Impitoyable - Unforgiven - 1992 - Clint Eastwood

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3068
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 12 août 2007 12:31

Longway a écrit :Ainsi dans le western, le mythe du héros invincible doit être revu et corrigé afin de le placer dans son contexte actuel, c'est sous cette condition que le western peut encore avoir un avenir au cinéma.

Mais le public ne recherche-t-il pas actuellement des héros invincibles ? Le retour en force des super-héros au cinema, ou des anciennes gloires des années 80 comme Harrison Ford, Bruce Willis, Stallone n'est-il pas le signe du désir du public de retrouver son enfance, de revoir ses vieux héros sur grand écran ? Démontrant ainsi une volonté de ne pas vieillir, et par extension, de désirer l'invincibilité ?

Pour le grand public le western est synonyme d'un héros qui dézingue tous les méchants. Le public compte-tenu de tout ce que j'ai énoncé auparavant n'aurait-il pas été déçu par la mort du héros ? Oui Eastwood aurait pu laisser en suspend son film, mais avec la fin qu'il propose, le cynisme est flagrant et l'effet réussi : le héros s'en sort malgré qu'il ne le méritait pas : il agit comme un charognard, n'étant motivé que par la récompense puis la vengeance. De plus, c'est un ancien tueur, et pourtant : il retourne vivre avec sa famille avec des morts de plus sur la conscience.

C'est une fin cynique, certes, mais tellement plus intéressante que de faire mourir Munny cool
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Vixare
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1560
Localisation : Valenciennes
Contact :

Messagepar Vixare » 12 août 2007 13:30

Personnellement, je crois que le mythe du héros invincible convient particulièrement à la plupart des amateurs de westerns que nous sommes, par contre pour les autres amateurs de cinéma qui restent à conquérir ça peut casser les idées reçues et justement donner l'envie de découvrir ...
Une petite anecdote pour appuyer tout ça : la première fois que j'ai vu La horde sauvage, de 1 je n'ai pas tout compris et de 2 je n'ai pas aimé vu la fin quand on voit les 4 "héros" se fairent trouer la peau, par contre j'ai conseillé ce western à un de mes amis pour lui faire découvrir le western, je n'ai pas encore eu le temps d'en parler en détail avec lui mais je sais juste qu'il a beaucoup apprécié, plus que certains Ford justement car la fin était noire et cassait les stéréotypes, alors pourquoi pas ... je reste moi aussi pour ma part sur un petit goût d'inachevé, voir le personnage de Munny mourir ne m'aurrait pas choqué du tout.
" Leboeuf j'te conseille de pas te trouver sur ma route ou tu t'rendras compte que j'suis pas encore fini et que j'ai encore une bonne dose de dynamite dans les poings !"

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Messagepar musselshell » 12 août 2007 13:39

Un créateur doit-il offrir au public ce qu'il attend (ou est censé attendre!) à un moment donné? Prendre les pré supposés à contre pieds, ça se fait aussi! Dans un autre registre, chez, disons, un public plus "intellectuel", on s'attendait par exemple à un apaisement dans le dernier (télé) film de Bergman...et bien non, ce fut plus âpre et désespéré que jamais: pas de concessions, être soi...Dans Unforgiven, il est vrai qu'aussi fort et jubilatoire qu'il puisse être, le final vise probablement surtout à "ré-investir" le mythe...alors que le film le sape en permanence. Mais...le sape t'il tant que ça? Ou plus exactement, quand un cinéaste de génie, qu'elle que soit l'histoire racontée, sait mettre en images la lumière du Wyoming...quand cette lumière, ce paysage, sont eux mêmes constitutifs du mythe...comment celui ci s'évanouira t'il jamais? Mine de rien, le débat devient là celui du "mystère" du western (du grand western): quoiqu'on sache, qu'on dise, dénonce, démontre de l'envers mythologique (le réel, sa mystification, le mensonge, le trivial, le banal, l'injuste, l'horrible...), quelque chose perdure...
Vous parliez de Wayne dans the Shootist...Remarquez que la légende de l'acteur, quand on l'observe d'un peu près, doit énormément à la décrépitude, au vieillissement...à l'humanité en un mot. Pas grand chose à voir avec le "man with no name" eastwoodien. On trouve ça chez Eastwood, mais chez le réalisateur et ailleurs que dans ses westerns...

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6492

Messagepar Longway » 13 août 2007 19:26

, quand un cinéaste de génie, qu'elle que soit l'histoire racontée, sait mettre en images la lumière du Wyoming...quand cette lumière, ce paysage, sont eux mêmes constitutifs du mythe...comment celui ci s'évanouira t'il jamais?


Musselshell, j'approuve, et ce que tu viens de dire me remémore un passage du film que j'intitulerais: une oasis dans le désert... Impitoyable.
Cette scène sur laquelle je vais revenir prouve l'expérience et la maturité du réalisateur Clint Eastwood.
Après le douloureux passage du saloon où Munny en ressort meurtri sous les coups bas que Little Bil lui a assèné gratuitement, ainsi que le plan intérieur de la cabane où il délire se croyant mort, succède alors ce qui est un des plus beaux moment du film, tout au moins le plus émouvant.
Seul avec la jeune prostitué tailladée au visage, Munny retrouve progressivement sa lucidité. Une belle histoire semble alors se dessiner entre ces deux êtres marqués à jamais par le néfaste destin de la vie.
La scène est bucolique à souhait, un paysage enneigé apparait, et alors une étonnante sensation de paix retrouvée s'en dégage. Succèdant au saloon malsain, lugubre, balloté par un orage incessant, et l'intérieur de la baraque sombre où Munny semble rendre l'âme, ce passage de toute beauté, signe de renaissance, est le bienvenue.
Ici le blanc est de mise, symbole de pureté, et Munny reprenant des forces prend alors conscience de la majesté du paysage, chose qui ne lui était jamais arrivé auparavant. Il renoue avec le serment qu'il a fait à sa femme décédée, renonçant à la passe gratuite que lui propose gentiment la jeune prostitué. Elle admire alors sa fidélité et lui demande si sa femme était resté dans le Kansas. Munny n'osant avouer son drame vécu répond simplement qu'elle gardait ses enfants.
Ce pur moment béatifique, sous un éclairage de couchant, où le sentimentalisme prend le dessus, est brusquement interrompu sans transition par la scène de l'assassinat du jeune cowboy. Malin le Clint, qui nous remet sans ménagement sur les rails de l'évidence inéluctable, ceci après nous avoir quelque peu bercé par un faux semblant d'idylle naissante.
Un grand coup d'assomoir, pour ne pas nous faire oublier que la violence, elle seule dirige le film, et que ce bref instant où l'amour aurait enfin pu s'enflammer, n'était en fait qu'un misérable feu de brindilles sèches.
Brutal retour à la dure réalité des choses ! Clint est fort !

Juh
Chasseur de primes
Messages : 765

Re: Impitoyable - Unforgiven - 1992 - Clint Eastwood

Messagepar Juh » 16 juil. 2009 7:13

Cela m'étonne qu'on ne parle pas de "baroque" pour ce film aux contrastes appuyés. Violence extrême, parlotes au coin du feu et puis violence et puis petite conversation. Le personnage de Gene Hackman met presque mal à l'aise tellement il est humain au mauvais sens du terme (encore les contrastes!) : attendrissant avec sa baraque mal faite, courageux face au danger, dévoué à sa mission mais cruel, sadique, raciste, misogyne et lâche (le meutre de Ned). Les scènes tranquilles de bivouac, la petite mélodie de guitare, Clint qui n'arrive plus à monter à cheval, Morgan Freeman, voilà qui suffit à mon bonheur dans ce film...

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2238
Localisation : depts 13 et 05

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar major dundee » 03 janv. 2016 19:28

Un petit mot sur "Impitoyable", je ne l'aime pas plus que ça ce film, quand on connait les autres westerns de Clint, et qu'on les aime, force est de constater que ce pauvre petit film, minimaliste et fauché, fait vraiment pale (rider) figure comparé à "Josey Wales" qui se paie le luxe d'etre non seulement un excellent western, mais aussi un grand film épique, un des meilleurs films sur la guerre de Sécession, et en plus un film plein d'humour et attachant...Impitoyable a été encensé par la critique à sa sortie, d'habitude les memes dénigraient le Western en général...

Image

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar musselshell » 03 janv. 2016 20:36

Complaisant et académique...dis-tu.
Oui...mas j' ajouterais, et ça change beaucoup, à mon avis tout, faussement complaisant et académique.
Eastwood joue sur l' attente du public, du grand public, et conçoit en partie le dynamitage des mythologies comme un jeu sur cette attente.
D' où la puissance...
Tiens, un plan, long...
Munny et le Kid sont au pieds d' un arbre décharné...le Kid avoue sa peur..Munny a le regard faussement dans le vide...la profondeur de champ laisse arriver la cavalière au loin...
C' est aussi le spectateur qui attend...et une tension qui monte en filmant l' espace en plan fixe et ce qui en vient.
L' instant, l ' échange et l' approche inéluctable de ce que l' on sait nous et qu' ils ignorent eux.
Le ciel se charge.
Dense et superbe.
Le mythe et son envers dans le même mouvement.
Modifié en dernier par musselshell le 03 janv. 2016 20:54, modifié 1 fois.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1302

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar HART » 05 janv. 2016 10:30

Musselshell , je ne voulais pas revenir sur " Impitoyable " , mais ... Je revois très bien la séquence que tu évoques , je ne me souviens pas trop du dialogue , je crois qu'on parle de peur et de responsabilité , mais les images sont effet marquantes , le ciel qui se couvre , le vent qui agite les arbres , les cheveux et le foulard de Munny , le Kid qui pleure sa bouteille à la main , la cavalière qui sort de la ville ....
C'est beau , très soigné , très travaillé , très ...démonstratif. Ce dernier adjectif me parait bien définir le film.
Le scénariste et le réalisateur insistent bien , ils nous disent : Attention , en piste sur le grand Huit de l'Ouest sordide et réaliste , vous allez voir ce que vous allez voir.
Je ne partage pas ton point de vue sur la réalisation qui va à l'encontre des attentes du spectateur , au contraire je trouve que tout est bien balisé dès le départ. Pas besoin d'être devin pour savoir Munny va finir par retrouver son habilité pour exterminer ses adversaires. Le héros tragique , qui plie sous le fardeau de son passé qui va d'abord être humilié avant de reprendre le dessus , on a vu ça combien de fois ? Sans vouloir pousser le bouchon , c'était même le fond de commerce du western italien.
Ici , c'est plus réaliste ? Non.
Plus intelligent , plus profond ? Non , on nous rappelle à plusieurs reprises le passé de tueur d'innocents de Munny , alors qu'une simple allusion aurait suffit. On assène au spectateur toutes les séquences nécessaire pour l'emmener là où on veut , on lui laisse le moins de recul possible.
Dans l'Ouest , seuls les méchants survivent et la loi du plus fort domine ? Oui , on le savait.
Une balle dans le ventre ça fait mal ? Oui , on le savait depuis " El Dorado " , où Hawks qui n'est pas le prototype du cinéaste subtil avait filmé une scène semblable avec plus de pudeur et autant d'efficacité.
Démonstratif disais-je , et j'ai envie d' ajouter ...roublard.
Je vais , moi aussi , te citer une scène de western : c'est un vieil homme , il agonise sous un chariot criblé de balles , c'est un scout de la cavalerie , on ne saura pratiquement rien de lui.Avant de mourir , il regarde le désert , le ciel ,il roule une dernière cigarette , c'est fini. Le mythe et son envers , Aldrich l'évoque en un seul plan , en filmant le visage d'un acteur , sans cavalière et sans ciel d'orage.
Tu admires la séquence d' Eastwood , OK , je respecte ça. Celle d'Aldrich me broie le coeur.
Ah , Mussel , tu m'as emmené plus loin que je ne le voulais. Je pense qu'il vaut mieux écrire sur ce que l'on aime plutôt que d'avoir une posture négative.Je suis un peu désolé d'avoir tagué ce monument qu'est "Impitoyable "( mais c'était un tout petit tag ) , j'espère que tu me pardonneras...

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar Jean-Louis » 05 janv. 2016 10:48

Hart, Musselshell, je mets où le bois ?

:sm43:

Avatar du membre
yves 120
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5717
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar yves 120 » 05 janv. 2016 11:55

" Tu le mets autour du feu " :) Jean-Louis , pour que l 'on ait bien chaud sur WM :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
pak
Harmonica
Messages : 3446
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar pak » 05 janv. 2016 12:47

Même si je suis en total désaccord avec l'avis de Hart sur Impitoyable, je ne me lancerai pas dans un démontage en règle des arguments avancés. Juste une petite remarque : si on devait ne plus tourner des situations au prétexte qu'on les sait pour les avoir vues avant dans d'autres films, on n'en tournerait plus beaucoup de films, et ce depuis longtemps...

:)


[ Posté depuis mon mobile ] Image
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

kiemavel
Chasseur de primes
Messages : 789

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar kiemavel » 05 janv. 2016 18:17

HART a écrit :...C'est beau , très soigné , très travaillé , très ...démonstratif. Ce dernier adjectif me parait bien définir le film.
Le scénariste et le réalisateur insistent bien , ils nous disent : Attention , en piste sur le grand Huit de l'Ouest sordide et réaliste , vous allez voir ce que vous allez voir.
Je ne partage pas ton point de vue sur la réalisation qui va à l'encontre des attentes du spectateur , au contraire je trouve que tout est bien balisé dès le départ. Pas besoin d'être devin pour savoir Munny va finir par retrouver son habilité pour exterminer ses adversaires. Le héros tragique , qui plie sous le fardeau de son passé qui va d'abord être humilié avant de reprendre le dessus , on a vu ça combien de fois ? Sans vouloir pousser le bouchon , c'était même le fond de commerce du western italien.
Ici , c'est plus réaliste ? Non.
Plus intelligent , plus profond ? Non , on nous rappelle à plusieurs reprises le passé de tueur d'innocents de Munny , alors qu'une simple allusion aurait suffit. On assène au spectateur toutes les séquences nécessaire pour l'emmener là où on veut , on lui laisse le moins de recul possible.
Dans l'Ouest , seuls les méchants survivent et la loi du plus fort domine ? Oui , on le savait.
Une balle dans le ventre ça fait mal ? Oui , on le savait depuis " El Dorado " , où Hawks qui n'est pas le prototype du cinéaste subtil avait filmé une scène semblable avec plus de pudeur et autant d'efficacité.
Démonstratif disais-je , et j'ai envie d' ajouter ...roublard.
Je vais , moi aussi , te citer une scène de western : c'est un vieil homme , il agonise sous un chariot criblé de balles , c'est un scout de la cavalerie , on ne saura pratiquement rien de lui.Avant de mourir , il regarde le désert , le ciel ,il roule une dernière cigarette , c'est fini. Le mythe et son envers , Aldrich l'évoque en un seul plan , en filmant le visage d'un acteur , sans cavalière et sans ciel d'orage.
Tu admires la séquence d' Eastwood , OK , je respecte ça. Celle d'Aldrich me broie le coeur.
Ah , Mussel , tu m'as emmené plus loin que je ne le voulais. Je pense qu'il vaut mieux écrire sur ce que l'on aime plutôt que d'avoir une posture négative.Je suis un peu désolé d'avoir tagué ce monument qu'est "Impitoyable "( mais c'était un tout petit tag ) , j'espère que tu me pardonneras...

Pareil que pak mais je suis moins lâche que lui (c'est pour rire, pak)…Je monte en marche…Que tu préfères la sobriété d'Aldrich pour montrer la fin digne d'un vieux scout parce que cette dignité et cette simplicité t'émeuvent ; OK. Je ne dirais même pas que ça se respecte comme tu le fais dans ta conclusion, je partage ton émotion. Cela dit, s'il s'agit de la fin de Lancaster, cette fin est bien moins dénuée de moyens dramatiques que ce que tu prétends mais passons…et surtout je ne comprends pas où tu vois, je cite : "Le mythe et son envers" ?... De mon coté, pour illustrer le contraste entre les moyens déployés et l'émotion engendrée, j'aurais bien mis le dénombrement du nom des victimes à l'issue d'une attaque d'indiens dans Convoi de femmes ; par exemple. Mais s'il s'agit de montrer l'agonie, si "El Dorado" c'est ta limite dans la représentation de la mort à l'écran, alors je comprends que tu ai pu trouver "Unforgiven" impudique et en trop : le sang répandu, les geignements, les dernières paroles du condamné…Les gars descendus dans les chiottes ? Parce que c'est bien ça -entre autres- ce rapprochement que tu opères entre réalisme et sordide. Car ce n'est pas la représentation de la mort qui me semble le plus dérangeant pour ceux qui n'aiment pas ce film mais bien -y compris dans la séquence au sujet de laquelle tu répondais à Musselshell- la façon dont Eastwood détourne l'initiation du jeune pistolero et le sordide de sa conclusion. C'est ça qui va trop loin pour toi/vous ?…Dans la séquence décrite par Musselshell -que tu qualifies de "démonstrative"- il y a plusieurs choses. D'une part, le commentaire de ce qui vient de se passer...et donc on anticipe au fur et à mesure de l'échange la fin de la carrière de "Billy le kid"…et d'autre part, effectivement un jeu avec les attentes du public qui sent bien que Munny pourrait se déchainer et redevenir le diable décrit par tous. Entre l'apport d'Eastwood sur un personnage vu et revu du genre (le jeune gunfighter), le dialogue absolument pas démonstratif sur la difficulté de tuer ; le jeu sur l'attente du spectateur, cad les deux anticipations/questionnements (le devenir du kid et l'attitude de Munny lorsqu'il va apprendre la mort de Ned…et donc l'attendu -ou pas- souhaité -ou pas- retour de Clint the destructor...) …il y a du "contenu". Alors oui, on peut dire que le metteur en scène ne perd pas de temps mais où sont les excès alors que la séquence me parait au contraire d'une très grande richesse surtout comparé aux moyens mis en oeuvre. C'est quoi le soucis ? les plans larges sur une nature sereine ? (Mallick s'aurait été au't chose. Munny aurait trouvé un nid avec des oisillons piaillants, ce qui aurait été joli en surimpression sur les images du kid :horse: ) . Ah Hart, toi aussi tu m'as emmené plus loin que prévu (enfin, on fait selon ses moyens). On a tous nos limites. La mienne (pour rester dans un des sujets), c'est Cris et chuchotements de Bergman (pas revu depuis mes 18 ans tant ce film m'a perturbé et profondément marqué….ou le trop démonstratif Mallick (souvent ; pas toujours)

Avatar du membre
yves 120
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5717
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar yves 120 » 05 janv. 2016 21:43

Mais quel régal quel délice ! Ah HART Kiemavel Musselshell vous aussi vous m 'emmenez plus loin que prévu , mais bon je vais rester sage pour ne pas m 'égarer :roll: car cela va assez loin " question limite " Cris et chuchotements " c 'est vrai que ça le faisait à l 'époque de Bergman mais bon " en fait il y a plus simple et plus lucide " à mon avis dans le " western " voilà vous ne citez que les metteurs en scène pour beaucoup d 'entre vous c 'est vrai que c 'est un peu plus maintenant qu 'auparavant en tant que (metteur en scène et aussi en tant qu ' acteur ) , alors on passe de Ford ( Bergman )" pas de western mais bon on en parle " Aldrich Eastwood etc... ! de là vous en faites toute une philosophie
approprier à la pensée où l 'état d 'esprit dans lequel vous vous trouvez selon là où les circonstances que vous avez envie d ' exprimer à ce moment ou ressenti pour tel où tel film sans vraiment transmettre au fond de vous même quelque chose d 'audacieux à mon sens en tant qu 'humain mais plus tôt en tant que social avec des symboliques imaginées le plus souvent par chacun selon sa vision c 'est un peu dommage me semble t 'il car quelques fois " voire " souvent c 'est en fait plus simple et paradoxalement plus profond ! ce qui revient à dire que tout metteur en scène ou acteur ainsi que le public chacun fait son cinéma :) le ressent et l 'exprime à sa façon .

Maintenant je trouve très agréable d 'en parler " surtout autour du feu " où l 'on peut se laisser aller à toute discussion et réflexion conviviale sur le cinéma et soi même :)

Quelque part Pak , n 'a pas tord mais bon ... ! :) en ce qui concerne si l 'on devait ...............! etc.............!

( Impitoyable ) est un bon film mais un peu " gros " par moment , je vois très bien bien ce que veux dire HART et je pense également la même chose mais je ne suis pas certain d 'avoir raison il faut que je le revoie :roll: car je me suis souvent rendu compte que selon mon état d 'esprit et les circonstances cela devient contradictoire chez moi :lol: :cool: :wink:
Modifié en dernier par yves 120 le 06 janv. 2016 9:03, modifié 1 fois.
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2553

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar musselshell » 06 janv. 2016 8:18

Je viens de lire tout çà...on se croirait autour de l' âtre. :sm32:
Sans rentrer plus avant dans une argumentation détaillée (" Vous le pouvez?" "oui" " il le peut!"....ah...Pierre Dac), je rajouterai, à l' emporte pièce mais ça fait rien (faut que j' aille bosser), que le film d' Eastwood, autrement puisque cinéastes et époques diffèrent, est l' une des plus denses réflexions sur la loi naturelle et la loi sociale, sur la violence inscrite dans la psyché collective américaine, sur la rumeur, la médiatisation, les apparences, les manipulations incontrôlées et incontrôlables... depuis The Man who shot qui vous savez.
Rien que ça?
Ben oui, msieur, plus d' autres choses encore...de la politique et de la poésie (âpre) par exemple, toujours comme dans l' Homme qui tua Machin Truc.
C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1302

Re: Les meilleurs westerns récents depuis ''Danse avec les loups'' 1990 ?

Messagepar HART » 06 janv. 2016 8:47

" Une réflexion sur les manipulations incontrôlées et incontrôlables " , oui Musselshell , voilà un débat qui me plait ...
Quand tu seras rentré du boulot ?



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité