Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6847
Localisation : Albuquerque
Contact :

Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Messagepar Cole Armin » 01 juin 2012 19:20

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, voir ICI


Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.



Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4758
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Messagepar Yosemite » 06 juin 2012 17:16

Pour avoir parcouru un peu le net au sujet de ce western je suis surpris de lire autant d'avis négatifs.
Pour ma part j'ai passé un très bon moment de cinéma dans le genre qui nous intéresse ici. Certes il y a des erreurs de montage et peut-être une certaine laxité dans la direction d'acteur mais toutefois, les scènes tournées en extérieurs sont remarquables. La photographie de Sidney Hickox (à qui l'on doit également, et déjà avec Walsh, "Silver river") est somptueuse, le noir est blanc est d'une pureté remarquable que ce soit dans les scènes de jour comme dans celles de nuit.
Dans la façon de filmer également, Walsh alterne des vues en contre-plongées sur les décors rocheux avec de nombreux panoramiques très horizontaux sur les scènes se déroulant dans des plaines. Cet ensemble donne une harmonie esthétique qui permet de tirer parti à merveille des décors naturels très contrastés.

Certainement, la fin et notamment le procès, sont-ils un tantinet expédiés, cela ne gâte pas trop l'ensemble m'a-t-il semblé. L'essentiel n'est pas là dans le récit. L'essentiel n'est pas là car je crois que ce qui intéresse Walsh dans ce western c'est justement l'avant procès.
Je ne suis pas un historien de la justice loin s'en faut, mais manifestement, nous sommes à une époque où on avait la corde leste... et se battre pour amener un suspect devant un tribunal devait être un acte de courage tant il était de nature à vous ramener au rang de complice en fait...
Alors quand il faut traverser un désert, accompagné comme l'est ici le marshal Merrick (du suspect, de sa fille, d'un adjoint blessé qui meurt, d'un autre adjoint ambigu et pour finir du frère de la victime) c'est de l'héroïsme pur.
Alors il y a quand même matière à tirer de ce genre de situation et de de questionnement également. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Et le cas échéant, qu'est-ce qui peut bien motiver un homme pour entreprendre une telle quête de justice ?

En ce sens, le choix de K. Douglas pouvait sembler un pari risqué puisqu'il s'agit de son premier western.
Toutefois, en tant qu'acteur il a déjà joué dans La Ménagerie de verre de Tennessee Williams où les fantômes et les convictions morales sont déjà très présentes. Qui plus est, K. Douglas est jeune (35 ans) lorsque Walsh tourne ce western. C'est important pour donner corps à ce récit. La mort du père de Len Merrick est encore très présente dans son esprit et sa jeunesse porte donc toutes ses convictions. Convictions qui ne seront pas démenties d'ailleurs, puisque c'est en arrachant son étoile qu'il fait réapparaitre la preuve de l'innocence de Keith (Walter Brennan)... nul doute que l'étoile retournera sur sa poitrine par la suite.
Autre atout, plus amusant et très anecdotique, j'ai trouvé qu'il chantait bien :num1 (Je pense qu'il n'est pas doublé pour interpréter cette chanson lancinante et dont la musique fournira le thème du film).

Dans son traitement et malgré quelques couillonnades comme on dit chez moi (Virginia Mayo tirant la langue en est la plus ridicule), je trouve quand même que Walsh a réussi à resserrer l'intrigue et à la densifier. Moins les personnages sont nombreux et paradoxalement, plus le marshal Merrick (al. K. Douglas) se retrouve isolé. Walsh laisse donc le spectateur prendre parti entre tous ses personnages et ce n'est pas chose facile. N'oublions pas qu'en tout début de film, K. Douglas tout de noir vêtu ordonne à son adjoint de tuer un homme (ce qui ne se fera pas). Dès cet instant, on peut se demander s'il est un marshal réellement épris de justice. Une ambiguïté qui ne se départira pas tout au long du film en fait pas plus que celle de Walter Brennan (Keith) dont on se demande s'il n'est pas un pervers (harcèlement avec cette fameuse chanson) voire un peu cinglé.

Alors, oui, il y a des erreurs, il y a surtout des négligences je pense de la part de Walsh qui n'a pas tout traité avec la même dextérité, mais je crois que des questions sont posées dans ce beau western.
Une bonne idée en tout cas que de le mettre à l'ordre du jour de Westerns au coin du feu.
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 17 août 2012 23:29, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Eager Beaver
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 133

Re: Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Messagepar Eager Beaver » 25 juin 2012 10:50

Oulala c'est mou du genou ce forum en ce moment.

Je me permets donc de m'auto-citer pour tenter de ranimer un chouïa la flamme autour du feu.

Kirk Douglas est impeccable dans son rôle d'inoxydable bras armé de la loi qui n'accomplit sa mission qu'au péril de son entourage. Il dégage une vraie puissance physique et de caractère qui en fait un personnage très fort et qui marque les esprits.

Walter Brennan, qui est dans son registre de l'éternel vieux des westerns, a ici un rôle un peu plus riche que d'habitude, donnant ainsi une réelle épaisseur à sa roublardise.

Cet ensemble de série B forme un bon produit, malgré deux bémols:
- Kirk Douglas sur-joue le drame personnel la première fois que Brennan fredonne la chanson de son père. La scène prend alors un caractère quelque peu artificiel et ne fonctionne pas très bien.
-La traversée du désert s'éternise quelque peu et perd de sa cohérence quand on découvre que l'homme qui veut faire tuer Brennan est arrivé avant en faisant le tour. De plus comment faire tenir le procès sans que ceux qui pourchassent Brennan y prennent part, compte tenu qu'ils sont les seuls à pouvoir témoigner à charge? :sm57:

Donc, western un peu longuet dans sa partie centrale, mais tenu par une bonne histoire presque cohérente, et de bons acteurs.

WYOMING
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 116

Re: Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Messagepar WYOMING » 09 juil. 2012 18:29

Bonsoir à tous !
J'ai regardé hier soir '' Une Corde Pour te Pendre '' et j'ai beaucoup apprécié. D'abord ce western est une véritable pièce de théâtre. On y trouve toute la force de l'Actor Studio (kirk Douglas)
et de l'école du cirque (Virginia Mayo) pour offrir un dialogue entre les protagonistes, il est bien plus qu'un western traditionnel. Notons également ce qui paraît anodin, les décors et les à-côtés ;
les pierres tout d'abord où chaque recoin semble avoir été scruté par Walsh pour y donner toute sa force et son drame, ses vautours qui tournent, le décor de la maison avec ses objets comme cette poêle à frire où Virginia Mayo lit un message dessus, ce fusil dans la grange, ce testament écrit par l'adjoint du marshall et dicté par Walter Brennan et ajoutons la pointe d'humour posée
juste comme il faut telle une pièce d'un puzzle idéalement placée. Je renforce ce film en étant totalement d'accord avec Yosémite concernant le noir et blanc, il est d'une pureté remarquable et y
impose une intensité dramatique ; l'ombre et la lumière, le noir et le blanc...les bons et les méchants. ce n'est peut être pas anodin si Walsh le tourna dans ces deux couleurs au contraire de celui qu'il réalisa, toujours avec Virginia Mayo '' la Fille du Désert / Colorado Territory '' où le final dans les canyons manquait cruellement d'ocres et d'oranges flamboyants.
Pour le procès qui peut paraître expéditif il est somme toute à l'image du départ scénaristique et de l'Histoire des USA à cette époque. Bien que n'étant pas mon réalisateur préféré, Raoul Walsh n'en demeure pas moins, un grand, un très grand monsieur du cinéma américain ; il y a donc depuis hier soir un deuxième grand western que j'ai apprécié et dégusté de Monsieur Walsh c'est bien
'' Une Corde Pour te Pendre ''. Et si certains jeunes metteurs en scène veulent réviser leurs gammes du noir et blanc dans une intensité théâtrale et dramatique c'est peut-être le bon film à voir ou à revoir.

Bournazel
Cowboy
Messages : 54
Localisation : moyenne montagne

Re: Une corde pour te pendre - Along the Great Divide - 1951

Messagepar Bournazel » 30 août 2012 21:37

C'est un film que j'aime beaucoup. D'abord parce qu'elle met en scène la relation filiale et les dégâts qu'elle peut causer. Particulièrement la relation au père et la loyauté inhérente à ce lien. Kirk Douglas souffre de n'avoir pas soutenu son père dans l'exercice de son boulot. Virginia Mayo, elle, défend son père y compris quand elle apprend qu'il est accusé de meurtre. Le vrai meurtrier a commis son crime pour que son père s'occupe de lui.
C'est, un degré au dessus, la nécessité de la loi dans un monde en construction (on retrouve la problématique de nombreux westerns - dont l'homme qui tua L. V. - de Ford). Mais la loi peut-elle être juste dans un monde qui ne tient pas compte de la vie humaine (pendaison, prise d'otages, trois assassinats balles dans le dos) et on ne peut s'empêcher de penser à Camus qui disait à peu près "si on me demande de choisir entre la justice et ma mère je choisis ma mère".
La mise en scène n'est pas démonstrative : sauf le gros plan sur la corde qui ne va pas être finalement utilisée, les mouvements d'appareil sont simples sans esbroufe, les décors sont filmés de façon évidente, attendue. Chaque acteur fait son boulot avec sérieux. On bosse quoi... :)


Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités