Frances MORRIS (1908-2003)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8845

Frances MORRIS (1908-2003)

Messagepar DEMERVAL » 06 déc. 2013 22:49

Encore une bio sous la forme d'une interview car pas d'infos disponibles : L’actrice Frances MORRIS (son vrai nom) a interprété beaucoup de rôles durant sa longue carrière—des mères en passant par les secrétaires et les journalistes. Elle pouvait être gentille, ou bagarreuse! Quand contactée à sa maison pour une interview, la spirituelle Frances répondit, “J’ai 95 ans! Je ne pense jamais à ma soi-disant carrière!”
Née le 3 août 1905 à New York City, elle fit ses débuts au cinéma en tant que la vedette du film « Ridin Fool » en 1931 face à Bob Steele. “La plupart des cowboys étaient des hommes larges avec de larges chapeaux sur leurs têtes. Bob Steele était un petit homme qui ne ressemblait pas à votre cowboy typique. Cependant, c’était un excellent cavalier —probablement le meilleur cavalier du business. Comme j’étais aussi petite, Bob m’aimait bien ! Cependant, la fois suivante que nous avons travaillé ensemble, dans ‘Trailing North’ (1933), je n’avais qu’un petit rôle et Doris Hill avait le principal rôle féminin. La dernière fois que je l’ai vu, c’était aux alentours de 1957, quand nous avons tourné ‘Gun For a Coward’ pour Universal. A cette époque, Bob et moi n’avions plus que des petits rôles!”
Au sujet de ses premiers westerns, Frances Morris maugréa, “Ils étaient tournés si rapidement, je m’en souviens à peine. C’était il y a presque 70 ans! Les westerns ne duraient habituellement guère plus d’une heure, mais je me rappelle en avoir tourné un (Bud ‘n’ Ben’s ‘Nevada Cyclone’ ‘1934) qui était vraiment court—peut-être seulement 30 minutes. On ne prit que deux jours pour le tourner—même peut-être qu’une seule journée!”
Le reporter lui demanda, “Dans ‘Boss Cowboy’ avec Buddy Roosevelt vous étiez suspendue à une plate-forme de train et tombiez dans la rivière. Est-ce que c’était vous?” “Vous pariez que c’était moi! Ces films étaient tellement bon marché, qu’il n’y avait pas de cascadeur. Vous deviez faire vos propres cascades! L’eau était glacée et j’ai attrapé un rhume! Bien sûr, le film ne prit que quelques jours à être tourné, aussi j’étais rentré à la maison avant que le rhume ne se déclare. Je pensais que vous pouviez voir que c’était moi mais je ne l’ai pas revu depuis 70 ans. J’avais aussi oublié que c’était Buddy Roosevelt—les films étaient tournés tellement vite, que vous n’aviez pas le temps de faire connaissance ou de vous divertir, toutes ces sortes de choses. Les producteurs et les réalisateurs sont flous dans ma mémoire, je suis désolée de vous le dire. Ce n’était pas important. Ces westerns étaient tout en bas de l’échelle, le plus mauvais que l’on pouvait trouver au cinéma. Je savais monter à cheval. C’était obligatoire pour ces films de basse zone. Ils étaient trop pauvres pour pouvoir dépenser un sou pour n’importe quoi ou n’importe qui ferait faire prendre du retard au tournage.”
Au sujet d’être la seule femme du tournage, “Il semblait qu’il n’ y avait jamais une autre femme pour aider à l’habillement ou des choses comme ça. Je devais me maquiller moi-même! Et au sujet du couchage du casting, ce ne fut jamais un problème pour moi. J’imagine que les gars ne me trouvaient pas assez attirante! Je ne me rappelle plus à partir de quand on dût faire appel à un agent. Le mien n’a jamais rien fait pour moi—ils encaissaient simplement leur 10%. Ils ne se battaient jamais pour décrocher un rôle, ou quelque chose comme ça et moi non plus. J’aimais simplement travailler—et bien que mes rôles étaient petits, c’était quand même OK pour moi. De toute façon, maintenant, je m’en fous. C’est quelque chose que je faisais il y a longtemps, vraiment longtemps.”
Interrogée sur le fait qu’elle prit le nom de scène de Frances Wright en 1935 pour “Pals of the Range” avec Rex Lease, elle répondit, irritée, “Cela n’aida pas du tout ma carrière! C’était un autre de ces films en trois jours, un clap, un coup de manivelle et c’était fini et oublié. Dans la plupart de ces films, j’avais des petits rôles, souvent non crédités. J’avais travaillé un jour ou deux, et c’était tout. Aussi, je n’avais qu’à prendre l’argent et courir, et tout oublier!”
Dans les années 1950, Frances Morris fit la transition vers la télévision, tout en apparaissant dans des westerns à gros budget. Dans “Gun For a Coward” elle était aux côtés de Fred MacMurray. “Laissez-moi vous mettre les points sur les i. Hollywood a un système de classes. Les stars ne parlent qu’aux stars, les seconds rôles ne parlent qu’aux seconds rôles et les figurants ne s’associaient qu’avec les figurants. De ce fait, bien que j’ai eu une scène avec la star, on ne s’adressa pas la parole! Mr. MacMurray semblait être un brave gars, et je suppose qu’il en était un, mais je ne l’ai pas vraiment connu —personnellement. C’était juste du boulot pour moi.”
Frances Morris considérait d’autres films comme étant ses plus notables. “ J’ai eu un petit rôle dans ‘The Big Clock’, y incarnant la secrétaire de Ray Milland. Je n’avais pas grand-chose à faire, mais je suis passé à l’écran un bon moment et j’ai eu des scènes avec Charles Laughton! C’était super bien. Une chose identique m’arriva quand j’ai joué le rôle d’une infirmière dans ‘So Proudly We Hail’ (1943). Le rôle n’était pas important mais je suis restée sur le tournage un long moment et le salaire fut tout à fait honorable!”
De quel rôle se rappelle-t-elle le plus? “Probablement cet épisode pilote pour ‘Superman’. Je jouais la fermière qui adoptait Clark Kent. Tout le monde semble se rappeler de ça! Et, au sujet de la télévision, il me semble que j’y ai eu des rôles plus intéressants qu’au cinéma.”
Frances Morris est plus fière de sa vie privée. “je me suis d’abord mariée à Russell Parker, un acteur du cinéma muet. Puis, j’ai épousé Antrim Short, qui était aussi un acteur. Nous sommes même apparus ensemble dans un film, ‘The Big Show’ (1936) avec Gene Autry, mais on avait tous les deux un rôle minuscule! Il descendait d’une famille d’acteurs—son père était Lew Short, un acteur du muet et ses deux sœurs, Gertrude (qui était grosse et comique) et Florence, étaient aussi des actrices. Antrim Short apparut à Broadway dans ‘Carnival’ (1929). Il devint par la suite directeur de casting pour Samuel Goldwyn et Universal, studio pour lequel je fus castée dans de nombreux petits rôles—rien de grand. Finalement, il devint un des grands talent scout d’Hollywood! Je l’ai perdu en 1972. Notre fils, Michael Antrim Short, est un homme d’affaires californien. Pendant plusieurs années, j’ai appartenu à la North Hollywood Science Of Mind Church. Je suis à la retraite depuis de nombreuses années. »
Frances Morris décéda le 2 décembre 2003 à Santa Clarita, Californie.

Sa contribution au western est la suivante :

Ridin’ Fool de John P. McCarthy (1929), Sally Warren
Guns for Hire de Lewis D. Collins (1932), Polly Clark
Trailing North de John P. McCarthy (1933), la fille au premier avant-poste
The Boss Cowboy de Victor Adamson (1934), Mary Ross
Nevada Cyclone de Bernard B. Ray (1934), Joyce Hammond
La flèche d’argent de Thomas Atkins (1934), l’infirmière
The Rawhide Terror de Bruce M. Mitchell (1934), Betty Blake
Pals of the Range de Elmer Clifton (1935), Peggy Dawson
Lawless Riders de Spencer Gordon Bennett (1935), une fille au bal
La loi du Far West de George Archainbaud (1943), Mme Logan
Lumberjack de Lesley Selander (1944), Mme Sue Williams
Californie, terre promise de John Farrow (1947), Mme Smith
Adventures of Wild Bill Hickock, un épisode, Mayor Curtis dans « Lady Mayor » (1951)
The Naked Hills de Josef Shaftel (1956), la femme dans l’épicerie
Une arme pour un lâche de Abner Biberman (1957), Mme Anderson
Fury at Showdown de Gerd Oswald (1957), Mme Williams
Cheyenne, un épisode, Mme Powell dans « Incident at Indian Springs » (1957)
Maverick, un épisode, Mme Pierce dans « Seed of Deception » (1958)
The Restless Gun, un épisode, Mme Tapley dans « Bonner’s Squaw » (1958)
Man without a Gun, un épisode, Jessie dans « Daughter of the Dragon » (1958)
Rawhide, un épisode, Hannah Junkin dans « Incident at Red River Station » (1960)
The Deputy, un épisode, Mme Carter dans « Dark Reward » (1960)
Whispering Smith, un épisode, la femme de ménage de Fender dans « Dark Circle » (1961)
La grande caravane, trois épisodes :
- La vieille femme avec le garçon dans « The Zeke Thomas Story » (1957)
- La mère dans « The Mark Hanford Story » (1958)
- Mme Jenks dans « The Ben Engel Story » (1964)
Le Virginien, trois épisodes :
- Mme Hafelkamp dans « If You Have Tears » (1963)
- Mme Wingate dans « The Intruders » (1964)
- Landlady dans « A Father for Toby » (1964

Image
Modifié en dernier par DEMERVAL le 24 nov. 2020 16:28, modifié 1 fois.

Avatar du membre
LordDécadent
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1615
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Frances Morris (1908-2003)

Messagepar LordDécadent » 02 juil. 2020 15:40

Image
"Maverick:Seed of Deception" en 1958.


Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité