Robert Young (1907–1998)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3453

Robert Young (1907–1998)

Messagepar james » 28 juil. 2004 22:22

Il fut l'un des jeunes premiers du cinéma americain dans les anneés 1930 charmant,élégant, posé, il etait très proche de l'acteur robert montgomery auquel les comparaisons furent très vite faites.

Très a l'aise dans un genre qu'il aimait la comedie,il apprecia aussi le drame car frank borzage l'avait aidé à accepter à ce qu'un acteur soit polyvalent dans tous les domaines.On pourra apercevoir robert young dans des westerns qui sont de bonnes factures surtout quand il sont signés :vidor, lang mais aussi gilmor ou sherman.

Dans
le grand passage 1940" il donne la replique à deux monstres du cinéma(spencer tracy et walter brennan) et le film récoltera toute les satisfactions du public et de nous mêmes (au cesse de me répéter ce western fut longtemps un de mes films de chevet).

Après les anneés 50 il s'oriente vers la TV et sera dans une serie à succès" Dr Kildare".

Voici sa filmographie western:

:arrow: Half-Breed(la peur du scalp)1952
:arrow: Relentless..1948
:arrow: Western Union (les pionniers de la western union)1941
:arrow: Northwest Passage (le grand passage)1940

vala,james :wink:


Image
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6487

Messagepar Longway » 29 juil. 2004 16:22

Peu de westerns à son actif, mais je pense que ce n'était pas le genre qui l'intérressait. Pourtant avec son allure de gentleman il avait de quoi séduire. Beaucoup d'amateurs ne connaissent que ses deux premiers westerns : " LE GRAND PASSAGE " et " LES PIONNIERS DE LA WESTERN UNION " mais il faut le découvrir dans les deux suivants ( qui sont rares ) où il a le premier rôle : " LA PEUR DU SCALP " et " DU SANG DANS LA SIERRA " ( western que j'ai en 16 mm vf ) pour mieux se rendre compte de la personnalité attachante de cet acteur. Dans ce dernier il est accusé à tort du meurtre de deux chercheurs d'or et devra à la fois poursuivre le vrai meurtrier tout en évitant le shérif et ses hommes lancés à sa poursuite. A ses côtés heureusement, une sympathique actrice " Marguerite CHAPMAN " l'aidera à rètablir la vérité. :D So long.

Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3453

Messagepar james » 29 juil. 2004 16:31

je possède les photo original de "du sang dans la sierra" :D
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6487

Messagepar Longway » 29 juil. 2004 16:47

Et j'ai aussi l'affiche française de ce western 16mm. :D So long.

Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3453

Messagepar james » 29 juil. 2004 18:38

:D doit etre belle...
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3453

Messagepar james » 29 juil. 2004 18:47

Viens de le revoir dans les pionniers de la western union assez simpa comme acteur en effet mais le trouve plus mature dansle grand passage et la peur du scalp vala,james :D
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6487

Messagepar Longway » 29 juil. 2004 23:22

Pas tant que ça! elle est en mauvais état. :(

Avatar du membre
james
Trappeur
Trappeur
Messages : 3453

Messagepar james » 29 juil. 2004 23:27

erf!!!!!!!!!!!!!!! :twisted:
je propose et recherche tous westerns américains.
ymdb.com/user_top20_view.asp?usersid=20346
(copyrigth by james)

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7233

Robert Young

Messagepar chip » 05 nov. 2012 16:33

Son physique passe-partout lui permit d'évoluer dans pratiquement tous les genres et à l'instar de Fred Mac Murray, de tourner avec toutes les gloires féminines de l'époque : Joan Crawford, Luise Rainer, Claudette Colbert, Lana Turner, Maureen O'Sullivan, Hedy Lamarr,Jeanette Mac Donald, Shirley Temple, etc... Il ne suscita jamais vraiment, l'enthousiasme de la critique et encore moins celle du cinéphile, et ce malgré une centaine de films.
Robert Young est né le 22 février 1907 à Chicago (Illinois), son père est un immigrant irlandais, sa mère américaine. Au cours de son enfance, la famille déménage souvent, Seattle, Los Angeles, où il fréquente le lycée Abraham Lincoln. Diplôme obtenu, il étudie et joue à la Pasadena Playhouse, participe à quelques films muets, tout en faisant divers petits boulots. Remarqué par un talent scout de la MGM, alors qu'il joue avec une Cie d'amateurs "the ship ", il signe un contrat. MGM le prête à la Fox pour " the black camel "(1931), son premier film, et le troisième de la série des Charlie Chan. De retour à la Metro, il donne la réplique à Helen Hayes dans " the sin of Madelon Claudet " (1931), qui vaudra à Hayes un Oscar. Désormais ,il ne s'arrête plus de tourner.
En 1940, il remplace Robert Taylor, prévu dans " Northwest passage "(le grand passage), brillant western(pré-western ?) où il incarne le second du major Rogers, interprèté avec l'autorité qu'on lui connait par Spencer Tracy. Peu fait pour le western, Young ne fera jamais mieux dans le genre, comme le prouve " Western Union ", bien que son nom précède Randolph Scott, c'est de ce dernier dont on se souvient. " Relentless "(du sang dans la sierra) de George Sherman, bénéficie d'un bon technicolor et des paysages de l' Arizona, "The half-breed "(la peur du scalp) aborde les préjugés raciaux, deux ans après " Broken arrow", en focalisant sur le personnage du métis, joué par Jack Buetel.
"The half-breed " sera le dernier western de Young et son avant dernier film. Il va se consacrer avec succès à la télévision, dans deux séries extrêmement populaires:
- " Father knows best " (Papa a raison) débute en 1954 et se termine en 1960, avec 201 épisodes de 25 mn ( 6 saisons). La série est diffusée en France en 1961 .
- " Marcus Welby, M.D. " ( docteur Marcus Welby) (1969-1976), 7 saisons à raison de 48 mn par épisode.
Robert Young remportera un Emmy Award en 1970 et un Golden Globe en 1972. Il reprendra le rôle de Marcus Welby des années plus tard dans deux téléfilms :
" the return of Marcus Welby, M.D. " (1984) et "Marcus Welby, M.D. : a holiday affair " (1988).
Malgré son allure débonnaire, Young souffrait de dépression et avait une tentative de suicide en janvier 1991, il avait aussi de gros problèmes avec l'alcool. Il meurt chez lui, à Westlake village (CA), le 21 juillet 1998. Il était marié depuis 1933 à Betty Henderson, le couple a eu quatre filles.

SES WESTERNS :

- Northwest passage ( le grand passage )(1940) King Vidor
- Western Union ( les pionniers de la Western-Union )(1941) Fritz Lang
- Relentless ( du sang dans la sierra) (1948) George Sherman
- The half-breed ( la peur du scalp )(1951) Stuart Gilmore

TV:

Aucun western pour le petit écran.


Image
carte postale


Image
Robert Young : la peur du scalp


Image
Robert Young, Janis Carter :
La peur du scalp


Image
Janis Carter, Robert Young et Reed Hadley : La peur du scalp


Image
Janis Carter, Robert Young : La peur du scalp


Image
Jack Buetel, Robert Young : La peur du scalp


Image
Jack Buetel, Robert Young, Damian O' Flynn : La peur du scalp


Image
Robert Young, Marguerite Chapman : Du sang dans la sierra


Image
Robert Young, Willard Parker : Du sang dans la sierra


Image


Image


Image

Avatar du membre
Tecumseh
Marshall
Marshall
Messages : 2307
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: ROBERT YOUNG

Messagepar Tecumseh » 06 nov. 2012 17:19

C'est fou comme la moustache vous change un homme. :lol:

Je me souvenais bien de lui dans "Half Breed", par contre pas dans les trois autres :? .
ImageImageImage

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23453
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Robert Young

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 avr. 2015 10:36

La peur du Scalp - The Half Breed - 1952
ImageImage[quote="lasbugas"]Image
ImageImage
ImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7197

Re: Robert Young (1907–1998)

Messagepar DEMERVAL » 07 mars 2018 10:59

Robert Young naquit à Chicago, le 22 février 1907 d’un père immigré Irlandais, Thomas E. Young, et d’une mère américaine, Margaret Fife. Alors qu’il était enfant, la famille déménagea à divers endroits des Etats-Unis: Seattle, puis Los Angeles, où Robert devint un élève du lycée Abraham Lincoln. Après le baccalauréat, il étudia et se produisit à la Pasadena Playhouse tout en occupant divers petits boulots et en apparaissant pour des petits rôles dans des films muets. Alors qu’il était en tournée au sein d’une troupe jouant The Ship, Robert Young fut découvert par un découvreur de talents de la Metro-Goldwyn-Mayer avec laquelle il signa finalement un contrat. Robert Young fit ses débuts au parlant pour la MGM en 1931 dans le film mettant en scène le personnage de Charlie Chan, Black Camel.
Robert Young apparut dans plus de 100 films entre 1931 et 1952. Après être apparu sur les planches, il signa avec la Metro-Goldwyn-Mayer et, au lieu d’avoir un statut de "niveau B", il fut le partenaire de quelques-unes des plus grandes stars de l’époque telles que Margaret Sullavan, Norma Shearer, Joan Crawford, Helen Hayes, Luise Rainer et Helen Twelvetrees. Pourtant, la plupart de ses performances consistèrent en des rôles dans des films de série B, aussi connus sous le terme de "programmers", qui nécessitaient deux à trois semaines de tournage (considérées comme une période très brève à l’époque). Des acteurs réduits à ce genre de programmation apparurent, comme le fit Robert Young, dans 6 à 8 films par an.
En tant qu’interprète de la MGM, Robert Young se résigna au sort de la plupart de ses collègues —à savoir devoir accepter tous les rôles qu’on lui donnait au risque d’être suspendu en cas de refus —et de nombreux acteurs suspendus furent interdits de salaires quelles qu’en soient la provenance (même ceux non apparentés au cinéma). En 1936, la MGM le prêta sommairement à Gaumont British pour deux films; le premier étant réalisé par Alfred Hitchcock avec comme partenaire, la lumineuse Jessie Matthews. Alors qu’il tournait ces deux films, il pensa que ses employeurs avaient décidé de se débarrasser de lui, ce qui était faux.
De manière inattendue, il décrocha l’un de ses meilleurs rôles de sa carrière à la MGM, que pour l’une de ses dernières prestations, dans Souvenirs, film dans lequel Hedy Lamarr fit une de ses meilleures performances. Il fit un jour la remarque qu’il ne décrochait ce genre de rôles que lorsque d’autres acteurs de premier rang comme Robert Montgomery les avaient refusés.
Après la fin de son contrat avec la MGM, Robert Young fut la vedette de comédies légères ainsi que de drames incisifs pour des studios comme 20th Century Fox, United Artists et RKO Radio Pictures. A partir de 1943, Robert Young s’essaya à des rôles plus exigeants comme dans Claudia, Le cottage enchanté, Ils ne voudront pas me croire, La deuxième femme et Feux crosiés. Son interprétation de personnages antipathiques dans plusieurs de ses films ultérieurs — ce qui fut rarement le cas dans les films de la MGM — furent saluées par de nombreux critiques.
Sans surprise et malgré des débuts probants comme acteur indépendant rejetant la tutelle des studios, la carrière de Robert Young déclina progressivement et imperceptiblement. Interprétant encore les premiers rôles à la fin des années 1940 et au début des années 1950, mais dans des films médiocres, il disparut finalement du grand écran pour ne réapparaître que plusieurs années plus tard dans des rôles encore plus restreints.
Aujourd’hui, Robert Young reste surtout connu pour son rôle de l’agent d’assurance affable de Father Knows Best (1949-1954 à la radio, 1954-1960 à la télévision), série pour laquelle lui et sa partenaire, Jane Wyatt, remportèrent plusieurs Emmy Awards. Elinor Donahue ("Betty"), Billy Gray ("Bud") et Lauren Chapin ("Kathy") interprétèrent les enfants Anderson dans la version télévisée.
Robert Young créa alors et joua avec Ford Rainey et Constance Moore dans la série comique nostalgique Window on Main Street (1961–1962), qui dura à peine six mois.
La dernière apparition de Robert Young dans une série télévisée, à savoir Docteur Marcus Welby (1969–1976), avec le jeune James Brolin, lui rapporta un Emmy du Meilleur Acteur dans une Série Dramatique.
Jusqu’à la fin des années 1980, il apparut dans de nombreux spots publicitaires dans lesquels il tentait de persuader les gens énervés de consommer du café Sanka.
Robert Young fut marié à Betty Henderson de 1933 à sa mort en 1994. Ils eurent quatre filles, Carol Proffitt, Barbara Beebe, Kathy Young et Betty Lou Gleason. Ils eurent aussi six petits-enfants et deux arrière-petits-enfants.
Malgré le fait qu’il interpréta souvent et répétitivement des personnages heureux et équilibrés, l’amertume de Robert Young contre le système Hollywoodien ne s’estompa jamais et il souffrit de dépression et d’alcoolisme, qui l’amenèrent à une tentative de suicide en janvier 1991. Plus tard, il parla candidement de ses problèmes personnels en espérant aider les autres à rechercher de l’aide. Le Robert Young Center for Community Mental Health, situé à Rock Island, Illinois, fut créé en honneur de son travail pour la promulgation de la 708 Illinois Tax Referendum, qui établit une taxe sur la propriété destinée à aider les programmes de santé mentale de son état natal.
Robert Young décéda des suites d’une insuffisance respiratoire dans son village de Westlake, Californie, le 21 juillet 1998 et il fut enterré au Forest Lawn Memorial Park de Glendale.
Il a trois étoiles sur le Hollywood Walk of Fame à Hollywood, Californie, pour le cinéma (au 6933 Hollywood Boulevard), la télévision (au 6358 Hollywood Boulevard) et la radio (au 1660 Vine Street).
Sa contribution au western fut la suivante :
Carolina de Henry King (1934), Will Connelly
Le grand passage de King Vidor et Jack Conway (1940), Langdon Towne
Les pionniers de la Western Union de Fritz Lang (1941), Richard Blake
Relentless de George Sherman (1948), Nick Buckley
La peur du scalp de Stuart Gilmore et Edward Ludwig (1952), Dan Craig
Little Women, mini-série, un épisode, Grandpa James Lawrence dans “Pilot” (1978)



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité