Almira SESSIONS (1888-1974)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Répondre
DEMERVAL
Major
Messages : 13720
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Almira SESSIONS (1888-1974)

Message par DEMERVAL »

Almira SESSIONS naquit le 16 septembre 1888 dans une famille très en vue de Washington D.C. Débutante, elle entra dans le monde du show business après sa performance en 1909 dans l’opérette comique The Sultan of Sulu de George Ade et Nathaniel D. Mann. Elle passa sa prime carrière à se produire dans les cabarets avant de déménager pour New York City, où elle commença à apparaître sur scène et dans une émission radio de Bob Hope. Durant les années 1930, elle apparut dans de nombreuses productions théâtrales dont plusieurs sur Broadway.
Alors qu’elle se produisait sur les planches de New York durant les années 1930, Almira fit ses débuts sur le grand écran en 1932 dans le film d’Edward Sloman, Wayward. Bien que ce film marqua ses débuts au cinéma, ce ne fut pas son vrai départ sur le grand écran. Wayward fut tourné à New York dans les studios de Paramount Publix. Almira Sessions n’apparut régulièrement dans des films que huit ans plus tard en 1940, avec son apparition dans le film de Norman Taurog, Little Nellie Kelly, avec Judy Garland. Durant les années 1930, elle se produisit occasionnellement dans des courts métrages tels que Two Boobs in a Balloon, avec Edgar Bergen, en 1935.
Durant sa carrière cinématographique qui s’étendit sur quatre décennies, des années 1940 aux années 1970, elle apparut dans de nombreux films notables dont : Les voyages de Sullivan de Preston Sturges (1942), avec Joel McCrea et Veronica Lake ; L’étrange incident de William A. Wellman avec Henry Fonda, Dana Andrews et Anthony Quinn; la comédie de 1943 avec Charles Coburn, My Kingdom for a Cook, où avec le rôle de Hattie la cuisinière, elle put mettre en avant ses talents comiques; la comédie de 1944 Miracle au village, réalisée de nouveau par Preston Sturges avec Eddie Bracken et Betty Hutton; la comédie musicale de Rodgers et Hammerstein, State Fair (1945); le biopic sur Cole Porter, Nuit et jour (1946), avec Cary Grant et Alexis Smith; Monsieur Verdoux, la comédie dramatique de Charlie Chaplin (1947) dans laquelle elle eut un rôle original; le film noir de 1946, Frayeur; l’iconique, La vie est belle (1947), réalisé par Frank Capra avec James Stewart; le classique de Noël, Honni soit qui mal y pense (1948), avec Cary Grant, Loretta Young et David Niven, film réalisé par Henry Koster; la comédie Match d’amour, avec Frank Sinatra, Gene Kelly et Esther Williams; et la production de King Vidor de 1949 sur un roman d’Ayn Rand, Le rebelle, avec Gary Cooper et Patricia Neal.
Les années 1950 la virent continuer à apparaître sur le grand écran, dans notamment des films notables comme la comédie Harvey de Henry Koster (1950), avec James Stewart; la version cinématographique de l’historiette de Damon Runyon, Le môme boule-de-gomme, avec Bob Hope; La fureur de vivre (1955), avec James Dean et Natalie Wood; le film policier de Michael Curtiz de 1956, The Scarlet Hour; et le troisième film d’Elvis Presley, Amour frénétique (1957). Les années 1950 permirent aussi à Almira de faire son entrée à la télévision. En commençant par The Adventures of Kit Carson, elle fit des apparitions en guest star dans des douzaines de séries télévisées durant la décennie. Parmi celles-ci figuraient: Adventures of Superman, The Adventures of Ozzie & Harriet, Hopalong Cassidy, Lassie, Rintintin et Walt Disney's Wonderful World of Color.
La carrière d’Almira Sessions ralentit durant les années 1960 mais elle continua à apparaître sur le grand et le petit écrans. Parmi ses films crédités durant la décennie figuraient l’adaptation cinématographique de la pièce de Tennessee Williams, Eté et fumées (1961), avec Laurence Harvey, Geraldine Page et Rita Moreno; la comédie de 1963, Oui ou non avant le mariage ? avec Jack Lemon, Carol Lynley, Dean Jones et Edie Adams; le thriller de 1968, L’étrangleur de Boston, avec Tony Curtis et Henry Fonda et le film d’horreur de Roman Polanski, Rosemary's Baby, avec Mia Farrow, John Cassavetes et Ruth Gordon. A la télévision, on put la voir dans : The Donna Reed Show, The Munsters, F Troop, The Andy Griffith Show et The Carol Burnett Show. Alors que ses crédits furent limités durant les années 1970, sa carrière étant sur la pente déclinante, les films et les séries télévisées dans lesquelles elle apparut, connurent le succès. Son seul film fut le classique d’horreur Willard (1971) et sur le petit écran, elle fit des apparitions en guest star dans Docteur Marcus Welby, Night Gallery et Love, American Style.
Almira Sessions est décédée le 3 août 1974 à Los Angeles, Californie. Elle est enterrée au Hollywood Forever Cemetery. Elle fut mariée de 1936 à 1940 avec Albert Allen.

Sa contribution au western fut la suivante :

L’étrange incident de William A. Wellman (1943), Miss Swanson
Caravane d’amour de Frank Ryan (1944), l’épouse de Lemuel
West of Dodge City de Ray Nazarro (1947), Mme Throckbottom
Montana de Ray Enright (1950), la femme désolée
Propre à rien de George Marshall (1950), Belle
The Old Frontier de Philip Ford (1950), Mme Smedley
The Lone Ranger, deux épisodes :
- Maria dans « Sheep Thieves » (1950)
- Letty dans « The Wrong Man » (1950)
The Blazing Sun de John English (1950), Mme Purty
La revanche des Sioux de Joseph Kane (1951), l’épouse de l’officier à la danse
The Adventures of Kit Carson, un épisode, Mme Forbes dans « California Outlaws » (1951)
Oklahoma Annie de R.G. Springsteen (1952), Mme Carrie Fudge
The Gene Autry Show, un épisode, Mag, la sorcière dans « The Trail of the Witch » (1952)
Wagons West de Ford Beebe (1952), Ada, la vieille servante
Le soleil brille pour tout le monde de John Ford (1953), une matrone
Vaquero de John Farrow (1953), une femme dans la banque
The Cisco Kid, trois épisodes :
- Tante Christine dans « Thunderhead » (1952)
- Michaela dans « Bell of Santa Margarita » (1952)
- Sarah Hotchkiss dans « The Raccoon Story » (1953)
Hopalong Cassidy, un épisode, Miss Kerner dans « Don’t Believe in Ghosts » (1953)
Adventures of Wild Bill Hickok, trois épisodes :
- Miss Laura Tyler dans « The Lady School Teacher » (1951)
- Mme Bramlege dans « Grandpa and Genie » (1953)
- Une femme à la vente aux enchères dans « To the Highest Bidder » (1955)
Annie Oakley, un épisode, une célibataire dans « Trouble Shooter » (1955)
Tales of Wells Fargo, un épisode, Sara Norris dans « Uranium Pete » (1955)
Sergeant Preston of the Yukon, un épisode, Mme Guffy dans « Crime at Wounded Moose » (1956)
Rintintin, un épisode, Missus Scragg dans « Scotchman’s Gold » (1956)
Lawman, un épisode, La First Lady dans « The Substitute » (1961)
F-Troop, un épisode, l’épouse de Dobb dans « Old Ironpants » (1965)
Laredo, un épisode, la Première Maîtresse dans « The Bitter Yen of General » (1967)
Les cinq hors-la-loi de Vincent McEveety (1968), une villageoise à Wake
Les mystères de l’ouest, un épisode, la vieille Lavinia dans « The Night of the Sedgewick Curse » (1968)
La vieille garde, téléfilm de Jean Yarbrough (1969), Mme Fletcher
Modifié en dernier par DEMERVAL le 13 août 2022 12:31, modifié 2 fois.
DEMERVAL
Major
Messages : 13720
Enregistré le : 01 août 2012 16:50

Re: Almira SESSIONS (1888-1974)

Message par DEMERVAL »

ImageImage
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6938
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Almira SESSIONS (1888-1974)

Message par LordDécadent »

Image
"Cheyenne: The Iron Trail" en 1956.

Image
"Rintintin: Scotchman's Gold" en 1956.
Avatar du membre
Moi ? Personne...
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1659
Enregistré le : 22 avr. 2021 16:27
Localisation : Sad Hill,mais pas enterré !

Re: Almira SESSIONS (1888-1974)

Message par Moi ? Personne... »

L'étrange incident, William A. Wellman (1942)

Image
Si tu n'as pas une sale affaire à te mettre sous la dent tu t'en inventes une et après l'avoir liquidée, tu en abandonnes le mérite à un autre comme ça tu peux continuer à être toi-même. C'est à dire Personne
:sm60: :bullet1:
Répondre

Retourner vers « Biographies »