Le Moment de tuer - Il Momento di uccidere / Django - Ein sarg voll blut - 1967 - Giuliano Carnimeo

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2994
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Le Moment de tuer - Il Momento di uccidere / Django - Ein sarg voll blut - 1967 - Giuliano Carnimeo

Messagepar Sartana » 10 nov. 2006 18:46

Il momento di uccidere, avec George Hilton, Walter Barnes et Horst Frank. Film d’Anthony Ascott (aka Giuliano Carnimeo), 1967. Italie/RFA

Le réalisateur : Ais-je encore besoin de présenter Giuliano Carnimeo ? Oui, car c’est un réalisateur à part du western italien en ce qu’il y a apporté un style propre et un univers particulier. Il règne dans ses films un humour noir et une ironie permanente, soutenue par des scénarii bien souvent originaux aux vues de ce qui se faisait au même moment en matière de westerns en Italie. Nous lui devons des films tels que On m’appelle Alléluia, On l’appelle Cimetière, 3 films avec Sartana en personnage principal (et non, ça ne fait pas de moi quelqu’un qui a du parti pris… Enfin si, un peu, d’accord) ou les Tresette.
PETIT APARTÉ : Je précise aux américanistes qu’il ne faut pas se fier aux titres et que ces films sont bons pour la plupart. Imaginez que Le train sifflera trois fois se soit appelé : Quand les colts fument… on l’appelle Will Kane. Cela en aurait-il fait un mauvais film pour autant ?... ;)

Les acteurs : George Hilton tient ici son cinquième rôle principal dans un western. Acteur fétiche de Carnimeo, on le retrouvera dans Django arrive… préparez vos cercueils !, Alléluia et le retour d’Alléluia, ou Tresette et le retour de Tresette. En ce qui concerne Walter Barnes jouait une enflure dans Colorado de Sollima, mais on a pu le voir aussi dans Trois salopards… une poignée d’or, déjà aux côtés de George Hilton. Enfin, Horst Frank, un habitué des rôles de vilains et de sadiques (Django, prépare ton cercueil ou Le grand duel) trouve le ton juste pour son personnage… un rien impulsif…

Scénario : Lord et Burt sont à la recherche du juge Parker qui connaît l’emplacement d’un trésor qui devait servir aux confédérés à reformer une armée. Or, le juge a disparu. À peine commencent-ils à enquêter qu’ils se heurtent au propriétaire de la région, Forrester.

Le sujet du film porte sans aucun doute la marque de ses auteurs : Enzo G. Castellari et Tito Carpi. Tout est réuni afin que l’on ne puisse douter qu’ils sont à l’origine de ce western pas comme les autres. Trahisons, révélations, rebondissements et action, sont au rendez-vous et en nombre ce qui apporte un grand divertissement (et que l’on ne voit pas le temps passer).
George Hilton et Walter Barnes en professionnels de la gâchette en imposent (bien que Barnes force le trait et ait souvent comme une lueur Bud Spencerienne dans les yeux), et Horst Frank en ordure, c’est comme Cris Huerta qui se marre : irrésistible !

Anthony Ascott n’est pas en reste et nous régale de ses plans très originaux qui participent à la vocation divertissante et surprenante du film. Les morts (qui ici ne se comptent pas !) sont chorégraphiées et toujours originales : on ne flingue pas pour flinguer, on met en scène la mort afin que l’hécatombe de cadavres ne lasse pas le spectateur. Bref, un Carnimeo en grande forme, malgré sa technique du zoom parfois un peu trop présente.

Le fidèle de Castellari Francesco de Masi a répondu présent et signe une musique très country, surtout la chanson du générique « Walk by my side », et lyrique notamment dans les moments d’extrême tension du film… La photographie de Stelvio Massi (encore un habitué d'Ascott) est remarquable tant sur les plans d’Almeria que lors de scènes magistrales comme le règlement de comptes dans le saloir au milieu de flaques et d’abreuvoirs remplis de sang ou des séquences nocturnes.

Pour finir ludiquement, sachez qu’en regardant ce film, on peut reconnaître des éléments de décor d’autres westerns comme le pressoir d’Et la mort était au rendez-vous, l’hacienda de Je vais, je tire et je reviens, bref… Amusez-vous !

J’ai trouvé ce western totalement par hasard, et je ne m’en plains pas : j’ai été conquis ! À dénicher !

8,5/10
Image
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2940
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 10 nov. 2006 20:55

:sm12:
B.

Avatar du membre
tepepa
Marshall
Marshall
Messages : 2184
Contact :

Messagepar tepepa » 10 nov. 2006 21:15

Ouah, ça a l'air bien chouette!

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2940
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 17 nov. 2006 22:43

Vu... non, savouré... non, mieux : dégusté ce soir. D'accord à 100% avec l'ami Sartana. Exactement le genre d'ambiance et de texture qui me plaît dans le spaghetti. Une intrigue bien troussée, une action rondement menée, des personnages bien dessinés -- Sartana a raison de noter que Walter Barnes évoque Bud Spencer, mais je vais plus loin : le duo Hilton/Barnes fonctionne comme le duo Hill/Spencer dans les films de Colizzi --, un petit brin de sadisme de temps en temps, et la présence quasi obligatoire de décors familiers (Sartana les a énumérés) et de trognes idem (ici, Pietro Ceccarelli).
Détail marrant : le personnage de Horst Frank est un fils à papa cruel et impulsif, et la VF lui colle une voix juvénile à souhait -- de quoi surprendre quand on a été marqué par Les Tontons flingueurs :mrgreen:
B.

Avatar du membre
Daniel
Marshall
Marshall
Messages : 2096

Très belle affiche

Messagepar Daniel » 17 nov. 2006 23:14

Je dois avouer Sartana que tes commentaires sont toujours savoureux et très intéressants.

En ce qui touche l'aspect de l'affiche... je suis intrigué par l'heure... 10h 10 :? Fait-il référence à un duel important ou à quelque chose d'autre ?

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2994
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Re: Très belle affiche

Messagepar Sartana » 18 nov. 2006 9:01

Merci Daniel :D
En ce qui concerne l'horloge, il n'y a absolument aucun rapport avec l'histoire, c'était sûrement pour faire croire à l'existence d'un duel à la train sifflera trois fois, et bien figure-toi qu'il n'y a aucun duel à la Leone dans ce film (du moins dans mon souvenir). Beaucoup de fusillades et pas ou peu de duel.
Bien vu, quand même ;)
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 759

Messagepar Fredge » 18 nov. 2006 10:07

Bravo pour la chronique, Sartana!

Comment peut-on se le procurer? Je ne le trouve pas chez Xploited

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 18 nov. 2006 10:47

Excellente critique qui me donnerait envie de le voir si un jour je tombe dessus par hasard ! :D

J'aimerais bien qu'un jour nos spécialistes se mettent d'accord sur une liste de western spaghettis originaux (je ne parle pas seulement des grands classiques qu'il faudrait certes nommer, mais à part parce qu'on commence à les connaître un peu), afin qu'on puisse vraiment se faire une idée. Quitte à ouvrir un débat entre vous et à en tirer un récapitulatif de quelques films.
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 759

Messagepar Fredge » 18 nov. 2006 10:53

Je me sens à l'aise pour en parler.
On ouvre le débat quand on veut. :)

Avatar du membre
Sartana
Shérif
Messages : 2994
Localisation : Dans la vallée des vautours
Contact :

Messagepar Sartana » 18 nov. 2006 11:06

De même... :P
"Il suffit de franchir les limites de la violence individuelle qui est criminelle,
pour atteindre la violence de masse qui... qui fait l'histoire..." Brad Fletcher dans Le dernier face à face
Personne a écrit :Sartana, tu as un coeur de pierre!

Avatar du membre
musselshell
Castor éclopé
Messages : 2564

Messagepar musselshell » 18 nov. 2006 12:04

Moi, je ne savais même pas qu'il y en avait tant, des westerns spaghettis (bon, si, je m'en doutais un peu, mais quand même: les Sartana, Breccio, Pepepa (je me suis encore gourré :oops: ), Fredge...nous en foutent plein la vue. Au point ou les autres, appelons ça les Manniens pour aller vite, ou les Peckinpahiens, ou les Fordo-hawkso-hustonnio-daveso-boetticherio-pollackio-eastwoodio-walshiens - enfin vous voyez... ne réagissent plus, sciés à la base, abasourdis, incapables qu'ils sont de revenir aux fondamentaux...comme le Quinze, c'est à craindre, ce soir.
Voili voilou. :beer1:

Avatar du membre
Breccio
Marshall
Marshall
Messages : 2940
Localisation : Gone

Messagepar Breccio » 18 nov. 2006 12:20

C'est vrai qu'il faudrait faire le point un de ces jours...
Une petite vingtaine de chefs-d'oeuvre (les Leone, Corbucci -- surtout Le Grand Silence, mais les autres ont leurs partisans --, Sollima), plus des réussites isolées ou des ovnis -- Blindman, Django porte sa croix, pas mal d'autres, chacun a ses préférés -- dus à des artisans parfois inspirés -- Baldi, Castellari, Carnimeo...
Des registres différents : le mélo (Les Pistoleros de l'Ave Maria), l'aventure un poil cynique (ce Moment de tuer), le comique, du subtil à la farce...
Une perspective historique/sociologique, le SW comme émanation d'une culture latine, parfois révolutionnaire et anti-américaine (El Chuncho...).
Dommage que le Giré soit épuisé et difficilement trouvable, sinon je te le recommanderais sans réserve.
B.

Avatar du membre
Fredge
Chasseur de primes
Messages : 759

Messagepar Fredge » 18 nov. 2006 12:51

Et puis l'inclassable "Matalo", le très subtil "Tuez les morts, priez les vivants", le limite gore "Cut throats nine"...

Fredge

Avatar du membre
akpstyl
As de la gâchette
Messages : 523

Messagepar akpstyl » 19 nov. 2006 15:50

Et on peut se le trouver ou "le moment de tuer" ?
Image

Carcasse
Shérif
Messages : 2500
Localisation : Boulogne 92

Messagepar Carcasse » 19 nov. 2006 19:25

Voila des questions qu'il faudra résoudre également ! :P
Cuacuacocomekiki ? (Averell Dalton)


Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : pak et 4 invités