Sugarfoot - 1957/61 -

Le forum réservé au petit écran
Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7699
Localisation : nord-est

Re: SUGARFOOT Une série

Messagepar Jicarilla » 11 déc. 2009 10:45

chip a écrit :Je trouve nos forumeurs un tantinet sévères envers les séries, certains épisodes sont pour le moins très réussis, et bien supérieurs aux films de Charles Starrett, Johnny Mack Brown et consorts, admirés par les mêmes, et puis revoir des "guest stars" est un plaisir. Que dire aussi , dans un autre genre d'une série comme "les incorruptibles" où chaque épisode est remarquable: atmosphère, photo, interprètation...un régal, les séries à ce niveau, j'aime, il en existe.



:lol: HELLO CHIP

Je ne suis pas du tout sévère avec les séries ,téléfilms et (spaghettis voir mais fiches TV et pourtant...)au contraire..il on faut pour tous les gouts je dis :applaudis_6: .
La preuve est que je suis en train de mettre et abimer mon livre :lol: pour scanner les images, pour les afficianos des séries que beaucoup ne connaissent pas y compris moi.

:applaudis_6: Il est vrai y a des très bonnes séries "les incorruptibles" et bien d'autres et des très grandes "guest stars".:lol:

Image :lol: Mais voila je n'aime pas la soupe et pourtant y a des carottes dedans que j'adore je repousse l'assiette mais je ne dégueule pas dessus je respecte trop la nourriture. :beer1:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
laurent
Buckaroo
Messages : 4225

Re: SUGARFOOT Une série

Messagepar laurent » 12 déc. 2009 9:08

chip a écrit :Je trouve nos forumeurs un tantinet sévères envers les séries, certains épisodes sont pour le moins très réussis, et bien supérieurs aux films de Charles Starrett, Johnny Mack Brown


Le truc, c'est que l'on ne trouve pas souvent un acteur du calibre de Johnny Mack Brown dans la plupart de ces séries.
Trop d'acteurs "transparents" et fades au casting.

Avoir du charisme n'est pas donné à tout le monde.
Personnellement, je n'échangerai pas un film avec Johnny contre une série complète sortie dans les années 60. :sm32:
ImageImageImage
ken Maynard

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23453
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 11 nov. 2010 17:44

ImageImage
Will HUTCHINS (Birth Name :Marshall Lowell Hutchason) né le 5 mai 1930 (80 ans)
(clic 2x)
Image
ImageImageImageImage
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7699
Localisation : nord-est

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar Jicarilla » 30 oct. 2011 7:48

:sm80: Je remets sur la table et au gout du jour avec une photo publicitaire. :wink:

:sm32: WILL HUTCHINS
Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23453
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 05 mai 2012 10:52

Image
Image
ImageImage
Image
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4868
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 10 mai 2012 22:45

Ah y a pas à dire...DELL COMICS savait faire de superbes couvertures(vu pour ZORRO ou encore HAVE GUN WILL TRAVEL)...Concernant SUGARFOOT...Essayez youtube,c'est là que je vais parfois pour les séries pas encore en dvd ou peu...

Pour SUGARFOOT je pense qu'on peut le trouver car j'en ai un épisode(RETURN OF THE CANARY KID)trouvé dans un grand coffret collector TV WESTERNS à Compagnie Western vers 2007...Une série sympa avec un bon générique mais je ne peux en dire pls pour le moment...A revoir à l'occasion...

Et pour prouver qu'il faut de tout pour faire un monde je suis fan de séries en tout genre(sauf TITE MAISON à doses minimales ou grands guests...Désolé)...

FRANCE HONTE A TOI...ON MANQUE DE SERIES!! :gun:
Image

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15465
Localisation : Canada
Contact :

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar metek » 13 sept. 2013 0:00

Image
Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23453
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 15 nov. 2013 18:05

=> http://www.amazon.com/Sugarfoot-Complet ... s=maverick

dvd all regions en import sorti le 23-10-13 :

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7203

Re: Sugarfoot - 1957/61 -

Messagepar DEMERVAL » 13 janv. 2019 14:23

“Sugarfoot, Sugarfoot, easy
lopin’, cattle ropin’ Sugarfoot,
Carefree as the tumbleweeds, a-joggin’ along with a heart
full of song
And a rifle and a volume of the law.

Sugarfoot, Sugarfoot, never underestimate
a Sugarfoot,
Once you get his dander up, ain’t no one
who’s quicker on the draw.
You’ll find him on the side of law and order,
From the Mexicali border, to the rolling
hills of Arkansaw.
Sugarfoot, Sugarfoot, easy lopin’,
cattle ropin’ Sugarfoot,
Ridin’ down to cattle town, a-joggin’
along with a heart full of song
And a rifle and a volume of the law.”

Warner Bros. et ABC diffusèrent pour la première fois “Sugarfoot” avec Will Hutchins dans le rôle de Tom Brewster, un étudiant en droit dans l’Ouest, le 17 septembre 1957. Quelques-unes de ses aventures avaient un fond comique alors que d’autres sont sérieusement mortelles.
Lors d’une interview Will Hutchins expliqua, “Un Sugarfoot est un type qui gravit les échelons pour devenir un pied-tendre. Tout ne fut pas rose et violette quand on tourna le pilote de ‘Sugarfoot’ pilot (“Brannigan’s Boots”). Mon cheval, Sickle, doit avoir été en partie mule, ou il lit un script différent du mien. On n’était jamais sur la même longueur d’ondes. Par conséquent, nous avons dû avoir recours à de nombreux trucages pour créer l’illusion que nous formions un couple. On filmait nos scènes de nombreuses fois, de différents angles, pour que l’éditeur puisse couper au montage toutes les affaires humiliantes et assembler toutes les bonnes parties. Par miracle, Sickle et moi sommes parvenus à boucler le pilote correctement. Avant que nous ne tournions le second épisode, ‘The Reluctant Hero’, Warner Bros. m’envoya aux Ecuries Pickwick à Burbank pour prendre d’intensives leçons d’équitation sous la tutelle d’Emile Avery.”
Malheureusement, Will et Sickle n’étaient simplement pas nés pour vivre ensemble. “Aussi,” Will continua, “Pour notre seconde saison, au bout du chemin, le patron, Ace Hudkins, prit pitié de moi et remplaça Sickle, ce grand balourd, par l’élégant, rapide, beau Penny à la couleur de cuivre. Ce fut un coup de foudre. Penny était un cheval demi-arabe, moitié pure race; et quand je me hissais sur la selle je sentais que je chevauchais sur le vent. Tristement, nous n’avons jamais quitté le studio où les rues et les pistes se trouvaient. Penny fut mon meilleur ami chez Warner Bros. Je le mets au même niveau que Trigger, Champion, Tony, Topper et tous les autres.”
Le scénariste/producteur Hugh Benson désigna “Sugarfoot” comme étant “un gentil cowboy itinérant qui se rend de place en place mais possède toujours ce livre de droit …au cas où il deviendrait un jour avocat.”
Will expliqua, “D’abord, Jack Warner m’embaucha pour une production télévisée, ‘The Magic Brew’ (un épisode de “Conflict”) avec Jim Backus dans le rôle d’un vendeur de poudre de perlimpinpin. Freddy de Cordova connu pour ‘Bedtime for Bonzo’ utilisait le mégaphone. Mon rôle suivant pour Warners: ‘Stranger On the Road’ (un autre épisode de “Conflict”). J’ y incarnait un plouc dans un ranch. Je montais un cheval à rebrousse-poil. Le point culminant était Rex Reason contre moi dans la plupart des bagarres à poings nus. Monte Pittman écrivit le scénario de cet épisode et son succès amena ç la création de ‘Sugarfoot’.”
Le patron de la production de Benson et celui de la branche télévisuelle de Warner Bros.’, Bill Orr, sentirent tous deux que Will était le personnage, “Il était réellement la même personne.”
Le succès de Warner Bros.’, “Cheyenne” avec Clint Walker, durait depuis deux saisons (1955-1957) quand “Sugarfoot” la rejoignit par alternance en septembre 1957, les mardis soir de 19h30 à 20h30. Will écrivit dans un article de journal, “Quand j’ai été embauché au ranch Bar WB de Burbank, Clint ‘Cheyenne’ Walker était notre contremaître. Il ouvrit la voie pour nous. Il était le roi, l’épine dorsale de Warner Bros. TV. Pour quelque raison, j’ai parlé à mes patrons de Will Rogers, aussi rapide à dégainer et le Marshall Hutchason devint Will Hutchins.”
Et c’est là que les choses devinrent délicates. Quand Clint Walker quitta “Cheyenne” à propos d’une dispute salariale, Ty Hardin rejoignit les cowboys de Warner Bros. dans le rôle de “Bronco” en septembre 1958, mais Warners appelait encore la série “The Cheyenne Show”. “Sugarfoot” alterna jusque septembre 1959 quand ABC et Warner Bros. changèrent le créneau horaire de Clint et “Cheyenne” au lundi soir. “Sugarfoot” et “Bronco”, alternèrent les mardis soir. Pour la saison de 1960-1961, toutes trois, “Sugarfoot”, “Cheyenne” et “Bronco”, alternèrent les lundis soir de 19h30 à 20h30. “Sugarfoot” fit son dernier galop le 17 avril 1961…un total de 69 épisodes.
Quelques-uns des meilleurs épisodes de “Sugarfoot” sont ceux dans lesquels Will interprètent un double rôle—Tom Brewster et le démoniaque Canary Kid. Will se rappelle, “Monte Pittman, mon scénariste-réalisateur préféré, arriva avec l’idée que j’interprète un rôle double : Tom ‘Sugarfoot’ Brewster et son diabolique cousin et ennemi juré, le notoire Canary Kid. Le cœur du Kid était aussi noir que son chapeau. Il volait, pillait, saccageait, jurait, caracolait avec les femmes, crachait, mâchait, fumait des cigares pourris, buvait du whisky bon marché, passait des lunes en prison et mettait des balles dans les distributeurs automatiques. Je l’aimais bien. Quand Monte termina le premier script du Canary Kid, j’ai dû me familiariser très vite au personnage. Je me suis demandé, ‘Que ferait Lee Van Cleef ?’ Et j’ai alors avisé.”
Will signale aussi, “Clint Walker, Ty Hardin et j’ai tourné l’un de mes épisodes préférés, ‘Duel at Judas Basin’, une sorte de film des Three Mesquiteers. Je pensais que nous formions une bonne alchimie. Aujourd’hui, nous trois pourrions faire une de ces conventions: ‘Cheyenne, Bronco et Sugarfoot obtiennent des remplacements de hanches’.”
Will Hutchins devait par la suite être la star de “Hey Landlord” pour NBC en 1966 et “Blondie” pour CBS en 1968. Il dirigea aussi plusieurs films—“Les maraudeurs attaquent”, “C’est la guerre”, “Deux farfelus au régiment”, “Claudelle Inglish”, et même une paire avec Elvis, “Le tombeur de ces demoiselles” et “Clambake”. Will fit des apparitions en guest star dans “Gunsmoke”, “77 Sunset Strip”, “Maverick”, “Alfred Hitchcock présente” et “Perry Mason” entre autres, mais on s’en rappellera toujours plus pour son rôle de ce courant et bondissant Sugarfoot.
Dans son propre style inimitable, Will Hutchins dit, “Le gang le plus rude de l’Ouest ne fut pas le Gang James ou les Frères Dalton—le gang le plus rude de l’Ouest fut les Warner Brothers. Ils nous dirigèrent durement et nous laissaient en nage. Les week-ends ils nous envoyaient en représentations publiques pour lesquelles ils étaient grassement payés pendant que nous étions payés à la louche. D’avoir été un cowboy télévisuel pendant quatre ans ne fut pas tout rose et violette. La plupart du temps, c’était un vrai job. On ne quittait jamais le studio pour se rendre en extérieurs. On restait à la maison et tournions nos ‘Sugarfeet’ dans les salles de tournage moisies et à l’arrière exigu du studio, où, vous deviez dire votre texte entre les bruits ambiants. Une fois, j’ai perdu le contrôle de quelques têtes de bétail et me suit lancer à leur poursuite désespérément le long de la rue principale et en plein milieu d’une scène de ‘Maverick’. De temps en temps les producteurs intervenaient dans quelques scènes à partir de la librairie de Warner pour donner l’illusion d’un budget supérieur. Puis je devais faire mon entrée en tenue assortie pour coller aux scènes. Au fil des années, j’ai eu le privilège de porter la chemise de Walter Brennan, la veste d’Errol Flynn et les pantalons d’Humphrey Bogart. Je ne me suis jamais senti à l’aise avec des scripts qui me rendaient trop brave. J’étais un héros réticent. Quand les scénaristes se mirent en grève, les crédits scénaristiques allèrent au mystérieux W. Hermanos.” D’un autre côté, Will conclut, “J’ai eu l’honneur de travailler avec quelques puissantes personnalités: de jeunes héros, des acteurs de caractère, des cowboys, des cascadeurs, des techniciens merveilleux, des réalisateurs, des producteurs et mes amours secrètes, mes actrices principales. Je suis fier qu’avoir pu chevaucher et participer à cette glorieuse chevauchée à travers les petits écrans américains’.”



Retourner vers « Séries Télévisées »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité