La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6546
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 08 sept. 2014 4:24

Donc pour résumer, ce film concerne des Comanches joués par des Navajos dans la réserve navajo et dont le chef est joué par un américain d'origine allemande et qui pour marquer son statut de chef comanche porte une coiffe de plume de Nez-Percé! :sm80:

Mais il le fait bien! Sous la caméra magique de Ford! Je rajoute au cas où mon mot serait négativement interprêté quant à mon appréciation du film.
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5826
Localisation : oregon

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lasso » 10 déc. 2014 9:50

Il y a bien 10 ans que je possède ce Western, qui compte certes dans le genre des plus réussis. Bien que mon opinion a changé aujourd'hui
après lecture, la réalisation me donne plus la même satisfaction.

L'histoire se déroule au Texas, 3 ans après la fin de la guerre de sécession (pour la facilité d'une réussite paysagiste, Ford a choisi le Monument
Valley, pour le tournage). Il y fait tourner beaucoup de ses films, il tourne même la Bataille de Little Big Horn !

Ethan a mis 3 ans après la guerre, pour revenir à son domicile, où était il passé? Mauvaises recontres et expériences avec les Comanches? Sa haine
impitoyable envers les Comanches, d'où vient elle ? Le chef Comanche n'est plus un sauvage, il parle déjà la langue des blancs, il a l'air très soigné
et traite ses épouses, comme un civilisé ! Debbie à l'air très en forme, est bien soignée et ne donne pas l'air d'une sauvage mal traîtée. Elle affirme même
que sa place est chez les Comanches et refuse de rentrer chez les siens.

Pendant cinq années, nos deux héros tournent dans la Monument Valley, avant de retrouver Debbie, dans le camp des Comanches à vue d'oeil du
Ranch de la famille. Quel Ranch peut exister dans Monument Valley, sans herbes et sans terres labourables?

Je vais m'arrêter de critiquer sinon je me fais gronder par les inconditionels de Ford.

Mérite une note de 7/10.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3616
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 13 déc. 2014 13:41

Pour l'absence d'Ethan on supposait qu'il a été comme beaucoup d'anciens soldats au Mexique du côté de Maximilien (on le dit à cause de la médaille qu'il offre à un des enfants de son frère il me semble)...
Les décors ok je vais pas dire que c'est un peu idiot le truc de tourner en rond dans MONUMENT... J'avais d'ailleurs pas percuté de suite...
Mais il est vrai qu'avec le recul on voit les choses différemment... icongc1
Image

Avatar du membre
Longway
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5524

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar Longway » 05 janv. 2015 18:36

Fiche Télé 7Jours.
Diffusion : Dimanche 26 novembre 1967 sur la deuxième chaine de L'ORTF.

Image

( Collection Pass )

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6546
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 06 janv. 2015 3:29

lasso a écrit :Il y a bien 10 ans que je possède ce Western, qui compte certes dans le genre des plus réussis. Bien que mon opinion a changé aujourd'hui
A près lecture, la réalisation me donne plus la même satisfaction.

L'histoire se déroule au Texas, 3 ans après la fin de la guerre de sécession (pour la facilité d'une réussite paysagiste, Ford a choisi le Monument
Valley, pour le tournage). Il y fait tourner beaucoup de ses films, il tourne même la Bataille de Little Big Horn !

Ethan a mis 3 ans après la guerre, pour revenir à son domicile, où était il passé? Mauvaises recontres et expériences avec les Comanches? Sa haine
impitoyable envers les Comanches, d'où vient elle ? Le chef Comanche n'est plus un sauvage, il parle déjà la langue des blancs, il a l'air très soigné
et traite ses épouses, comme un civilisé ! Debbie à l'air très en forme, est bien soignée et ne donne pas l'air d'une sauvage mal traîtée. Elle affirme même
que sa place est chez les Comanches et refuse de rentrer chez les siens.

Pendant cinq années, nos deux héros tournent dans la Monument Valley, avant de retrouver Debbie, dans le camp des Comanches à vue d'oeil du
Ranch de la famille. Quel Ranch peut exister dans Monument Valley, sans herbes et sans terres labourables?

Je vais m'arrêter de critiquer sinon je me fais gronder par les inconditionels de Ford.

Mérite une note de 7/10.

Il semble que notre homme était amoureux de sa belle soeur, voir celle-ci massacrée ainsi que son frère, puis les jeunes, dont celle qu'il a trouvée dans le canyon, ne peut qu'attiser sa haine des Comanches.
Ce film fera l'objet d'une conférence avant projection en Février à la cinémathèque.
[ Posté depuis mon mobile ] Image
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
rhettbutler
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 116
Localisation : Nord

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar rhettbutler » 22 janv. 2015 20:32

Je viens de le revoir, et franchement je suis bluffé.
J'étais tenu en haleine tout au long du film. John Wayne dans un role taillé pour lui, l'ancien soldat qui connait l'Ouest comme sa poche, qui n'a besoin de personne et que les épreuves ont endurcis.
Le scénario est bien, on ne s'ennui pas et les moultes rebondissements seront vous prendre aux tripes.
Un western vraiment excellent :applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6:
Je vous aime Scarlett. En dépit de vous, de moi et de ce stupide monde qui s’écroule, je vous aime.

Avatar du membre
Yosemite
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 4592
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar Yosemite » 22 janv. 2015 21:43

Projection prochaine à la Cinémathèque française le 16/02/2015 : http://www.cinematheque.fr/fr/dans-sall ... rt,24.html
Yo.

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6546
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 23 janv. 2015 10:25

:sm57: Sinon, je répète qu'il faut aller à la conférence programmée à la cinémathèque... :sm80:
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6546
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 19 févr. 2015 1:01

La conférence susvisée était la meilleure et la plus vivante des 3 conférences avec non seulement des extraits du film, mais des photos dont la couverture du scénario annoté par Ford, qui en avait remis 3 ex à Langlois et qui sont conservés à la Cinémathèque. L'annotation dit en quelques mots le point central du film sur Ethan.
Salle quasi comble et totalement comble pour le film qui a suivi.

J'ai appris certaines choses que j'attendais, dont le lieu de la caverne pour la scène où John Wayne lève dans ses bras Nathalie Wood, soit Bronson Canyon dans le Griffith Park qui comprend la colline d'Hollywood son point culminant. Alors que la scène de poursuite démarre à Monument Valley.
Par contre j'aimerais bien connaître l'endroit où est tournée la scène de bataille avec les Comanches sur un fleuve ou une rivière.

Un des extraits m'a fait sourire, un des plus connus où John Wayne dit à Brandon qu'il parle bien américain puis Brandon le félicite par ce qu'il parle bien Comanche alors qu'en réalité les mots indiens sont en Navajo. Cette scène est souvent décrite dans les commentaires précédents, comme dans la conférence, mais si je l'évoque c'est que cette fois-ci j'ai pu reconnaître un mot navajo, au début de la scène où le groupe de cavaliers Ethan, Martin et des Mexicains arrivent au camp comanche, est prononcé à haute voix le mot bonjour que j'ai appris l'été dernier par un guide navajo.

Le conférencier nous a expliqué concernant Brandon, outre l'histoire connue sur son engagement malgré ses yeux bleus, Ford voulant induire que ce chef indien avait été lui-même un enfant enlevé, celle de son harcèlement par John Wayne qui le forçait à venir tous les jours habillé en indien même s'il n'avait pas de scène à tourner et qui lui parlait exprès en mauvais Allemand.

Plusieurs autres anecdotes nous ont été racontées dont la coupure de la scène où Custer est interviewé par des journalistes sur l'attaque du camp d'indiens et un journaliste demandant si ce sont des femmes et des enfants qui ont été massacrés. Cette scène suit celle où on voit le régiment de cavalerie arriver au fort sur l'air du 7ème de cavalerie et avant que Ethan et Martin ne soient confrontés aux captives libérées qui sont devenues folles avec le fameux regard de John Wayne. Ce seul regard aurait dû lui valoir un oscar et à Ford aussi qui avait voulu qu'on zoome sur Wayne. Ford qui détestait Custer a bien fait de couper la scène qui n'aurait rien apporté de plus au film, mais qui aurait été intéressante à voir dans un bonus de scènes coupées comme on fait maintenant dans les dvd et blu ray.

Ford a souvent maltraité John Wayne mais le conférencier nous a montré un extrait d'un documentaire des années 70 où on voit Pappy et Wayne, sur le tournage du film, se tenir la main, comme un couple, sur un promontoire en surplomb de scène tournée.

J'ai moins apprécié quand le conférencier a parlé avec insistance sur la réelle barbarie des Comanches, car il n'a rien dit en parallèle sur le côté barbare du massacre du camp de comanches par les Texans où seule la fille Parker avait survécu car elle avait les yeux bleus. N'était-ce pas aussi barbare? Et le conférencier s'est lui-même contredit sur le côté barbare car rapidement après il a parlé d'un jeune blanc qui avait été libéré et par la suite était reparti vivre avec les Comanches. S'ils étaient aussi barbares que ça, ce jeune serait-il revenu chez eux? Mais par la suite, il a équilibré ses propos notamment quand il a parlé de la scène sur Custer. Et puis l'ensemble de sa conférence était de qualité donc si j'ai noté ce point de désaccord, je ne lui en tient aucunement rigueur.

Beaucoup de choses ont été écrites ici sur ce film. Notamment sur la vision du racisme et du métissage. Beaucoup se fixent sur la scène où Bond regarde la belle-soeur d'Ethan caresser le manteau. Je voudrais relever quant à moi que Ford a tourné ce film avec finesse et délicatesse qui ressortent de ses plans notamment du départ et pas seulement sur la scène du manteau caressé. D'entrée on devine ce lien caché entre Ethan et sa belle soeur dès l'arrivée de celui-ci et le regard qu'ils se portent. Mais la délicatesse et la tendresse se mesurent aussi dans les scènes où Moïse parle et dont beaucoup parlent du ressort comique. Quand Moïse parle vrai avec ses mots à lui, il est écouté et regardé avec une énorme empathie. Il y a aussi beaucoup de délicatesse dans l'approche des captives pour vérifier si Debbie n'est pas l'une d'elles.

Quand j'avais vu ce film pour la première fois j'avais été déçu comme d'autres d'un certain côté ennuyeux et surtout que l'histoire se prolonge après la 1ère rencontre entre Ethan et Scar et qu'on ne voit pas un dénouement mais un abandon momentané de poursuite, ni qu'on ne voit, comme attendu, de duel final entre les deux hommes. Ce côté ennuyeux peut venir aussi du tourné en rond constant sur les mêmes lieux malgré la majesté du site de Monument Valley, ce qui enlève un peu de crédibilité à la longue poursuite même si le tourné en rond est évoqué dans le film et le roman.
Mais Ford s'est, je crois, lui-même rendu compte ce cette difficulté, car il trouve avec maîtrise une idée pour donner plus de rythme en faisant des allers et retours entre la lecture de la lettre et les évènements qu'elle raconte. Chose que j'ai appréciée à cette dernière vision du film sur grand écran. Il fait aussi une diversion avec la tentative de mariage. Comme je n'ai pas lu le roman encore, mais ça ne saurait tarder, je ne sais ce qui vient de celui-ci ou de Ford sur ces plans.
Je reste déçu du manque d'affrontement entre Ethan et Scar, mais en revoyant la scène où Scar va être tué par Martin de façon suggérée puisqu'on ne voit pas Scar être tué (on ne voit son corps que plus tard), j'ai noté que le plan des pieds et jambes de Scar arrivant dans la tente a peut-être été une source d'inspiration pour Spielberg filmant bottes et jambes du chauffard dans Duel, genre de plan qui a fait florès par la suite et continue toujours d'être exploité.
Et puis on doit se faire une raison que Ford ne s'intéressait pas vraiment au côté combat des westerns mais plutôt aux traits d'humanité des gens dont il racontait l'histoire et, sur ce plan là, on ne peut qu'applaudir le chef d'oeuvre avec des acteurs au summum et même les Comanches/Navajos qui nous offrent une belle salve dans l'attaque de leur camp. Brandon est wunderbar! Wayne immense avec Hunter au diapason. Et Bond qui bouscule avec délicatesse Martha...

J'aurais bien voulu dire plein de choses, mais tout ou presque a déjà été évoqué plus haut. J'ai passé ma soirée d'hier à tout lire du présent topic et des 24 pages du même sujet ailleurs sur le site.

Je finirai donc sur la récente édition française du livre La Prisonnière du Désert, couverture blanche avec titre en rouge vif, qui est notamment en vente à la librairie de la cinémathèque et nous a été présenté par le conférencier que j'ai chaudement applaudi. Dommage pour ceux n'ayant pu la voir.
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6546
Localisation : Landais expatrié dans le 91

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lafayette » 19 févr. 2015 2:33

Je voudrais rajouter ce qui a été dit à la conférence pour répondre aux interrogations de Lasso sur la belle allure de Debbie prisonnière.
Il semble que celle-ci a été faite volontairement en contrepoint choc de l'état des captives délivrées et vues au camp et de ce que disait Ethan des prisonnières des Comanches. Au lieu d'être une loque aux mains des Comanches, elle apparaît comme une femme épanouie, ce qui va nourrir d'autant plus la colère d'Ethan et sa pulsion primaire de tuer la captive devenue Comanche. Mais dès qu'il l'aura en mains son humanité triomphera. C'est sur cette lutte intérieure d'Ethan que Ford a basé le film et la beauté de la captive et de sa tenue était un passage obligé pour la réaction de cet homme souffrant de la perte de sa belle soeur qu'il aimait et de la soeur de Debbie toutes deux massacrées.
Ce n'était pas gratuit et à ne pas prendre à une vision au premier degré.

Ca me fait repenser à l'attitude non pas délicate cette fois-ci, mais grossière d'Ethan à table envers l'allure très métisse de Martin. Et à la scène où il retrouve Debbie, car juste avant elle présente les scalps dont celui de la mère de Martin selon Ethan. J'ai lu des commentaires sur la possibilité qu'Ethan soit en fait le père de Martin, sinon comment saurait-il que le scalp vienne de la mère de ce dernier? En effet, cette vision me paraît très valable. Vu l'intérêt que porte Ethan à Martin au-delà de son allure métisse dans la scène de repas au début, je me disais qu'il le regardait paternellement et, pour le métissage, avec un vif regret que le "fils" ressemble plus à un indien qu'à lui-même.

Wayne est vraiment au summum de son jeu dans ce film. Et comme a dit Ford dans d'autres circonstances "je ne savais pas que ce fils de pute pouvait jouer comme ça". Bien sûr, je n'oublie pas Rio Bravo où il domine son sujet d'une autre manière. Mais ici il nous montre une profonde palette dramatique. :applaudis_6:
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
metek
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 14332
Contact :

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar metek » 30 août 2015 23:57

Bizzare Ziva Rodann en arriere plan! :shock:

Image
Image

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 11233
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lasbugas » 15 oct. 2015 19:22

Image
Image

Avatar du membre
Kemp
Marshall
Marshall
Messages : 284

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar Kemp » 22 nov. 2015 17:16

Dès le début du film, une grande claque visuelle, le rouge du désert, et de la roche, puis le rouge de John Wayne en duo au noir. Oui on a là, un film de John Ford avec un John Wayne assez différent de d'habitude, il campe là un oncle très touchant dans le fond, car si on va au fond des choses, il tient beaucoup à sa famille je pense, à un point qu'il en fut souvent absent, peut être parce qu'il se connait. Oui car là John Wayne incarne un vrai anti-héros, sombre, et très dur, connaissant l'ouest, et le désert comme personne, puissant mais perdu. Son personnage est devenu célèbre, et peut être approfondi de bien des manières au niveau comportement, et c'est surement sa qui le rend intéressant.

"La prisonnière du désert" c'est aussi une odyssée, on voit Monument Valley, on voit la neige, on voit la chasse aux bisons, les indiens, le Mexique, il y a comme un souvenir épique de ce film, culte au niveau du western. Vu de nombreuses fois. John Wayne possède un de ses rôles les plus charismatiques. Même si ça n'est pas mon favori, il reste un western à voir, rien que pour commencer. icongc1

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2373

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar pass » 22 nov. 2015 20:21

metek a écrit :Bizzare Ziva Rodann en arriere plan! :shock:

Image
Image



Whoah :shock: !! , mais il y a pire sur cette affiche certes il y a Ziva Rodann dans " Le Dernier train de Gun Hill " 1959 mais au 1er plan c'est John Wayne dans " L'homme qui tua Liberty Valance " 1962 et les deux cavaliers à cheval sur la Mesa ce sont les 2 éclaireurs Apaches que R. Widmark à provoquer en duel dans " La Dernière caravane " 1956 .

Sur Moviecovers on peut voir cette affiche mais cette fois avec le titre français , c'est vraiment du n'importe quoi ce montage ( 3 westerns diffèrents pour montrer un autre western ) . Et encore je reste persuadé que celui que l'on voit étendu avec une flèche provient d'un autre western ! .

Avatar du membre
lasbugas
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 11233
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: La Prisonnière du Désert - The Searchers - 1956 - John Ford

Messagepar lasbugas » 05 déc. 2015 7:51

Image
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités