Jay WILSEY (1896-1961)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10240

Jay WILSEY (1896-1961)

Messagepar DEMERVAL » 29 mars 2016 14:42

Longtemps avant que Dick Jones n’incarna Buffalo Bill Jr à la télévision, il y eut un autre acteur qui utilisa le nom.
Jay Wilsey naquit probablement le 6 février 1896 dans le Missouri. Des documents de généalogie indiquent que son nom complet était Wilbert Jay Wilsey et qu’il était né aux alentours de St. Francisville, Clark County, Missouri. D’autres sources indiquent que son lieu de naissance et sa résidence lors de son enfance se trouvait plutôt à Hillsdale, St. Louis County, Missouri.
Il semblait élégant sur un cheval et passa apparemment pas mal de temps sur une selle avant de commencer sa carrière hollywoodienne. Il travailla, soi-disant, dans un circuit de rodeo et/ou dans des spectacles du Wild West et finit à “Tinseltown” (Hollywood) aux alentours de 1924. Là, il entra en relation avec Lester F. Scott, Jr., le patron d’Action Pictures et Jay Wilsey chemina rapidement le long des pistes cinématographiques pour cette compagnie (aux côtés de Buddy Roosevelt et Wally Wales). Son pseudo de scène devint "Buffalo Bill, Jr.", probablement pour capitalizer sur la notoriété de Buffalo Bill Cody.
Pour le reste de l’ère du muet, Jay Wilsey travailla régulièrement pour Lester F. Scott, Jr, et il tourna environ 30 westerns qui sortirent sous les labels Artclass et Pathe. Il fut aussi la vedette de deux serials non-westerniennes pour Universal, Final Reckoning (Universal, 1928) et The Pirate of Panama (Universal, 1929), toutes deux perdues aujourd’hui.
Il fit la transition vers le parlant avec des westerniens endurcis comme Bill Cody, Buddy Roosevelt, Wally Wales, Bob Custer, Bob Steele, Tom Tyler et bien d’autres. Mais Jay Wilsey n’atteignit jamais le haut de l’affiche pour des companies de meilleure réputation et, de ce fait, il fut toujours classé dans la catégorie des cowboys de série B.
Il parcourut les pistes dans 15 films supplémentaires à petits budgets, la plupart considérés comme du plus bas niveau. Pour les fans et les historiens, Jay Wilsey fut la vedette- ou assuma un second rôle – dans plusieurs des premiers westerns sonorisés : Beyond The Rio Grande (Biltmore/Big 4, 1930) avec Jack Perrin ; Bar L Ranch (Big 4, 1930) avec Wally Wales ; The Cheyenne Kid (West Coast Pictures, 1930) ; Westward Bound (Syndicate, 1931) avec Buddy Roosevelt; Trails of The Golden West et Pueblo Terror (tous deux pour West Coast/Cosmos, 1931).
Ce fut la coopération de Jay Wilsey avec le producteur désargenté Victor Adamson (alias Denver Dixon) dont on se souvient le plus... malheureusement négativement. Adamson/Dixon était un touche-à-tout, écrivait ses propres scripts, réalisait et produisait avec des moyens très réduits. Et ses films des années 1930 sont toujours montrés comme l’exemple à ne pas suivre. De 1933 à 1934, Jay Wilsey tourna The Fighting Cowboy, Lightning Bill, Rawhide Romance et Riding Speed pour Adamson/Dixon.
Il apparut aussi dans des courts métrages tels que Pals of the Prairie (Imperial, 1934), dans lequel il avait le rôle principal et The Adventures of Texas Jack (Security, 1934), dans lequel il était le méchant face à Wally Wales.
En plus de ses films avec Superior et Imperial films, Jay Wilsey fit aussi Trails of Adventure (American, 1933). Il fit enfin The Whirlwind Rider (American, 1934) et plusieurs autres courts métrages pour le réalisateur, producteur et scénariste Robert J. Horner, dont la réputation de produire en série des navets surpassa de loin celle de Victor Adamson/Denver Dixon.
Malheureusement, au moins une demi-douzaine des westerns que Jay Wilsey tourna en vedette ont été perdus. En visionnant les films disponibles – spécialement son travail avec Adamson/Dixon – les lieux de tournage et la scénique attirent cependant l’attention; Les arrière-plans essayaient de paraître désolés, poussiéreux, chauds... les cactus et les autres plantes du désert semblaient partout... et bien souvent les routes étaient marquées par des barrières. Il apparaîtrait en fait que Denver Dixon filma la plupart de ses films aux alentours de Pearblossom, Californie, au nord de Victorville. Il y avait plusieurs petits ranches dans les environs et il utilisa leurs dépendances, leurs chevaux, leurs cowboys et tout ce qui pouvait lui servir.
Jay Wilsey ne fut pas le seul cowboy de série B à finir sa carrière de star du début au milieu des années 1930. Cela arriva également à beaucoup d’autres comme Wally Wales (qui devint le faire-valoir d’Hal Taliaferro), Bob Custer, Bill Cody et Buddy Roosevelt. Le temps des films à très bon marché touchait à sa fin parce que les changements sur la législation des droits d’auteur et des coûts de production associés à la production cinématographique feront évoluer les choses. De plus, Republic Pictures avait été créé en 1935... et le studio allait initier une nouvelle série ayant en vedette un cowboy chantant, à savoir Gene Autry.
Les salaires de Jay Wilsey dans les films d’Adamson/Dixon et autres producteurs désargentés ou compagnies de bas étage ne lui permirent apparemment pas de joinder les deux bouts et c’est pourquoi nombre de cowboys durent se produire dans des spectacles de plein air ou cirques itinerants. Si le salaire n’était pas suffisant, l’acteur migrait alors vers la cascade ou le doublage pour alimenter la table... et si l’acteur était bon et fiable, alors il pouvait continuer de travailler et vivre décemment. Ce fut la situation de Jay Wilsey.
Jay Wilsey tourna son dernier film en 1952 aux côtés de John Wayne dans Big Jim McLain (1952), films dans lequel John Wayne, en enqûeteur recherchant les accointances communistes, voyageait à Hawaïi pour y démanteler un réseau communiste complotant pour prendre le pouvoir dans les iles. Jay Wilsey, non crédité, avait un rôle d’une ligne en ouvrier pan-communiste.
Après son retrait des écrans, Jay Wilsey et son épouse, l’actrice Genee Boutell, passa plus de temps à bord de son bateau de 42 pieds, le "Ruana", que Jay Wilsey avait construit de ses propres mains, à bourlinguer sur l’océan Pacifique. On le vit alors éventuellement à Mexico, Hawaii ou Tahiti.
Jay Wilsey décéda d’un cancer du poumon le 25 octobre 1961 à Los Angeles.

DEMERVAL
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10240

Re: Jay WILSEY (1896-1961)

Messagepar DEMERVAL » 30 mars 2016 14:36

ImageImageImageImageImage


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité