Hombre - 1967 - Martin Ritt

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Emma_Peel
Caporal
Messages : 812
Localisation : I left my heart... in the west !
Contact :

Hombre - 1967 - Martin Ritt

Messagepar Emma_Peel » 18 oct. 2006 16:21

Hombre

Western américain de Martin Ritt (1967)
Avec Paul Newman, Barbara Rush, Diane Cilento, Richard Boone, Fredric March
Durée : 111'


Août 1884
Une diligence de la compagnie Hatch & Dodge fait route de Sweetmary vers Contention. Le chemin de fer ayant définitivement supplanté la diligence, ceci est son tout dernier voyage. A son bord se trouve John Russell (Paul Newman) un Blanc surnommé "Hombre" qui fut, enfant, enlevé et élevé par les Apaches jusqu'à ses 12 ans. Jessie (Diane Cilento), l'ex-gérante d'un hôtel dont Russell venait de faire l'acquisition par héritage, l'accompagne. Alex Favor (Fredric March), docteur délégué à la réserve indienne de San Carlos, et sa jeune épouse Audra (Barbara Rush) sont également du voyage, ainsi qu'une jeune fille de 18 ans récemment libéré d'une tribu Apache, un employé de la compagnie et un chef de bande.

D'un rythme très lent et poursuivant la tendance du western de la fin des années 60 (qui marquera également son déclin), Hombre s'attache plus à ses personnages qu'à l'action. L'intrigue est réduite à sa plus simple expression : le voyage en diligence et les rapports de force qui s'établiront entre les différents membres du petit groupe. Au fur et à mesure des discussions, les masques tomberont, révélant les desseins de chacun et les premiers dialogues laisseront peu à peu place au silence et à l'intensité des regards échangés.
S'il y a conflit, il s'agit plus ici d'un conflit de "moralité", opposant la morale des Blancs à celle des Apaches, cette dernière personnalisée par "Hombre", épicentre de l'aventure.
"Hombre", admirablement campé par Paul Newman, est misanthrope, indifférent au sort de ses semblables (mais quels sont-ils ?), très peu diplomate et sans pitié. Ses silences rythment le voyage et le film, et sa sécheresse de caractère (véritable miroir du désert dans lequel il évolue depuis toujours) s'oppose à l'altruisme et à la générosité du personnage de Jessie réduite, elle, à une certaine naïveté.

Si le roman de Elmore Leonard dont est inspiré le long métrage de Ritt se voulait être un violent réquisitoire anti-raciste, le film lui, met face à face cette société généreuse mais hypocrite, lâche et timorée dont est issue Jessie et le monde plus primitif de Russell où l'on connaît le prix de la vie et où l'on ne s'attendrit jamais sur l'inévitable.
Et c'est avec émotion, paisiblement guidé par le sublime thème musical de David Rose, que l'on découvrira le personnage dissimulé derrière l'indifférence de John Russell, derrière ses silences immobiles et ses méditations funestes…

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 3002
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 20 oct. 2006 18:22

Never see it... I'll be back !
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2546

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar musselshell » 20 oct. 2006 19:06

Emma_Peel a écrit :Hombre

Western américain de Martin Ritt (1967)
Avec Paul Newman, Barbara Rush, Diane Cilento, Richard Boone, Fredric March
Durée : 111'


Août 1884
Une diligence de la compagnie Hatch & Dodge fait route de Sweetmary vers Contention. Le chemin de fer ayant définitivement supplanté la diligence, ceci est son tout dernier voyage. A son bord se trouve John Russell (Paul Newman) un Blanc surnommé "Hombre" qui fut, enfant, enlevé et élevé par les Apaches jusqu'à ses 12 ans. Jessie (Diane Cilento), l'ex-gérante d'un hôtel dont Russell venait de faire l'acquisition par héritage, l'accompagne. Alex Favor (Fredric March), docteur délégué à la réserve indienne de San Carlos, et sa jeune épouse Audra (Barbara Rush) sont également du voyage, ainsi qu'une jeune fille de 18 ans récemment libéré d'une tribu Apache, un employé de la compagnie et un chef de bande.

D'un rythme très lent et poursuivant la tendance du western de la fin des années 60 (qui marquera également son déclin), Hombre s'attache plus à ses personnages qu'à l'action. L'intrigue est réduite à sa plus simple expression : le voyage en diligence et les rapports de force qui s'établiront entre les différents membres du petit groupe. Au fur et à mesure des discussions, les masques tomberont, révélant les desseins de chacun et les premiers dialogues laisseront peu à peu place au silence et à l'intensité des regards échangés.
S'il y a conflit, il s'agit plus ici d'un conflit de "moralité", opposant la morale des Blancs à celle des Apaches, cette dernière personnalisée par "Hombre", épicentre de l'aventure.
"Hombre", admirablement campé par Paul Newman, est misanthrope, indifférent au sort de ses semblables (mais quels sont-ils ?), très peu diplomate et sans pitié. Ses silences rythment le voyage et le film, et sa sécheresse de caractère (véritable miroir du désert dans lequel il évolue depuis toujours) s'oppose à l'altruisme et à la générosité du personnage de Jessie réduite, elle, à une certaine naïveté.

Si le roman de Elmore Leonard dont est inspiré le long métrage de Ritt se voulait être un violent réquisitoire anti-raciste, le film lui, met face à face cette société généreuse mais hypocrite, lâche et timorée dont est issue Jessie et le monde plus primitif de Russell où l'on connaît le prix de la vie et où l'on ne s'attendrit jamais sur l'inévitable.
Et c'est avec émotion, paisiblement guidé par le sublime thème musical de David Rose, que l'on découvrira le personnage dissimulé derrière l'indifférence de John Russell, derrière ses silences immobiles et ses méditations funestes…


Analyse que je partage, Miss...Hombre est l'un des premiers westerns que j'ai vu sur grand écran, en 1966, à neuf ans...Le film m'a suffisamment marqué par sa noirceur, plus précisément ses portraits sans concessions aucune au sentimentalisme pour que j'y revienne souvent...Russell se suicide littéralement à la fin du film, comme si le "blanc" en lui ne pouvait mourir que comme ça, dans un semblant d'altruisme qui lui échappe à lui même, ou serait-ce l'Indien qui ne voit que le combat encore possible? mais alors absurde? ...et Richard Boone n'y comprendra rien non plus...Russell cède finalement à la pression des autres, mais il semble céder de son plein gré, dupe de rien...Il fait le choix, met en mouvement l'inéluctable plutôt que laisser celui-ci se charger des destins.

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7553
Localisation : nord-est

Messagepar Jicarilla » 20 oct. 2006 20:02

:applaudis_6:HELLO MISS HOMBRE
Un très bon exposé avec un petit souligné sur la musique de DAVID ROSE que l'on à tendense à oublé un peu sur le forum. Bande musicale très importante dans le western.

SO LONG HOMBRE :horse:
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
Emma_Peel
Caporal
Messages : 812
Localisation : I left my heart... in the west !
Contact :

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar Emma_Peel » 21 oct. 2006 5:49

musselshell a écrit :Russell cède finalement à la pression des autres, mais il semble céder de son plein gré, dupe de rien...Il fait le choix, met en mouvement l'inéluctable plutôt que laisser celui-ci se charger des destins.


C'est exactement cela. Il admet que c'est sans issu. Un constat extrèmement noir sur la condition humaine.

tietie007
Cavalier masqué
Messages : 163
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar tietie007 » 17 févr. 2007 14:08

Emma_Peel a écrit :
musselshell a écrit :Russell cède finalement à la pression des autres, mais il semble céder de son plein gré, dupe de rien...Il fait le choix, met en mouvement l'inéluctable plutôt que laisser celui-ci se charger des destins.


C'est exactement cela. Il admet que c'est sans issu. Un constat extrèmement noir sur la condition humaine.


Très beau western, avec un Paul Newman hiératique et désabusé. Ce huis-clôs dans une diligence me rappelle Stagecoach, de John Ford. Un western peu connu et qui mériterait de l'être !
En prime, un très beau générique !

Old Shatterhand
Forgeron
Messages : 62

Messagepar Old Shatterhand » 20 févr. 2007 22:45

Effectivement, il conviendrait de lui faire un peu de pub car "Hombre" est un excellent film. Newman est d'une maîtrise impressionnante : Froid, sûr de lui, seul au monde.

tietie007
Cavalier masqué
Messages : 163
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar tietie007 » 28 sept. 2008 14:52

Je profite du décès du célèbre Paul pour lui rendre un hommage, sur un de mes blogs :

http://tietieculture.blogspot.com/2008/09/paul-newman-sen-est-all.html

avec un QUIZZ sur sa carrière cinématographique, en fin d'article.

Avatar du membre
agniece
Cavalier solitaire
Messages : 143

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar agniece » 28 sept. 2008 16:48

tietie007 a écrit :Je profite du décès du célèbre Paul pour lui rendre un hommage, sur un de mes blogs :

http://tietieculture.blogspot.com/2008/09/paul-newman-sen-est-all.html

avec un QUIZZ sur sa carrière cinématographique, en fin d'article.


C'était un formidable acteur les amigos , on peut applaudir son arrivée parmis les grands la haut :applaudis_6:

agniece

Avatar du membre
Personne
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 10119
Localisation : Lone Pine, CA

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar Personne » 28 sept. 2008 18:36

28/30 au quizz de tietie.
Image

Avatar du membre
Trinita
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1382
Localisation : Sur un hamac

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar Trinita » 28 sept. 2008 21:02

21/30 pour moi.
"celui qui a inventé les spaghettis c'est pas la moitié d'un con !!!!" Trigado dans Far West Story

Avatar du membre
Reznik
Epicier
Messages : 43

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar Reznik » 26 févr. 2009 13:34

Hombre est un western vraiment honorable, tant sur la forme (scope beau et intelligemment utilisé en terme de psychologie et de topographie, acteurs tous bons) que sur le fond car Ritt traite son sujet avec rigueur, sans céder ni au sentimentalisme ni au nihilisme. Il s'agit là d'un classique, à n'en pas douter.
Mais Hombre a un problème, un seul mais d'importance, il est lent, lent jusqu'à parfois m'ennuyer. Et l'ennui est une chose assez impitoyable au cinéma, qui s'impose à vous, déteint sur toute notre perception de l'œuvre et face à laquelle on ne peut malheureusement pas grand chose. :|
Bref s'il ne compte pas parmi mes préférés, ça un western tout à fait recommandable qui a presque tout d'un chef d'oeuvre du genre.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24126
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 févr. 2009 14:22

un peu d'illustrations : affiches et photos : icongc1
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
(http://www.toutlecine.com/tag/00000070-western.html)
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Jicarilla
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7553
Localisation : nord-est

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar Jicarilla » 26 févr. 2009 19:13

:horse: Un supplément CAHILL :beer1:
Image
PARTI VERS D'AUTRES ESPACES Image

http://western-mood.blogspot.fr/

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24126
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Hombre - Hombre - Martin Ritt - 1967

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 févr. 2009 21:11

merci Jicarilla...vive le travail d'équipe :D :beer1:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 8 invités