Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6618
Localisation : Albuquerque
Contact :

Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar Cole Armin » 01 févr. 2010 7:52

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, par ICI


Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
viewtopic.php?f=20&t=10251


Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

old timer
Chasseur de primes
Chasseur de primes
Messages : 348

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar old timer » 02 févr. 2010 20:11

Alors ?… on ne se bouscule pas dirait-on.. pourtant le film est réputé et tous les fans de western italien doivent l’avoir (DVD dispo chez Studiocanal, VF seulement, aucun bonus: 9,99 euros) Est-ce à moi qu’échoit l’honneur d’ouvrir le bal ? Je ne suis pas sûr d’avoir des choses essentielles à dire sur ce film que j’aime bien mais sans lui vouer une passion particulière.

Bien : « le temps du massacre » raconte une histoire de vengeance, sujet classique du spagh, presque jusqu’à la caricature. Le film entretien un lien de gemellité troublante avec un autre film avec Franco Nero intitulé « Texas Adios » : même vengeance familiale au départ, même révélation finale du lien de parenté du vengeur avec sa cible. Sur bien des points « Texas Adios » me semble supérieur, surtout sur le plan visuel (qualité de photo, variété et beauté des décors).

Quels sont les points forts du « temps du massacre » ?

- la ville du tyran local n’est pas mexicaine mais américaine et l’on a une belle description d’une ville où tout appartient à un même homme, son nom est partout ( banque, saloon, etc…)

- inversement le repaire du méchant est bien une hacienda mexicaine (la célèbre villa qu’on voit dans plein de films comme "un pistolet pour Ringo") dont les possiblités sont très bien exploitées (cours intérieures, escaliers, nombreuses pièces où à lieu le massacre final)


- le méchant principal se révèle être en fait le fils du riche propriétaire et on a le portrait d’un vrai psychopathe, enfant gâté sadique et irresponsable qui rappelle le fils indigne qui dans « l’homme dans la plaine » détruit le convoi de James Stewart, le capture et le traine par terre derriere son cheval. Ici c’est encore pire puisque le fils pourri s’amuse à fouetter Nero en public, sûr de son impunité, et s’amuse à organiser des chasses à l‘homme en lançant ses chiens aux trousses des peones (scène d'ouverture). A la fin le personnage prend une dimension supplémentaire, celle de sa lacheté (il supplie pour qu’on le laisse en vie, avant d’essayer de tuer quand même le héros qui a baissé sa garde). Bref, un vrai salaud ! Mais comme on le sait, plus réussi sera le méchant meilleur sera le film !

- D’où la véritable délivrance du spectateur quand les 2 frères à la fin tirent sur tout ce qui bouge et dégomment tous les hommes de main du méchant, pourtant largement supérieurs en nombre. C’est un véritable défoulement de les voir se faire tirer comme des lapins grâce à l’habileté et à la ruse des deux frangins.

- le personnage du frère de Nero joué par Georges Hilton est très intéressant, ivrogne et paresseux, il se révèle un allié précieux à la main infaillible et tue avec décontraction les hommes de main du méchant. Autant pour Nero l’expédition punitive est sérieuse, autant pour son frère c’est juste un jeu, une occasion de s’éclater.

- la musique ne se fait guère remarquer si ce n’est la chanson en anglais du générique qui réapparait à la fin , comme dans beaucoup de films ; ici en l’occurrence la chanson me semble meilleure, plus entrainante que celle de « Texas Adios », trop mélancolique à mon goût . En tous cas elle fait son effet à la fin quand, le massacre terminé, Nero empêche d’un geste son frère, toujours dans l’ambiance « tir de fête foraine » de tirer sur les colombes échappées du pigeonnier détruit par la bagarre. Le temps du massacre est bien terminé, et puis les animaux sont innocents, eux … Mémorable final !

Un film de bonne facture dans l’ensemble , sans atteindre les sommets du genre non plus, mais ça et là une scène originale se détache et reste dans la mémoire. Si je suis un peu tiède je m’en excuse ; que les vrais accros à ce film se manifestent et s’expriment, il est temps !
Modifié en dernier par old timer le 03 févr. 2010 7:49, modifié 1 fois.

rex lee
Mohawk
Mohawk
Messages : 887

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar rex lee » 03 févr. 2010 6:17

Très bonne critique , Old Timer ! :applaudis_6: :applaudis_6:
Je suis , en tous points , d'accord avec toi .
Je pense intervenir plus longuement sur ce sujet un peu plus tard .
:beer1: :beer1:

Avatar du membre
HART
Comanche
Comanche
Messages : 781

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar HART » 03 févr. 2010 9:19

En effet , il faut démarrer sur ce film qui , si il n'est pas une oeuvre phare du genre est interessant par bien des aspects.
Old timer a déjà bien présenté ce western et en a souligné les caractéristiques du scénario et de la mise en scène.
Pour ma part , je n'ai pas vu cette oeuvre depuis...très , très longtemps ...Je crois que c'était au "Barbizon",salle mythique et disparue de la capitale où elle passait en double programme avec " Les colts de la violence" ( j'aimerais bien le revoir aussi celui-ci , existe-t-il un DVD ? Breccio , le sais-tu ?)
Je vais d'abord évoquer ce que je retiens encore 35 ans plus tard ( ça y est , je l'ai dit !)avant de revoir le DVD prochainement.
Ce qui reste marquant , c'est l'incroyable violence du film pour l'époque, bien plus prononcée que dans les films de Leone de la même période , qui pourtant étaient interdits aux - de 18 ans !
On dirait que Fulci , comme il l'a fait par la suite pour ses films d'horreur , ait voulu aller le plus loin possible dans sa démonstration : beaucoup de morts , de sang , de brutalité , de sadisme...Des personnages encore plus sordides que dans les autres films du genre : le fils dégénéré bien sûr , mais aussi le personnage "positif" de Georges Hilton , écoeurant de crasse et de détachement.Je me souviens qu'il rotait bruyamment, ça aussi , c'était peu fréquent , même à l'époque de "La grande bouffe" !
Le pauvre Franco , poutant pas très net dans "Django" était ici le "Monsieur Propre" dans tous les sens du terme , mais il semblait un peu dépassé par le comportement des autres protagonistes.La séquence où il se fait fouetter , avec le sang qui gicle est vraiment impressionnante, voire perturbante.C'est dix foix plus fort que la scène du même genre dans " L'homme des hautes plaines" poutant bien postérieur.
Fulci , sur la base d'une histoire somme toute classique , crée une oeuvre où la peinture de la brutalité et la vulgarité des personnages met le spectateur un peu mal à l'aise.
Je peux comprendre la perplexité ( voire le dégoût )d'un admirateur de Ford ou Hawks en face de ce film qui n'a rien de commun avec les références classiques , c'est ...autre chose.
En ce qui me concerne , la perplexité s'associe à une fascination toujours présente pour ces westerns italiens dont je ne me lasse pas.
Je n'ai vu qu'un seul autre western de Fulci "Les 4 de l'apocalypse", autrement plus abouti que celui dont nous parlons.Il va encore plus loin , mais de façon différente , dans le sordide et il est franchement desespéré , mais il me semble plus "universel" et authentique.Je ne sais pas pourquoi , il me fait penser aux "Misérables" ( si ,si, Victor Hugo ).Comme quoi , pour Fulci et le spaghetti , comme pour tant d'autres choses , il faut garder sa curiosité éveillée.

Avatar du membre
edocle
Navajo
Navajo
Messages : 642
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar edocle » 03 févr. 2010 9:54

Je me le regarde de nouveau et je reviens :
Concernant "les colts de la violence", c'est là
http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?f=10&t=3393&hilit=les+colts+de+la+violence#p26264
Le version française est parfaite, malgré une ou deuxx coupures...
Amicalement E?
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
John Mallory
Dernier des Mohicans
Dernier des Mohicans
Messages : 490
Localisation : Lausanne (CH)

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar John Mallory » 03 févr. 2010 17:51

Les colts chantèrent la mort et ce fut ... Le temps du massacre.

Tadaaam ! Ca c'est de l'accroche, tout de même. cool

Le début du film fait craindre une production à très faible budget. Avec son "camp de chercheur d'or" qui n'est en fait composé que de 3 gaillards s'amusant à tamiser dans un petit ruisseau, on se dit d'emblée : oulà, ça sent la petite production de seconde voire de troisième zone. :lol:
Heureusement, une fois l'arrivée de Franco Nero en ville, les craintes s'estompent. Certes, ce n'est pas une production Grimaldi flamboyante avec costumes clinquants et figurants par centaines. On sent que Lucio Fulci n'a pas les moyens d'un Leone, mais il nous offre tout de même un western de bon calibre, avec une histoire de vengeance sur fond de filiation obscure.

Bon, faut également que je le revoie pour y revenir plus longuement.

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar tepepa » 03 févr. 2010 21:49

Curieusement, le tournage exclusif en Italie renforce la noirceur du propos. Il n'y a pas de paysages magnifiques, il n'y a pas de grands espaces pour sublimer les passions, il n'y a pas la chaleur d'Almeria pour réchauffer les coeurs. Tout est terne, plat et pâlot, comme dans un monde en décrépitude.
Le temps du massacre se démarque de Texas Adios par son pessimisme prononcé tendant au nihilisme, la noirceur du propos et la sécheresse des sentiments. Dans Texas Adios, la révélation oedipienne est le coup de théâtre émotif du film, dans Le temps du massacre, la même révélation ne fait qu'enfoncer le clou sur une vision de l'humanité déchue. Dans Texas Adios, à peu près tout le monde meurt à la fin, mais Franco Nero s'en retourne chez lui dans un monde rendu meilleur par l'annihilation du mal, il lui reste un port d'attache. Dans Le temps du massacre, le massacre a lieu à la maison, les deux frères héritent d'un monde dévasté, ils n'ont plus de famille et pas de "home" dans lequel s'en retourner vers une vie normale. Ainsi, sur une trame scénaristique identique, Texas Adios est un western certes violent, mais assez enfantin que l'on peut montrer sans problème à un enfant de 9 ou 10 ans, alors que Le temps du massacre - y compris à cause de la scène du fouet - est à réserver à un public plus adulte.

Avatar du membre
edocle
Navajo
Navajo
Messages : 642
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar edocle » 04 févr. 2010 18:19

Rendons à Lucio ce qui est à FULCI :
Le titre exact du film est :
" Le colt cantarono la morte e fu... Tempo di Massacro "
qui au moment de sa sortie en salle a été justement traduit par :
" Les colts chantèrent la mort et ce fut... le temps du Massacre "
Il faut reconnaitre, que pour l'époque ça avait de la gueule sur les affiches
parisienne. On y courrait rien que pour le titre, il faut bien avoué que ce
n'était pas habituel... d'accord avec John Mallory, c'est une belle accroche !
Revers de la médaille, on arrivait en salle pour voir "un massacre" et
on passait à coté de beaucoup de choses.
Etait-ce grave ?
Sûrement, mais les critiques de l'époque, sont eux aussi passé complètement
à coté du film !
Alors pour nous, une réussite parfaite, noire à souhait !
Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
edocle
Navajo
Navajo
Messages : 642
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar edocle » 04 févr. 2010 22:22

Bon revu ce soir et juste une chose :
Pour moi la vrai vedette du film c'est Georges HILTON !
Remarquable composition, jeu subtil et tout en finesse!
Il porte le film, et à ses cotés notre ami Franco NERO
est tout fade dans son jeu fin de Django, fin de Clint !
J'avais déjà perçu la chose, mais ce soir c'est éclatant !
Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

old timer
Chasseur de primes
Chasseur de primes
Messages : 348

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar old timer » 05 févr. 2010 8:25

Remarques intéressantes de Tepepa, je n'avais pas percuté en voyant le film du fait que les 2 frères héritent du domaine, qui leur revient de droit par leur lien de parenté avec le propriétaire, et aussi de fait après avoir "nettoyé" les lieux de tous ses habitants.
Aussi dans mon esprit ils quittaient la ville après la fin du film, la vengeance accomplie, rien ne les retenait là-bas. Alors qu'en fait ils s'installent... On peut dès lors imaginer du changement dans la région, (et c'est une fin optimiste,) la tyrannie de l'ancien propriétaire étant terminée, sa mainmise sur la ville et les populations locales laissent place à une vie "normale"... Bref ce massacre dû à des motivations si personnelles est une délivrance pour tout le monde, une oeuvre de salubrité publique !

Avatar du membre
edocle
Navajo
Navajo
Messages : 642
Localisation : 92 Spaghetti Ville

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar edocle » 05 févr. 2010 9:01

On pourrait philosopher éternellement sur l'après du film ...
La seule chose que montre le réalisateur est la paix retrouvée
symbolisée par l'envol de la colombe . Et encore Slim hésite
longtemps à la flinguer, avant d'abaisser le chien de son colt
avec un sourire ironique, et de se tourner vers son frère...
Ils partent, ils restent, ils exploitent le domaine, ils deviennent
l'un maire, l'autre shérif, ... vous en voulez encore ?
Amicalement E.
:beer1: :beer1:
Quand les colts fument ... on l' appelle Cimetière !

" Quelque soit la couleur de la peau, le sang est rouge pour tous !"
(Au-delà de la haine de Alessandro SANTINI - 1972)

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar tepepa » 05 févr. 2010 20:58

En fait, dès le prologue, la différence de ton est donnée entre les deux films. Dans Texas Adios, deux hommes se tirent dessus (avec l'écho "plat de nouille" cher à Pike), se ratent, grimpent partout, passent par les toits, les fenêtres etc. On dirait qu'ils jouent à cache cache.
Dans Le temps du massacre, un péon se fait bouffer par des chiens. Ce n'est quand même pas le même niveau de traumatisme (même si la scène a bien vieilli). En ce sens je trouve que Texas Adios est plus proche des Giuliano Gemma (Dollar troué, Wanted etc..) et que Le temps du massacre se rapproche plus de Django.

Ceci dit, j'ai montré Texas Adios à un enfant de huit ans, et il n'était pas très à l'aise il me semble... :roll:

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3088
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar Sartana » 06 févr. 2010 11:33

Je ne peux pas ne pas l'ouvrir sur ce film-ci. Le temps du massacre est le premier western européen que j'ai vu qui ne soit pas de Leone. J'avais 11 ans. Vous imaginez la claque !!

Le fouet, le tabassage dans le saloon, le dézinguage des hommes de mains avec pirouette et cascades, la chasse à l'homme...

Comment rester impassible sur son siège ?
Je connais donc très bien ce film, que j'adore. J'ai su avec le temps lui reconnaître des défauts évidents. Néanmoins je continue à lui prêter davantage de qualités qu'à Texas Adios. Je commencerai par les personnages :

Le temps du massacre c'est un duo de personnages, à la manière de Castor et de Pollux. Deux héros imbattables qui s'unissent pour obtenir justice.

Dans Texas Adios, on est davantage dans la relation grand-frère/ petit frère. Car Alberto Dell'Acqua n'est pas Georges Hilton. Et cette relation différente donne un autre ton au film, plus classique, moins macho, qui me plaît moins. Dans le film de Fulci, les héros jouent sans cesse à qui a la plus grosse (symbolisé ici par le maniement virtuose de l'arme).

La femme est reléguée au rang de nourrice surprotectrice et dévouée. Elle sera assassinée.
Vous noterez qu'il n'y a pas de romance.
Le père se voile la face sur son fils et est impuissant devant sa tendance à la violence. Il sera assassiné.
Le fils gâté est un être sans cœur, dépourvu d'humanité qui chasse l'être humain à la "Comte Zaroff". Tout le monde est en extase devant ses faits et gestes, il a une cour à ses pieds : rappelez-vous que tous les invités s'amusent à voir Franco Nero fouetté. Encore heureux, cette petite ordure sera tuée.
Le seul ami de la famille qui sait tout du secret des Scott est assassiné.

Bref, il ne reste pas grand monde au village après la fin de l'histoire. Une histoire à la Castor et Pollux, donc. Ils arrivent, règlent le problème par la force. Et peu importe les conséquences.

C'est noir, c'est violent, c'est baroque (j'y reviendrai), c'est inégal. Mais qu'est-ce que c'est bon...
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2132
Contact :

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar tepepa » 06 févr. 2010 16:41

J'aime beaucoup le souvenir de Hart sur ce film. 35 ans après, il se souvient de sang qui gicle lors de la scène du fouet. Or me semble-t-il, il n'y en a pas. Nero saigne, mais pas de là à voir le sang gicler. C'est comme si le western spaghetti avait répondu alors à une sorte de fantasme de violence ultime, au point peut-être de voir ces films comme des films de violence ultime alors que le cinéma gore irait beaucoup plus loin dans les décennies suivantes, mais de façon - peut-être - finalement moins marquante.
(en ce qui concerne les blessures de Nero, on constate à quel point il s'en remet vite, de façon totalement invraisemblable. Leone, encore et toujours, est le seul à montrer les effets de ses tortures sur la durée).

Avatar du membre
Fredge
Comanche
Comanche
Messages : 767

Re: Le temps du massacre - Tempo di massacro - 1966 - Lucio Fulci

Messagepar Fredge » 06 févr. 2010 19:03

L.. a écrit :
tepepa a écrit :Texas Adios est un western certes violent, mais assez enfantin que l'on peut montrer sans problème à un enfant de 9 ou 10 ans, alors que Le temps du massacre - y compris à cause de la scène du fouet - est à réserver à un public plus adulte.


Pas vraiment certain pour "Texas Adios" (le film a du être interdit au moins de 18 ans, au moins dans certains pays, à vérifier) dont la violence mélodramatique, est, en ce sens plus directement recevable, (ce qui peut ramener à l'enfance, c'est le plaisir du western dépaysant par ses ambiances et le personnage de Alberto D'ell Acqua.)

La noirceur de "Le temps du massacre" c'est ce qui va faire le propre du cinéma de Lucio Fulci (je ne connais pas tout), qui commence par la comédie avant de se consacrer à un cinéma assez effrayant effectivement (jusqu'à même questionner les équilibres perceptifs dans "L' aldila") avec des bonheurs divers (trop complaisant et gratuit pour être vraiment dérangeant, parfois...) et des westerns ou films d'aventure pour enfants (mais quels enfants exactement ? ) comme Croc-Blanc et Sella d'Argento...


Et bien moi je l'ai vu quand j'avais une dizaine d'années, et je resterai marqué à vie par cette scène du fouet, impossible de l'oublier tant ça m'a impressionné. Ainsi d'ailleurs que les séquences de fouet dans "L'homme des hautes plaines", que j'ai vu à peu près à la même époque....

Fredge ("Oh, j'ai perdu mon morceau de pain" :mrgreen: )


Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité