Du sang dans le désert - The Tin star - 1957 - Anthony Mann

Voir tous les films critiqués
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet de discussion, pensez à consulter la liste de tous les westerns critiqués sur ce forum

SVP : Pour les images larges et lourdes, utilisez IMG2 et non IMG pour faire une miniature. Pensez aux connexions lentes!
Avatar du membre
EthanEdwards
Chasseur de primes
Messages : 749
Localisation : Saint Nazaire

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar EthanEdwards » 13 mai 2011 19:15

Fiche TV pour la diffusion du film le 1 décembre 1968 sur la 1ère chaîne de l'O.R.T.F.

Image
Image
Shoot ! Shoot ! Don't talk ! (the ugly)

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4177
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Abilène » 05 oct. 2011 19:21

Image
Modifié en dernier par Abilène le 09 oct. 2011 17:52, modifié 1 fois.

Madame S.
Trappeur
Trappeur
Messages : 3058
Localisation : Paris Dans le 91

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Madame S. » 05 oct. 2011 19:44

Un bon Western avec une rencontre émouvante entre un chasseur de prime vieillissant ancien sheriff aigri ayant perdu Femme et enfant et un jeune sheriff inexpérimenté respectueux des lois dans une bourgade ou l’on tire avant d’avoir fait les sommations d’usages. j'ai bien aimé le cours pour dégainer mais je l'ai quand même trouvé calme pour un western :D
Image]Image

Avatar du membre
Abilène
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4177
Localisation : Moulins (Allier)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Abilène » 27 déc. 2011 19:01

Image
Image
Image
Image
Image

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4864
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Yosemite » 01 juin 2012 23:50

Un western en tous points sublime.
Le noir et blanc est exploité avec une virtuosité extraordinaire, les positionnements de caméra offrent toujours une diversité de tons qui colorent le film mieux que du Cinemascope.
Quelques exemples de captures glanées ici et là.
Dans un paysage désertique et rocailleux, l'uniformité guette... sauf quand justement on se joue du cadre et que l'uniformité est rompue, par un choix d'angle qui capte un élément végétal par exemple.

Image

Et dans un paysage plus verdoyant et plus couvert, un brin d'urbanité ne nuit pas. Une barrière, un chemin... et une légère plongée pour ne pas laisser la frondaison faire un effet "plafond", un angle qui nous évite l'étouffement à nous spectateurs.


Image



Ici, un déroulé superbe. La caméra bouge très peu, le cadre est tout près et pourtant, tout ce qui doit s'animer s'anime. Magique !

Image

Un cavalier qui traverse et meuble l'arrière plan qui se dégarnit au fur et à mesure que notre jeune shérif avance...

Image

Une ouverture se crée gauche cadre, la caméra a un peu reculé pour donner du champ à l'intérieur de la pièce où l'on cherche à nous amener et où notre shérif se dirige manifestement.

Image

Image

Est-ce nous seuls qu'il vient voir ? C'est flatteur dites-donc. Attendons voir...
Image

C'est bien nous oui, mais pas nous seuls... pas étonnant qu'on ne s'ennuie jamais dans un tel film. Le réalisateur pense au spectateur à chaque instant.
Image

Transversale inverse en arrière plan. Un cheval en moins cette fois, juste une roue de bois poussé par un quidam.
Un cheval, aurait peut-être été un peu encombrant visuellement mais surtout en termes d'attention.
La scène est à présent à l'intérieur du bureau et non dans la rue. Il ne faut pas trop nous en détourner de fait.
Alors une roue en bois... c'est parfait monsieur Mann (si vous me permettez bien sûr).
Yo.
Modifié en dernier par Yosemite le 02 juin 2012 8:27, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4864
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Yosemite » 02 juin 2012 14:44

Yosemite a écrit :Dans un paysage désertique et rocailleux, l'uniformité guette... sauf quand justement on se joue du cadre et que l'uniformité est rompue, par un choix d'angle qui capte un élément végétal par exemple.
Image


Je reviens sur cette photo, photo de Loyal Griggs (Dir de la photo dans Les Dix Commandements) et bien sûr d'A. Mann.
Ce que j'y trouve de sublime, c'est sa capacité à illustrer le thème du film qui se situe dans la continuité ou non d'une mission (celle de shérif en l'occurrence) et, de fait, l'acte de transmission qu'il est possible de mener à bien. N'oublions pas que l'enfant et la femme de Morg Hickman (H. Fonda) sont morts ensemble. Et donc, qu'une histoire dans son actualité (la mère et également la femme) mais aussi dans son avenir (l'enfant) s'est interrompue sur ces deux plans en un seul événement.
Cette rupture nous est fréquemment rappelé de façon très subtile notamment par la jolie musique galante lorsqu'il se trouve en compagnie de Nona et son fils Jim (une composition d'Elmer Bernstein si j'en crois la fiche du film).

Il y a aussi cet instant où, Nona Mayfield l'invite à dormir (alors que toutes les chambres de la ville lui ont été refusées) et qu'avant d'accepter il s'assure que le jeune homme Jim en est d'accord. L'avis d'un enfant qui compte... pas si fréquent...

Pour revenir à cette photo donc, le cavalier se dirige vers nous. Impossible de savoir d'où il vient car la ligne d'horizon est brisée par les formations rocheuses mais aussi par des herbes folles qui ôtent toute possibilité de délimitation nette.
Il est sur une piste, qui va décrire un tournant. Or justement, ce tournant, on en devine le début, on en distingue l'issue mais l'incurvation nous en est cachée par une tronc d'arbre lui-même brisé.
Il n'y a aucune continuités évidentes en définitive, ni dans les lignes droites qui sont brisées, ni dans les incurvations qui s'entremêlent.

Je trouve cela extraordinaire, qu'à partir d'un choix de prises de vue, on puisse tant porter et illustrer un sujet de film.
Et c'est ainsi qu'A. Mann est grand...

PS.
La séquence durant laquelle nous apprenons, simplement, que Mr Hickman a eu une épouse, un fils et que tous deux sont morts.
Ensemble et en même temps... Que veut dire cette réponse ? Il ne nous en sera pas dit plus.

Image

Image

Image

Image


Une scène où la colérique Millie (Mary Webster) vient de se sauver du bureau du shérif en claquant la porte.
Très plaisante :

Image

Très plaisante scène oui car l'expérimenté Morg est en train d'expliquer la vie au jeune Ben Owens en lui disant que, certes les femmes ont tendance à faire claquer les portes mais que... dans ce cas, elle a raison car il devrait renoncer à cette étoile (et que finalement en se fâchant elle lui témoigne son amour).

Ca lui va bien de faire le malin au bel Henri Fonda... car lui aussi s'est fait claquer le beignet quelque temps auparavant par Nona Mayfield. Lorsqu'il s'emmêle les propos sur la paternité de son enfant Jim, envisageant en effet que son père était Mexicain mais sans imaginer qu'il pouvait être Indien... Loupé !
On réapprend tous les jours un peu l'humilité hein avec ces dames... :sm41:

Mais bon, ce qu'il sous-entend pour le jeune shérif est vrai aussi pour eux. Elle l'aime bien Nona...

Le sourire d'Henry...(Morg Hickman)
Image

Le trouble de Betsy Palmer... (Nona Mayfield)
Image

Et ce beau sourire tout d'émotion et de douceur lorsqu'il va voir les fameux pigeons de son fils...
Image

Quelle beauté !
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4864
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Yosemite » 02 juin 2012 22:14

Je ne vais pas me lancer dans le postage de l'intégralité du film sur le forum, mais je suis émerveillé par les prises de vue dans ce western. Dommage qu'il n'y ait pas le commentaire d'un Bertrand Tavernier en bonus pour nous en décrire tout cela.
Je viens de revoir le film et j'ai retrouvé un travelling, court, à une heure du film environ. Il se passe lorsque le jeune homme et son beau paint horse - Dinky -, s'avance vers la scène où a eu lieu l'incendie.
Elle commence par un arrêt et un plan fixe de face qui introduit la séquence.

Image

Un passage immédiat à l'arrière et, nouveau plan fixe. Passée l'introduction, le spectateur est invité à découvrir le spectacle de désolation avec ce jeune homme.

Image

et même, à s'en approcher avec lui... un bref travelling avant de toute beauté.

Image

Et ici, il y a une entrée dans le champ effectuée à droite du cadre et juste à proximité du théâtre des événements (entrée précédée par l'ombre des deux têtes). Ce nouveau plan borne en fait l'approche et répond au premier qui l'introduisait...

Image

Et là, malgré toute la tension créée... tout va bien et le sourire va réapparaître !
Regardez qui est là-bas... le toutou du kid :num1

Image

Un choix tout à fait optimiste en fait. Ce jeune homme aurait pu tomber sur bien pire. Mais quand même, le spectateur est tenu en haleine puis délivré... Ce qui est de bon augure pour la fin de l'histoire si on y réfléchit bien.
Toute une préfiguration de Happy End dans ce noeud dramatique très resserré.
Yo.

Avatar du membre
Yosemite
Chercheur d'or
Chercheur d'or
Messages : 4864
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Yosemite » 03 juin 2012 14:31

Pour aborder ce western d'un point de vue plus scénaristique, j'y ai particulièrement aimé le symbole des constructions et des reconstructions qui nous est proposé.
Certes l'illustration finale du nouveau départ en charriot et des couples formés est fortement hollywoodienne, toutefois le trajet mené pour en arriver là est quand même de toute beauté.
Le trajet et surtout le point de départ que constituent les personnages principaux.
Tous semblent un peu mal barrés en fait, soit parce qu'il n'ont pas bien choisis leur voie tel le jeune shérif Ben Owens, soit parce que la vie aura détourné les plus anciens (Nona Mayfield et bien sûr Morg Hickman) de la voie qu'ils envisageaient.

- Lorsque Morg lui pose la question de savoir si elle vit seule, Nona le rembarre en lui disant qu'elle vit avec son fils Jim. En même temps lui faire cette réponse c'est accéder à sa question et avouer ainsi une certaine solitude.

- Morg quant à lui se présente en père adoptif attentionné vis à vis de ce jeune homme, puis en pédagogue de l'art de dégainer et de tirer auprès de l'inexpérimenté shérif. Ainsi, il nous fait vite oublier ce personnage de chasseur de primes initial et dont je pense qu'il l'a choisi par dépit. Par dépit, ou par une certaine envie de se venger contre l'injustice, après la mort de son fils et de sa femme sur laquelle il reste d'ailleurs très discret.

De son passage dans cette bourgade, il repartira avec une femme, un fils adoptif et un fils spirituel. Fils spirituel qu'il intronise lui-même en lui laissant les clés de la ville en fait, ou plutôt en l'adoubant dans le rôle de shérif. Et ce shérif, Ben Owens, n'est plus seul lui non plus. La colérique Millie s'est rangée définitivement à ses côtés.
Elle qui ne semblait pas envisager qu'il puisse garder cette étoile, elle participe de son intronisation à son tour en restant là, avec lui alors que le trio Morg, Nona et Jim font route ailleurs.

C'est certes une vision très prude de la descendance (il n'y a finalement pas de famille parentale ici : il y a une recomposition familiale et une composition familiale à venir) et les différents legs s'effectuent donc entre père et fils spirituels ou adoptifs mais pas familiaux.
Toutefois, cela correspond aussi à un regard optimiste puisque les passés douloureux des uns et des autres se transforment en avenirs porteurs d'espérance.
Après tout, hein, pourquoi pas ?

Pour boucler avec le travail de Mann, je trouve que sa mise en scène est imprégnée de tous ces messages, de toute cette philosophie.
Le travelling avant qui montre le jeune homme avançant de façon rectiligne mais donc suivi par la caméra, c'est à dire nous (normal dans un travelling n'est-ce pas ? mais quand même, c'est un jeune homme et à ce titre il doit être accompagné), l'image de Morg sur cette piste assez indéfinie dont on ne sait ni trop d'où elle vient, ni trop où elle va, et ce jeune shérif qui traverse la rue un peu "hors des clous" j'ai envie de dire mais qui, tout de même, sait où il va.

Finalement, que The tin star soit intégralement en anglais aura l'avantage qu'il nécessitera de ma part des dizaines de visions pour en saisir toute la teneur.

Un grand. Un très très grand western.
Yo.

Avatar du membre
Blue Bill
Trappeur
Trappeur
Messages : 3158
Localisation : Far West
Contact :

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Blue Bill » 24 sept. 2012 18:20

Yosemite a écrit : Un western en tous points sublime ...


...
Un grand. Un très très grand western.
Yo.


Je viens de le revoir , je partage ton avis Yo :sm80:
Image

~ Shoot First ... or Die * That is the Question ! ~

~Now drinking in another Saloon~

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2802

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar pass » 06 oct. 2012 12:01

Première représentation à Paris le 14 Février 1958 à L' Aubert , aux Elysées , aux Folies , au Gaumont-Théâtre , au Lutétia , au Sélect-Pathé et au Palais-Rochechouart en version française et originale .

Avatar du membre
Hombre
Marshall
Marshall
Messages : 2851

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar Hombre » 04 nov. 2012 2:58

L' arrivée de Fonda dans la ville... ce travelling...
sa démarche...
ses cours de dégainage de revolver...
son attachement à cette femme et son fils...
I-nou-bli-a-ble !




Avatar du membre
lasbugas
Baron du bétail
Baron du bétail
Messages : 12431
Localisation : TOULOUSE
Contact :

Re: Du sang dans le désert - The Tin Star - 1957 - Anthony Mann

Messagepar lasbugas » 26 août 2013 19:26

Image
Image



Retourner vers « Les Westerns : critiques et illustrations de films »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : lasso et 2 invités