Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Analyses en profondeur de westerns avec débats, documents, ...
> A l'affiche : La Rivière sans retour
Voir tous les films de la rubrique
(anciennement 'Westerns Disséqués')
Règles du forum
Règles
> Respectez les opinions des autres...
> L'objectif est de débattre, discuter, et non de dire un en une ligne "j'aime", "je déteste".

Voir tous les films de la rubrique
Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6972
Localisation : Albuquerque
Contact :

Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Cole Armin » 01 janv. 2011 9:38

Pour ceux qui ne connaissent pas le film, voir ICI


Attention, les SPOILER sont autorisés, donc ne lisez pas ce topic avant d'avoir vu le film.


Tous les documents sont à poster dans ce topic:
viewtopic.php?f=20&t=11954


Que le débat commence!
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2679
Localisation : Aquaverde

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Pike BISHOP » 03 janv. 2011 22:44

C'est un film magnifique que j'ai découvert tard grâce au cinéma de minuit de FR3...
Je ne me souviens plus d'un passage en salle français et si oui, je l'ai raté alors...
Superbe découverte dans une jolie copie qu'est venu confirmer le DVD, fabuleuse galette qui nous restitue notre cinéma à la maison...
Il ne faut pas trop y chercher galopades et fusillades, quoique tous les ingrédients y soient, mais c'est plutôt une chronique intimiste
d'une communauté pionnière naissante et c'est assez facile de vouloir y rajouter un "cocorico" puisque le metteur en scène est français
d'origine...Il fit pourtant toute sa carrière un cinéma très US, très calibré, mais en y ajoutant des touches particulières..
On croirait la chronique d'un village français, peinture de petites touches, mélange de générosités, de courage, et aussi de mesquineries,
de lachetés, de tromperies, d'erreurs...
Un héros très droit, mais souvent à côté des réalités, trop volontaire pour séduire dans la douceur, trop fidèle en amitié pour voir les
évidences..Une héroïne calquée sur le même modèle et une galerie de portraits très divers qui feraient penser à un film de RENOIR...
Plus un talent évident de peindre la nature sauvage et de l'adapter au récit..Superbes scènes de forêt, pendant les raids indiens..
Je reviendrai sur tout ça , même s'il n'y a pas de débatteur , tant il est vrai que ce film est rare et aux antipodes des grosses lourdeurs
qui peuvent flatter le plus grand public...
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
Longway
Sorcier
Sorcier
Messages : 6498

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Longway » 03 janv. 2011 23:26

Pike BISHOP a écrit :C'est un film magnifique que j'ai découvert tard grâce au cinéma de minuit de FR3...
Je ne me souviens plus d'un passage en salle français et si oui, je l'ai raté alors...


D'après IMDB : le film est sorti dans les salles françaises ( Paris ) le 28 Octobre 1949, soit trois ans après sa réalisation.

Jusqu'à présent je n'ai jamais eu l'occasion de découvrir une quelconque affiche française, petit ou grand format ( celle que nous connaissons est un tirage belge ) et aucune photo d'exploitation non plus. Le matériel publicitaire français à l'air inexistant, ce qui me fait dire que ce western a du avoir une distribution très limitée dans les salles obscures.

Autre chose, l'absence d'une vf. Etonnant dans la mesure où tous les westerns distribués en France à cette époque étaient doublés.

Avatar du membre
EthanEdwards
Chasseur de primes
Messages : 749
Localisation : Saint Nazaire

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar EthanEdwards » 04 janv. 2011 0:51

Longway a écrit :
Pike BISHOP a écrit :C'est un film magnifique que j'ai découvert tard grâce au cinéma de minuit de FR3...
Je ne me souviens plus d'un passage en salle français et si oui, je l'ai raté alors...

D'après IMDB : le film est sorti dans les salles françaises ( Paris ) le 28 Octobre 1949, soit trois ans après sa réalisation.
Jusqu'à présent je n'ai jamais eu l'occasion de découvrir une quelconque affiche française, petit ou grand format ( celle que nous connaissons est un tirage belge ) et aucune photo d'exploitation non plus. Le matériel publicitaire français à l'air inexistant, ce qui me fait dire que ce western a du avoir une distribution très limitée dans les salles obscures.
Autre chose, l'absence d'une vf. Etonnant dans la mesure où tous les westerns distribués en France à cette époque étaient doublés.


La date à l'air d'être exacte, Le 28 octobre 1949 en distribution générale.
Universal film l'a présenté l'année precédente à la presse et la corporation le 20 avril 1948 à 10h00 au Cinéma Le Paris.
Le film était disponible en version originale et en version doublée.

Pour les visuels Stanislas Choko a fourni un visuel au site encyclociné
Image

Critiques corporatives de 1948:
Bien qu'un peu lent, ce film contient tous les éléments du western traditionnel et même les indiens, assez oubliés dans les productions récentes sur le Far-West, y participent. Le technicolor et son intéressante distribution : Dana andrews, Brian Donlevy, sysan Hayward, Patricia Roc, lui permettront d'attirer un important public.

De nombreux plans parmi lesquels des photos d'ensemble en exterieur très réussies. Le rythme n'est pas toujours suffisamment nerveux et le film a parfois l'apparence du drame psychologique. Par contre certaines séquences comme la bagarre Ward Bond-Dana Andrews ou les attaques indiennes sont très vivantes. Dana andrews a beaucoup de personalité et son jeu est de qualité. Brian Donlevy n'a pas campé son personnages avec un grand relief. susan Hayward joue avec beaucoup de sincérité et Patricia Roc avec beaucoup d'intelligence. Les personnages rendus par Ward Bond, la brute, Andy Devine le gros Ben, et par Hoagy Carmichaël sont très marquants.


Comme je n'ai pas vu le film, ma participation ne pourra pas aller beaucoup plus loin. :sm80:
Image
Shoot ! Shoot ! Don't talk ! (the ugly)

Avatar du membre
nathan
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1300

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar nathan » 04 janv. 2011 20:02

Pas vu depuis longtemps, je l'avais également découvert lors d'un passage au cinéma de minuit et il m'avait laissé un souvenir très fort.
J'ai le DVD au chaud, je reviendrais en discuter après visionnage.

En attendant admirez le joli techninolor




Avatar du membre
Cole Armin
Maire
Messages : 6972
Localisation : Albuquerque
Contact :

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Cole Armin » 04 janv. 2011 21:18

Quelques sentiments sur le film qu'il faudrait que je revois :

Le Passage du Canyon est à classer parmi les westerns les plus beaux et en Technicolor.
La beauté du film réside dans sa description de la nature.
e n'oublierai jamais certains des paysages de l'Oregon avec une première scène au cadre assez atypique : avec de la pluie. Un environnement plutôt rare (à part pour les scènes de bagarres certes) qui m'avait marqué lors de la vision du film puisque la neige, le soleil, le désert, la sécheresse ont souvent été utilisés.
Donc au final une vision assez exhaustive de l'Ouest : neige, pluit, forêt, nature, ... Tout y est.

Le passage du canyon demeure aujourd'hui totalement sous-estimé. Dans Jacques Tourneur: the cinema of nightfall (1), Chris Fujiwara explique cela par le fait que le film ne correspond pas aux modèles de westerns.
Comme le dit Pike, peu de fusillades. Mais, au contraire, le récit de pionniers rapproche ce films d'autres oeuvres majeures telles que La Ruée vers l'Ouest, Le Grand Passage, ...
Plusieurs éléments traditionnels du genre viennent tout de même nuancer le constant : des indiens, des bagarres avec Ward Bond (!), et un panel d'acteurs westerniens.

Premier western de Jacques Tourneur, il constitue le plus beau film (tant sur le plan visuel que du scénario) du réalisateur qui dresse un somptueux portrait de l'Ouest.

(1) Vous pouvez en lire des extraits sur Google Livres
http://books.google.fr/books?id=C-su44Q ... ge&f=false
"Attends d'être aussi vieux que moi pour parler comme moi"
Walter Brennan dans La Rivière rouge

Discutez cinéma!

Avatar du membre
Tecumseh
Marshall
Marshall
Messages : 2307
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Tecumseh » 04 janv. 2011 22:00

Pike BISHOP a écrit :Plus un talent évident de peindre la nature sauvage et de l'adapter au récit..Superbes scènes de forêt, pendant les raids indiens..


C'est pour moi l'une des grosses qualités de ce film, des extérieurs somptueux que le talent de Tourneur nous restitue pleinement au travers sa manière de filmer la nature, d'en utiliser les couleurs et la lumière. A ce sujet, le réalisateur lors d'un entretien retranscrit par Tavernier dans son ouvrage "Amis Américains" livre une définition du cinéma qui m'a d'ailleurs beaucoup plu :
"Le cinéma c'est de la peinture en mouvement..."

J'aime particulièrement les scènes de forêts, avec cette impression d'être parfois dans "le jardin d'Eden". Mais la violence n'est jamais très loin non plus, personnifiée par un Ward Bond qui n'hésite pas à abattre les chevaux de Dana Andrews et Susan Hayward après son échec de les tuer. Ou encore par son agression sur les jeunes indiennes se baignant dans la rivière, déchaînant alors la colère des indiens sur les colons.

D'après de nombreux critiques cinéphiles, ce western représente une étape charnière dans l'histoire du genre, en ce sens qu'il rompt en partie avec les stéréotypes habituels jusqu'alors utilisés dans le genre, conçu avant tout comme un pur divertissement. Ils étayent leurs propos par la richesse et l'importance des nombreux seconds rôles, et le scénario qui prend le temps d'installer toute cette communauté dans son vécu quotidien.
Honnêtement, je ne possède pas assez de cultures sur les westerns d'avant-guerre pour en faire une affirmation, et la récente découverte de "Law and Order" (1932) grâce justement au bonus du dvd du "passage du Canyon", m'indique qu'il en existe d'autres qui lui furent antérieur.
ImageImageImage

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2679
Localisation : Aquaverde

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Pike BISHOP » 04 janv. 2011 22:19

A côté de sa beauté formelle, visuelle et sans nuire au déroulement d'évènements qui ne deviennent dramatiques ou héroïques
que par contrainte...C'est un portrait d'une communauté en expansion,presque naissante, encore fragile, sujette aux périls
et jalousies et convoitises... Chaque élément est brossé à grands traits, puis précisé par de subtiles touches..On croirait vraiment
qu'une totale liberté a été laissée à TOURNEUR sur son sujet...
L'interprétation est magnifique et rarement aussi bien et subtilement dirigée ensuite dans l'oeuvre de TOURNEUR, même dans le
très joli "STARS IN MY CROWN" la palette n'est pas aussi riche..Ce Technicolor et ces caractères révélés petit à petit par à coups
me font vraiment penser à l'oeuvre d'un peintre...
DANA ANDREWS...Sympathique comédien, dont il faut bien dire qu'il n'a pas une large gamme d'expressions, est utilisé au mieux
comme PREMINGER a su le faire aussi.. L'homme qui entreprend, qui va de l'avant, dont la droiture quelque peu raide en fait le leader,
le sherif virtuel de cette communauté, mais aussi l'homme faillible, qui se trompe; se leurre et qui semble assez aveugle à ce que
nous spectateurs savons dès le départ..
SUSAN HAYWARD si souvent volontaire et dominatrice, ici assez dans l'attente et le brouillard, promise à un homme, attiré par la
noblesse d'un autre, personnage fort mais laissant le sort et les évènements décider pour elle d'un avenir qu'elle pourrait provoquer
dès le début...
BRIAN DONLEVY, j'ai lu une critique plus haut d'époque qui le trouvait minorer son jeu..Au contraire, pour une fois je le trouve très
bien dans son ambiguïté, sa faiblesse..L'homme qui a tout..Une position enviable, la richesse à portée, la plus jolie fiancée et qui
cède à ses démons, le jeu et la luxure..On croirait un Skywalker sur le fil tombant vers le versant noir de la"force"
PATRICIA ROC la mignonne fiancée de LOGAN(ANDREWS) qui pourrait sembler un personnage de convention, mais qui est finalement
beaucoup plus décisive que SUSAN HAYWARD, aspirant à une solidité familiale paysanne qu'elle ne trouve pas chez son héros de LOGAN
qu'elle admire pourtant..
WARD BOND..La brute, certainement un ex-meneur des premiers pionniers qui a su se faire détester de tous, il est craint de la communauté
sur laquelle il voudrait reprendre ascendance...LOGAN poussé par tous devra le provoquer et le chasser après une terrible bagarre, d'une rare
brutalité, on y reviendra..Ce bannissement par cette collectivité qui se cache et pousse en avant le héros sera déclencheur des drames à venir..
BOND est ici extraordinaire en brute absolue, rejetée ,esseulée, allant déverser sa hargne et ses pulsions sur de fragiles indiennes..
Puis bête traquée, repoussée, acculée à la mort horrible, il en devient pitoyable..
LLOYD BRIDGES...Le leader fermier qui monte, la future grande gueule qui remplacera peut-être BOND dans ses actions..Lucide et jaloux
malgrés ses airs avenants..
HOAGY CARMICHAEL, espèce de barde et lutin chantant, silhouette à la LINCOLN sur son âne, a l'estime de tous, anime toutes les fêtes
tous les évènements de ses chansons, mais s'avère un voyeur épiant toute la communauté..
ANDY DEVINE représentation du généreux pionnier, affable et chaleureux, pourtant c'est lui qui sera frappé des plus durement...
Le racisme surgit soudain à la fête devant sa ferme..Dès la présence des indiens..Il surmonte l'aversion générale pour amadouer les premiers
occupants de leur terre, les propriétaires légitimes..leur offrant quelques présents, quelques fruits de son labeur..
A la fin les évènements provoqués par BOND, retomberont sur lui, et détruiront certainement beaucoup de ses velléités altruistes..
Rarement une aussi jolie palette, si diverse et si exacte, si recherchée nous est offerte dans un genre qu'il faut bien reconnaître assez
manichéen et stéréotypé...
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
yves 120
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5718
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar yves 120 » 05 janv. 2011 9:49

La photographie est magnifique dans le passage du Canyon , ainsi que le décor naturel , ce qui était assez rare dans les westerns tournés vers ces années la ( 1946 ) Image
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Cooper
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1492
Localisation : LaHood-(californie)

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Cooper » 05 janv. 2011 15:48

Oui des décors de rêves somptueux, une qualités d'images et une bande son parfaite, je ne me souviens que peu
de ce film, mais cela me donne envie à nouveau de le redécouvrir, un western classique de grande classe !!! :wink:
COOPER. ;)
« Je regardai, et voici que parut un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait, se nommer mort «
( Pale Rider, le cavalier solitaire )

Image

Avatar du membre
nathan
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1300

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar nathan » 11 janv. 2011 15:17

Il faut reconnaître que "Canyon Passage" est une production assez atypique par rapport aux westerns classiques de l'époque. Comme indiqué par Pete , Tourneur , ayant une crédibilité financière depuis les méga succès fantastiques ( la Féline, Vaudou, l'homme-Léopard) a problablement bénéficié d'une certaine liberté sur ce film et de moyens confortables ( la couleur notamment).
Le souci du détail de la vie quoditienne est surprenant : la boue dans la rue avec les planches pour traverser en début, la construction de la maison des jeunes mariés ( fabrication du mortier, montage des murs en rondin, la toiture, la finition) . D'ailleurs la vie quotidienne prend largement l'avantage sur les intrigues : l'imposant Ward Bond - Bragg qui trouve là un rôle finalement très secondaire, de même l'épisode indien qui n'occupe que très peu de place dans le film.
Le sujet du film aborde une profession importante mais secondaire dans le western : les transporteurs de marchandises. Logan est l'ancêtre des chauffeurs routiers, il convoit avec ses mules les vivres et matériels nécessaire dans les villes champignons construites par les chercheurs d'or et non desservies par la dilligence ou le train.
Le ménestrel est assez énigmatique au début , on le prendrait presque pour un personnage intrigant mais la suite du film le montre plus sympathique.

A noter quand même un titre trompeur : le passage du canyon ( Canyon Passage) qui évoque bataille, embuscade, risque. Sauf erreur de ma part, on ne voit jamais de canyon dans le film, il en est même jamais question dans le déroulement du film.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2679
Localisation : Aquaverde

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Pike BISHOP » 17 janv. 2011 19:23

On l'a oublié ce "CANYON PASSAGE" ????

Je ne crois pas comme dit NATHAN que BRAGG (W.BOND) soit un personnage très secondaire...Il est le déclencheur de tout le drame..
Il faut (subtilité de plus du film) lire entre les séquences..Comprendre que BRAGG devait être la terreur, le patron du coin, supplanté
par LOGAN..D'où sa haine..L'agression du début..dans la chambre de LOGAN...Les provocations ensuite jusqu'à la bagarre aux poings (et ustensiles)
voulue assez sadiquement (du pain et des jeux) par la population...Bagarre qui fait mal..La brute saoûlée de coups, aveugle de sang et de gnons
ne voit plus son adversaire et se met à boxer les poteaux du bar, se fracassant le poing..Extraordinaire de violence..
Puis rejeté de tous il part sous les quolibets..
Plus tard il évacue sa haine, ses pulsions dans le viol et meurtres des jeunes indiennes..
Les séquences finales de la brute, telle une bête traquée, qui cherche de l'aide et se voit rejetée encore , flinguée par la communauté..
et qui va crever sous l'hallali des peaux rouges dans des fougères devenant de plus en plus rouges..C'est du grand cinéma et ce n'est pas
du petit rôle..BOND qui pouvait être aussi lourd dans les films qu'il devait l'être dans la vie (FORD l'appelait L'âne ou le "Monkey)
est ici parfait..Il pouvait être aussi, parfaitement dirigé, un grand comédien (GENTLEMAN JIM)..

Le Ménestrel est sympa, mais comme presque tous les autres, il a quelque vice caché (la curiosité, voire le voyeurisme) En fait cette belle petite
société est particulièrement hypocrite, souvent égoïste et mesquine..C'est peut-être le plus généreux (ANDY DEVINE) qui morfle le plus..
Encore quelques paradoxes de ce film rare, que malheureusement peu ici semblent avoir visionné.
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
nathan
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1300

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar nathan » 17 janv. 2011 20:28

Pike BISHOP a écrit :Je ne crois pas comme dit NATHAN que BRAGG (W.BOND) soit un personnage très secondaire...Il est le déclencheur de tout le drame..
Il faut (subtilité de plus du film) lire entre les séquences..Comprendre que BRAGG devait être la terreur, le patron du coin, supplanté par LOGAN.

Il me faudra voir le film une autre fois pour en saisir cette subtilité en effet très pertinente car c'est à ce niveau justement que pêche un peu le film. J'aurais préféré que Bragg soit davantage présent ou du moins que son importance soit scénaristiquement mieux décrite. Je ne le vois pas comme une terreur mais plutôt comme un mauvais garçon. La bagarre au saloon contraste assez avec la suite : la population avait Bragg à sa merci mais le laisse partir. C'était pourtant l'occasion rêvée de lui faire payer ses mauvais coup et autrement que par quelques baffes.
Un moment après , cette même population se prépare à pendre Brian Donlevy pour meurtre , qu'il a bien commis , mais dont le procès sommaire ne démontre pas clairement sa culpabilité. La différence de traitement est surprenante mais ce n'est pas probablement pas un défaut, ce serait plutôt le choix de Tourneur de montrer combien l'être humain est faible.

Un western à plusieurs niveaux d'interprétation c'est aussi en ça qu'il est tellement réussi.

Avatar du membre
Pike BISHOP
Marshall
Marshall
Messages : 2679
Localisation : Aquaverde

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar Pike BISHOP » 18 janv. 2011 11:42

Je pense que la communauté agit lâchement...Elle reste craindre BRAGG...Sans doute individuellement aucun
n'oserait s'opposer à sa fureur...Ils se retranchent tous derrière LOGAN et le poussent à la bagarre..Ils peuvent conspuer
BRAGG...Mais ne le rejettent que groupés et encore quand celui-ci est à bout de souffle, à la fin..
Par contre pour CAMROSE(DONLEVY), je pense que nul ne le craint, il n'est pas aimé car c'est lui qui manipule l'argent..
Il semble une pièce rapportée qui n'est tolérée que grâce à l'amitié et par ses fiançailles..Mais ses "dérives" suspectes ;
Le jeu, la "prostituée" sont épiées et dès que la protection de LOGAN tombe (absence) la communauté agit
sous le couvert de sa loi...
If they move, kill'em !!

Avatar du membre
ROY ROGERS
As de la gâchette
Messages : 526
Localisation : libourne (entre st Emilion, Pomerol, Fronsac)

Re: Le Passage du Canyon - Canyon Passage - 1946 - Jacques Tourneur

Messagepar ROY ROGERS » 26 janv. 2011 11:46

grosse déception, en rentrant de voyage, ma commande amazon n'a pas été prise en compte, donc pas de "passage dun grand canyon" et plus en rayon, zut.... donc je cherche ailleurs ! :(
dit "ROBERT"



Retourner vers « Les Westerns autour du feu : débat »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité