Tuesday WELD (1943- )

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8177

Tuesday WELD (1943- )

Messagepar DEMERVAL » 07 oct. 2017 17:42

Tuesday Weld est née Susan Ker Weld le 27 août 1943 à New York City. Son père, Lathrop Motley Weld, était un membre d’une famille Weld du Massachusetts; il décéda en 1947, peu de temps après son quatrième anniversaire. Sa mère, Yosene Balfour Ker, fille d’un artiste et illustrateur de Life, William Balfour Ker, était la quatrième et dernière épouse de Lathrop Weld. Susan Ker Weld était un de leurs trois enfants, les autres deux étant Sarah King Weld (née en 1935) et David Balfour Weld (né en 1937). Susan Weld changea légalement son nom en Tuesday Weld le 9 octobre 1959.
Empêtrée dans des difficultés financières après la mort de son mari, la mère de Tuesday mit Susan au travail comme modèle pour subvenir aux besoins de la famille. Comme le dit la jeune actrice à Life en 1971:
“ La famille de mon père venait de Tuxedo Park et ils offrirent de nous élever et de financer notre éducation, à la condition que Maman ne vienne plus jamais nous voir. Mama était une orpheline qui était venu ici de Londres, mais aussi loin que la famille de mon père se sentit concernée, elle se retrouvait quasiment sur la paille. Je dois donner crédit à ma mère—elle refusa de nous abandonner... Aussi je suis devenue le soutien financier de la famille, et je dus prendre la place de mon père à de nombreux points de vue. J’espérais pouvoir réparer tout ce qui était allé de travers dans la vie de Maman. Elle devint obsédée par moi, déversant son amour refoulé—son amour prétendu—sur moi, et cela a été une lourde charge pour mes frêles épaules depuis lors. Maman pense encore que je lui dois tout. ”
Utilisant le retour de Tuesday dans le monde du modelling, sa mère embaucha un agent et Tuesday (une extension de son surnom d’enfance, "Tu-Tu", ainsi surnommée par sa jeune cousine, Mary Ker, qui ne pouvait pas prononcer "Susan") fit ses débuts d’actrice à la télévision à 12 ans et sur le grand écran pour un petit rôle en 1956 dans le thriller d’Alfred Hitchcok, Le faux coupable. Les pressions exercées par sa carrière lui occasionnèrent une dépression nerveuse à 9 ans, l’alcoolisme à 12 ans et une tentative de suicide vers la même époque.
En 1956, Tuesday interpréta le rôle principal dans Rock, Rock, Rock, dans lequel jouait le promoteur de disques Alan Freed et les chanteurs Chuck Berry, Frankie Lymon et Johnny Burnette. Dans le film, Connie Francis doublait Tuesday pour les passages chantés. En 1959, étant apparue dans le rôle de "Dorothy" dans Millionnaire de cinq sous, elle fut castée dans la série télévisée Dobie Gillis dans le rôle de Thalia Menninger, la petite amie de Dobie Gillis (interprété par Dwayne Hickman). Bien que Tuesday ne fut castée que pour une saison, l’émission lui amena une publicité nationale considérable et elle fut élue co-vainqueur aux Golden Globes dans la catégorie des espoirs féminins.
Elle signa un contrat avec la Twentieth Century-Fox et apparut dans des longs métrages et des épisodes de séries produites par la Fox. En 1960, elle apparut dans le rôle de Joy, une universitaire à l’esprit libre dans Une seconde jeunesse, avec Bing Crosby et Fabian Forte. Cette saison-là, elle fut la guest star sur la NBC du Tab Hunter Show. Le 12 novembre 1961, elle incarna une chanteuse, Cherie, dans le 7ème épisode de la série Bus Stop, avec Marilyn Maxwell et Gary Lockwood. C’était le rôle que Marilyn Monroe avait interprété en 1956 dans le film Bus Stop, basé sur la pièce de William Inge. Kim Stanley incarna Cherie sur Broadway.
La mère de Tuesday fut scandalisée par les aventures de sa fille adolescente avec des hommes plus âgés tel que l’acteur John Ireland, mais Tuesday résista en disant, "'Si tu ne me laisses pas tranquille, j’arrête ma carrière d’actrice—ce qui veut dire qu’il n’ y aura plus d’argent pour toi, Maman.' Finalement, quand j’eus 16 ans, j’ai quitté la maison. Je suis simplement sortie et j’ai acheté ma propre maison." En 1961, quand Tuesday eut 18 ans, elle eut une aventure en dehors de l’écran avec Elvis Presley, sa costar dans Amour sauvage.
Tuesday fut le premier choix de Stanley Kubrick pour interpréter le rôle de Lolita en 1962 dans le film éponyme mais elle refusa le rôle en affirmant : "Je n’avais pas à le jouer. J’étais Lolita."
En 1963, elle fut la guest star dans le rôle de Denise Dunlear dans The Eleventh Hour, dans l’épisode intitulé "Something Crazy's Going on the Back Room". En 1964, elle apparut dans le rôle-titre de l’épisode "Keep an Eye on Emily" dans la série dramatique de Craig Stevens, Mr. Broadway. La même année, elle apparut dans "Dark Corner", un épisode du Fugitif. Elle fut aussi bien perçue pour son interprétation de la victime d’un inceste dans Les lauriers sont coupés, la séquelle du film de 1956, Peyton Place, mais le film fut moins productif que son prédécesseur. l
En 1963, Tuesday apparut avec Jackie Gleason et Steve McQueen dans la comédie La dernière bagarre ; sa performance fut bien reçue, mais le film fut un succès mineur. La même année, elle et son ex costar Dwayne Hickman apparurent avec Jack Palance, dans la série dramatique dont l’action se situait dans un cirque, Le plus grand chapiteau du monde sur ABC, dans des épisodes séparés. Plus tard dans sa carrière, elle refusa des rôles dans des films qui réussirent au box-office comme Bonnie and Clyde, Rosemary's Baby, Cent dollars pour un shérif, Fleur de cactus et Bob & Carol & Ted & Alice. Dans une interview en 1971 avec le New York Times, Tuesday expliqua qu’elle avait choisi de rejeter ces rôles parce que, précisément, elle crut qu’ils seraient des succès commerciaux: "Croyez-vous que je recherche le succès? J’ai refusé Bonnie and Clyde parce que je pouponnais à l’époque, mais aussi parce qu’au plus profond de moi-même, je savais que ce serait un énorme succès. Ce fut la même chose pour Bob & Carol and Fred & Sue ou quelque soit son nom. Ca respirait le succès."
En 1965, elle apparut dans le bon film de Norman Jewison, Le Kid de Cincinnati face à Steve McQueen. Parmi ses performances les plus notables figurent Lord Love a Duck (1966) avec Roddy McDowall, Ruth Gordon et Harvey Korman; Les pervertis (1968) avec Anthony Perkins; A Safe Place (1971) avec Jack Nicholson et Orson Welles; Le pays de la violence (1970) face à Gregory Peck et Play It As It Lays (1972), de nouveau avec Anthony Perkins, film pour lequel elle fut nominée pour un Golden Globe Award.
Dans la trentaine, Tuesday attira l’attention dans le rôle de la Katherine, favorisée et incontrôlable dans A la recherche de Mr. Goodbar (1977) et fut nominée pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Les guerriers de l’enfer (1978) face à Nick Nolte et pour Le solitaire de Michael Mann en 1981 face à James Caan. En 1984, elle apparut dans l’épique film de gangster de Sergio Leone, Il était une fois en Amérique dans lequel elle interprétait la secrétaire d’un bijoutier qui participait au vol d’un chargement de diamants. Durant le vol, elle aiguillonnait le personnage incarné par Robert De Niro, David "Noodles" Aaronson, pour qu’il la "viole" avec son consentement.
Tuesday est apparue dans un certain nombre de téléfilms, dont un remake du triste Madame (1981), Circle of Violence (1986), Reflections of Murder (1974) (un remake américain du film français, Les Diaboliques) et A Question of Guilt, dans lequel elle interprétait une femme accusée du meurtre de ses enfants. En 1993, elle incarna la femme névrotique d’un officier de police dans Chute libre avec en vedettes Michael Douglas et Robert Duvall.
Tuesday a été mariée à trois reprises. Elle fut mariée au scénariste Claude Harz, de 1965 à leur divorce en 1971. Ils eurent une fille, Natasha, en 1966. Du mariage,Tuesday dit à Guy Flatley du New York Times en 1971, "Maman haïssait mon mari—elle est d’une jalousie maladive, vous savez. Elle a haï tous les hommes avec lesquels j’ai été impliquée. Mais j’ai réellement ressenti que ce que j’avais alors fait de ma vie, était faux, que peut-être j’aurais simplement dû être une femme au foyer. Notre union dura cinq ans; ce fut juste une autre de mes erreurs."
Elle épousa l’acteur, musicien et comédien britannique Dudley Moore en 1975. En 1976 ils eurent un fils, Patrick, un acteur, réalisateur et éditeur. Ils divorcèrent en 1980. En 1985 elle épousa le violoniste et chef d’orchestre israélien, Pinchas Zukerman; ils divorcèrent en 1998.
Sa contribution au western est la suivante :
Zane Grey Theater, un épisode, Beth Lawson dans “The Mormons” (1960)
Cimarron, un épisode, Heller dans “Heller” (1968)

kiemavel
Caporal
Messages : 802

Re: Tuesday WELD (1943- )

Messagepar kiemavel » 07 oct. 2017 20:48

La mère de Tuesday fut scandalisée par les aventures de sa fille adolescente avec des hommes plus âgés tel que l’acteur John Ireland, mais Tuesday résista en disant, "'Si tu ne me laisses pas tranquille, j’arrête ma carrière d’actrice—ce qui veut dire qu’il n’ y aura plus d’argent pour toi, Maman.


Elle avait du caractère, la petite ... L'anecdote concernant John Ireland, je viens justement de l'entendre dans la bouche de Stéphane Bourgoin. Il en est question dans sa présentation du film d'Anthony Mann, L'engrenage fatal (Railroaded ! ) édité chez Bach Films. Il en dit même plus que ça, notamment sur l'anatomie de ce bon John Ireland :mrgreen:

Toujours pas vu : Rock, Rock , Rock, son premier film, qui est édité chez nous contrairement à nombre de ses autres films. Hélas ... Coucou à Chip qui l'adore je crois ...

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Tuesday WELD (1943- )

Messagepar chip » 08 oct. 2017 9:20

Actrice de génie qui mériterait d'être plus connue en France. Il faut voir pour s'en convaincre le remarquable film de John Frankenheimer " I walk the line " (le pays de la violence)(1970), le diabolique " Pretty poison" (les pervertis) et l' étrange " Lord love a duck" (1965) où elle joue la fille de la non moins talentueuse Lola Albright, les deux actrices remportèrent l'ours d'or au festival de Berlin pour leurs interprétations dans le film.
Lola Albright et Tuesday Weld dans " Lord love a duck.
Image

Avatar du membre
onvaalapub
Cavalier solitaire
Messages : 144

Re: Tuesday WELD (1943- )

Messagepar onvaalapub » 08 oct. 2017 9:22

Magnifique et ô combien touchante dans Le Pays de La Violence. On sent d'ailleurs bien la gamine à fleur de peau, comme le montre d'ailleurs sa biographie. Merci Dermeval !

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7375

Re: Tuesday WELD (1943- )

Messagepar chip » 08 oct. 2017 9:28

Comme le dit Kiemavel, j'adore Tuesday Weld, quant à l'anecdote de Bourgoin (j'ai le dvd en question) je la connaissais depuis longtemps, un "Ciné-revue" de l'époque avait fait état de la relation qu'avait Weld avec Ireland, elle avait je crois 14 ans et lui 44...



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités