Oliver REED (1938-1999)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Répondre
DEMERVAL
Major
Messages : 13501
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Oliver REED (1938-1999)

Message par DEMERVAL »

Oliver Reed naquit au 9 Durrington Park Road, Wimbledon, Angleterre, le 13 février 1938 de Marcia (née Napier-Andrews) et Peter Reed, un journaliste sportif.
Il était le neveu du réalisateur Sir Carol Reed et le petit-fils de l’acteur-manager Sir Herbert Beerbohm Tree et sa maîtresse, May Pinney Reed. Son autre grand-mère était Beatrice Reed, "la seule personne qui comprenait, écoutait, encourageait et embrassait Oliver". Oliver affirma être le descendant (d’une relation illégitime) de Pierre le Grans, le Tsar de Russie. Oliver fréquenta 14 établissements scolaires dont l’Ewell Castle School à Surrey. Son frère, Simon Reed, un journaliste sportif, travailla pour British Eurosport.
""Mon père pensait que j’étais fainéant," dira-t-il plus tard. "Il pensait que j’étais un cancre."
Oliver Reed travailla comme boxeur, videur, conducteur de cab et gardien d’hôpital. Il fit ensuite son service militaire obligatoire dans le Royal Army Medical Corps. "L’armée aida," dit-il plus tard. "J’ai reconnu que la plupart des autres gens étaient aussi des acteurs. J’étais dans l’armée en temps de paix et ils nous parlaient tous, à nous jeunes, de la guerre."
Quand il quitta l’armée, Oliver Reed commença sa carrière d’acteur comme figurant dans des films. Il apparut dans un film de Norman Wisdom, Le point de chute (1958). Des rôles non crédités dans des séries télévisées comme The Invisible Man (1958), The Four Just Men (1959) et The Third Man, suivirent. Il apparut dans le documentaire Hello London (1958).
Il décrocha son premier accessit quand il incarna Richard de Gloucester dans la série en six épisodes de la BBC, The Golden Spur (1959). Cela ne sembla pas avoir aidé d’emblée sa carrière: il fut non crédité dans les films La table du capitaine (1959), Entrée de service (1959), réalisé par Ralph Thomas, Life Is a Circus (1960), Le Silence de la colère (1960), Hold-up à Londres (1960) et Beat Girl (1960). Il incarna un videur dans Les deux visages du Dr. Jekyll (1960) pour Hammer Films, compagnie avec laquelle il devait s’associer; le réalisateur était Terence Fisher.
Oliver Reed apparut ensuite dans un autre film de Norman Wisdom, Norman dans la marine (1960), dans lequel il interprétait le personnage d’un chef d’une bande de rebelles chahutant Norman Wisdom dans un cinéma
Il décrocha son premier rôle significatif dans le film de la Hammer Films, Le serment de Robin des Bois (1960), de nouveau réalisé par Terence Fisher. Il retourna ensuite aux petits rôles pour His and Hers (1961), une comédie de Terry Thomas, Pas d’amour pour Johnnie (1961) pour Terry Thomas et The Rebel (1961) avec Tony Hancock.
Son premier rôle en vedette survint quand la Hammer le casta dans le rôle du personnage central du film de Terence Fisher, La nuit du loup-garou (1961). La Hammer apprécia Oliver Reed et lui donna des rôles de soutien dans le film de cape et d’épée, L’attaque de San Cristobal (1962), réalisé par John Gilling; Le fascinant capitaine Clegg (1962), un conte sur les contrebandiers avec Peter Cushing; Les damnés (1963), un film de science-fiction, dans un rôle de rebelle, réalisé par Joseph Losey; Paranoiac (1963), un thriller psychologique réalisé par Freddie Francis; et The Scarlet Blade (1963); un film de cape et d’épée se déroulant durant la Guerre Civile réalisé par John Gilling, avec Oliver Reed dans le rôle d’un Tête-Ronde.
Durant cette période, il apparut dans quelques productions d’ITV Playhouse, "Murder in Shorthand" (1962) et "The Second Chef " (1962) et fut une guest star dans des épisodes du Saint..
Il eut aussi le premier rôle dans un film d’horreur non produit par la Hammer, The Party's Over (tourné en 1963, diffusé en 1965), réalisé par Guy Hamilton.
En 1964, il apparut dans le premier des six films qu’il tournera sous la direction de Michael Winner, Dans les mailles du filet, (connu sous le titre de The Girl-Getters aux Etats-Unis).
L’année suivante, il connut sa première collaboration avec Ken Russell, The Debussy Film (1965), un biopic télévisuel sur Claude Debussy. Oliver Reed, qui incarnait le rôle-titre, dit que ce rôle fut crucial pour sa carrière parce que " "C’était la première fois que j’ai rencontré Ken Russell et ce fut le premier rôle que j’ai eu après avoir eu mon visage coupé dans une bagarre et que personne ne voulait plus m’employer. Tout le monde pensait que j’étais un infirme." Il narra le téléfilm de Ken Russell, Always on Sunday (1965).
Oliver Reed retourna à la Hammer pour Le rebelle de Kandahar (1965), dans lequel il incarna un méchant indien dans un film impérial réalisé par John Gilling. Il fut la guest star d’épisodes de It's Cold Outside et Court Martial, le dernier film réalisé par Seth Holt. Il eut aussi un rôle régulier dans la série R3 (1965).
Oliver Reed fut l’acteur principal de la co-production britannico-canadienne, The Trap (1966) avec comme partenaire Rita Tushingham.
Sa carrière atteignit un niveau supérieur quand il fut la vedette de la comédie populaire, Scotland Yard au parfum (1966), son second film avec Michael Winner, avec Michael Crawford.
Après avoir incarné un méchant dans un film d’horreur, La malédiction des Whateley (1967) il tourna un troisième film avec Michael Winner, Qu’arrivera-t-il après (1967), avec Orson Welles.
Oliver Reed fut de nouveau associé avec Ken Russell pour un autre téléfilm, Dante's Inferno (1968), dans lequel il interprétait le rôle de Dante Gabriel Rossetti .
Oliver Reed devint une star en incarnant Bill Sikes dans Oliver! (1968), aux côtés de Ron Moody, Shani Wallis, Mark Lester, Jack Wild et Harry Secombe, dans la version cinématographique de son oncle Carol Reed d’une comédie musicale destinée au départ au théâtre. Ce fut un énorme succès et la performance d’Oliver fut encensée.
Il apparut dans une comédie noire, Assassinats en tous genres (1969), réalisé par Basil Dearden et dans un film de guerre de Michael Winner, L’extraordinaire évasion (1969).
Son quatrième film avec Ken Russell, une version cinématographique de Women in Love (1969), dans laquelle il se battait nu avec Alan Bates devant un feu de bois, fut plus rentable que ses trois films précédents avec le réalisateur. En 1969 Interstate Theatres lui attribua le titre de Star International de l’Année.
Take a Girl Like You (1970) fut une comédie sexuelle avec Hayley Mills; La dame dans l’auto avec des lunette et un fusil (1970) fut un thriller réalisé par Anatole Litvak. L’année suivante, il apparut dans le film controversé, Les Diables (1971), réalisé par Ken Russell avec Vanessa Redgrave.
Une anecdote laisse entendre qu’Oliver Reed aurait été choisi pour incarner James Bond. En 1969, les producteurs de la franchise Bond, Albert R. Broccoli et Harry Saltzman recherchaient un remplaçant à Sean Connery et Oliver Reed (qui avait récemment incarné un tueur plein de ressources dans Assassinats en tous genres) fut mentionné comme choix possible pour le rôle. Quelle qu’en soit la raison, Oliver ne joua jamais Bond. Après la mort d’Oliver Reed, le Guardian Unlimited appela la décision de casting, "Une des plus grandes opportunités ratées par l’histoire du cinéma britannique de l’après-guerre."
Il tourna alors une série de projets orientés vers l’action: Les charognards (1971), un western tourné en Espagne avec Gene Hackman; La cible hurlante (1972), un rude film de gangster; et Population zéro (1972), un film de science-fiction avec Geraldine Chaplin. Triple Echo (1972) fut réalisé par Michael Apted et voyait Oliver en drag-queen aux côtés de Glenda Jackson.
Oliver Reed apparut aussi dans un certain nombre de films italiens: Rapt à l’italienne (1973), avec Marcello Mastroiann; Avril rouge (1973) avec Claudia Cardinale et La poursuite implacable (1973).
Il enregistra un grand succès en incarnant Athos dans Les Trois Mousquetaires (1973) et On l’appelait Milady (1974), films réalisés par Richard Lester sur un script de George MacDonald Fraser.
Oliver Reed eut un rôle non crédité dans Mahler (1974) de Ken Russell, eut le rôle principal dans Blue Blood (1973) et And Then There Were None (1974), produit par Harry Alan Towers.
Son projet suivant avec Ken Russell fut Tommy, basé sur l’album des The Who de 1969, Tommy et dans lequel jouait le chanteur du groupe, Roger Daltrey. Le froussard héroïque (1975) l’associa de nouveau avec Richard Lester et George MacDonald Fraser, dans le rôle d’ Otto von Bismarck. Il eut un rôle en caméo dans le film de Ken Russell, Lisztomania (1975).
Oliver Reed apparut dans The New Spartans (1975) puis joua avec Karen Black, Bette Davis, et Burgess Meredith dans le film d’horreur de Dan Curtis, Trauma (1976).
Il apparut dans Le sursis (1976) et Un cowboy en colère (1976) avec Lee Marvin. Après Assault in Paradise (1977) il retourna au cape et d’épée dans Le prince et le pauvre (1977), dans le rôle de Miles Hendon aux côtés de Raquel Welch et Mark Lester, qui avait travaillé avec lui dans Oliver!
Oliver Reed joua dans Demian, la fin (1978) pour Peter Colinson et Le grand sommeil (1978) avec Michael Winner. Lui et Jackson furent réunis dans L’école ras le bol (1978), puis il tourna un film au Canada, The Mad Trapper qui ne fut pas terminé.
Oliver Reed retourna au genre horreur dans le rôle du Dr. Hal Raglan dans le film de David Cronenberg de 1979, Chromosome 3 et termina la décennie avec A Touch of the Sun (1979), une comédie avec Peter Cushing.
A partir des années 1980, les films d’Oliver Reed eurent moins de succès. Il fit une comédie pour Charles B. Griffith, Dr. Heckyl and Mr. Hype (1980) et incarna le Général Rodolfo Graziani dans Le Lion du désert (1981), avec Anthony Quinn, film qui était une chronique de la résistance à l’occupation de la Libye par l’Italie.
Oliver Reed fut un méchant dans Condorman des studios Disney (1981) et tourna le film d’horreur Venin (1981). Il fut un méchant dans L’arnaque II (1983) et apparut dans Sex, Lies and Renaissance (1983).
Il interpréta aussi le rôle du Lieutenant-Colonel Gerard Leachman dans le film iraquien historique La grande question (1983), qui mettait en avant les exploits de Leachman durant la révolution de 1920 en Mésopotamie (actuellement l’Iraq).
Oliver Reed apparut dans Spasmes (1983), Seconde chance (1983), Masquerade (1984), Christopher Columbus (1985), Black Arrow (1985) et Héroine (1986).
Il dit qu’il avait considéré quitter le cinéma quand Nicolas Roeg le casta dans Castaway (1986) dans le rôle de Gerald Kingsland, qui met une annonce pour rechercher une femme (Amanda Donohoe) pour vivre avec lui dans un désert pendant une année.
Oliver apparut ensuite dans Les panzers de la mort (1987), Gor (1987), Le maître de Dragonard Hill (1987), Dragonard (1987), Skeleton Coast (1988), Blind Justice (1988), Captive Rage (1988) et Rage to Kill (1988). La plupart de ces films furent des films d’exploitation produits par l’impresario Harry Alan Towers, filmés en Afrique du Sud au moment de l’apartheid et diffusés immédiatement en vidéos aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.
Il fut dans le film de Terry Gilliam, Les aventures du baron de Munchhausen (1988) (dans le rôle du dieu Vulcain); Le cavalier masqué (1989) avec Hugh Grant; La maison des Usher (1989); Le retour des mousquetaires (1990) avec Lester et Fraser; L’île au trésor (1990) avec Charlton Heston; A Ghost in Monte Carlo (1990); Hired to Kill (1990); Panama Sugar (1990); The Revenger (1990); Le puits et le pendule (1991) ; Une affaire d’honneur (1991) pour Ken Russell; et Hors contrôle (1993).
Oliver Reed apparut dans Retour à Lonesome Dove (1993); Les drôles de Blackpool (1995); Russian Roulette - Moscow 95 (1995); Luise knackt den Jackpot (1995); Die Tunnelgangster von Berlin (1996); The Bruce (1996); Jeremiah (1998); The Incredible Adventures of Marco Polo on His Journeys to the Ends of the Earth (1998); and Parting Shots (1998).
Son dernier rôle fut celui du vieux vendeur d’esclaves, Proximo dans Gladiator (2000), dans lequel il jouait aux côtés de Richard Harris, un acteur qu’Oliver Reed admirait follement sur et en dehors de l’écran. Le film sortit après sa mort avec quelques scènes assurées par un double, scènes digitalement mixées avec des chutes de tournage. Le film lui fut dédié. En plus de sa reconnaissance posthume aux BAFTA, il partagea la nomination du film pour le Screen Actors Guild Award de la meilleure performance dans un film avec le reste des acteurs principaux.
En plus d’être acteur, Oliver Reed enregistra plusieurs singles de musique populaire avec certes un succès limité. Parmi ceux-ci figuraient "Wild One"/"Lonely for a Girl" (1961), "Sometimes"/"Ecstasy" (1962), "Baby It's Cold Outside" (duet with Joyce Blair) et "Wild Thing" (1992) (un duo avec l’as du snooker Alex Higgins).
En 1959–1960, Oliver Reed épousa Kate Byrne. Le couple eut un fils, Mark, avant leur divorce en 1969. Alors qu’il incarnait Bill Sikes dans Oliver!, il rencontra Jacquie Daryl, une danseuse classique qui était aussi dans le film. Ils devinrent amants et eurent par la suite une fille, Sarah. En 1985, il épousa Josephine Burge, avec qui il était encore marié au moment de sa mort. Elle avait 16 ans quand ils se rencontrèrent, il en avait 42. Dans ses dernières années, Oliver Reed et Josephine Burge vivaient à Churchtown, County Cork, Irlande.
En 1964 le visage d’Oliver Reed fut coupé lors d’une rixe dans un bar. Il reçut 63 points de suture et faillit perdre sa carrière cinématographique à cause de sa cicatrice. Il affirma avoir décliné des rôles majeurs dans deux films d’Hollywood, dont L’arnaque (bien qu’il apparut en 1983 dans la suite, L’arnaque II).
Quand le gouvernement britannique rehaussa les taxes sur les revenus personnels, Oliver Reed refusa de prime abord de participer à l’exode des stars majeures du cinéma britannique vers Hollywood ou autres paradis fiscaux. A la fin des années 1970, Oliver se relocalisa à Guernesey comme exilé fiscal. Il avait vendu, quelques années auparavant, sa grande maison, Broome Hall, située entre les villages de Coldharbour et Ockley et s’était initialement relogé l’hôtel du Duc de Normandie à i Saint Peter Port.
En 1993 Oliver Reed fut vainement poursuivi en justice par son ex cascadeur et double, Reg Prince, pour une blessure contractée alors qu’il tournait Castaway.
En 2013, l’auteur Robert Sellers publia What Fresh Lunacy Is This? – The Authorised Biography of Oliver Reed.
Oliver Reed était connu pour son alcoolisme et ses beuveries. De nombreuses anecdotes existent, telle que Reed et 36 potes de beuverie buvant en une soirée: 270 litres de bière, 32 bouteilles de whisky, 17 bouteilles de gin, quatre caisses de vin et une bouteille de Babycham. Il révisa finalement l’anecdote, en affirmant avoir bu 106 pintes of bière au cours d’une beuverie de deux jours organisée avant son mariage avec Josephine Burge; "L’événement dont il est fait mention eut en fait lieu lors d’un tournoi de bras de fer organisé à Guernesey il y a 15 ans environ, elle fut très exagérée." Steve McQueen rapporta l’histoire qu’en 1973, il prit l’avion pour le Royaume Uni afin d’y discuter d’un projet de film avec Oliver Reed et il suggéra que les deux hommes rendent visite à une boîte de nuit de Londres. Ils s’engagèrent dans une beuverie marathon au cours de la laquelle Oliver devint si bourré qu’il vomit sur McQueen.
En 1974, Oliver Reed devint un proche ami de son compagnon de beuverie, Keith Moon, le batteur des Who, alors qu’ils tournaient la version cinématographique de Tommy. Avec leur style de vie sans retenue, Oliver et Keith avaient beaucoup en commun et tous deux citaient l’acteur Robert Newton, comme leur modèle au niveau de la débauche. Christopher Lee, un ami et collègue, s’exprima sur son alcoolisme en 2014: "quand il commença, après avoir bu la numéro 8, il devenait réellement un monstre. C’était terrible à voir."
Oliver Reed s’irritait souvent que ses apparitions dans des talk-shows télévisés tournaient toujours autour de sa boisson plutôt qu’autour de sa carrière d’acteur. Le 26 septembre 1975, en face d’un Johnny Carson sans voix dans The Tonight Show, le belliqueux Oliver Reed eut un verre de whisky versé, devant la caméra, sur sa tête par une Shelley Winters enragée (Winters avait été déçue par les commentaires désobligeants de Reed sur les femmes). David Letterman envoya une publicité commerciale quand Oliver Reed devint belliqueux après qu’on lui ait posé trop de questions sur son alcoolisme le 5 août 1987, durant son apparition dans Late Night with David Letterman.
Oliver Reed fut rendu partiellement responsable de l’arrêt de l’émission, Sin on Saturday, diffusée sur la BBC1, après quelques commentaires déplacés sur le sujet de la luxure, le péché contenu dans le premier programme. L’émission eut de nombreux autres problèmes et un de ses invités révéla que Reed reconnut la luxure quand il arriva et dut être virtuellement traîné en dehors des caméras. Vers la fin de sa vie, il fut invité spécifiquement dans certaines émissions pour son alcoolisme; par exemple The Word posa des bouteilles de liqueur dans sa loge pour que l’on puisse secrètement le filmer en train de s’enivrer. Il quitta le plateau du programme After Dark de la chaîne de télévision Channel 4 après y être arrivé en état d’ébriété avancée et tenter d’embrasser l’écrivaine féministe Kate Millett, en lui murmurant la phrase, "Donne-moi un baiser, gros nichons".
Cependant, la biographie de Cliff Goodwin sur Oliver Reed, Evil Spirits, avance la théorie que l’acteur n’était pas toujours ivre dans des talk-shows comme il apparut éventuellement, mais interprétait plutôt le rôle d’un mec incontrôlable pour égayer les choses, à la demande des producteurs. En octobre 1981, Oliver Reed fut arrêté dans le Vermont, où il fut jugé et acquitté des charges de tapage nocturne après avoir énormément bu. Cependant, il plaida non coupable pour deux accusations d’agressions et fut condamné à verser une amende de 1 200 dollars. En décembre 1987, Oliver Reed, qui était en surpoids et souffrant déjà de goutte, tomba sérieusement malade de problèmes rénaux dus à son alcoolisme et il dut arrêter de boire pendant un an sur les conseils de son médecin.
Durant ses dernières années, quand il vivait en Irlande, Oliver était un client régulier du O'Brien's Bar de Churchtown, Comté de Cork, situé près du cimetière du 13ème siécle, au cœur du village où il fut enterré.
Oliver Reed décéda d’une crise cardiaque durant une pause dans le tournage de Gladiator à La Valette, Malte, le 2 mai 1999. D’aucuns disent qu’il avait bu 8 pintes de bière, une douzaine de double rhums et une demi bouteille de whisky au cours d’un match de boissons contre des marins du H.M.S. Cumberland. Il avait 61 ans. Son partenaire de Gladiator, Omid Djalili dit en 2016: "Il n’avait pas bu une goutte d’alcool depuis des mois avant que ne commence le tournage ... Tout le monde dit qu’il n’en faisait qu’à sa tête mais ce n’est pas vrai. Ce fut absolument tragique. Il se trouvait dans un bar irlandais et on le harcelait qu’il rentre dans une compétition de beuverie. Il aurait pu simplement partir mais il ne le fit pas." Russell Crowe dit aussi en 2010: "Je n’en ai jamais parlé avec Ollie. Il m’a rendu visite dans mes rêves et m’a demandé de parler gentiment de lui. Aussi je l’ai fait... mais nous n’avons jamais eu une conversation intéressante ensemble."
Une cérémonie fut organisée à Churchtown, County Cork, en Irlande où il résida la plupart de sa vie, son corps fut enterré au Churchtown's Bruhenny Graveyard. Sur sa pierre tombale, il est écrit le message, "Il fit bouger les lignes".

Sa contribution au western fut la suivante :
The Trap de Sidney Hayers (1966), la Bête
Les charognards de Don Medford (1971), Frank Calder
Un cow-boy en colère de Don Taylor (1976), Joe Knox
Retour à Lonesome Dove, Gregor Dunnigan dans quatre épisodes :
- The Vision (1993)
- The Forge (1993)
- The Legacy (1993)
- The Passing (1993)
L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5101
Enregistré le : 16 avr. 2008 11:45
Contact :

Re: Oliver REED (1938-1999)

Message par L.. »

Image

Dans quelques jours.

Selon J.P. Dionnet (présentation du film pour Cinéma de Quartier) il aurait remplacé sur ce remarquable film policier Lino Ventura, Fabio Testi prenant le rôle initialement prévu pour Terence Hill (qui aviat déjà joué dans Barbagia, un film politique et policier, inédit en France.)
Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23845
Enregistré le : 12 nov. 2008 18:48
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Oliver REED (1938-1999)

Message par U.S. Marshal Cahill »

L.. a écrit :Image

Avec Oliver Reed, Les Charognards, dunes de Cabo de Gata (Almeria), vers août 1970. (Coll. L..)

(Cliquer sur l'image pour l'afficher en grand. )
MARCHAND a écrit :Image

Oliver Reed dans Les Charognards, 1971.
lasso a écrit :The Trap / l'Aventure Sauvage de Sidney Hayers avec Oliver Reed

ImageImageImage
U.S. Marshal Cahill a écrit :Image
ImageImageImage
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6576
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Oliver REED (1938-1999)

Message par LordDécadent »

Image
"Return to Lonesome Dove" en 1993.

Image
"Gladiator" en 1999.

Image
http://www.carnet-noir-des-acteurs.com/1999
Avatar du membre
harry
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4306
Enregistré le : 19 août 2015 22:10
Localisation : San Francisco

Re: Oliver REED (1938-1999)

Message par harry »

Bon acteur ,mais contrairement à mes superlatifs habituels , je l'apprécie modérément :
Image
Avec Candice Bergen ( The hunting party )
Image
Image
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6576
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Oliver REED (1938-1999)

Message par LordDécadent »

Image
"The Hunting Party/Les Charognards" en 1970.
Répondre

Retourner vers « Biographies »