Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3500
Localisation : Fort Dobbs

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar Winchester73 » 08 janv. 2013 18:57

L'adorable Madge Meredith et Anne Jeffreys:

Image

DVD, zone 1:

Image...Image
Image

Avatar du membre
Winchester73
Trappeur
Trappeur
Messages : 3500
Localisation : Fort Dobbs

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar Winchester73 » 12 janv. 2013 12:11

Anne Jeffreys avec Robert et Randolph, promotion
Image
Image

the_rip
Etranger
Messages : 2

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar the_rip » 05 déc. 2013 19:54

Boa Tarde, pessoal, jaquette para voces montarem.
Espero que gostem

Image

Essa esta pronta (Brasil)

Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7242
Localisation : oregon

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar lasso » 10 nov. 2014 10:07

C'est domage que Trail Street soit gâché par George "Gabby" Hayes, par son bavardage incessant, qui prend toute tension, qui est déjà à petit
feu, dans ce film de routine.
Chose positive, ce Western nous montre le changement de l'agriculture au Kansas, de l'élevage du bétail au "Grenier de blé pour le monde".

Les cavaliers de la mort du Kansas (traduction de l'allemand)
ImageImageImage
Image
Image
Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6628

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar Longway » 25 févr. 2015 19:14

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion : Dimanche 19 Aout 1973 sur la première chaine de L'ORTF.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
lafayette
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7065
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar lafayette » 09 févr. 2017 22:39

Ah! Un film tranquillou avec l'inénarrable GGHayes copain avec un tout mignon et bouclé Robert Ryan qui est un peu timide avec sa belle qui semble vouloir s'éloigner, pourtant dans ce film, il paraît avoir pourtant bonne haleine.
Bon je vous laisse pour le voir car ça s'anime.

Donc un bon moment passé à voir ce film avec Bat Mandolph Scott qui arrive en retard mais avec diligence pour sauver la mise au gentil Alain/ Robert Ryan. Il soutient un bon rythme entre bons et mauvais coups, beaucoup dacteurs et figurants, une bataille générale et un shotgun final, carabine vs revolvers.

J'ai un petit faible pour la Belle du saloon qui malheureusement a une triste fin. Le saloon a aussi une bien jolie double porte battante bien sculptée.

J'ai été amusé dune réplique de notre rigolo bavard de service GGHayes quand il dit à Scott qu'il ne s'agit pas de toujours discuter mais qu'il faut tirer aussi.

Et un Indien dedans! :sm80:
Ariadna Gil et John Wayne icongc1

Avatar du membre
metek
Colonel
Messages : 15514
Localisation : Canada
Contact :

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar metek » 09 juin 2017 23:30

Randolph Scott, Anne Jeffreys, Robert Ryan - Trail Street (1947)
Les photos signé sont les plus convoiter par les collectionneurs, j'ai remarquer cela lors de mes derniers déplacements, elles sont pas donner non plus!
Je sait pas si il y a un topique a ce sujet, sinon ce serait une bonne idée d'en pondre un! :beer1:

Image

Avatar du membre
lasso
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7242
Localisation : oregon

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar lasso » 27 nov. 2017 9:57

Les Cavaliers de la Mort du Kansas (titre allemand) à paraître en allemagne en décembre prochain




Image
Image

le titre français

notrecinéma
Image




Avatar du membre
Moonfleet
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1914
Contact :

Re: Du Sang sur la Piste - Trail Street - 1947 - Ray Enright avec Randolph Scott

Messagepar Moonfleet » 10 mai 2019 10:01

Image



Du Sang sur la Piste (Trail Street, 1947) de Ray Enright
RKO


Sortie USA : 19 février 1947


Au 19ème siècle, Wyatt Earp ne fut pas le seul Marshall célèbre pour son efficacité à ‘faire le ménage’ dans les villes turbulentes du Far-West. Il y eut aussi entre autres William Barclay Masterson plus connu sous le surnom de Bat Masterson, né en 1853 et décédé en 1921. Il fut chasseur de bisons, éclaireur de l’armée américaine et joueur avant de devenir un nom redouté parmi les hors-la-loi, son premier coup de maître ayant été de ‘nettoyer’ Dodge City de la vermine qui la vérolait. Pourtant au départ, il ne rêvait que d’être journaliste, ce qu’il deviendra par la suite en tant qu’éditorialiste sportif dans les colonnes du New York Morning Telegraph. Albert Dekker interpréta ce personnage en 1943 au côté de Claire Trevor dans un western de George Archainbaud, The Woman of the Town que je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de voir. Quatre ans après, c’est au tour de Randolph Scott d’endosser la défroque de cet homme de loi réputé sous la direction de Ray Enright, honnête artisan qui, après en avoir réalisé pour la Warner et l’Universal, tourne ce western pour la RKO.


Image


Liberal, petite ville du Kansas dont la rue principale est le terminus d’une piste utilisée pour convoyer les bêtes à cornes (d’où le titre Trail Street), endroit à partir duquel elles partent pour Chicago après avoir été vendues. Une plaque tournante du commerce du bétail où, au grand dam des éleveurs, des fermiers viennent pourtant s’installer en masse avec leurs clôtures. Non seulement la terre sèche du Kansas ne leur permet pas d’obtenir de belles récoltes mais quand ils réussissent, les champs de blés sont constamment décimés par l’arrivée des troupeaux ; en effet, les cow-boys ne supportant pas l’installation de ces indésirables laissent allègrement leurs bêtes tout saccager sur leur passage. Si certains fermiers tentent de se défendre, la plupart décident de quitter l’état ; Allan Harper (Robert Ryan), honnête homme d’affaires qui a tout misé sur le succès des agriculteurs est dépité. Un espoir lui est pourtant donné par la découverte d’un des fermiers qui lui assure que la victoire est à portée de main. Logan Maury (Steve Brodie) qui souhaite régner sur la région , le vil tenancier de Saloon Carmody (Billy House) et Lance Larkin (Harry Woods), éleveur inquiétant avec qui ils sont en cheville, ayant surpris ce secret qui risque d’entraver leur ascension, font assassiner le fermier. Trop tard car d’une part Allan Harper sait désormais ce qu’il faut faire pour retenir les agriculteurs dans la région, de l’autre le vieux Billy Burns (George ‘Gabby’ Hayes), agacé par les cow-boys turbulents, a appelé à la rescousse son ami Bat Masterson qui vient de prouver son efficacité en nettoyant la ville de Dodge City avec l’aide de Wyatt Earp. Les 'affreux’ éleveurs n’ont qu’à bien se tenir !


Image


Eternel conflit entre fermiers et éleveurs, volonté des habitants de retrouver une ville apaisée et tranquille, réflexion sur la loi et l’ordre en opposition avec la justice populaire… Rien de bien neuf sous le soleil du western, le sujet ayant déjà été traité à maintes reprises, et rien non plus de très stimulant dans cette modeste série B sans prétention ! Les amateurs devraient pourtant passer un agréable moment du fait de la présence de Randolph Scott, égal à lui-même dans le rôle du Marshall Bat Masterson, homme droit, valeureux et indémontable avec presque constamment le sourire aux lèvres malgré les soucis qu’il a à gérer. En revanche, les deux femmes du film ne lui tournent absolument pas autour tellement il semble avoir assez à faire par ailleurs. Nous n’assisterons donc à aucune quelconque romance concernant le Marshall mais à deux autres sans véritable intérêt. Très peu loquace, Masterson ne manque pas de faire fuser quelques phrases bien senties qu’on aurait pu voir sorties de la bouche d’un Tuco ou d’un Blondin vingt ans plus tard ; jugez plutôt à travers la réponse qu’il balance à son adversaire qui a osé l’interpeler par son surnom ! « Listen, fella, there's only two kind of people I allow to call me Bat : good friends and people I like. You don't belong in either group ! » Très à l’aise dans ce personnage d’une loyauté à toute épreuve qu’il avait eu à maintes reprises l’occasion de forger ses derniers temps, dès Trail Street, Randolph Scott décide de ne plus tourner que des westerns tout le restant de sa carrière. Et effectivement, après Christmas Eve sorti la même année sur les écrans, on s’apercevra qu’il aura tenu parole n’étant plus jamais délogé de son genre de prédilection où il fera constamment merveille même si beaucoup le considèrent encore comme un acteur très limité.


Image


Mais pour le fan que je suis, il aura fallu patienter vingt minutes avant de le voir apparaître et c’est pour rapidement s’apercevoir que ce ne sera pas nécessairement lui qui aura le plus de temps de présence mais George ‘Gabby’ Hayes qui trouve peut-être ici son rôle le plus conséquent. Habituel partenaire de John Wayne entre autres, c’est un peu lui qui aura mis en place le personnage du vieux grincheux édenté dont Walter Brennan et Arthur Hunnicut se feront également une spécialité. Il amène ici pas mal d’humour, Billy Burns étant un bavard impénitent ne sachant pas s’arrêter une fois lancé et racontant à tour de bras des anecdotes qui feraient passer les histoires marseillaises pour raisonnables et mesurées. L’autre comédien qui se trouve souvent sur les devants de la scène dans Trail Street n’est autre qu’un tout jeune Robert Ryan que l’on découvre pour la première fois dans un western ; son interprétation n’est guère marquante mais il faut dire pour sa défense que le personnage qu’il doit interpréter est franchement falot. Il en va de même pour le reste du casting qui ne se démarque guère, que ce soient les deux actrices, Anne Jeffreys et Madge Meredith ou les acteurs interprétant les Bad Guys. Si le corpulent Billy House arrive à faire impression, il n’en est pas de même de Steve Brodie, plus que terne et par la même très peu crédible pour un homme qui souhaite régner sur toute une région.


Image


Il est clair que seuls les inconditionnels du genre pourront trouver à cette série B mollassonne et bavarde un quelconque intérêt à condition de ne pas attendre de furieuses chevauchées et de majestueux grands espaces à chaque coin de pellicule. Dans ce western urbain, il faudra qu’ils aillent chercher de l’agrément du côté des chansons fredonnées par Anne Jeffreys dont l’excellente ‘You're Not the Only Pebble On the Beach’, des considérations politiques sur l’avenir du Kansas, des observations agricoles sur la culture du blé, des scènes d’actions assez bien menées notamment la dernière fusillade en centre ville où les éleveurs se font piéger par tous les habitants. Ils pourront aussi écouter avec amusement les histoires de George Gabby Hayes et découvrir avec étonnement un plan superbe voyant Robert Ryan ouvrir une fenêtre découvrant d’immenses champs de blé balayés par les vents. Sans surprise et sans véritable rythme mais avec suffisamment d’éléments sympathiques qui satisfassent les amateurs peu exigeants, notamment la belle prestance de Randolph Scott.




Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités