Tracey ROBERTS (1914-2002)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8385

Tracey ROBERTS (1914-2002)

Messagepar DEMERVAL » 25 mai 2016 16:59

La jolie roussse, intelligente et spirituelle Tracy Roberts naquit Blanche Elanore Goldstone à Little Falls, New York, le 2 décembre 1914. Elle fit ses études à l’université du Michigan et à celle de Cornell puis déménagea à New York. Elle y décrocha immédiatement l’un des rôles les plus recherchés sur Broadway dans la pièce de Clifford Odets, "Paradise Lost" (avec Stella Adler dans le rôle de la mère), dirigée par Elia Kazan. Elle électrifia l’auditoire et enchaîna alors avec nombre d’autres pièces connues comme : "The Women," "Hedda Gabler," "The Seagull" et "Orpheus Descending" , donnée en première à Los Angeles. Là, elle se produisit aussi dans des pièces comme "Winter Kill" avec Robert Alda.
Tracy Roberts étudia et travailla professionnellement avec les plus grands de l’Actors Studio - Lee Strasberg, Harold Clurman, Clifford Odets, Stella Adler et Elia Kazan. Tracy devint l’une des rares élues, choisie par les étudiants du grand coach d’art dramatique, Michael Chekov. Des films de cinéma suivirent et Tracy Roberts fut la vedette de nombreux drames, comédies et westerns, dont le classique de 1952 hautement salué, "Actors and Sin" avec Eddie Albert. Tracy fut la vedette de dizaines d’épisodes de séries télévisées des années 1950, 60 et 70.
Tracy Roberts fut la personne à l’origine du transfert du fameux Actors Studio sur la côte ouest. Mais, à cause de ses divergences de vues avec le gourou, Lee Strasberg, Tracy ne rejoignit jamais officiellement le groupe et ouvrit sa propre école. Tracy s’établi rapidement comme l’un des meilleurs coach d’art dramatique du monde, tout en produisant et dirigeant des pièces de théâtre. Elle fut à même de fusionner toutes les techniques du coaching, incluant la « méthode » visant à appréhender l’art dramatique avec une approche pratique. A cause de sa formation, Tracy fut considérée par l’industrie comme ‘la vraie chose ».
Elle produisit la pièce unanimement acclamée par la critique, "The Wonderful Ice Cream Suit" dirigée par Ray Bradbury et la production oscarisée de "Shadowlands." Tracy remporta aussi des récompenses pour sa direction de pièces comme « The Art of Dining" et "An Evening With Clifford Odets". Elle sponsorisa aussi et produisit beaucoup d’événements attribuant des bourses d‘études comme "The Henry Fonda Awards." Des années plus tôt, Tracy avait produit la première pièce que sa sœur, Ann Marcus, qui remporta un Emmy Award, écrivit, à savoir, "A Woman's Place," montée à la Desilu Playhouse (1960). Ce fut, pour Ann Marcus, le prélude d’une longue et prestigieuse carrière comme scénariste et productrice de la télévision. Tracy dirigera plus tard plusieurs épisodes de la série, écrite par sa soeur, "Life And Times Of Eddie Roberts" (1980).
L’habitude qu’eut Tracy de venir en aide à nombreux et nombreuses jeunes acteurs et actrices en devenir toucha un grand nombre d’entre eux et d’entre elles. De même elle vint en aide à de jeunes réalisateurs en herbe comme Jonathan Demme, à des directeurs artistiques, à des directeurs de compagnies théâtrales ou même aux meilleurs des coaches d’art dramatique de Los Angeles et New York, qui débutèrent tous au sein de son école.
Paraissant toujours 30 ans plus jeune que son âge réel et connue pour son indépendance, son intelligence et sa vitalité, sa romance, connue du grand public, avec l’élégant et doué acteur-réalisateur Nat Christian, qui était beaucoup plus jeune qu’elle, fut vibrante et animée mais sembla n’avoir jamais attiré les foudres de la société puritaine américaine, et ce, bien que leur âge ne correspondait nullement. Elle fut probablement le mieux dépeinte par son ami Anais Nin qui dédicaça l’un de ses livres : "Pour Tracy – qui, à elle seule, représente tous les personnages féminins que j’ai jamais écrits sans céder aux stéréotypes masculins."
En tant qu’actrice, réalisatrice et professeur, la vie de Tracy dans l’univers du cinéma, du théâtre et de la radio s’étendit pendant la presque totalité du 20ème siècle, qu’elle marqua de son empreinte auprès des gens qu’elle cotôya. D’aucuns se rappellent d’elle disant : "La climat théâtral ambiant tend à produire une approche "fast food" du métier d’acteur. Nous devons nous souvenir que nous sommes des artistes dans le sens original et réel du mot, et qu’il n’y a pas de raccourci vers la réussite. L’acteur a la responsabilité non pas seulement d’habiter son personnage que l’écrivain a créé, mais aussi d’inspirer une grande palette d’émotions humaines et mettre en avant les problèmes sociaux et politiques du spécifique travail dramatique. Cela prend du temps, de l’abnégation et du dur labeur."
Tracy Roberts décéda le 8 février 2002 à 87 ans. Nat Christian était avec elle durant ses dernières années. Elle avait une sœur, Ann Marcus et un frère écrivain, Raymond Goldstone.
Sa contribution au western fut la suivante :
Le fort de la vengeance de John Rawlins (1951), Julie Morse
Les aventuriers du Far West, un épisode, Tiger Lil dans « The Little Dressmaker of Bodie » (1952)
Frontier Gambler de Sam Newfield (1956), Helen McBride
Rintintin, un épisode, Ginny Anderson dans « Boundary Busters » (1957)
The Restless Gun, un épisode, une fille de saloon dans « The Suffragette » (1958)
Riverboat, un épisode, Lola Duhaime dans « The Face of Courage » (1959)
The Deputy, un épisode, Mary Hayden dans « Lawman’s Conscience » (1961)
Frontier Circus, un épisode, Rowena dans « The Inheritance » (1962)
Sam Whiskey le dur d’Arnold Laven (1969), Agnes

DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8385

Re: Tracey ROBERTS (1914-2002)

Messagepar DEMERVAL » 26 mai 2016 8:45

ImageImageImageImageImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités