Patty DUKE (1946-2016)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6934

Patty DUKE (1946-2016)

Messagepar DEMERVAL » 02 juil. 2016 8:20

Patty Duke naquit le 14 décembre 1946 à Elmhurst, Queens, New York. Elle était le plus jeune des trois enfants de Frances McMahon, une caissière de banque et John Brock Duke, un bricoleur et chauffeur de taxi. Elle était de descendance allemande (par sa grand-mère maternelle) et irlandaise. Ses grands-parents paternels, James et Katness (O'Hara) Duke, immigrèrent à New York du comté de Longford, Irlande.
Duke, son frère Raymond et sa soeur Carol vécurent une enfance difficile. Leur père était un alcoolique et leur mère souffrait de dépression clinique et était encline à la violence. Quand Patty Duke eut six ans, sa mère expulsa son père ; quand elle eut 8 ans, sa mère transmit sa garde à John et Ethel Ross, qui plus tard devinrent ses managers; ils détectèrent son talent et la promurent comme enfant-star.
Les méthodes de managériat de la carrière de Patty par les Ross furent souvent sans scrupules et virèrent à l’exploitation; ils présentèrent toujours Patty comme étant deux ans plus jeune qu’elle ne l’était en réalité et affublaient son palmarés avec de faux crédits. Ethel Ross lui donna son nouveau nom de scène; "Anna Marie est morte; tu es Patty maintenant." Elle espérait que "Patty Duke" allait doubler le succès de l’enfant star Patty McCormack. Cette action allait avoir de pénibles répercussions sur le futur de Patty Duke.
Une de ses premières prestations en tant qu’actrice eut lieu dans le soap opera The Brighter Day en 1954. Elle apparut aussi dans des tracts publicitaires et des spots commerciaux télévisés. A 12 ans en 1959, Patty Duke apparut dans The $64,000 Question et remporta $32,000. Sa catégorie d’expertise était l’orthographe. En 1962 il fut révélé que le jeu avait été truqué et elle fut obligée de témoigner devant un panel de sénateurs des Etats-Unis. En 1959 Patty Duke apparut dans l’adaptation télévisée de Meet Me in St. Louis dans le rôle de Tootie Smith, rôle assuré par Margaret O’Brien dans la version cinématographique.
Son premier rôle important fut celui d’Helen Keller (avec Anne Bancroft en Annie Sullivan) dans la pièce The Miracle Worker, qui fut produite à Broadway pendant deux ans (octobre 1959-juillet 1961). Au milieu de la production de la pièce, son nom fut placé au-dessus du titre sur l’affiche. La pièce finit par donner lieu à une version cinématographique en 1962, pour laquelle Patty Duke reçut l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. A 16 ans, elle était la plus jeune récipiendaire de l’Oscar de cette catégorie.
En 1961 Patty Duke revint à la télévision en étant la vedette avec Laurence Olivier et George C. Scott du téléfilm, The Power and the Glory.
En 1963, Patty Duke fut la vedette de sa propre série, The Patty Duke Show, que Sidney Sheldon créa spécialement pour elle. Elle interpréta deux personnages: Patricia "Patty" Lane, une adolescente américaine enjouée qui occasionnellement se mettait un peu en difficultés à l’école et chez elle ; et sa cousine réservée lui ressemblant comme deux gouttes d’eau, originaire d’Ecosse, Catherine "Cathy" Lane. William Schallert incarnait Martin, le père de Patty, Jean Byron, sa mère Natalie, Paul O'Keefe, son jeune frère Ross et Eddie Applegate, son petit ami Richard. L’émission comportait aussi des vedettes de haut standing comme Sammy Davis, Jr., Peter Lawford, Paul Lynde et Sal Mineo. La série dura trois saisons et lui permit d’être nominée aux Emmy Awards. En 1999 les personnages du programme furent revisités et remis au goût du jour dans The Patty Duke Show: Still Rockin' In Brooklyn Heights, avec Cindy William dans le rôle de la méchante Sue Ellen Turner comme Kitty Sullivan ne fut pas capable de reprendre son rôle.
Malgré sa carrière fructueuse, Patty Duke fut vraiment malheureuse durant son adolescence. Les Ross firent des efforts pour la faire apparaître comme une adolescente normale mais, elle indiqua plus tard dans ses mémoires, Call Me Anna, qu’elle était virtuellement la prisonnière des Ross et n’avait que peu de contrôle sur ses gains. Les Ross la contrôlaient ainsi que sa mère en leur octroyant juste un peu d’argent pour subsister. Ils commencèrent aussi à lui fournir de l’alcool et de la drogue quand elle eut 13 ans; tout ceci en plus de son désordre bipolaire qui lui avait été diagnostiqué, contribua à ses problèmes addictifs. Adulte, Patty Duke accusa les deux Ross d’abus sexuel. En atteignant ses 18 ans, Patty Duke s’émancipa des Ross, pour finalement découvrir qu’ils avaient dilapidé la plupart de ses gains, et ce, en violation du Coogan Act.
En 1967, avec la fin du Patty Duke Show, elle essaya de laisser le succès de sa jeunesse derrière elle et commença sa carrière d’adulte en interprétant le personnage de Neely O'Hara dans La vallée des poupées. Le film fut un succès au box-office mais les audiences et les critiques eurent du mal à accepter que l’adolescente Patty aient été une star alcoolique et droguée. Bien que le film devint un classique—en grande partie grâce à la performance exceptionnelle de Patty Duke—il ruina presque sa carrière à l’époque.
Patty Duke fut la vedette de Me, Natalie, un film de 1969 dans lequel elle jouait un “"vilain petit canard" de Brooklyn luttant pour réussir sa vie dans un monde de bohémiens dans Greenwich Village. Une de ses co-stars était un jeune acteur effectuant ses débuts, Al Pacino. Le film fut un échec au box-office, mais Patty Duke remporta le Golden Globe de la meilleure actrice dans une comédie musicale.
Patty Duke fit son retour à la télévision en 1970, pour le téléfilm, My Sweet Charlie. Son interprétation tout en sensibilté du personnage d’une adolescente enceinte lui valut son premier Emmy Award, mais son discours d’acceptation fut décousu, furieux et incohérent, ce qui amena d’aucuns à penser qu’elle était, à ce moment, ivre ou sous l’influence de la drogue. En fait, Patty Duke était dans les affres d’une crise de son désordre bipolaire, maladie qui ne sera pas diagnostiquée avant 1982.
Patty Duke travailla principalement à la télévision du milieu des années 1970 au début des années 2000. Elle reçut son deuxième Emmy pour la mini-série Captains and the Kings en 1977 et son troisième en 1980 pour la version télévisée de sa reprise, en 1979, de la pièce The Miracle Worker, y interprétant cette fois le personnage d’Anne Sullivan face à Melissa Gilbert dans le rôle de Helen Keller. Ses apparitions dans les téléfilms Une femme libérée (1980) et George Washington (1984) lui valurent toutes deux des nominations aux Emmy.
En 1982, Patty Duke fut castée au côté de Richard Crenna dans la sitcom d’ABC, It Takes Two, du créateur de Soap et de Benson, à savoir Susan Harris. Cette série socialement d’actualités faisait évoluer les personnages interprétés par Patty Duke et Richard dans le cadre d’un couple moderne (elle était avocate et lui chirurgien) avec leurs challenges moraux et professionnels. Helen Hunt et Anthony Edwards interprétaient leurs enfants adolescents. Bien que la série It Takes Two fut encensée, ABC y mit fin au bout d’une saison à cause des taux d’audience insuffisants.
Patty Duke devait, par la suite, travailler avec Susan Harris dans une nouvelle série d’ABC, Hail To The Chief, dont le premier épisode fut diffusé en avril 1985. Elle apparut dans le rôle de la première femme, présidente des Etats-Unis au sein d’un casting de haut vol comprenant Dick Shawn, Herschel Bernardi, Glynn Turman et Ted Bessell dans le rôle du mari de Patty Duke. Le matériel était au top bien que décalé, tout à fait dans l’esprit de Soap, série sur laquelle elle était partiellement sérialisée. Hail To The Chief eut moins de succès que les stars et les producteurs de la série précédente en avaient eu avec It Takes Two et la série fut annulée après seulement sept épisodes. En 1987, Patty Duke revint à la télévision avec une autre série comique éphémère, Karen's Song, qui fut diffusée sur la novice chaîne Fox Network.
Entre deux séries en 1986, Patty Duke fut la vedette du téléfilm, A Time to Triumph, l’histoire vraie de Concetta Hassan, une femme d’un âge moyen qui lutta pour faire vivre sa famille après que son mari, ouvrier du bâtiment, ait été grièvement blessé dans un accident du travail. Elle finit par devenir pilote d’un hélicoptère de l’United States Army. Sur le plateau de tournage, Patty Duke devint amie avec le sergent Michael Pearce, qui était un conseiller technique sur le tournage; le couple se maria le 15 mars 1986.
Patty Duke succéda à William Schallert comme président de la Screen Actors Guild en 1985 et devait rester à ce poste jusqu’en 1988, devenant ainsi la seconde femme (la première fut Kathleen Nolan) à être élue à ce poste.
En 1990, l’autobiographie de Patty Duke, Call Me Anna, fut adaptée à la télévision; elle interpréta son propre rôle à compter de la trentaine et plus.
Bien que le média le plus essentiel fut pour Patty Duke, la télévision de la fin des années 1970 au milieu des années 2000, elle continua d’apparaître épisodiquement sur le grand écran dans des petits rôles. Son interprétation en 1982 d’une modèliste lesbienne dans le film canadien By Design lui octroya une nomination pour le Genie Award de la meilleure actrice étrangère. Patty Duke devait plus tard, en 1992, interpréter la mère de Meg Ryan dans l’adaptation cinématographique de la pièce Prelude to a Kiss. Ses apparitions dans trois épisodes de Les anges du bonheur résultèrent dans une nomination en 1999 pour un Emmy Award.
Patty Duke réduisit progressivement son agenda professionnel durant la décennie 2000, mais accepta occasionnellement des rôles pour le petit et le grand écrans. Elle revint sur les planches new-yorkaises en 2002, y incarnant Tante Eller dans une reprise d’Oklahoma! Elle revint à New York en 2005, mais pas pour une raison professionnelle; par contre elle participa à une cérémonie commémorative organisée à la mémoire d’Anne Bancroft, qui venait de décéder d’un cancer de l’utérus.
Le 2 novembre 2004, elle annonça qu’elle devait subir une pontage en Idaho. L’opération fut un succès.
Le 4 octobre 2007, Patty Duke apparut dans The Oprah Winfrey Show, pour y parler de son désordre bipolaire, tout en conseillant aux invités atteints par cette maladie de rechercher un groupe de soutien.
Au début de 2009, Patty Duke reprit son rôle de Patty Lane et Cathy Lane pour des spots réalisés pour le système de sécurité sociale.
Le 4 mars 2009, elle remplaça Carol Kane dans le rôle de Madame Morrible dans la production à San Francisco de la comédie musicale Wicked. Elle quitta la production le 7 février 2010.
Le 20 juillet 2009, Patty Duke reçut un hommage en son honneur au Castro Theatre de San Francisco, hommage intitulé "Sparkle, Patty, Sparkle!" Durant la soirée, Patty Duke rencontra et posa pour des photos avec plus d’un millier d’admirateurs et fut interviewée sur la scène par le comique Bruce Vilanch. En plus des clips vidéos qui retracèrent sa longue carrière, son film, La vallée des poupées fut projeté sur l’écran à la fin de la soirée. L’événement se déroula à guichets fermés, les 1400 places du théâtre ayant été vendues.
En 2010, Patty Duke enregistra une série de spots pour la Social Security Administration afin d’aider à la promotion de la médecine en ligne pour Medicare, dont un spot avec George Takei.
En mai 2011, Patty Duke réalisa la version théâtrale de The Miracle Worker à l’Interplayers Theater de Spokane, Washington.
En juin 2011, TVLine annonça que Patty Duke devait rejoindre le casting de la série dramatique de Lifetime, The Protector dans le rôle de Beverly, la mère de la détective Ally Walker. La série fut annulée peu après l’annonce.
Elle incarna la mère du plongeur en haute mer dans l’épisode de Hawaii Five-0 diffusé le 10 octobre 2011.
Durant la quatrième saison de la série à succès de la Fox, à savoir Glee, Patty Duke interpréta le personnage de Jan, une bijoutière lesbienne qui venait en aide à Blaine Anderson pour choisir une alliance pour son ex petit ami Kurt Hummel.
Patty Duke connut, parallèlement à sa carrière d’actrice, le succès avec une carrière de chanteuse, qui comprend deux hits du top 40 de l’année 1965, "Don't Just Stand There" (8ème)) et "Say Something Funny" (22ème). Un autre de ses titres fut "Dona Dona" en 1968, qu’elle entonna comme deuxième chanson lors du The Ed Sullivan Show. Toujours en 1968, elle apparut dans The Tonight Show Starring Johnny Carson et après le numéro du comique George Jessel, fut introduite sur le plateau pour y chanter un chant irlandais, "Danny Boy". Elle chanta aussi dans des émissions comme Shindig!, Kraft Music Hall, The Mike Douglas Show et The Merv Griffin Show. En 1965, elle chanta le thème musical du film Billie et chanta également en 1966 sur la bande-son du film The Daydreamer, dans lequel elle doubla la voix du personnage Thumbelina. Durant sa carrière elle enregistra un total de 6 LP.
En 1987, Patty Duke révéla dans son autobiographie qu’on lui avait diagnostiqué, en 1982, une dépression maniaque (maintenant appelée désordre bipolaire). Son traitement qui comportait du lithium comme médication et thérapie, stabilisa sa vie et la mit sur la voie de la guérison. Elle fut la première célébrité à dévoiler officiellement cette maladie et elle contribua à déstigmatiser le désordre bipolaire. Patty Duke devint ensuite une activiste pour diverses causes de maladies mentales. Elle fit du lobbying auprès du Congrès des Etats-Unis et unit ses forces avec le National Institute of Mental Health et le National Alliance for the Mentally Ill afin d’accroître la prise de conscience, le recueil de fonds et la recherche sur les maladies mentales.
En 2011, dans The Protector, le personnage Patty Duke est montré en train de refuser de reconnaître son désordre bipolaire, mimant ainsi ce qui se passa dans sa vraie vie.
Patty Duke est l’auteur de deux livres : son autobiographie, Call Me Anna et Brilliant Madness: Living with Manic Depressive Illness.
Le 17 août 2004, Patty Duke inaugura son étoile sur Hollywood Walk of Fame pour sa contribution à l’industrie du cinéma.
En décembre 2007, elle fut nommée Docteur Honoraire de l’Université de la Floride du Nord pour son travail qui fit avancer la prise de conscience des maladies mentales.
Le 6 mars 2010, Patty Duke fut nommée Docteur honoraire en lettres humaines de l’Université du Maryland Eastern Shore.
En 1965, Patty Duke épousa son premier mari,le réalisateur Harry Falk, qui était de 13 ans son ainé. Durant leur mariage, elle eut des sautes d’humeur répétées, un symptôme du désordre bipolaire et, comme nombre d’autres personnes touchées par ladite maladie, elle s’auto-médicamenta; elle but énormément, devint anorexique et surdosa souvent sa prise de médicaments. Le couple se sépara en 1969 et divorça le 3 mars 1970.
Au début de 1970, à 23 ans, Patty Duke eut une relation avec la star de Here's Lucy, alors âgé de 17 ans, Desi Arnaz, Jr. La relation du couple fit les gros titres des tabloids à cause notamment de l’opposition publique de la mère de Desi Arnaz JR, à savoir la star de I Love Lucy, Lucille Ball. A la fin du printemps, Patty Duke et Desi Arnaz Jr avaient mis fin à leur relation et elle commença à sortir avec l’acteur John Astin, qui était de 16 ans son aîné. A la même époque, elle développa aussi une relation intime avec le promoteur de rock, Michael Tell. En juin 1970, en plein milieu d’une crise due à sa maladie, Patty Duke apprit qu’elle était enceinte. Incapable de savoir si l’enfant était de Desi Arnaz ou de John Astin, Patty épousa Michael Tell le 26 juin 1970 afin de "donner un nom à son enfant". Leur mariage ne dura que 13 jours avant de se terminer par une annulation le 9 juillet 1970 ; Duke clama que le mariage n’avait pas été consommé. Son fils, l’acteur Sean Astin, naquit le 25 février 1971. Bien que Patty Duke affirma dans son autobiographie que John Astin était bien le père biologique de Sean, elle reconnut plus tard qu’elle avait toujours pensé que Desi Arnza Jr. était le vrai père biologique. Finalement aucune de ces deux allégations n’étaient vraies; en 1994, Sean Astin fit des tests biologiques pour déterminer l’identité de son père et il s’avéra que c’était finalement Michael Tell.
Patty Duke et John Astin se marièrent en août 1972. John Astin adopta Sean et le couple eut un autre fils, l’acteur Mackenzie, en 1973. Duke et Astin travaillèrent ensemble intensément durant leur mariage, et elle prit le nom de scène de "Patty Duke Astin." Le couple divorça en 1985.
Patty Duke épousa son quatrième et dernier mari, le sergent Michael Pearce, en 1986. Ils s’étaient rencontrés lors du tournage de A Time to Triumph, téléfilm pour lequel Michael Pearce était consultant. Le couple déménagea à Hayden, Idaho et adopta un fils, Kevin, qui était né en 1988. Michael Pearce devint un sapeur-pompier. Pendant son mariage avec Pearce, Patty Duke utilisa occasionnellement le nom de "Anna Duke-Pearce" pour ses écrits et autres travaux professonnels.
Patty Duke avait trois petits-enfants par son fils Sean: l’actrice Alexandra Astin (qui interpréta le personnage d’ Elanor Gamgee dans Le seigneur des annaeaux: le Retour du roi, face à son père qui incarnait Samwise Gamgee), Elizabeth Astin et Isabella Astin.
Patty Duke est décédée dans la matinée du 29 mars 2016, à Coeur d'Alene, Idaho d’un état septique provenant de la rupture d’un intestin, à 69 ans. Sean invita le public à contribuer financièrement à la fondation créée en hommage à sa mère, le Patty Duke Mental Health Initiative.
Sa contribution au western fut la suivante :
La route des rodéos, un épisode, Cindy Hopkins dans “To Cindy, With Love” (1963)
Le virginien, un épisode, Sue Ann McRae dans “Sue Ann” (1967)
September Gun de Don Taylor (1983), Soeur Dulcina
George Washington, mini-série, Martha Washington dans un épisode en 3 parties (1984)
George Washington II; The Forging of a Nation, téléfilm de William A. Graham (1986), Martha Washington

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7154
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Patty DUKE (1946-2016)

Messagepar Sitting Bull » 02 juil. 2016 10:13

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités