Vos "infidélités" au western...

Attention aux débordements!
L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5118
Enregistré le : 16 avr. 2008 11:45
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par L.. »

Image

Six remarquables et splendides copies : L'oiseau au plumage de cristal, Le chat à 9 queues, Profondo Rosso (Les frissons de l'angoisse), Ténèbres, Phenomena, Opéra.

-Je n'ai pas lu le livre d' accompagnement, les Bonus sont des entretiens avec des cinéastes d' intérêt variable, le documentaire de Thoret sur Argento , Soupirs dans un corridor lointain est aussi disponible en Bonus.
Avatar du membre
HART
Marshall
Marshall
Messages : 2403
Enregistré le : 01 févr. 2009 10:44

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par HART »

Oui , le coffret Argento est une merveille.
Un regret cependant , pour les amateurs l'absence de la version anglaise ne permet pas d'entendre les voix des acteurs anglo-saxons jouant dans ces films et il y en a beaucoup. Maintenant , si on a , en plus , l'édition Arrow de ces films , ce n'est plus un problème.
Bon , c'est régulièrement le problème avec les sorties de films italiens , mais ici , en effet , la beauté des copies compense un peu cet inconvénient.
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2912
Enregistré le : 08 janv. 2006 16:08

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par musselshell »

JoDel a écrit :J’ai embarqué avec John Ford pour ce ‘The Long voyage home’, pour une traversée entre les États Unis et l’Angleterre en pleine Seconde Guerre Mondiale. On retrouve avec ce film un thème cher au réalisateur avec ces hommes qui ont choisi de quitter leurs racines et de vivre sans attache mais qui paradoxalement forment un groupe, une communauté, une famille dont les membres ne peuvent pas vivre les uns sans les autres et sont prêts à tout les uns pour les autres. Entre les joies, les beuveries et leurs danses endiablées, la solidarité ou parfois le revers de médaille de l’enfermement avec les démons intérieurs de chacun ou la psychose collective qui peut s’installer surtout par ces temps troublés, j’ai suivi avec le plus grand plaisir les péripéties de cet équipage au sein duquel on retrouve les fidèles de la première heure comme Jack Pennick ou Harry Tenbrook, les frères Barry Fitzgerald et Arthur Shield, ainsi que les grandes figures de l’univers Fordien avec John Wayne ou Ward Bond et un Thomas Mitchell en grande forme. Bien sur on retrouvera la musique chère au réalisateur avec déjà l’indémodable Danny Borzage à l’accordéon ou John Qualen qui joue d’une sorte de clarinette (je n’y connais rien).
La scène d’introduction est juste magique, où l’on découvre un a un ces membres en pleine contemplation mélancolique du lointain, sans un seul dialogue durant plusieurs minutes, bercés uniquement par le bruit des vagues.
A la fois dépaysant, drôle, triste, ce voyage mérite d’être découvert ou redécouvert.
La magie du Maître opère… encore une fois !


Image
Image
Image
Image
Image
John Qualen joue l'air de Garyowen...à la flûte.Image

Envoyé de mon ONEPLUS A6013 en utilisant Tapatalk


C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.
Avatar du membre
JoDel
Trappeur
Trappeur
Messages : 3026
Enregistré le : 04 sept. 2021 13:33

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par JoDel »

Ah merci! Je me doutais bien que ce ne serait pas le bon instrument (qui ne se tient pas du tout pareil en plus! J'ai regardé à posteriori). J'aime bien cet air on l'entend souvent...

J'ai enchainé avec Le Mouchard (1935).
Un film très pessimiste, centré essentiellement sur le personnage de Gypo Nolan et la performance de Victor McLaglen. C'est un film qui ne laisse pas indifférent, l'acteur arrivant à composer un personnage à la fois touchant et détestable, amusant et pathétique.
En Irlande dans les années 20 : Gypo, ruiné, donne son ami Frankie (Wallace Ford) à la police Britannique, recherché pour son appartenance à l'IRA, afin de toucher la prime et se sortir, lui et la femme qu'il aime, de la misère. Mais Gypo est un peu simplet, et influençable, et il finira par en dépenser une bonne partie en faisant la tournée des bars, embringué par Terry (J.M. Kerrigan). Flambeur mais généreux, il fera profiter de son éphémère richesse une partie de la population, qui comme lui ne mange pas à sa faim. Mais ce comportement fera peser sur lui les soupçons des autres membres de l'IRA, dont le meneur Dan Gallagher (Preston Foster) entretien une liaison avec la sœur de Frankie.
Il y a pas mal de sujets abordés au sein de ce film, le contexte historique, la trahison de Gypo envers son meilleur ami, son témoignage qui charge un type qui n'a rien à voir dans l'histoire (Donald Meek), mais qui est malade, la culpabilité de son geste, son amour pour Katie, son côté dépensier mais sa générosité envers une femme qui n'a pas assez d'argent pour regagner son foyer, les causes de son geste, sa simplicité d'esprit mais surtout la précarité dans laquelle il vit qui paradoxalement vient du fait qu'il a lui même été 'rejeté' par l'organisation, la rancœur de certains, le pardon d'autres. Et bien sur un final très noir, dont je connaissais l'issue, mais qui reste très 'sec' dans son traitement.
Un film donc, qui m'a laissé un certain goût amer dans la bouche, tant il est tout sauf réjouissant, certains personnages étant vraiment visuellement très inquiétants...
Les acteurs sont excellents, on sent parfois un petit côté théâtral mais j'imagine que cela vient de l'époque, et ça ne me déplait pas.
On retrouvera également Joe Sawyer en homme de main froid, Francis Ford en Juge, Harry Tenbrook en portier d'un établissement pour les âmes en mal d'amour et Sam Harris qui fait aussi vieux en 1935 que dans les années 60 (moi je pense qu'il n'est pas totalement humain)..

Prochaine étape : Le désert...


Image
Image
Image
Image

L'aveugle fait vraiment peur...

Image
C est comme ce gars que j ai connu à El Paso, un jour il s'est jeté dans les cactus après s'être mis tout nu, je lui ai demandé moi aussi pourquoi... Il m'a dit qu'à ce moment là, l'idée l avait tenté

S. McQueen, Les Sept Mercenaires
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2912
Enregistré le : 08 janv. 2006 16:08

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par musselshell »

Le Mouchard est pour moi le meilleur film 'expressionniste' de John Ford.

Si les personnages sont inquiétants, cela vient du jeu des acteurs, évidemment, mais tout autant de la façon dont Ford cuisine là à sa propre sauce ce qui avait pu l'impressionner chez des cinéastes comme Murnau ou Lang en Europe...

Quand il sera tenté plus tard de revenir à cette influence, il ne retrouvera pas la puissance d'évocation du Mouchard.

Dans Dieu est mort, par exemple, inspiré de Graham Greene, qui avait été épaté par le film de 1935, mais qui devenait presque gratuitement formaliste là où le Mouchard avait été poignant.

Rien à voir: pour en revenir à Garyowen dans the Long Voyage, n' oublions pas que ce traditionnel Irlandais était aussi l'air de marche officiel du Septième régiment de cavalerie de qui on sait...


Envoyé de mon ONEPLUS A6013 en utilisant Tapatalk


C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.
Avatar du membre
JoDel
Trappeur
Trappeur
Messages : 3026
Enregistré le : 04 sept. 2021 13:33

Re: Vos

Message par JoDel »

musselshell a écrit : 24 janv. 2023 19:23 Rien à voirImage: pour en revenir à Garyowen dans the Long Voyage, n' oublions pas que ce traditionnel Irlandais était aussi l'air de marche officiel du Septième régiment de cavalerie de qui on sait...
Ah tu m'a donné la réponse avant que je n'ai posé la question, il me semblait qu'à l origine cet air venait d Irlande mais quand j'ai regardé rapidement sur le net je n'y voyait que le nom de Custer.

Oui je suis d'accord avec toi, les acteurs sont assez fabuleux, mais la mise en scène a quelque chose de très particulier. Je ne suis pas calé en 'courants' donc l expressionisme ne m'évoque pas grand chose (je ferais mes devoirs). Cette noirceur tout au long du film... C'est ça que j'ai essayé de traduire par 'un goût amer', c'est assez particulier comme sensation, une sorte de moiteur, j'en suis sorti comme si un truc collait sur moi, comme si j'étais moi aussi resté trop longtemps dans ce brouillard épais qu'on voit dans le film, duquel surgissent certains personnages comme l aveugle justement. Puis presque inquiet, a force de suivre Gypo qui peu a peu devient parano, interprétant les paroles, se retournant comme s'il était suivi.

En plus de l'aveugle j'ai trouvé Francis Ford aussi très particulier, pour une fois qu'il n'est pas juste le pochard de service, avec sa longue barbe, tout de noir vêtu, un personnage quasi biblique qui m'a fait pensé a l inquisition (je ne sais pas pourquoi, je connais assez mal cette partie de l histoire en plus), un Bernardo Gui Fordien.

C'est ça que j'aime chez Ford, je n'en sort jamais indemne, je cogite pendant plusieurs jours après, et j'ai toujours l'impression que beaucoup d éléments m'échappent, alors que paradoxalement j'ai l'impression, illusoire, d'en avoir saisi plein !
C est comme ce gars que j ai connu à El Paso, un jour il s'est jeté dans les cactus après s'être mis tout nu, je lui ai demandé moi aussi pourquoi... Il m'a dit qu'à ce moment là, l'idée l avait tenté

S. McQueen, Les Sept Mercenaires
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2912
Enregistré le : 08 janv. 2006 16:08

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par musselshell »

Je crois, suis même sûr, que tu en saisis pas mal, en tout cas l'essentiel.


Envoyé de mon ONEPLUS A6013 en utilisant Tapatalk

C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.
Avatar du membre
LordDécadent
Sorcier
Sorcier
Messages : 6989
Enregistré le : 24 févr. 2020 13:56
Localisation : près de Vernon(Eure)

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par LordDécadent »

Image
Image
L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5118
Enregistré le : 16 avr. 2008 11:45
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par L.. »

Image
Avec une intéressante participation de Christophe Gans.

Image
Montage italien ou USA au choix, j'ai regardé l'italien -en vf- Ecrase l'ancien DVD Sans Frontières.

(Editions sans livret.)
Avatar du membre
pak
Harmonica
Messages : 5038
Enregistré le : 10 nov. 2012 16:30
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par pak »

LordDécadent a écrit : 25 janv. 2023 18:22 Image
Image

Gros souvenirs pour ma part car tourné en grande partie dans la ville où j'ai vécu et grandi de 5 à 25 ans. Cette photo est l'une de ces scènes, montrant l'un des endroits que je connais bien puisque j'y habitais...

Dewaere est dans le terrain vague dans lequel à l'époque on commençait à aménager le lac artificiel de Créteil bien connu des Val-de-Marnais. L'endroit est l'extrémité du lac qui restera longtemps en friche avant qu'on y construise un nouveau quartier avec le prolongement de la ligne 8. Un terrain où mon parrain faisait volait (et détruisait systématiquement) ses modèles réduits d'avions et d'hélicos.

Les fenêtres du collège qu'on voit à droite est celui où j'ai fait tout mon secondaire...

Et comme le film est très bon, j'aime y retrouver des endroits où j'ai gambadé et joué, complètement transformés pour une bonne partie.


Autre film montrant le quartier de Créteil que j'ai habité, alors en transition car pas tout à fait terminé mais commençant à se peupler, le Mont-Mesly, Du mou dans la gâchette, comédie franchouillarde avec Bernard Blier, Jean Lefebvre, Francis Blanche et Michel Serrault, mais là on change carrément de catégorie, cinématographiquement parlant ! :sm57:
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014
Avatar du membre
JoDel
Trappeur
Trappeur
Messages : 3026
Enregistré le : 04 sept. 2021 13:33

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par JoDel »

Dernière infidélité Fordienne : The Lost Patrol.

Normalement c’est le genre de film que je me met quand je n’arrive pas à dormir, un scénario simple où un groupe de personne se retrouve face à un danger et dont les membres vont se faire tuer un par un jusqu’à la fin.
C’est à nouveau Victor McLaglen qui tient le rôle principal de ce film de guerre, en Sergent qui se retrouve le plus haut gradé après que l’officier se soit fait tuer, malheureusement sans transmettre les ordres, ce qui fait que la patrouille ne sait ni où elle se trouve, ni même où elle doit aller, d’où le titre.
Il manque au film, selon moi, une bonne demi heure supplémentaire pour permettre au spectateur de s’intéresser et de s’attacher réellement aux personnages, qui meurent quand même assez vite.
McLaglen a bien sur le rôle le plus étoffé, personnage énigmatique dont on ne sait rien, même pas le nom, et qui se livre peu à peu au cours du film. Deux séquences poignantes, la première avec la jeune recrue et la dimension paternaliste du Sergent qui tente de le rassurer, en étant à la fois strict mais protecteur, puis plus tard quand il confie avoir un fils, la prunelle de ses yeux, avec une histoire assez tragique qui reste pour moi l’une des meilleures scènes du film.
Les personnages secondaires sont malheureusement eux, assez peu développés, malgré des noms aussi célèbres que Wallace Ford ou Alan Hale, piliers des seconds rôles du cinéma.
C’est ce qui est assez dommage car on voit un peu les réactions des différents membres acculés dans cette oasis où il se font tirer comme des lapins, réagissant chacun différemment : peur, désir de vengeance, psychose… Et j'en aurais aimé davantage.
La réaction de Morelli (Wallace Ford) est plutôt intéressante car il n’a pas peur de mourir mais d’être l’ultime survivant, car seul, il craint de sombrer dans la folie.
Et en parlant de folie impossible de ne pas parler de Boris Karloff qui est tout simplement habité par son personnage de prêcheur illuminé. Je connais très peu l’acteur (En Chef Indien dans Unconquered mais c’est tout) et je dois dire que j’ai été subjugué par son interprétation. Je comprends pourquoi il est l’un des grands noms du film d’épouvante car il est naturellement plutôt effrayant comme type.
Un bon moment donc mais j’avoue qu’il ma manqué un peu de profondeur supplémentaire et d’écriture dans les personnages pour placer cette patrouille perdue au sein de mon panthéon Fordien.


Image
Image
Image
C est comme ce gars que j ai connu à El Paso, un jour il s'est jeté dans les cactus après s'être mis tout nu, je lui ai demandé moi aussi pourquoi... Il m'a dit qu'à ce moment là, l'idée l avait tenté

S. McQueen, Les Sept Mercenaires
Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2912
Enregistré le : 08 janv. 2006 16:08

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par musselshell »

Encore un bon petite bafouille Jodel, tu résumes bien avec ton propre ressenti ce que beaucoup ( dont moi, mais bon...) voient en ce film: une bonne idée, quasi fondatrice de tas de choses à venir ( même si le film s'inspire aussi d'un film Soviétique antérieur de Mickael Romm en plus du roman anglais) , mais avec ce goût d'inachevé qui vient essentiellement d'un manque d'approfondissement des personnages, peut- être aussi conséquence de l'exercice, comme si la mise en scène ne laissait pas assez paraître l'empathie du réalisateur pour ses protagonistes , tant comme individus qu'en tant que collectivité ...et les grands films de Ford sont tous des films qui sont aussi une déclaration d'amour ...ou de tendresse, à l'égard des humains, forts ou faibles, forts et faibles, au coeur de leur sujet.

Beaucoup voient en ce film un ' failed masterwork ', un chef d'oeuvre raté, si ça peut signifier quelque chose...

Envoyé de mon ONEPLUS A6013 en utilisant Tapatalk


C'est beaucoup trop 255 caractères. Je renonce à apposer une signature.
Ah...c'est la limite haute...
Je renonce quand même. Je sais pas quoi dire, de toutes façons.
Avatar du membre
JoDel
Trappeur
Trappeur
Messages : 3026
Enregistré le : 04 sept. 2021 13:33

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par JoDel »

C'est exactement ce que j'ai ressenti, on ne sent pas son affection qu'il peut avoir pour ses personnages habituellement, sauf pour le Sergent, et pas du tout pour le groupe en tant que tel. Je me suis demandé si au montage on avait raccourci le film, le personnage d Alan Hale est inexistant, c'est je crois la première fois que je trouve qu'un personnage ne 'sert a rien', dans le sens n'apporte rien ni dans l histoire ni comme sentiment, comme émotion.
Initialement les personnages étaient bien trouvés, j'ai trouvé de bonnes idées de départ, mais... Comme un puzzle où on aurait enlevé des pièces.
Par contre on retrouve encore une fois 'Quincannon' et le 'Caporal Bell', à chaques fois je me dis que ça ne peut pas être une coïncidence, pas aussi souvent dans son univers, j'imagine que ce sont deux noms qui ont eu leur importance dans sa vie, vu le bonhomme je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Mais je n'ai jamais rien trouvé en ce sens, c'est donc purement une intuition de ma part, même plutôt une conviction, mais qui restera certainement un mystère !
:beer1:
C est comme ce gars que j ai connu à El Paso, un jour il s'est jeté dans les cactus après s'être mis tout nu, je lui ai demandé moi aussi pourquoi... Il m'a dit qu'à ce moment là, l'idée l avait tenté

S. McQueen, Les Sept Mercenaires
L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5118
Enregistré le : 16 avr. 2008 11:45
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par L.. »

Image

Absent du coffret Argento de chez Camelia, mais toujours disponible chez Wild Side dans un beau transfert ( restauration 2007).
L..
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5118
Enregistré le : 16 avr. 2008 11:45
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Message par L.. »

Image
Wild Side, toujours disponible.

Image
Nouveau transfert en 4K, à paraître chez Carlotta en mai.

Image
Une jolie édition.
Répondre

Retourner vers « Hors-sujet »