d’œuvre.
Selon le biographe Sir Christopher Frayling, Sergio Leone fut profondément déçu de l’attitude du studio et de l’accueil mitigé en Amérique du Nord de Il était une fois en Amérique. Ce fut son dernier film.
En 1988, il fut Président du 45ème Festival International du Film de Venise.
Sergio Leone décéda le 30 avril 1989 d’une crise cardiaque à 60 ans. Son corps fut enterré au cimetière de Pratica di Mare.

Projets non réalisés

A Place Only Mary Knows

Une ébauche pour un western "Américanisé" fut écrite par Sergio Leone, Luca Morsella et Fabio Toncelli. Cela devait être le dernier western de Sergio et devait avoir pour vedettes Mickey Rourke et Richard Gere. Située durant le pic de la Guerre Civile Américaine, l’histoire se focalisait sur un recruteur de l’Union, Mike Kutcher, originaire de la Géorgie, dont le boulot était d’enrôler des hommes dans l’armée de l’Union. L’autre personnage principal est Richard Burns, un ombrageux homme d’affaires sudiste transplanté dans le Nord après un braquage fructueux avec son ex amante et partenaire, Mary, à la recherche du trésor enfoui dans une tombe sans nom d’un endroit d’Atlanta appelé “A Place Only Mary Knows”. Rejoint par un esclave émancipé et un immigré italien, Francesco, qui arrive par le port de Boston, ils tentent désespérément d’éviter les batailles en cours entre les Etats.
Le film devait être un hommage aux écrivains classiques de la littérature comme — Edgar Lee Masters (Spoon River Anthology), Ambrose Bierce (An Occurrence at Owl Creek Bridge), Mark Twain (A Military Campaign that Failed), Stephen Crane (The Red Badge of Courage) et Margaret Mitchell (Gone with the Wind) dont il voulait tourner un remake. Bien que l’ébauche écrite ne se transforma jamais en scénario complet, le fils de Sergio Leone, Andrea, la fit publier en juin 2004 dans le magazine consacré au cinéma italien, Ciak. On ne sait toujours pas si cette publication conduira un jour au tournage du film en Amérique ou en Italie.

Leningrad: les 900 jours

Alors qu’il mettait la patte finale à Il était une fois en Amérique en 1982, Sergio Leone fut impressionné par le livre non fictionnel d’Harrison Salisbury, The 900 Days: The Siege of Leningrad, et il planifia d’adapter le roman en film épique de guerre. Bien qu’aucun script formel ne fut jamais rédigé, Leone arriva avec la scène inaugurale et l’intrigue. Selon le documentaire Once Upon a Time, Sergio Leone, le film débutait in medias res alors que la camera se focalisait sur des Russes se préservant du feu de l’artillerie Nazie pour ensuite passer à un plan où l’onvoyait les divisions allemandes de Panzers approchant des murs de la cité. L’intrigue devait se focaliser sur un photographe américain (Leone voulait qu’il soit incarné par Robert De Niro) piégé en Russie alors que la Luftwaffe allemande commençait à bombarder la cité. Tout au long du film, il s’impliquait romantiquement avec une femme russe qu’il mettait plus tard enceinte alors qu’ils essayaient de survivre au siège prolongée et à la police secrète qui interdisaient toutes relations entre étrangers. Selon Sergio Leone, "A la fin, le caméraman décède le jour de la libération de la ville, quand il est en train de filmer la reddition des Allemands. Et la fille est consciente de sa mort par chance en voyant les films d’informations: la caméra se voit exploser par un obus .... "
En 1989, Sergio Leone fixa le budget du film à 100 millions de dollars et il avait récupéré la moitié de la somme par l’investissement de financeurs indépendants de l’Union Soviétique. Il avait convaincu Ennio Morricone de composer la bande-son du film, et Tonino Delli Colli devait en être le réalisateur. Le tournage était censé commencer en 1990. Le projet fut annulé quand Leone décéda deux jours avant qu’il ne signe officiellement le film. Alex Cox offrit de remplacer Leone comme réalisateur mais il fut incapable de trouver les 50 millions de dollars requis pour produire le film.

Don Quichotte

Selon la biographie de Frayling sur Sergio Leone, Something to Do with Death, il envisageait une adaptation contemporaine du roman du 17ème siècle de Cervantés, Don Quichotte avec Clint Eastwood dans le rôle-titre et Eli Wallach dans celui de Sancho Panza. Il avait discuté dudit projet tout au long des années 1960-1970 et il commença sérieusement à le considérer vers la fin de sa vie.

Colt

En 1987, Sergio Leone contacta ses vieux collaborateurs Sergio Donati et Fulvio Morsella, en lançant l’idée d’une minisérie télévisée au sujet d’un révolver Colt qui passait de propriétaire en propriétaire dans le Vieil Ouest, comme dans le film d’Anthony Mann, Winchester '73 (1950). Donati indiqua que Leone était intéressé par une version révisionniste du genre par rapport à ses œuvres précédentes, désirant montrer le Vieil Ouest "comme il était réellement." Sergio Leone abandonna ce projet pour A Place Only Mary Knows, bien que Donati écrivit une ébauche et que le projet resta en gestation pendant des années après la mort de Leone.

Autres films planifiés


Sergio Leone était un avide aficionado du roman de Margaret Mitchell, Autant en emporte le vent et de son adaptation cinématographique de 1939. Ses parents et proches amis affirmèrent qu’il parlait de faire un remake du film plus proche du roman original mais le projet de dépassa jamais le stade des discussions.
Sergio Leone était un admirateur du roman de Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit et pensait en faire une adaptation cinématographique à la fin des années 1960; il incorpora des éléments du scénario de Le bon, la brute et le truand et d’Il était une fois la révolution mais l’idée d’adapter le roman ne passa pas le stade de la préparation.
Sergio Leone commença aussi la rédaction d’un scénario basé sur The Phantom de Lee Falk et visita divers sites potentiels de tournage pour le projet. Malgré cela, il ne tourna jamais un film basé sur ce héros de comic book. Il déclara qu’il aurait aimé poursuivre son idée de projet sur le Phantom avec un film sur un autre personnage de comic book créé par Lee Falk, Mandrake le Magicien.
Sergio Leone fut le réalisateur initialement choisi pour diriger Flash Gordon (1980). Il était un admirateur du comics trip original d’Alex Raymond mais il refusa de tourner le film parce que le script ne collait pas au travail de Raymond.

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 06 juin 2019 7:13

Il y eut aussi un projet de suite "Leone" écrit par Franco Ferrini, de Mon Nom est Personne. Ferrini en parle dans le recueil consacré à Terence Hill et Bud Spencer, Pérouse, 2006. Hill devait être opposé au Diable, Klaus Kinski et les noms de Glenn Ford et Gregory Peck avaient été avancés pour le rôle d'un vieux pistolero.

A ne pas confondre avec la projet de suite de Mon Nom est Personne, initié de son côté par Tonino Valerii, et faisant retrouver Personne et Beauregard dans la Guerre des Boers, Afrique du Sud, (Tonino Valerii, Nocturno, 2003.)

Colt serait en passe d'être réalisé par Stefano Sollima, il me semble, de toute façon on sera bien loin de 1968...

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 06 juin 2019 7:46

Je rajoute les deux biographies disponibles en France de Sergio Leone :


Image

Ecrite à la fin des années 1990, essentiellement d'après des témoignages oraux recueillis par l'auteur, traduction française 2018 de Gérard Camy, hélas sans les nombreuses rectifications ou nuances à apporter dans les faits. Persistent donc encore les nombreuses erreurs de l'édition originale, rectifiées depuis par Ch. Frayling dans ses ouvrages plus récents.

viewtopic.php?f=14&t=19605#p281715



Image

Fondée essentiellement sur les Conversations avec Sergio Leone, Noël Simsolo, 1987: le scénariste Simsolo n'a rien mis à jour de ses entretiens et articles , une biographie dessinée inexacte sur pas mal de points concernant le cinéma de Sergio Leone.

viewtopic.php?f=45&t=20451

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 26 juil. 2019 7:20

Sahara de Sergio Leone -1975-, publicité pour les glaces Gervais dont tous les spectateurs de l'époque se souviendront...


Image
Image
Image

Merci au vendeur ebay pour les photos !

https://www.ebay.fr/itm/Pochette-Gervai ... SwvHJcvDgq

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 15 août 2019 21:07

En 1969, à la télévision française, pour la sortie de Il était une fois dans l'Ouest :

https://www.ina.fr/contenus-editoriaux/ ... ersonnages

...en français et sans la barbe !

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 20 août 2019 21:48

Image

Sortie DVD, le 5 octobre- -et ressortie salle- de ce film de Comencini, produit par Sergio Leone, chez Tamasa:

https://www.tamasa-cinema.com/boutique/ ... e-le-chat/


Manque encore Un jouet dangereux, toujours produit par Leone, réalisé par Giuliano Montaldo -1978- dont la version française Les films Jacques Leitienne est encore disponible sur VHS, à l'occasion (Nino Manfredi, Marlène Jobert, Vittorio Mezzogiorno).

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 28 août 2019 10:28

Image
En caisse, au cinéma (Paris, vers 1970 ?)

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 15 oct. 2019 7:05

1974 (RTS), en français:




1984 ( RTS), en français:


L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 15 oct. 2019 19:38

Sergio Leone (1929 -1989), l’expérimentateur populaire
(France Culture, septembre 2019)

Avec Noël Simsolo, romancier, réalisateur et historien du cinéma ; Jean-François Giré, auteur, monteur et réalisateur ; Claudia Cardinale, comédienne principale dans Il était une fois dans l'ouest ; Marc Mazza, comédien dans Mon nom est personne (produit et co-réalisé par Sergio Leone) ; Norbert Saada, ancien producteur et ami de Sergio Leone.

Je retiens surtout l'intervention de Marc Mazza et l'incroyable qualité des doublages français d'origine entendus par extraits.

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... -populaire

Fabbordelais
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1464

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar Fabbordelais » 04 mars 2020 15:47

Pour moi un trés grand dont le talent va bien au-delà du western.

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 11 mai 2020 23:57

Image

Anthony Steffen et Sergio Leone.

Source numérique :
https://www.facebook.com/pg/AnthonyStef ... ial/posts/

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 20 juin 2020 14:41

Image

Ressortie France, 1986.

Archives: L../monnomestpersonne1973.blogspot.fr

(Cliquer sur l'image pour l'afficher en grand.)

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 21 juin 2020 11:48

Image

Le Colosse de Rhodes: la baie de Laredo -Santander-, vers septembre 1960. Aux pieds du Colosse, Lea Massari et Rory Calhoun.

Archives: L../monnomestpersonne1973.blogspot.fr

(Cliquer sur l'image pour l'afficher en grand.)

L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5025
Contact :

Re: Sergio LEONE (1929-1989)

Messagepar L.. » 02 janv. 2021 15:41

Sergio Leone dirigeant les bruitages de Le bon, la brute et le truand, 1966.



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité