Frank SINATRA (1915-1998)

Biographies et fiches d'acteurs, réalisateurs, ...
Liste des biographies
Règles du forum
:arrow: Liste des biographies


1 acteur ou réalisateur par topic
Merci de formater le titre de cette façon : Prénom Nom
(pas de titres totalement en majuscule)
DEMERVAL
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7275

Frank SINATRA (1915-1998)

Messagepar DEMERVAL » 15 sept. 2016 15:38

Frank Sinatra naquit le 12 décembre 1915 à Hoboken, New Jersey. Il était le seul enfant de Natalina Garaventa et Antonino Martino Sinatra, des immigrants italiens et il fut élevé dans la religion catholique. d’immigrants italiens, Natalina Garaventa et Antonino Martino Sinatra. Dans son livre, Try and Stop Me (à la page 218), l’éditeur et écrivain américain Bennett Cerf dit que le père de Sinatra était un boxeur poids léger qui combattit sous le nom de Marty O'Brien et servit dans le service local des sapeurs-pompiers comme capitaine. Sa mère, surnommée Dolly, était influente dans le voisinage et dans les cercles locaux du parti Démocrate, mais dirigea aussi une clinique illégale abortive qui effectuait les interruptions de grossesse gratuitement en son domicile; elle fut arrêtée à plusieurs reprises et condamnée à deux reprises pour cette activité illégale. Durant la Grande Dépression, Dolly pourvut néanmoins son fils en argent de poche pour ses sorties avec les copains et ses dépenses vestimentaires.
Frank Sinatra quitta le lycée sans avoir obtenu son baccalauréat, n’ayant fréquenté ledit établissement scolaire que 47 jours avant d’être renvoyé pour mauvaise conduite. En 1938, Sinatra fut arrêté pour adultère et pour séduction, une offense criminelle à l’époque. Pour son gagne-pain, il travailla comme garçon de course pour le journal Jersey Observer et plus tard comme poseur de rivets aux chantiers navaux de Tietjen and Lang, mais la musique était le premier centre d’intérêt de Frank et il écoutait soigneusement les grandes formations de jazz. Il commença à chanter pour des pourboires à l’âge de 8 ans, se tenant sur les bars des boîtes de nuit d’ Hoboken. Frank Sinatra commençà à chanter professionnellement alors qu’il était adolescent dans les années 1930, bien qu’il ait étudié la musique à l’oreille et ne sut jamais l’écrire.
Frank Sinatra fit sa première percée en 1935 quand sa mère persuada les membres d’un groupe local, The Three Flashes, de bien vouloir l’accepter parmi eux. Avec Sinatra, le groupe fut connu sous le nom, the Hoboken Four, et ils impressionnèrent suffisamment Edward Bowes. Après être apparu dans son show, Major Bowes Amateur Hour, ils recueillirent 40 000 votes et remportèrent le premier prix – un contrat de six mois pour se produire sur les planches et dans les radios à travers les Etats-Unis.
Frank Sinatra quitta les Hoboken Four et retourna chez lui à la fin de 1935. Sa mère lui trouva un boulot de serveur-chantant au Rustic Cabin d’Englewood Cliffs, New Jersey, pour lequel il fut rémunéré 15 dollars la semaine.
Le 18 mars 1939, Frank Sinatra effectua un enregistrement d’une chanson intitulée "Our Love", avec le Frank Mane Band. Le disque comporte la signature de "Frank Sinatra" sur la pochette. Le leader du Band conserva l’enregistrement original par sécurité pendant près de 60 ans. En juin de la même année, Harry James loua les services de Frank Sinatra pour un contrat d’un an pour 75 dollars la semaine. Ce fut avec le Harry James band que Sinatra sortit son premier disque commercial "From the Bottom of My Heart" en juillet 1939– chez US Brunswick No. 8443 et UK Columbia #DB2150. En septembre 1940, Sinatra, après s’être produit avec Tommy Dorsey à l’Old Orchard Beach Pier, surprit les habitués des boîtes de nuit de Portland, Maine, en apparaissant au Morocco Lounge. "C’était bien avant qu’il ne devienne célèbre."
Moins de 8,000 exemplaires de "From the Bottom of My Heart" (Brunswick No. 8443) furent vendus, ce qui en fait aujourd’hui une rareté pour les collectionneurs du monde entier. Sinatra délivra dix tracks commerciaux avec Harry James tout au long de l’année 1939, dont "All or Nothing At All" qui n’enregistra que peu de ventes à sa sortie mais fut vendu à des millions d’exemplaires quand il ressortit sous l’égide de Columbia au sommet de la popularité de Sinatra quelques années plus tard.
En novembre 1939, lors d’une rencontre à la Palmer House de Chicago, Sinatra fut encouragé par le bandleader Tommy Dorsey à rejoindre sa formation en remplacement de Jack Leonard (le vocaliste, à ne pas confondre avec le comédien Jack E. Leonard), qui venait de quitter le groupe pour se consacrer à une carrière en solo. Cette rencontre fut le tournant de sa carrière. En signant avec l’orchestre de Tommy Dorsey, l’une des formations les plus chaudes de l’époque, il augmenta considérablement sa visibilité avec le public américain. Bien que Sinatra était encore sous contrat avec Harry James, ce dernier reconnut l’opportunité que lui offrait Tommy Dorsey et libéra gracieusement Sinatra de son contrat. Sinatra fut reconnaissant de sa dette à Harry James tout au long de sa vie et en apprenant sa mort en 1983, affirma : "C’est celui [James] qui rendit tout cela possible."
Le 26 janvier 1940, Sinatra fit sa première apparition publique avec l’orchestre de Tommy Dorsey au Coronado Theater de Rockford, Illinois. Durant sa première année avec Dorsey, Sinatra enregistra plus de 40 chansons dont "I'll Never Smile Again" qui fut n° 1 au hit-parade pendant 12 semaines à compter de la mi-juillet.
La relation de Sinatra avec Tommy Dorsey fut agitée, à cause de leur contrat qui accordait à Dorsey un tiers des gains de Sinatra durant toute sa carrière dans l’industrie du divertissement. En janvier 1942, Sinatra enregistra ses premières sessions en solo sans l’orchestre de Dorsey (mais avec l’arrangeur de Dorsey, Axel Stordahl et avec l’approbation de Dorsey). Ces sessions furent commercialement publiées sous le label Bluebird. Le 3 septembre 1942, Tommy Dorsey fit un affectueux adieu à Sinatra, le remplaçant par le chanteur Dick Haymes. Mais un incident commença à laisser sous-entendre les liens de Sinatra avec la Mafia. Une assertion apparut dans les journaux de Hearst laissant entendre que le truand et Parrain de Sinatra, Willie Moretti avait contraint Dorsey à libérer Sinatra de son contrat pour quelques milliers de dollars. Cette histoire fut reprise dans le livre et le film Le parrain. Selon la biographie de Nancy Sinatra, les rumeurs avancées par Hearst auraient débuté à cause de l’appartenance de Frank au parti Démocrate. En fait, le contrat fut racheté par le créateur du label MCA, Jules C. Stein pour 75,000 dollars.
En mai 1941, Sinatra était le meilleur chanteur des enquêtes d’opinion des magasines Billboard et Down Beat. L’attrait qu’il exerça sur les Bobby-Soxers, comme étaient surnommées les adolescentes de l’époque, révéla une totale nouvelle audience pour la musique populaire, qui, pour l’instant, avait été réservée aux adultes.
Le 30 décembre 1942, Frank Sinatra fit une "première légendaire" au Paramount Theater de New York. Jack Benny dira plus tard, "J’ai cru que l’édifice tout entier allait nous ensevelir. Je n’ai jamais entendu un tel raff... Tout cela pour un gars dont je n’avais jamais entendu parler." Quand Sinatra revint au Paramount en octobre 1944, 35,000 fans causèrent quasiment une émeute en dehors de la salle de spectacle car ils ne pouvaient pas y accéder.
Durant la grève des musiciens de 1942 à 1944, la Columbia republia la version de "All or Nothing at All" avec Harry James et Frank Sinatra (musique d’Arthur Altman et paroles de Jack Lawrence), enregistrée initialement en août 1939 avant que Sinatra soit célèbre. La version originale ne mentionnait même pas le nom du chanteur. Quand l’enregistrement fut republié en 1943 avec l’affichage du nom éminent de Sinatra, le disque apparut sur la liste des meilleures ventes de disques pendant 18 semaines et atteignit la deuxième place le 2 juin 1943.
Sinatra signa avec Columbia le 1er juin 1943, en tant qu’artiste solo et il recueillit initialement un grand succès, particulièrement durant la grève des musiciens de 1942 à 1944. Bien qu’aucun disque ne fut édité durant la grève, il se produisit à la radio (sur Your Hit Parade) et sur scène. Columbia désirait des nouveaux enregistrements de sa star en devenir le plus vite possible, aussi Sinatra les convainquit de louer les services d’Alec Wilder comme arrangeur et chef d’orchestre pour plusieurs sessions avec un groupe vocal appelé les Bobby Tucker Singers. Ces premières sessions eurent lieu le 7 juin, le 22 juin, le 5 août et le 10 novembre 1943. Sur les neuf chansons enregistrées durant ces sessions, sept apparurent sur la liste des meilleures ventes.
Sinatra ne servit pas durant la seconde guerre mondiale. Le 11 décembre 1943, il fut classé 4-F par le conseil de révision ("Candidat non apte pour le service militaire") à cause d’un tympan perforé. De plus, un rapport du FBI sur Sinatra, publié en 1998, révéla que les docteurs avait aussi écrit qu’il était "un névrotique" et "un matériel non acceptable du point de vue psychiatrique." Cela fut omis dans le rapport du conseil de révision pour prévenir "des plaisanteries indues sur le conseil de révision et le candidat." Les militaires en campagne, comme le journaliste William Manchester, dit de Sinatra, "Je pense que Frank Sinatra était l’homme le plus détesté de la seconde guerre mondiale, beaucoup plus qu’Hitler lui-même", parce que Sinatra était de retour chez lui, amassant tout cet argent et étant montré entouré de toutes ces belles femmes. Son exemption resurgira toute sa vie et lui causa des griefs contre lesquels il dut toujours se défendre. Il y eut des accusations, dont celles du chroniqueur renommé Walter Winchell, laissant entendre que Sinatra avait payé 40 000 dollars pour achetre son exemption $40,000 to avoid the service – mais le FBI ne trouva pas de preuves de ces accusations.
Dans son livre "Over Here, Over There" co-écrit avec Bill Gilbert, Maxene Andrews se rappela que, lorsque Sinatra divertissait les troupes durant ses tournées outremer dans le cadre de l’USO, le comédien Phil Silvers observait, "Je devine qu’ils ont juste fait la fête, où quelque chose comme cela. Sinatra demanda son propre avion. Mais Bing [Crosby] dit, 'Ne demande rien. Va juste sur place et chante de tout ton coeur.' Nous fîmes ainsi. Sinatra travailla fréquemment avec les très populaires Andrews Sisters, aussi bien à la radio durant les années 1940, apparaissant tous deux en guest star dans leurs shows réciproques, ainsi que dans de nombreux spectacles enregistrés pour les troupes via le Armed Forces Radio Service (AFRS). Il apparut en guest star spéciale dans un rare épisode pilote des Andrew Sisters pour la série Eight-to-the-Bar Ranch à la fin de 1944 et revint pour un autre épisode dans lequel il fit de la figuration quelques mois plus tard, alors que le trio était invité à son tour dans la série Songs by Sinatra, et ce pour le grand plaisir d’une audience remplie de Bobby-Soxers hurlantes. Patty, Maxene et LaVerne firent aussi équipe avec Frankie quand elles apparurent à trois reprises dans l’émission télévisée de Sinatra au début des années 1950. Maxene dit une fois à Joe Franklin durant une interview en 1979 sur la radio WWOR-AM que Sinatra était "un homme bizarre," ayant la capacité d’être indifférent vis à vis d’elle à cette époque.
En 1945, Sinatra fut la co-star avec Gene Kelly de Anchors Aweigh. La même année, il fut prêté à RKO pour jouer dans un court film intitulé, The House I Live In. Réalisé par Mervyn LeRoy, ce film dont le sujet était l’intolérance et l’égalité raciale remporta un Oscar spécial partagé entre Sinatra et tous ceux qui portèrent le film à l’écran et un Golden Globe spécial pour "sa Promotion de la bonne volonté ". 1946 vit la sortie de son premier album, The Voice of Frank Sinatra, et le début de sa propre émission radio hebdomadaire. A la fin de 1948, Sinatra sentit que sa carrière déclinait, chose qui fut confirmée quand il descendit à la quatrième place du sondage annuel de Down Beat (derrière Billy Eckstine, Frankie Laine, et Bing Crosby).
L’année 1949 consacra un soubresaut suite à sa prestation à côté de Gene Kelly dans Match d’amour. Le film fut bien reçu par les critiques et fut un succès commercial majeur. La même année, Sinatra fut associé à Gene Kelly pour la troisième fois dans Un jour à New Yrok. Ayant débuté ses activités en septembre 1949, l’agence publicitaire BBD&O produisit une série radio avec Sinatra pour son client Lucky Strike, série intitulée "Light Up Time" – quelques 176 épisodes de 15 minutes avec Frank et Dorothy Kirsten chantant – série qui perdura jusque mai 1950.
Après deux ans d’absence, Sinatra revint devant le public le 12 janvier 1950 à Hartford, Connecticut. Sa voix souffrait et il connut une hémorragie des cordes vocales sur la scène du Copacabana, le 26 avril 1950. Sa carrière et l’attrait qu’il suscitait aux adolescentes déclina alors qu’il atteignait ses 35 ans.
En septembre 1951, Frank Sinatra fit ses débuts à Las Vegas au Desert Inn et il devint une figure éminente de la scène de Las Vegas tout au long des années 1950 et 1960. Un mois plus tard, la seconde saison de The Frank Sinatra Show commença sur CBS Television. Finalement, Sinatra ne connut pas le succès qu’il escomptait à la télévision.
Des gens comme son ami crooner Perry Como exsudèrent le genre de sympathie confortable qui rendit bien sur le petit écran. Sinatra, de son côté, porjetait une arrogance hirsute incompatible avec le type de personnes que l’Amérique moyenne invitait chez elle chaque semaine.
Ses derniers enregistrements pour Columbia eurent lieu à New York en septembre 1952, "Why Try To Change Me Now", avec un orchestre arrangé et conduit par Percy Faith. Columbia et MCA le laissèrent tomber en 1952.
La renaissance de la carrière de Sinatra commença avec le drame se déroulant à la veille de Pearl Harbor, à savoir Tant qu’il y aura des hommes (1953), pour lequel il reçut l’Oscar du meilleur second rôle. Ce rôle et sa performance marquèrent un revirement de sa carrière: après plusieurs années de critiques et de déclin commercial, de devenir un acteur oscarisé l’aida à regagner sa position de top artiste du monde.
En 1953, Sinatra fut la vedette du programme radio de la NBC, Rocky Fortune. Son personnage, Rocco Fortunato (alias Rocky Fortune) était un travailleur intérimaire pour la Gridley Employment Agency qui tombait dans la résolution de crimes via les petits boulots auxquels il était confronté. La série fut diffusée sur NBC radio les mardis soir d’octobre 1953 à mars 1954, juste après la diffusion sur le petit écran de la série policière Dragnet. Durant les derniers mois de la série, juste avant la cérémonie des oscars de 1954, un gag récurrent circula dans lequel Sinatra parvenait à prononcer la phrase "tant qu’il y aura des hommes" dans chaque épisode, une référence à sa performance oscarisée.
Egalement en 1953, Sinatra signa avec Capitol Records, où il travailla avec les arrangeurs musicaux les plus fins de l’époque, et notamment Nelson Riddle, Gordon Jenkins et Billy May. Avec une série d’albums dans lesquels figurait un matériel musical émotionnellement plus sombre, Sinatra se réinventa, notamment dans In the Wee Small Hours (1955) – le premier microsillon de Sinatra et sa seconde collaboration avec Nelson Riddle – Where Are You? (1957) son premier album en stéréo, avec Gordon Jenkins et Frank Sinatra Sings for Only the Lonely (1958). Il incorpora aussi une personnalité plus tendance et "swingante" dans quelques-unes de ses musiques, comme on l’entend dans Swing Easy! (1954), Songs for Swingin' Lovers! (1956) et Come Fly With Me (1957).
A la fin de l’année, Billboard avait nommé "Young at Heart" chanson de l’année (le générique du film de 1954 avec Doris Day); Swing Easy! avec Nelson Riddle aux commandes (son second album pour Capitol), fut élu Album de l’Année; et Sinatra fut élu "Meilleur Chanteur" par Billboard, Down Beat et Metronome.
Une troisième collaboration avec Nelson Riddle, délivrée en mars 1956, Songs for Swingin' Lovers! fut un succès critique et financier, dans lequel figurait un enregistrement de "I've Got You Under My Skin".
Frank Sinatra Sings for Only the Lonely, un morne recueil de chansons de saloon introspectives et de ballades teintées de blues, fut édité en septembre 1958, et se révéla être un immense succès commercial, restant 120 semaines dans les hit-parades atteignant même la première place. Des extraits de ce LP, tels que "Angel Eyes" et "One for My Baby” et “One More for the Road)", devaient rester des bases des concerts de Sinatra tout au long de sa vie.
Tout au long de la fin des années 1950, Sinatra critiqua régulièrement le rock and roll, faisant une réaction cutanée contre les rythmes et les attitudes qu’il trouvait étrangers. En 1958, il le fustigea comme étant "chanté, joué et écrit pour la plupart du temps par des crétins. Il parvient à être la musique martiale de chacun des délinquants à favoris de la face de la terre."
En 1959 son tube, "High Hopes" resta dans les 100 premiers du hit-parade pendant 17 semaines, plus que tout autre succès de Sinatra auparavant et fut une chanson récurrente pendant des années dans Captain Kangaroo.
Sinatra débuta les années 1960 comme il avait fini les années 1950. Son premier album de la décennie, Nice 'n' Easy, atteignit les sommets des hit-parades et fut unanimement applaudi. Sinatra devint mécontent des services rendus par Capitol et décida de créer son propre label, Reprise Records. Son premier album sous son label, Ring-a-Ding-Ding! (1961), fut un succès majeur, culminant à la 4ème place des charts américains et à la 8ème place au Royaume Uni.
En 1965, il fut la vedette dans ce qui est considéré comme son meilleur film, L’Express du colonel Von Ryan. Sa quatrième et dernière émission spéciale sur Timex TV fut diffusée en mars 1960 et fit un très bon taux d’audience. Intitulé It's Nice to Go Travelling, l’émission est plus connue sous le nom de Welcome Home Elvis. L’apparition d’Elvis Presley après son service militaire en Allemagne fut en quelque sorte ironique; Sinatra avait été cinglant à son sujet au milieu des années 1950, disant notamment : "sa sorte de musique est déplorable, une odeur rance aphrodisiaque. Cela engendre des réactions presque totalement négatives et destructives auprès des jeunes personnes." Presley avait répondu: "... [Sinatra] est un grand chanteur et un fin acteur, mais je pense qu’il n’aurait pas dû dire cela...[rock and roll] est une tendance, juste la m^me à laquelle il fit face quand il démarra des années plus tôt." Plus tard, dans un effort pour maintenir sa viabilité commerciale, Sinatra enregistra un tube de Presley, "Love Me Tender" ainsi que des oeuvres de Paul Simon ("Mrs. Robinson"), des Beatles ("Something", "Yesterday"), et de Joni Mitchell ("Both Sides, Now").
Juste après le film Can Can suivit L’inconnu de Las Vegas, le film qui fut la première prestation à l’écran du "Rat Pack," un groupe d’artistes de variétés mené par Sinatra qui travaillèrent ensemble sur des bases informelles sur le grand écran et dans les spectacles de casinos comprenant Dean Martin, Sammy Davis, Jr., Peter Lawford et Joey Bishop. Parmi les films suivants figurèrent Les 3 Sergents et Les sept voleurs de Chicago, bien que la liste des acteurs varia légèrement au gré des humeurs de Sinatra; il remplaça Sammy Davis, Jr. par Steve McQueen dans La proie des vautours et Peter Lawford par Bing Crosby dans Les sept voleurs de Chicago.
Depuis sa jeunesse, Sinatra afficha sa sympathie pour les Afro-Américains et travailla toute sa vie publiquement et en privé pour les aider à acquérir des droits équivalents. Il joua un rôle majeur dans la déségrégation des hôtels et des casinos du Nevada durant les années 1960. Le 27 janvier 1961, Sinatra fit un gala au Carnegie Hall au profit de Martin Luther King, Jr. et amena ses camarades du Rat Pack et du label Reprise à boycotter les hôtels et les casinos qui refusaient l’accès aux artistes noirs. Il prit souvent la parole de la scène pour appeler à la déségrégation et contuna à se produire régulièrement au profit du Dr. King et de son mouvement. Selon son fils, Frank Sinatra, Jr., Martin Luther King était assis dans l’audience pleurant toutes les larmes de son corps lors du concert donné en 1963 quand Sinatra entonna Ol' Man River, une chanson de la comédie musicale Show Boat qui est chantée par les dockers Afro-Américains.
En 1962, il fut la vedette avec Janet Leigh et Laurence Harvey du thriller politique, Un crime dans la tête, y interprétant le personnage de Bennett Marco. La même année, Sinatra et Count Basie collaborèrent pour l’album Sinatra-Basie. Ce succès populaire et commercial les encouragea à remettre ça deux ans plus tard pour It Might as Well Be Swing, qui fut arrangé par Quincy Jones. L’un des albums les plus ambitieux de Sinatra du milieu des années 1960, The Concert Sinatra avec un orchestre symphonique de 73 musiciens dirigé par Nelson Riddle, fut enregistré sur un film avec l’utilisation de multiples synchoniseurs.
Le premier album live de Sinatra, Sinatra at the Sands, fut enregistré en janvier et février 1966 au Sands Hotel and Casino de Las Vegas.
En juin 1965, Sinatra, Sammy Davis, Jr., et Dean Martin se produisirent en direct à St. Louis au profit de la Dismas House. Le concert du Rat Pack fut diffusé par satellite dans de nombreux cinémas à travers les Etats-Unis. En août 1965, l’album de l’année ayant remporté un Grammy Award, September of My Years, fut diffusé avec le single "It Was a Very Good Year", qui remporta le Grammy Award de la meilleure performance masculine en 1966. Une anthologie de sa carrière, A Man and His Music, suivit en novembre, tout en devenant l’Album de l’année aux Grammys de 1966. L’émission spéciale, Frank Sinatra: A Man and His Music, remporta un Emmy et un Peabody Award.
Au printemps, That's Life apparut, avec le single et l’album devenant des hits du top 10 américain. Strangers in the Night fut n°1 au hit-parade aux USA et au Royaume Uni, remportant le titre de meilleure chanson de l’année aux Grammys. L’album du même nom fut aussi n° 1 aux Etats-Unis et n° 4 au Royaume Uni.
Sinatra commença 1967 avec une série de sessions d’enregistrement avec Antônio Carlos Jobim. Plus tard dans l’année, un duo avec sa fille Nancy, "Somethin' Stupid", fut n°1 aux Etats-Unis et au Royaume Uni. En décembre, Sinatra collabora avec Duke Ellington à l’album Francis A. & Edward K..
Durant les années 1960, l’agent de presse Lee Solters invitait les chroniqueurs et leurs épouses à rejoindre Frank Sinatra dans sa loge juste avant qu’il ne passe en scène. Le New Yorker raconta que "le premier chronqueur à tenter l’expérience fut Larry Fields du Philadelphia Daily News, dont l’épouse s’évanouit quand Sinatra l’embrassa sur la joue. La relation professionnelle que Sinatra entretint avec Solters se concentra sur ses projets sur la côte ouest alors que ceux concentrés sur la côte est, étaient l’apanage du collègue de Soliers, Sheldon Roskin de Solters/Roskin/Friedman, une firme bien connue de l’époque.
De retour sur le petit écran, Sinatra travailla de nouveau avec Jobim et Ella Fitzgerald pour l’émission spéciale, A Man and His Music + Ella + Jobim.
Avec Sinatra à l’esprit, le chanteur-compositeur Paul Anka écrivit la chanson "My Way", inspirée de la chanson française "Comme d'habitude" ("As Usual"), composée par Claude François et Jacques Revaux. "My Way" devint plus identifiée à Sinatra que n’importe quelle autre de ses chansons écrites depuis 7 décennies, bien que manifestement il ne l’aimait pas plus que cela.
Watertown (1970) fut l’un des albums les plus aboutis de Sinatra avec la musique de Bob Gaudio (des Four Seasons) et des paroles de Jake Holmes, mais il fut boudé par le public. N’en ayant vendu que 30 000 exemplaires en 1970 et n’étant classé au mieux qu’à la 101ème place du hit-parade, son échec mit fin à l’idée d’en faire une émission spéciale à la télévision. Watertown fut l’une des seules sessions d’enregistrement au cours de laquelle Sinatra chanta sur des tracks pré-enregistrés à la place d’un orchestre en direct.
Le 2 novembre 1970, Sinatra enregistra ses dernières chansons pour Reprise Records avant sa retraite auto-imposée. La dernière chanson de la session fut écrite par John Denver et intitulée "The Game is Over". Cependant, cette chanson ne fut pas éditée officiellement avant que la compilation, The Complete Reprise Studio Recordings, ne soit mise en vente en 1995 pour commémorer ses 80 ans.
Le 13 juin 1971, lors d’un concert à Hollywood destiéne à réunir des fonds pour le Motion Picture and TV Relief Fund, à 55 ans, Sinatra annonça qu’il se retirait, afin de mettre fin à 36 ans de carrièr dans le show business.
Alors qu’il était retraité, le Président Richard Nixon lui demanda de se produire au Young Voters Rally pour anticiper sa campagne électorale à venir. Sinatra accepta et choisit de chanter "My Kind of Town" pour le rally qui eut lieu le 20 octobre 1972 à Chicago. Ce fut la seule fois qu’il se produisit en public depuis sa retraite.
En 1973, Sinatra sortit de son éphémère retraite avec une émission télévisée spéciale et un album, tous deux intitulés Ol' Blue Eyes Is Back. L’album, arrangé par Gordon Jenkins et Don Costa, fut un grand succès, atteignant la 13ème place du hit-parade et la 12ème place au Royaume Uni. L’émission spéciale fut soulignée par la lecture dramatique de "Send in the Clowns" et une séquence chanson-danse avec l’ex-co star Gene Kelly.
En janvier 1974, Sinatra fit son retour à Las Vegas, se produisant au Caesars Palace bien qu’il avait crié haut et fort qu’il ne s’y produirait plus jamais après que le manager de l’endroit, Sanford Waterman, l’ait menacé en 1970 d’un fusil durant une chaude dispute. En Australie, il causa un scandale pour avoir traité les journalistes locaux– qui l’avaient poursuivi de manière aggressive et en le bousculant lors d’une conférence de presse– de "pédés", "souteneurs" et "putains". Les syndicats australiens représentant les routiers, les serveurs et les journalistes se mirent en grève, exigeant des excuses publiques de Sinatra. Sinatra au contraire demanda que les journalists s’excusent pour "les 15 années d’abus qu’il avait subi de la part du monde de la presse". Le futur Premier Ministre d’Australie, Bob Hawke, alors le leader des Australian Council of Trade Unions (ACTU), insista aussi pour que Sinatra présente ses excuses et un accord fut finalement trouvé à l’apparente satisfaction des deux parties. Le dernier spectacle de Sinatra de sa tournée Australienne fut télévisée.
En octobre 1974, Sinatra apparut à New York City au Madison Square Garden pour un concert télévisé qui fut plus tard repris dans un album sous le titre The Main Event – Live. En accompagnateurs figuraient le bandleader Woody Herman et le Young Thundering Herd, qui le suivirent dans le cadre d’une tournée européenne plus tard dans le mois. L’émission spéciale réunit principalement des critiques positives alors que l’album– qui fut plutôt une sélection de divers shows de sa tournée de retour– fut un succès modéré, n’atteignant que la 37ème du hit-parade américain et la 30ème aau Royaume Uni.
En août 1975, Sinatra fit successivement plusieurs concerts en compagnie de l’étoile montante John Denver. Rapidement ils devinrent amis. John Denver apparut plus tard en guest star dans l’émission spéciale Sinatra and Friends , chantant "September Song" avec Sinatra. Sinatra garantit les tubes de John Denver "My Sweet Lady" et "Leaving on a Jet Plane". Et, selon Denver, sa chanson "A Baby Just Like You" fut écrite à la demande de Sinatra.
En 1976, durant le week-end de la fête du travail, Sinatra fut l’artisan de la réunion sur scène de ses vieux amis et partenaires de comédies Dean Martin et Jerry Lewis pour la première fois depuis presque 20 ans. Frank Sinatra se produisit à l’occasion du "Jerry Lewis MDA Telethon" ce soir-là et avant de se produire il amena Martin sur la scène.
En 1979, devant les pyramides d’Egypte, Frank Sinatra se produisit pour Anwar Sadat. De retour à Las Vegas, alors qu’il célébrait ses 40 ans de carrière et ses 64 ans, il reçut le Grammy Trustees Award durant une soirée au Caesars Palace.
En 1980, Sinatra sortit son premier album depuis 6 ans, Trilogy: Past Present Future, un très ambitieux triple album dans lequel Sinatra reprenait des chansons du passé (de l’ère pre-rock) et du présent (de l’ère du rock et contemporaine) qu’il avait négligées durant sa carrière, alors que 'The Future' était une suite à structure libre de nouvelles chansons associée au théâtre musical par le biais d’un thème, dans ce cas précis, Sinatra réfléchissant au futur. L’album reçut six nominations aux Grammy – remportant celui des meilleurs textes – et atteignit la 17ème place au hit-parade, tout en révélant une autre chanson qui devait devenir l’une de ses images de marque, "Theme from New York, New York", ainsi qu’une reprise très encensée d’une chanson de George Harrison, "Something".
L’année suivante, surfant sur le succès de Trilogy, Sinatra sortit She Shot Me Down, un album qui revisitait les sombres accents de ses années Capitol, et fut encensé par les critiques comme étant un Sinatra millésimé période tardive. Sinatra devait commenter que c’était "un complet album de salon...arracheur de larmes et pleure dans ta bière sorte de choses".
Egalement en 1981, Sinatra fut impliqué dans une controverse quand il travailla pendant 10 jours pour 2 millions de dollars dans Sun City, dans l’internationalement non reconnu indépendant bantustan du Bophuthatswana, violant le boycott culturel contre l’apartheid sud-africain. Le président du Bophuthatswana, Lucas Mangope, récompensa Sinatra du plus grand honneur, l’Ordre du Léopard, et le nomma chef honoraire de la tribu.
Il fut retenu comme l’un des 5 récipiendaires en 1983 pour les Kennedy Center Honors, avec Katherine Dunham, James Stewart, Elia Kazan et Virgil Thomson. Selon Henry James, le Président Reagan dit en honorant son vieil ami que "l’art était le reflet de l’humanité" et que Sinatra avait "passé sa vie à produire un indépendant et puissant reflet".
En 1984, Sinatra travailla avec Quincy Jones pour la première fois depuis deux décennies pour l’album, L.A. Is My Lady, qui fut bien reçu des critiques. L’album était un substitut d’une autre projet de Quincy Jones, un album de duos avec Lena Horne, qui avait été abandonné. (Horne développa des problèmes vocaux et Sinatra, retenu par d’autres engagements, ne pouvait pas attendre pour enregistrer.)
En 1990 Sinatra reçut le deuxième "Ella Award" jamais décerné par la Sociéty of Singers de Los Angeles, et se produisit pour la dernière fois avec Ella Fitzgerald lors de la cérémonie. Sinatra maintint un actif programme de tournées au début des années 1990, se produisant lors de 65 concerts en 1990, 73 en 1991 et 84 en 1992 dans 17 pays différents. En 1993, Sinatra retourna chez Capitol Records et au studio d’enregistrement pour Duets. L’album aet sa suite, Duets II, voyait Sinatra reprendre ses classiques avec des vedettes populaires contemporaines, qui ajoutèrent leurs voix à des bandes musicales pré-enregistrées.
Toujours en tournée malgré divers problèmes de santé, Sinatra resta une attraction de premier plan à la surface de la terre durant la première moitié des années 1990. Parfois durant des concerts, sa mémoire défaillait et une chute sur scène à Richmond, Virginie, en mars 1994, signala de futurs problèmes. Ses derniers concerts publics eurent lieu au Fukuoka Dome, Japon, en décembre 1994. L’année suivante, le 25 février 1995, lors d’une soirée privée réunissant 1200 convives triés sur le volet pour la soirée de clôture du Frank Sinatra Desert Classic golf tournament, Sinatra chanta en public pour la toute dernière fois. Esquire rapporta que le show de Sinatra avait été "clair, dur sur l’argent" et "en contrôle absolu". Sa dernière chanson fut "The Best is Yet to Come".
Sinatra reçut en 1994 un Legend Award lors de la cérémonie des Grammy Awards, où il fut introduit par Bono, qui dit de lui, "Frank est le chantre de la mauvaise attitude...le Rock 'n roll en paya l’addition, mais ce gars est le patron– le patron des patrons ... je ne vais pas m’embrouiller avec lui, le feriez-vous?" Sinatra l’appela "la meilleure bienvenue ... qu’il eut jamais", mais son discours d’acceptation fut trop long et abruptement coupé, le laissant l’air hagard et parlant dans un micro désactivé.
En 1995, pour fêter les 80 ans de Sinatra, l’Empire State Building se colora en bleu. Une cérémonie d’honneur étoilée de vedettes, Sinatra: 80 Years My Way, eut lieu au Shrine Auditorium de Los Angeles. A la fin du programme, Sinatra remercia la salle pour la dernière fois en entonnant les dernières notes de "New York, New York" avec un ensemble. Ce fut la dernière apparition télévisée de Sinatra.
En reconnaissance de ses nombreuses années passées à Las Vegas, Frank Sinatra fut élu au Gaming Hall of Fame en 1997.
Sinatra eut trois enfants, Nancy, Frank Jr. et Tina, tous avec sa première épouse, Nancy Barbato avec qui il fut marié du 4 février 1939 au 29 octobre 1951. Il fut marié trois fois de plus, aux actrices Ava Gardner (du 7 novembre 1951 au 5 juillet 1957), Mia Farrow (du 19 juillet 1966 au 16 août 1968) et finalement avec Barbara Marx (du 11 juillet 1976 à sa mort). Dans un article de Vanity Fair en 2013, Mia Farrow affirma que Sinatra pourrait être le père de son fils, Ronan Farrow; mais elle ne produisit, et n’a pas produit depuis, aucune preuve de cette allégation.
Tout au long de sa vie, Sinatra eut des sautes d’humeur et des accès de dépression. Evitant à tout prix la solitude et les entourages non glamour, il lutta contre le besoin conflictuel "de partir loin de tout, mais pas trop loin." Il reconnut cela, en disant à un interviewer dans les années 1950: "Etant un maniaco-dépressif et ayant vécu une vie empreinte de violentes contradictions émotionnelles, j’ai une propension pour la tristesse ainsi que pour l’exaltation”.
Dans une interview de 1963 au magazine Playboy, Sinatra explicita ses vues religieuses, affirmant : “ Je pense que je peux résumer mes sentiments religieux en quelques paragraphes. D’abord: je crois en vous et à moi. Je suis comme Albert Schweitzer et Bertrand Russell et Albert Einstein en ce que j’ai du respect pour la vie– dans toutes ses formes. Je crois en la nature, aux oiseaux, à la mer, au ciel, à tout ce que je peux voir ou dont l’existence est une évidence. Si ces choses sont ce que vous appelez Dieu, alors je crois en Dieu. Mais je ne crois pas en un Dieu personnel à qui je m’adresserai par confort ou pour m’aider dans ma partie de dés.”
Sinatra se tourna vers la religion catholique pour guérir de la mort accidentelle de sa mère lors d’un accident d’avion. Il décéda en catholique pratiquant et eut des funérailles catholiques.
Bien qu’honoré comme un héros par sa ville natale d’Hoboken, Frank Sinatra lui rendit rarement visite. Selon d’aucuns, Sinatra retourna une fois à Hoboken en 1948 pour célébrer l’élection du premier maire italien de la ville et ne fut pas reçu par la foule. Il affirma qu’il n’y reviendrait jamais et il tint sa promesse jusqu’en 1984, pour y apparaître avec Ronald Reagan
Les liens supposés de Sinatra avec des figures du crime organisé comme Carlo Gambino, Sam Giancana, Lucky Luciano et Joseph Fischetti attirèrent considérablement l’attention. Le Federal Bureau of Investigation conserva des rapports cumulant 2,403 pages sur Sinatra. Avec ses liens supposés avec la Mafia, ses idées politiques de New Deal et son amitié avec John F. Kennedy, il fut une cible naturelle pour le FBI de J. Edgar Hoover. Le FBI conserva Sinatra sous surveillance pendant presque cinq décennies depuis le début des années 1940. Les documents contiennent des compte-rendus sur les menaces de mort et les tentatives d’extorsion de fonds visant Sinatra.
Pendant une année, Hoover investigua sur les éventuelles affiliations comunistes de Sinatra, mais ne trouva pas de preuves. Les dossiers concernèrent ses rendez-vous avec les prostituées, et ses relations extramaritales avec Ava Gardner, avant qu’ils ne soient mariés. Les célébrités mentionnées dans ces rapports sont Dean Martin, Marilyn Monroe, Peter Lawford et la petite amie de Giancana, la chanteuse Phyllis McGuire.
Le dossier secret du FBI sur Sinatra fut publié en 1998 en réponse à la requête du Freedom of Information Act.
Les rapports publiés par le FBI révèlent quelques aperçus alléchants sur la consistance de Sinatra à poursuivre et à embrasser des causes apparemment conflictuelles. Mais les alliances de Sinatra avaient un aspect pratique. Il y eut des mécanismes d’adaptation de son comportement motivés par son intérêt personnel et son anxiété intérieure. En septembre 1950, Sinatra sembla particulèrement vulnérable. Il était paniqué par sa carrière moribonde et hanté par les spéculations continuelles et les sous-entendus en vogue au sujet de son statut vis à vis de la seconde guerre mondiale. Sinatra "était effrayé, sa carrière subissait une voie d’eau." Dans une lettre datée du 17 septembre 1950, adressée à Clyde Tolson, directeur adjoint du FBI, Sinatra offrit ses services pour être informateur du FBI. Un extrait de la lettre tirée d’un rapport du FBI affirme que Sinatra "pense qu’il peut aider le Bureau en se rendant à n’importe quel endroit désiré pour y contacter toute personne nécessaire à qui il pourrait soutirer des informations. Sinatra pense qu’en raison de sa publicité il peut opérer sans suspicion... il est désireux d’aller jusqu’au bout." Le FBI déclina sa proposition d’assistance.
Sinatra eut différentes opinions politiques tout au long de sa vie. Ses parents avaient immigré aux Etats-Unis respectivement en 1895 et 1897. Sa mère, Dolly Sinatra (1896–1977), était le leader d’une section locale du Parti Démocrate. Sinatra resta un supporter du Parti Démocrate jusqu’au début des années 1970, date à laquelle il prêta allégeance au Parti Républicain.
En 1944, après avoir envoyé une lettre au Président Franklin D. Roosevelt, Sinatra fut invité à rencontrer le président à la Maison Blanche, où il accepta de devenir membre du comité de soutien du Parti Démocrate pour la future élection présidentielle et fit activement campagne.
Après la seconde guerre mondiale, ses idées politiques devinrent progressivement de plus en plus de gauche et il devint publiquement plus associé avec le Front Populaire. Il commença à lire des écrits progressistes et à apporter son soutien à de nombreuses organisations qui furent plus tard identifiées comme organisations affiliées au parti communiste par l’House Un-American Activities Committee dans les années 1950, bien que Sinatra ne fut jamais convoqué devant le Comité. Sinatra prit la parole dans plusieurs lycées du New Jersey en 1945, où les étudiants s’étaient mis en grève pour s’opposer à l’intégration raciale. Plus tard Sinatra devait apparaître dans The House I Live In, un court film qui s’élevait contre le racisme.
En 1948, Sinatra fit activement campagne pour le président Harry S. Truman. En 1952 et 1956, il fit aussi campagne pour Adlai Stevenson.
De tous les présidents américains avec qui il fut associé durant sa carrière, il fut le plus proche de John F. Kennedy. En 1960, Sinatra et ses amis Peter Lawford, Dean Martin et Sammy Davis Jr. firent activement campagne pour Kennedy à travers tous les Etats-Unis. Une version spécialement enregistrée de "High Hopes" avec des paroles encensant Kennedy, fut fréquemment jouée durant la campagne présidentielle de 1960.
En janvier 1961, Sinatra et Peter Lawford organisèrent le Gala Inaugural à Washington, DC, la veille de l’intronisation du Président Kennedy. L’événement, auquel participaient de nombreuses figures du show business, reçut un immense succès, ramassant une grosse d’argent pour le Parti Démocrate.
Le début de la transition de Sinatra vers le Parti Républicain semble avoir commencé quand il fut snobbé par le Président Kennedy en faveur de Bing Crosby, un ami chanteur et un Républicain, lors de la visite que le président fit à Palm Springs, en 1962. Kennedy avait planifié de demeurer chez Sinatra pour tout le week-end de Pâques mais il décida de faire autrement après la publication des présumés liens de Sinatra avec le crime organisé. Kennedy demeura à la place au domicile de Bing Crosby. Sinatra avait investi une grosse somme de son propre argent pour moderniser ses toilettes en anticipation de la visite de Kennedy. A ce moment, le frère du Président Kennedy, le Procureur Général Robert F. Kennedy, intensifiait ses propres investigations contre les figures du crime organisé telles que le patron de Chicago, Sam Giancana, qui avait auparavant demeuré chez Sinatra. Malgré sa rupture avec Kennedy, il pleura cependant quand Kennedy fut assassiné. Selon sa fille Nancy, Sinatra apprit l’assassinat de Kennedy alors qu’il tournait une scène de Les sept voleurs de Chicago à Burbank. Sinatra termina rapidement la scène, retourna à son domicile de Palm Springs, et pleura dans son lit pendant trois jours.
En 1970, le premier signe de la rupture de Frank Sinatra avec le Parti Démocrate survint quand il apporta son soutien à Ronald Reagan pour un second mandat de Gouverneur de la Californie. Sinatra, cependant, figurait toujours sur les registres des adhérents au Parti Démocrate et il encouragea Reagan à devenir plus modéré. En juillet 1972, après une vie entière consacrée à soutenir les candidats du Parti Démocrate à l’élection présidentielle, Sinatra annonça qu’il allait soutenir le Président Républicain Richard Nixon pour sa réélection en 1972. Son revirement pour le parti Républicain était maintenant officiel. Il dit même à sa fille Tina, qui avait activement fait campagne pour le concurrent démocrate de Nixon, George McGovern, "plus tu vieillis, plus tu deviens conservateur." Sinatra dit qu’il était d’accord avec la majeure partie du programme Républicain, excepté l’avortement.
Durant la présidence de Nixon, Sinatra visita plusieurs fois la Maison Blanche. Sinatra devint aussi un bon ami du vice président Spiro Agnew. En 1973, Agnew fut accusé de corruption et démissionna de son poste; Sinatra aida Agnew à payer quelques-unes de ses factures illégales.
Durant l’élection présidentielle de 1980, Sinatra supporta Ronald Reagan et apporta 4 millions de dollars à sa campagne. Sinatra dit qu’il supporta Reagan parce qu’il était "l’homme idoine pour être le Président des Etats-Unis ...c’est tellement la chienlit maintenant que vous avons besoin de quelqu’un pour tout remettre en état." La victoire de Reagan donna à Sinatra sa relation la plus proche avec la Maison Blanche depuis le début des années 1960. Sinatra arrangea le gala présidentiel de Reagan, comme il l’avait fait 20 ans plus tôt pour Kennedy. En 1984, Sinatra retourna dans son village natal d’Hoboken, apportant dans ses valises le président Reagan, qui était au milieu de sa campagne pour sa réélection en 1984. Reagan avait nommé Sinatra, ambassadeur pour la collecte de fonds du Parti Républicain.
Frank Sinatra décéda le 14 mai 1998 à 82 ans, des suites d’une crise cardiaque fatale. Sa santé avait été chancelante durant les dernières années de sa vie et il dut fréquemment être hospitalisé pour des problèmes de coeur et respiratoires, une pression sanguine trop élevée, une pneumonie et un cancer de la vessie et il souffrit également de démence. Il n’avait plus fait d’apparitions publiques depuis une attaque cardiaque survenue en février 1997. Sinatra décéda au Cedars-Sinai Medical Center, avec son épouse, Barbara, à son côté. Elle l’avait encouragé à "lutter" pendant que des tentatives de stabilisation de son état , étaient pratiquées et ses dernières parole furent, "Je suis en train de perdre." Sa fille, Tina, écrivit plus tard qu’elle et sa soeur, Nancy, n’avaient pas été mises au courant de l’ultime hospitalisation de leur père et elle crut que "l’omission était délibérée. Barbara voulait être la veuve en pleurs au côté de son mari." Le soir de sa mort, les lumières de l’Empire State Building de New York City devinrent bleues.
Les funérailles de Frank Sinatra eurent lieu dans la religion catholique à l’Eglise du Bon Pasteur de Beverly Hills, Californie, le 20 mai 1998, en présence de 400 personnes et des milliers de fans à l’extérieur. Gregory Peck, Tony Bennett et le fils de Sinatra, Frank, Jr. s’addressèrent à l’assistance, qui comprenait nombre de notabilités de l’industrie du film et du divertissement. Sinatra fut enterré avec des souvenirs des membres de sa famille dont des Life Savers à la cerise, des Tootsie Rolls, une bouteille de Jack Daniel's, une cartouche de cigarettes Camel et un briquet Zippo, des animaux en peluche et un biscuit pour chien. Sinatra est enterré près de ses parent dans la section B-8 du Desert Memorial Park de Cathedral City, Californie. Ses proches amis, Jilly Rizzo et Jimmy Van Heusen, sont enterrés à proximité. Les mots "The Best Is Yet to Come" (le meilleur est encore à venir) sont gravés sur sa pierre tombale.
Sa contribution au western fut la suivante :
Le brigand amoureux de Laslo Benedek (1948), Ricardo
Johnny Concho de Don McGuire (1956), Johnny Concho
Les 3 sergents de John Sturges (1962), le premier sergent Mike Merry
Quatre du Texas de Robert Aldrich (1963), Zack Thomas
Un beau salaud de Burt Kennedy (1970), Dingus Billy Magee
Modifié en dernier par DEMERVAL le 15 sept. 2016 21:50, modifié 1 fois.

Avatar du membre
onvaalapub
Cavalier solitaire
Messages : 113

Re: Frank SINATRA (1915-1998)

Messagepar onvaalapub » 15 sept. 2016 17:04

Cinq westerns il me semble :

1948 - Le Brigand Amoureux

Un film tout à fait guimauve...

Image
Image

1956 - Johnny Concho

Pas vu celui-là mais il semble bien.

Image

1962 - Les Trois Sergents

Une pantalonnade que je trouve sympathique malgré tout. Le topic

Image

1963 - Quatre du Texas

Un grand réalisateur et quatre vedettes ne font pas forcément un bon film. Il reste le charme des acteurs.

Image
Image

1970 - Un Beau Salaud

Je ne l'ai pas vu celui-là mais à en croire les avis de ceux qui l'ont vu, c'est mauvais...

Image

Avatar du membre
Sitting Bull
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7464
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Frank SINATRA (1915-1998)

Messagepar Sitting Bull » 15 sept. 2016 17:28

Et il n'avait pas encore sa bio ! :o

Image

Image

Image

Image
Dans "Quatre du Texas" avec ici Anita Ekberg, Dean Martin et Ursula Andress.

Image
Image
Dans "Le bandit amoureux"

Image

Image
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 23586
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Frank SINATRA (1915-1998)

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 12 janv. 2019 14:50

Image
revue Star-Cine-Bravoure 33
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « Biographies »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités