Jack La Rue (1902-1984)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7925

Jack La Rue (1902-1984)

Messagepar DEMERVAL » 20 avr. 2015 7:57

Jack La Rue naquit Gaspere Biondolillo à New York City, New York le 3 mai 1902. Sa carrière d’acteur débuta au début des années 1920 quand– après avoir obtenu son baccalauréat au lycée DeWitt Clinton– on lui offrit un rôle figuratif alors qu’il travaillait comme accordeur de pianos. Il essaya dès lors de décrocher plus de rôles mais découvrit bientôt qu’il était plus aisé de bosser sur les planches et il débuta ainsi à l’ Empire Theatre en 1921dans une production de “Blood and Sand”. La Rue continua au théâtre avec des rôles dans “The Crooked Square” (1923), “Crime” (1927) et “Los Angeles” (début 1928).
Cependant, ce fut lors de la représentation inaugurale de la célèbre production de Mae West, “Diamond Lil” en avril 1928, alors qu’il interprétait ‘Juarez’, un des amants, qu’il fut découvert par le réalisateur Howard Hawks et amené à Hollywood pour auditionner pour le rôle de Rinaldo dans un film intitulé “Scarface” (1932). Le film, malheureusement, se trouva être les débuts à l’écran de George Raft qui empocha le rôle. La Rue fut principalement concurrencé parce que Hawks avait trouvé qu’il était trop grand pour le rôle. Cependant, la palpable présence à l’écran de La Rue dans la peau du cruel et sombre mais pourtant sexy gangster devint une marque de fabrique populaire et il commença à travailler régulièrement dans des seconds rôles, souvent non crédités, rôles d’hommes de main ou membres de bandes de voyous. Parmi ces films l’on trouve notamment, “Night World” (1932) et “While Paris Sleeps” (1932).
Il décrocha son premier rôle significatif dans le film de Gary Cooper et Helen Hayes, à savoir une adaptation de la pièce d’Ernest Hemingway, “L’adieu aux armes” (1932). Bien que ce n’était qu’un petit rôle, La Rue se démarquait de son stéréotype de mauvais garçon pour incarner un prêtre. Il apparaîtra dans 12 films en 1932, dont des films notables comme « Une allumette pour trois”, “Virtue”, “Je suis un évadé” et “The Mouthpiece”.
Son rôle important suivant et en fait son premier rôle en vedette devait venir l’année suivante avec le film controversé de la Paramount, “The Story of Temple Drake” (1933). Pour cette adaptation de « Sanctuary », un roman de William Faulkner, George Raft avait originellement été retenu pour le rôle de ‘Trigger’ mais il refusa et fut suspendu. La Rue sauta immédiatement sur l’occasion d’incarner le sadique contrebandier qui violait la femme du monde Temple Drake (Miriam Hopkins) alors qu’elle se reposait dans une grange reliée à un hôtel particulier transformé en bar clandestin. Il l’enlevait alors pour la forcer à se prostituer jusquà ce que, frustrée et cassée, elle le tuait. Le rôle était particulièrement exigeant et choquant mais il permit à Jack La Rue d’étendre son talent d’acteur et de porter avec succès un film.
Bien que Jack La Rue ne décrocha plus jamais un rôle d’une telle intensité et d’une telle notoriété que celui de “Temple Drake”, il ne fut pas sans travail, complétant un nombre incalculable d’autres rôles au cinéma et à la télévision jusqu’à sa dernière apparition, en 1977, dans le film, “Paesano: A Voice in the Night” (1977).
La vie personnelle de Jack La Rue fut beaucoup plus complexe, publique et turbulente que sa vie professionnelle d’alors. Il fut marié à trois reprises. Le premier mariage avec la femme du monde Connie Simpson fut celui dui dura le plus longtemps, de 1938 à 1946. Les hauts et les bas du couple, très médiatisés, culminèrent dans une procédure de divorce qui fut encore plus flagrante quand Jack La Rue suivit Connie Simpson à Reno où il fut arrêté par la police qui affirma qu’il avait hurlé, “Je suis le gangster que vous voyez dans les films. Je suis un gars dur.” Peu de temps après le divorce, il fut de nouveau impliqué dans une rixe avec la police. On rapporta en effet qu’en 1946, Jack La Rue fut commotionné durant une bagarre lors d’une soirée hollywoodienne qui l’opposa à Lawrence Tierney, Diane Barrymore et un mannequin appelée Mona qui avait auparavant « appartenue » à Errol Flynn.
Ce fut l’année suivante que Jack La Rue prit la décision de se présenter pour être élu au conseil municipal de Los Angeles. On rapporta qu’il avait assuré que s’il remportait le siège, il quitterait définitivement les écrans, mais il ne réussit pas son pari. En 1949, il se remaria à une baronne autrichienne, Violet Edith von Roseberg, mariage qui ne dura qu’un mois et 19 jours. L’union fut par la suite annulée quand Jack La Rue témoigna que la baronne Von Roseberg ne l’avait marié que pour devenir une citoyenne américaine. Il se maria une dernière fois avec Anne Giordano d’août 1962 à février 1967.
Sa carrière d’acteur ne fut pas exceptionnelle et il n’était pas une star traditionnelle, mais sa personnalité, son apparence et son style d’acteur étaient typiques de l’époque ‘Precode’ et Jack La Rue, de ce fait, tint toute sa part dans la création de cette grande histoire du cinéma. Jack La Rue décéda le 11 janvier 1984, des suites d’une crise cardiaque. Il était le père de Jack La Rue Jr.
Sa contribution au western est la suivante :
To the Last Man d’Henry Hathaway (1933), Jim Daggs
Under the Pampas Moon de James Tinling (1935), Bazan
A Tenderfoot Goes to West de Maurice G. O’Neill (1936), James Killer Madden
In Old Caliente de Joseph Kane (1939), Manuel Delgardo
Far West de William C. McGann (1942), Pierre-Beauchard
The Law Rides Again d’Alan James (1943), Duke Dillon
Dakota de Joseph Kane (1945), Suade
In Old Sacramento de Joseph Kane (1946), Laramie
Santa Fe Uprising de R.G. Springsteen (1946), Bruce Jackson
Robin des Bois de Monterey de Christy Cabanne (1947), Don Ricardo Gonzales
Capturez cet homme ! de Joseph Kane (1952), Kennedy
Cheyenne , un épisode, Senor Beloze dans « Devil’s Canyon » (1957)
Frontier Doctor, un épisode, « Storm Over King City » (1959)
Tombstone Territory, un épisode, Padre Miguel dans « The Horse Thief » (1959)

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24039
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Jack La Rue (1902-1984)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 21 avr. 2015 20:41

metek a écrit :Jack La Rue

Image



Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité