Joan Blondell (1906-1979)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Rancher
Rancher
Messages : 8177

Joan Blondell (1906-1979)

Messagepar DEMERVAL » 10 mai 2013 15:54

Joan Blondell naquit à New York City le 30 août 1906 dans une famille de comédiens spécialisés dans le vaudeville. Son père, Eddie Joan Blondell, Jr., était né en Indiana de parents français, et était un comédien de vaudeville et l’un des Katzenjammer Kids originaux. Sa mère était Kathryn ("Katie") Cain, née le 13 avril 1884, à Brooklyn de parents américano-irlandais. Sa plus jeune soeur, Gloria, aussi une actrice, fut brièvement mariée au producteur de films, Albert R. "Cubby" Broccoli (le futur producteur des films de James Bond) et avait une forte ressemblance avec sa plus vieille sœur, Joan. Joan Blondell avait aussi un frère, qui portait le même prénom que son père et son grand-père. Son berceau fut une malle de voyage car ses parents voyageaient de place en place, au gré des représentations. Elle fit sa première apparition sur les planches à l’âge de 4 mois quand elle fut promenée dans son berceau dans le rôle de la fille de Peggy Astaire dans The Greatest Love.
Joan avait passé 6 ans en Australie et visité le monde avant que ses parents, qui étaient en tournée, ne s’établissent à Dallas, Texas quand elle fut adolescente. Sous le pseudonyme de Rosebud Blondell, elle remporta le concours de beauté de Miss Dallas en 1926 et se classa quatrième du concours de Miss America à Atlantic City, New Jersey, en septembre de la même année. Elle fit ses études à ce qui est maintenant l’Université du Nord du Texas, puis à Denton, où sa mère était une actrice locale, et elle travailla comme mannequin de mode, personnel de cirque et employée d’un magasin de New York. Aux environs de 1927, elle retourna à New York, joignit une compagnie théâtrale pour devenir actrice, et se produisit sur Broadway. En 1930, elle fut la vedette aux côtés de James Cagney de Penny Arcade.
Penny Arcade ne dura que trois semaines, mais Al Jolson vit la pièce et en acheta les droits pour $20,000. Il revendit ensuite les droits à Warner Brothers avec l’assurance que Joan Blondell et James Cagney reprendraient leurs rôles dans la version cinématographique. Prise sous contrat par Warners, elle émigra à Hollywood où le boss des studios, Jack Warner, voulut qu’elle changea son nom en "Inez Holmes", mais Joan Blondell refusa. Elle commença à apparaître dans des petits bouts de films et fut une des WAMPAS Baby Stars de 1931.
Joan Blondell fut réunie avec James Cagney dans de tels films que Sinners' Holiday (1930) – la version filmée de Penny Arcade – et L’Ennemi Public (1931), et fut l’une des protagonistes d’un duo qui devait rapporter de l’or avec Glenda Farrell dans neuf films. Durant la Grande Dépression, Joan Blondell fut l’une des actrices les mieux payées des Etats-Unis. Son émouvante interprétation de "Remember My Forgotten Man" dans Gold Diggers of 1933, de Busby Berkeley, film dans lequel elle était en vedette aux côtés de Dick Powell et Ruby Keeler, devint un hymne pour la frustration des sans-emplois et pour l’échec de la politique économique du gouvernement. (Bien qu’elle fut castée au générique de beaucoup des films musicaux de la Warner, elle n’était pas une chanteuse, et dans the Forgotten Man number, elle anonnait la plupart du temps). En 1937, elle fut la vedette face à Errol Flynn d’ « Un Homme a Disparu ».
A la fin de la décennie, elle avait presque 50 films à son actif, malgré le fait d’avoir quitté la Warner Bros en 1939. Continuant à travailler régulièrement tout le reste de sa carrière, ses films plus récents furent bien reçus, malgré le fait qu’elle avait été reléguée des rôles de vedettes aux second rôles, au milieu des années 1940 (elle apparut, pour la première fois en 14 ans, au générique d’un film en dessous du titre, en 1945 dans L’Aventure, aux côtés de Clark Gable et Greer Garson), et reçut une nomination à l’Oscar du meilleur second rôle pour son interprétation dans La Femme au Voile Bleu (1951). Elle figura aussi dans Le Lys de Brooklyn (1945); Le Charlatan (1947); The Opposite Sex (1956), avec June Allyson qui était alors l’épouse de son ex-mari, Dick Powell; Une Femme de Tête (1957); et Will Success Spoil Rock Hunter? (1957). Elle recut d’excellentes critiques pour son interprétation de Lady Fingers dans le film de Norman Jewison, Le Kid de Cincinnati (1965), récoltant une nomination aux Golden Globes et remportant le National Board of Review du meilleur second rôle féminin. John Cassavetes lui permit d’incarner une cynique comédienne vieillissante dans son film, Opening Night (1977). Joan Blondell fut encore à l’affiche de deux films sortis après sa mort, Grease (1978) et le remake de The Champ (1979) avec Jon Voight et Rick Schroder.
Joan Blondell apparut aussi dans divers programmes télévisés, dont l’épisode intitulé "You're All Right, Ivy" de la série dramatique se passant dans le milieu du cirque avec Jack Palance, The Greatest Show on Earth, qui fut projetée par ABC pour la saison 1963—1964. Ses co-stars dans l’épisode étaient Joe E. Brown et Buster Keaton. En 1965, elle faisait partie des candidates en vue pour remplacer Vivian Vance dans le rôle de la partenaire de Lucille Ball dans la série comique The Lucy Show. Malheureusement, après avoir tourné sa deuxième apparition dans le rôle de 'Joan Brenner' (la nouvelle amie de Lucy venant de Californie), Joan Blondell quitta le plateau, ulcérée, juste après que la fin de l’épisode soit tournée, ayant été vertement humiliée par les critiques acerbes de Lucille Ball proférées devant l’auditoire et les techniciens.
Joan Blondell continua à travailler à la télévision. En 1968, elle fut la guest-star de la sitcom Family Affair. Elle remplaça Bea Benaderet, qui était souffrante, pour un épisode de la série Petticoat Junction. La même année, elle fut la co-star de la série western Here Come the Brides, dont l’intrigue était basée au 19ème siècle au nord-ouest du Pacifique. Ses co-stars étaient le chanteur Bobby Sherman et l’acteur-chanteur David Soul. Pour cette interprétation de Lottie Hatfield, Joan Blondell reçut deux nominations consécutives pour l’Emmy de la meilleure actrice dans une série dramatique.
En 1972, elle incarna Peggy Revere, un second rôle, dans la série Banyon (elle y était la directrice d’une école de secrétariat située dans le même bâtiment que l’agence de détective de Banyon).
Joan Blondell a une étoile sur le Hollywood Walk of Fame pour sa contribution à l’art cinématographique, au 6309 Hollywood Boulevard. En décembre 2007, le Museum of Modern Art de New York City monta une rétrospective des films de Joan Blondell en corrélation avec une nouvelle biographie, écrite par le professeur Matthew Kennedy.
Joan Blondell fut mariée trois fois, d’abord avec le directeur de la photographie George Barnes, lors d’une cérémonie privée qui eut lieu le 4 janvier1933 à la First Presbyterian Church de Phoenix, Arizona. Ils eurent un enfant — Norman S. Powell, qui devint un producteur et un réalisateur chevronné — et divorcèrent en 1936. Le 19 septembre 1936, elle maria son second mari, l’acteur, réalisateur et chanteur Dick Powell. Ils eurent une fille, Ellen Powell, qui devint une coiffeuse pour les studios, et Dick Powell adopta le fils qu’elle avait eu de son premier mariage. Joan Blondell et Dick Powell divorcèrent le 14 juillet 1944.
Le 5 juillet 1947, elle maria son troisième mari, le producteur Mike Todd, dont elle divorça en 1950. Son union avec Mike Todd fut un désastre émotionnel et financier. Elle l’accusa un jour de l’avoir maintenue en dehors d’une fenêtre d’un hôtel, par les chevilles, la tête en bas. Il était aussi très dispendieux et pouvait perdre des centaines de milliers de dollars au jeu, ce qui les amena à une banqueroute controversée. Une histoire souvent répétée laisse entendre que Mike Todd laissa tomber Joan Blondell pour rejoindre Elizabeth Taylor—quand, en fait, Joan Blondell laissa tomber Mike Todd de son propre fait, des années bien avant qu’il ne rencontrât Liz Taylor.
Elle décéda de leucémie à Santa Monica, Californie, le jour de Noël 1979 à l’âge de 73 ans avec ses enfants et sa sœur à ses côtés. Elle est enterrée au Forest Lawn Memorial Park Cemetery de Glendale, Californie.
Elle écrivit un roman intitulé Center Door Fancy (New York: Delacorte Press, 1972), qui est en fait une autobiographie finement déguisée.
Ses westerns :
Le Bataillon des Lâches de George Marshall (1964), Easy Jenny
Marqué au Fer Rouge de Bernard McEveety (1966), Mme Lavender
Winchester 73, TV film de Herschel Daugherty (1967), Larouge
L’Or des Pistoleros de William A. Graham (1967), Lavinia
Micmac au Montana de Peter Tewsbury (1968), Glenda Callahan
Tueur Malgré Lui de Burt Kennedy (1971), Jenny

Ses séries westerns :
Les aventuriers du Far West, un épisode, « The Train and Lucy Tutaine », Lucy Tutaine (1963)
Le Virginien, un épisode, « To Make this Place Remember », Rosanna Dobie (1963)
La Grande Caravane, un épisode, « The Bleecker Story », Ma Bleecker (1963)
Bonanza, un épisode, « The Pressure Game », Lillian “Aunt Lil” Manfred (1964)
The Guns of Will Sonnett, un épisode, “Sunday in Paradise”, Miss Lottie

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24124
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Joan Blondell (1906-1979)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 10 mai 2013 18:57

Image
Image
Image
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
LordDécadent
Sergent
Messages : 985
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Joan Blondell (1906-1979)

Messagepar LordDécadent » 10 mars 2020 18:00

Image
"Wagon train:The Bleecker story" en 1963.

Image
http://www.carnet-noir-des-acteurs.com/1979

Image



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités