Ethan LAIDLAW (1899-1963)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Sorcier
Sorcier
Messages : 6808

Ethan LAIDLAW (1899-1963)

Messagepar DEMERVAL » 14 déc. 2015 14:37

Le grand et robuste Ethan Laidlaw correspondait parfaitement aux rôles de “méchants” qu’il incarna aussi bien qu’un autre dans les westerns. L’on est donc pas étonné dès lors qu’il oeuvra régulièrement dans le western muet et parlant (ainsi que dans les serials et les séries télévisées) pendant 35 ans (1925 à 1960).
Né le 25 novembre 1899, à Butte, Montana, fils de Charles P. Laidlaw et Mary Olas, Ethan Laidlaw avait un frère, Byron E. Laidlaw.
Avant d’entrer dans la carrière cinématographique (probablement en 1923 dans un rôle non crédité), Ethan Allen Laidlaw travailla comme conducteur de bus, mécanicien, monteur d’appareils de chauffage, peintre, policier et représentant de commerce). Il avait aussi décroché un diplôme d’ingénieur. Avec ce contexte, qu’est ce qui l’amena à Hollywood pour faire du cinéma, nul ne le sait. Mais son 1m85 et ses 82 kgs et son aspect menaçant —un long nez droit dépassant la lèvre supérieure garnie d’une moustache noire bien taillée surplombant un petit menton—lui donnaient un look belliciste qui fit automatiquement d’Ethan Laidlaw un “méchant” notoire.
Son premier film traçable fut “Crack O’ Dawn” (1925), un drame avec Reed Howes. Son premier western crédité fut “No Man’s Law” (1925) avec Bob Custer, western qui démarra sa carrière de “méchant”.
Il mania le révolver avec Tom Tyler, William Russell, Tom Mix, Buzz Barton, Hoot Gibson, Jack Perrin et autres. Il fit facilement la transition vers le parlant, apparaissant dans “The Virginian” (1929) en membre de la troupe de poursuivants et “Pardon My Gun” (1930) avec Tom Keene. A partir de là, il apparut dans plus de 220 films, dont la moitié furent des westerns, et plus de 20 serials.
Bien qu’il travailla régulièrement, il semble bien qu’il eut peu de dialogue, avec des rôles rarement plus importants que ceux d’hommes de main. On put le voir à son avantage dans “Cowboys From Texas” (1939) avec les Three Mesquiteers, “Law and Order” (1940) avec Johnny Mack Brown, “Fugitive From Sonora” (1943 Republic) avec Don Barry, “Marshal of Gunsmoke” (1944) avec Tex Ritter, “Western Caravans” (1939), Six Gun Law” (1948) et “Trail of the Rustlers” (1950) tous avec Charles Starrett. Mais il dégaina aussi et se bagarra avec Tim McCoy, Buck Jones, Tex Ritter, Richard Dix, George O’Brien, Gene Autry, Cisco Kid, Don Barry, Tim Holt, Kirby Grant, Rod Cameron, Bill Elliott et autres.
En dehors de ses westerns de série B et ses serials, Ethan Laidlaw décrocha quelques rôles plus petits dans des westerns de série A : “Le premier rebelle” (1939) avec John Wayne, “Le brigand bien-aimé” (1939) avec Tyrone Power, “Pacific Express” (1939) avec Joel McCrea, “Texas” (1941) avec William Holden, “Les Desperados” (1943) avec Randolph Scott, “Relentless” (1948) avec Robert Young, “Winchester 73” (1950) avec James Stewart, “La rivière de la poudre” (1953) avec Rory Calhoun, “Great Missouri Raid” (1951) avec Macdonald Carey/Wendell Corey et autres. En tout, selon les recherches de Les Adams, 134 westerns et 16 serials.
La mine menaçante d’Ethan Laidlaw fut aussi utilisée dans des comédies—comme “Goofs and Saddles” (1937) avec les Trois Stooges, “Sillie Billies” (1936) avec Wheeler et Woolsey, “Ne tirez pas sur le bandit” (1959) avec Bob Hope, “Wistful Widow of Wagon Gap” (1947) avec Abbott et Costello et “Behind the Eight Ball” (1942) avec les Ritz Brothers.
Des films de gangsters comme “Crime School” (1938), “Invisible Stripes” (1939) et “The Killers” (1946) correspondirent aussi à son aspect menaçant.
Avec les années 1960, ses rôles à la télévision se firent de plus en plus rares et de plus en plus minces comme dans “Bat Masterson”, “Adventures of Wild Bill Hickok”, “Destry” et “The Life and Legend of Wyatt Earp”.
Au moment de sa mort, à 63 ans, le 25 mai 1963, des suites d’une crise cardiaque, Ethan Laidlaw était marié à Marie V. Laidlaw, une infirmière diplômée d’état et vivait sur Wedgewood Place à Los Angeles. Il est enterré au Forest Lawn Cemetery.
Son certificat de décès le crédite d’une période de service militaire effectuée durant la seconde guerre mondiale. Cela est suspect. Ce n’est pas souvent qu’une personne agée de 42 ans est appelée sous les drapeaux. De même, durant les années de guerre (1942-1945) Ethan Laidlaw est crédité de douzaines de films. Le certificat de décès pourrait dès lors contenir une erreur et il pourrait s’agir de la 1ère guerre mondiale. Mais alors, les acteurs hollywoodiens rejoignaient souvent la California National Guard, s’assurant ainsi qu’ils ne seraient pas appelés à l’action, en continuant leurs carrières tout en étant crédités d’une période de service national.
Les traits menaçants d’Ethan Laidlaw et sa forte présence furent toujours les bienvenus pendant ses 35 ans de cinéma. Notons qu’il n’a aucune relation avec le”méchant” du cinéma muet, Roy Laidlaw [1883-1936] né au Canada.

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7138
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Ethan LAIDLAW (1899-1963)

Messagepar Sitting Bull » 14 déc. 2015 17:16

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités