Maris WRIXON (1916-1999)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10948

Maris WRIXON (1916-1999)

Messagepar DEMERVAL » 08 nov. 2016 9:40

Maris WRIXON naquit Mary Alice Wrixon le 28 décembre 1916 à Pasco, Washington. Cette starlette bien charpentée eut une carrière mineure chez Warner Brothers durant les années 1930 et 1940. Elle possédait tous les attributs physiques qui ont fait d’autres sirènes du grand écran, des stars d’Hollywood. Le photographe glamour d’Hollywood, George Hurrell Sr, la trouva charmante. Son visage orna les couvertures de Vogue et la section rotogravure de nombreux magazines féminins. Cependant, malgré cela, Maris Wrixon n’atteignit jamais complètement le statut de star et est tout à fait oubliée de nos jours. Elle n’avait que peu de connaissances théâtrales ou dramatiques avant de débuter sur le grand écran en 1939. Cette année-là, Warners la fit apparaître dans 13 films et dans 10 l’année suivante, en 1940. Pour la majorité d’entre eux, ses rôles furent non crédités et ses apparitions ne furent que fugaces, ou, au mieux, elle avait deux lignes à réciter. Quelquefois, elle était en brunette ou d’autre fois en blonde. Maris réussit finalement à décrocher dans seconds rôles en vedette dans des films comme The Case of the Black Parrot (1941) et Bullets for O'Hara (1941). Entre deux rôles, Maris était prêtée à Monogram, qu’elle préférait au lieu de "rester dans son terrier".
Elle obtint son rôle le plus notable pour un studio de la Poverty Row dans The Ape (1940), un piètre film assimilable au genre horreur . Maris y incarnait une fille handicapée qui tombait entre les mains d’un médecin de campagne obsédé (Boris Karloff), qui essayait par tous les moyens de trouver un sérum capable de la guérir de son infirmité, en ayant même recours au meurtre (tâche pour laquelle le médecin se déguisait en gorille, d’où le titre du film). Plus tard, Maris se rappela tendrement qu’entre les scènes Boris Karloff la régalait d’histoires croustillantes. Malheureusement, ce fut presque l’apogée de sa carrière, bien qu’elle apparut dans un film similaire pour Monogram, menacée cette fois par John Carradine (en autre docteur fou) et ses pratiques voodoo dans The Face of Marble (1946). Elle apparut aussi dans un trio de films de guerre routiniers et de qualité négligeable servant la propagande durant la seconde guerre mondiale : Femmes enchaînées (1943), Waterfront (1944) et The Master Key (1945). Aucun de ces films ne fut suffisant pour l’établir comme star.
Maris fit son dernier film en 1951, puis se tourna vers le petit écran où elle fit quelques apparitions en guest star avant de se retirer définitivement en 1963. Contrairement à sa carrière cinématographique décousue, sa vie personnelle semble avoir été réussie : elle fut mariée pendant 59 ans avec l’éditeur d’origine allemande, Rudi Fehr, surement un exploit à Hollywood, et eut quatre enfants dont l’éditrice Kaja Fehr. Maris Wrixon est décédée à Santa Monica, Californie, le 6 octobre 1999, suite à des problèmes cardiaques.

Sa contribution au western fut la suivante :

Ride, Cowboy, Ride de George Amy (1939), Laura Ramsey
Jeepers Creepers de Frank McDonald (1939), Connie Durant
La piste de Santa Fé de Michael Curtiz (1940), une fille au mariage
Sunset in Wyoming de William Morgan (1941), Wilmetta ‘Billie’ Wentworth
Sons of the Pioneers de Joseph Kane (1942), Louise Harper
Trail to Gunsight de Vernon Keays (1944), Mary Wagner
The Cisco Kid, deux épisodes :
- Elaine Parker dans « Postal Inspector » (1951)
- Chrsitine dans « Kid Sister Trouble » (1951)
Modifié en dernier par DEMERVAL le 19 nov. 2020 16:04, modifié 1 fois.

Sitting Bull
Rancher
Rancher
Messages : 8510
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Maris WRIXON (1916-1999)

Messagepar Sitting Bull » 08 nov. 2016 23:44

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
(Dans "Silent witness")
Image
Image


« Écrire proprement sa langue est une des formes du patriotisme. »
(Lucie Delarue-Mardrus) Image


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité