Lawman (1958-1962)

Le forum réservé au petit écran
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6953
Localisation : Albuquerque
Contact :

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar Cole Armin » 05 déc. 2015 21:38

L'intégrale de la série est désormais parue aux Etats-Unis dans la collection Warner Archive mais sans sous-titre :

Image
Image
Image
Image
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15453
Localisation : Canada
Contact :

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar metek » 16 avr. 2016 20:30

Peter Brown - 'Lawman'

Image

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23381
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 26 avr. 2017 17:50

metek a écrit :John Russell, Peter Brown - Lawman (1958)

Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3153
Localisation : Apache Junction

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar Winchester73 » 26 avr. 2017 19:06

Terrible : des couleurs non naturelles !
Image

Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6953
Localisation : Albuquerque
Contact :

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar Cole Armin » 15 août 2018 22:06

Postées par metek par ailleurs :

metek a écrit :Peter Brown - Lawman (1959)

Image



metek a écrit :John Russell, Peter Brown - Lawman (1959) - Metek09-Artwork-Production (2018)

Image
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7114

Re: Lawman (1958-1962)

Messagepar DEMERVAL » 13 janv. 2019 19:07

“The Lawman came with the sun,
There was a job to be done,
And so they sent for the badge
And the gun of the Lawman.
And as he silently rode,
Where evil violently flowed
They knew he’d live or he’d die
By the code of the Lawman.
A man who rides all alone,
And all that he’ll ever own
is just a badge and gun
And he’s known as the Lawman.”
(Written by Jay Livingston and Mack David.)

L’équipe télévisée qui maintint la loi et l’ordre à Laramie, Wyoming, dans les années 1870, fut constituée de l’ex marine à la mâchoire de granit, John Russell, 1m93, dans le rôle du marshal Dan Troop et son adjoint, Peter Brown dans le rôle de Johnny McKay, un appui compétent pour le taciturne marshal John Russell.
En ayant apparemment pris pour modèle un supérieur hiérarchique de John Russell dans les Marines, ce dernier dans le rôle de Dan Troop, personnifia la loi et l’ordre dans sa forme la plus pure…rude, mortellement sérieuse, intelligente et dédiée. Il pouvait aussi être têtu et inflexible en face du devoir, devenant l’homme de loi le plus confiant de la télévision. En l’interprétant de manière stricte dès le début, John Russell rendit le personnage crédible.
En contrepoint, le Peter Brown de Johnny McKay était respectueux, discipliné et brave, bien que parfois anxieux et impétueux.
Au moment de choisir le casting, le producteur exécuti de Warner Bros., Bill Orr affirma, “Nous aimions John. Nous l’avons testé et conservé son style. Il n’avait aucun vestige de quoi que ce soit mais un dévouement au devoir, à la franchise et il ne parlait pas pour rien dire, très monosyllabique.” En contrepoint, Orr décrivit Peter Brown comme étant “Un peu plus léger, il n’était pas marrant mais il avait un peu plus à faire ou à dire dans le sens d’un personnage plus léger.”
ABC, bien que déjà très bien pourvu en westerns de Warner Bros., crut en “Lawman” et ajouta la série de 30 minutes à son créneau horaire du dimanche soir de 20h30 à 21h00 à cpmoter du 5 octobre 1958.
Le concept de “Lawman” fut remis à Jules Schermer, un producteur vétéran de westerns qui fit de “Lawman” “un western bien-pensant.” Bill Orr dit, “Schermer aimait le dialogue peu abondant…les scènes peu fournies. Il fut un bon choix pour produire ‘Lawman’.”
Bien que Warners pompait les séries western et policières comme des saucisses dans un abattoir, “Lawman” fut habituellement plusieurs niveaux au-dessus de la plupart des séries western pour adultes. Les histoires étaient assez variées pour soutenir l’intérêt pendant quatre saisons et 156 épisodes. Dans une interview donnée à TV Guide, John Russell répondit à une question portant sur la différence qu’avait “Lawman” par rapport aux autres séries western télévisées en avançant que la série était un “pur Western” qui utilisait “des armes standards plutôt que des cannes à tête d’or ou des fusils trafiqués. L’histoire commence au point A, continue tout droit vers le point B et prend soigneusement fin au point C sans complications exigeantes.” Peter Brown explique la chose plus simplement. “La seule chose qui rend ‘Lawman’ différente des autres séries western c’est la manière dont nous l’avons faite.” Russell dit aussi, “Troop est un homme faisant un boulot aux dépens de tout autre chose. Il ne fait pas de lui-même un gagnant ou un spirituel, ou fait tout pour que les gens l’apprécient. Les histoires que nous avons relatées dans ‘Lawman’ concernent des gens sous contrainte. Les hommes sous contrainte font des choses désespérées. Nous avons essayé de jouer dans ce sens.”
Faisant face à des programmations erratiques, des budgets de grippe-sou et une myriade de scénaristes et de réalisateurs qui n’avaient jamais le temps ou l’argent qu’ils avaient dans d’autres studios, les deux stars, avec le producteur Jules Schermer, furent les constantes qui maintinrent la haute qualité de la série et la consistance des personnages. Jules Schermer se plaignit que les réalisateurs retenus par une production casse-cou n’avaient souvent pas le temps de prendre en compte les subtilités du script dont la description des personnages. Apparemment, Russell et Brown comprirent tous deux la position de Schermer: “Le succès du drame TV dépend de l’établissement d’un ton particulier. Un épisode télévisé est à la base seulement un incident construit par la description des personnages. Si un réalisateur interprète faussement les personnages…l’effet tout entier du téléfilm est détruit.” Russell et Brown maintinrent cette forte interprétation des personnages, développant une relation croissante entre Troop et McKay.
Au niveau des autres acteurs réguliers de la série, Dan Sheridan fut Jake le tenancier de bar pendant que Bek Nelson dans le rôle de Dru Lemp fut vaguement offerte comme petite amie de Peter Brown lors de la première saison. Cette idée ne menant nulle part, bien que les producteurs dénièrent avoir emprunté cette idée à “Gunsmoke”, au début de la seconde saison, la brûlante Peggie Castle fut ajoutée à la série dans le rôle de Lily Merrill, la propriétaire du saloon du Bird Cage. Le marshal Troop, bien que manifestement attiré par Lily, demeura (comme le marshal Dillon) prudent dans sa relation avec Lily qui dirigeait son saloon avec ordre sans aucune place pour les cowboys agités. Un excellent choix, Peggie Castle amena beaucoup à la série qui atteignit la 16ème place dans l’échelle de Nielsen durant la seconde saison.
Questionné en 1998 lors du Festival du Film de Charlotte sur ses meilleurs souvenirs de “Lawman”, Peter Brown répondit, “John Russell, John Russell, John Russell. Il était aussi bon qu’on le pensait.” Lors du Festival du Film de Knoxville, Peter décrivit comment Russell le prit sous son aile et lui enseigna comment jouer devant une caméra. Dans un TV Guide de 1960 Peter affirma, “John est méthodique, pour peu dire. Je suis content qu’il est. Son intégrité a fait le succès de la série. Quand nous commencions, il s’asseyait près de moi et disait, ‘Regarde, on est ensemble dans la série. Je ne sais pas comment tu te sens mais je pense entre nous que nous pouvons faire la meilleure série télévisée du pays.’ Je dis, ‘Je suis avec toi.’ C’est pourquoi que vous ne voyez jamais l’un de nous dégainer un révolver que nous n’avons pas l’intention d’utiliser, prendre des risques inconsidérés comme des héros hypocrites, ou mettre en scène des bagarres aux poings nus interminables. J’ai appris plus de John Russell que d’aucun autre acteur avec qui j’ai travaillé. Il était très discipliné. Sa personnification de Dan Troop fut la meilleure qui fut jamais faite. En tant qu’homme de loi westernien, il fut le meilleur choix. Peggie Castle était un amour. Elle décéda très jeune ; j’ai beaucoup aimé sa compagnie sur le plateau.”
Pour les deux premières de ses quatre saisons, “Lawman” était programmé après “Maverick” les dimanches soir et était suivi d’abord par “Colt .45” et plus tard “The Rebel”. Le premier adversaire de la série durant ses quatre saisons fut la populaire série de CBS, “Ed Sullivan.” (“Lawman” était diffusé durant la dernière demi-heure du Ed.) NBC, jamais un grand rival durant les deux premières saisons avec “Steve Allen”, “Pete Kelly’s Blues” et autres émissions, rebondit durant la troisième saison (1960-1961) grâce à “Car 54, Where Are You” suivi par “Bonanza” en couleurs. De plus, ABC mit fin à leur terrifique nuit de tous les westerns en ajoutant “Follow the Sun” et “Bus Stop” à leur programmation. En avril de la quatrième saison (qui commença le 17 septembre 1961) avec les westerns en perte de vitesse, ABC remplaça “Lawman” à 20h30 par un film et programma “Lawman” à 22h30, créneau mortel pour la série qui finalement fit sa dernière chevauchée le 24 juin 1962. Des rediffusions continuèrent jusqu’en octobre 1962.



Retourner vers « Séries Télévisées »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité