Le Western Muet : l'année 1918

Hombre vous propose un aperçu des westerns muets au fil des années
Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3086

Le Western Muet : l'année 1918

Messagepar Hombre » 13 oct. 2017 17:04

Année 1918



En 1918, 53 westerns courts et 92 longs-métrages ont été recensés :


Texas Guinan (1884 - 1933)


Image

Texas Guinan a été la première cowgirl du cinéma au temps où le genre
western était principalement dominé par la gente masculine. Elle était
alors connue comme la “female William S. Hart”. Étant originaire du Texas,
tout naturellement on la surnomme « Texas ».

Sa gouaille, sa dégaine de garçon manqué, son visage carré, ont fait qu'elle
fut remarqué par un agent de la Balboa APC, qui l'a fait débuter dans des westerns.
« Son aspect rugueux de garçon manqué délibéré, pas glamour du tout et capable
de dompter aussi bien les hommes que les chevaux ».


Mais elle n'est pas uniquement cowgirl, elle opte pour des rôles de femme
indépendante où elle est une vraie « pistolera » et non pas une dulcinée
timide ayant besoin d'être sauvée.
Frank Borzage la dirige dans The Gun Woman (1918) et Francis Ford dans
deux films : I Am the Woman et The Stampede, en 1921.

Cependant les studios privilégient les belles actrices. Texas se sentant délaissée,
crée sa propre maison de production: Texas Guinan Production, en 1921.

Selon Louise Berliner, sa biographe: « Guinan était une productrice energique et
novatrice, diffusant elle même chaque film plutôt que de le confier à une
quelconque compagnie de production; inaugurant ainsi les droits de distribution
de ses propres films, de superviser les campagnes de publicité (y compris la mise
en scène des sketchs en direct avant la projection) ».


Voir la biographie de Demerval : viewtopic.php?f=30&t=18322#p264499

Image


_______________________________________
The Gun Woman
_______________________________________
"Une propriétaire de saloon prête de l'argent à son amant pour acheter une maison, car il lui a fait
croire qu'ils y vivront après leur mariage. Au lieu de cela, il prend l'argent et achète un saloon dans
une autre ville."
IMDb.

Fiche technique :
Réalisateur : Frank Borzage
Scénario : Alan James
Production : Triangle Film Corporation
Durée : 50 minutes - 1378,06 mètres (5 bobines)

Frank Borzage :
Image


Distribution : Texas Guinan, Ed Brady, Francis McDonald, Frank Borzage.

Texas Guinan, Ed Brady, Francis McDonald :
Image.Image.Image



______________________________________
La bête féroce (The Hell Cat)
______________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Reginald Barker
Scénario : Willard Mack
Production : Diva Pictures - Goldwyn Pictures Corporation
Durée : 60 minutes - 6 bobines

Reginald Barker et Willard Mack :
Image.Image


Distribution : Geraldine Farrar, Milton Sills, Tom Santschi, Texas Guinan.

Image.Image.Image.Image



_________________________________________
Indian Life
_________________________________________

Une scène du film :
Image
photo : IMDb


"C'est un documentaire sur les Amérindiens, réalisé par Paul Powell montrant la vie dans les réserves des
Cheyennes et des Crows dans le Montana, le Dakota du Sud ainsi que le Wyoming."
IMDb
Film probablement perdu.

John E. Maple durant le tournage d'Indian Life :
Image
Photo : IMDb


Fiche technique :
Réalisateur : Paul Powell et/ou John E. Maple?
Scénario : Willard Mack
Image : John Leezer
Musique : Vern Elliott
Production : Northwestern Film Corporation production
Durée : 4 bobines
Lieu de tournage : Montana, South Dakota, Wyoming

Distribution : Inconnue



_________________________________________


Tom Mix (1880 – 1940)

Image

Tom Mix fils d'un maître d'écurie a grandi dans l'amour des chevaux.
Avant d'être l'acteur le plus célèbre du cinéma muet il a exercé différents métiers :
militaire, manœuvre, barman, shérif, cow-boy. Il a participé aux spectacles
du Far-West du « 101 Ranch ». Il est ainsi engagé par la Selig, d'abord pour s'occuper
des chevaux. Sa première apparition dans un écran de cinéma c'est dans Le cow boy
millionnaire
(1909), mais Ranch Life in the Great Southwest (1910), est considéré
comme son premier film. Scénariste et réalisateur pour Selig, puis pour la Fox Films,
il surpasse en popularité tous les autres acteurs du western muet.

Étant un cavalier émérite, il faisait lui même les cascades avec son fameux cheval, Tony.
Il tourne plus de 230 films pour la Selig. Puis, après une petite traversée du désert, grâce
à Raoul Walsh il est engagé par la Fox avec laquelle il tournera 85 films de 1917 à 1928.
L'année suivante il tourne 5 films muets pour la société de Joe Kennedy, Film Booking Office.
En 1929, aux funérailles de Wyatt Earp il porte son cercueil et on raconte qu'on l'y a vu pleurer.

Tom Mix et Tony :
Image


Cette année 1918, Tom Mix est la vedette de six films longs et dans la foulée, réalisera
un court de deux bobines, tous disparus, sauf "Ace High" de Lynn Reynolds :



__________________________________________
Cupid's Round Up
__________________________________________
Premier western long de Tom Mix et c'est également le premier film qu'il tourne en tant que vedette
pour la Fox. On trouve ici l'actrice Wanda Hawley à ses débuts, par la suite elle tournera avec Allan Dwan,
Cecil B. DeMille, Donald Crisp, entre autres. On la verra aussi aux cotés de stars comme Douglas Fairbanks,
William S. Hart ou Rudolph Valentino.
Film considéré perdu.

Image


« James Kelly et Tom Baldwin, deux vieux amis, conviennent que leurs enfants, Larry et Helen, devraient
se marier. Pendant le mois qui précède le mariage, Larry, qui à l’ intention d’avoir une aventure avant de
remplir son devoir filial, est ébloui par une femme qu’il rencontre dans un train. Sans savoir que cette
femme est Helen, il prend un emploi au ranch où elle est employée, afin d'étudier son caractère .
Tom s'oppose à un groupe de voleurs de bétail, mais est accusé de meurtre et s'enfuit . Après une
course poursuite, son cheval rattrape un train, et lorsqu' il saute par la fenêtre, il se retrouve face à
sa future épouse. »
The AFI Catalog of Feature Films

Fiche technique :
Réalisateur : Edward LeSaint
Scénario : Charles Kenyon d’après une histoire de George Scarborough
Production : Fox Film Corporation
Durée : 1500 mètres - 5 bobines
Lieu de tournage : San Bernardino Mountains, California

Edward LeSaint :
Image


Distribution : Tom Mix (Larry Kelly); Wanda Hawley (Helen Baldwin); Edwin B. Tilton (James Kelly ;
Roy Watson (Bucland); Verna Marsereau (Peggy Blair) Alfred Paget; Frederick R. Clark…

Tom Mix, Wanda Hawley, Verna Marsereau et Alfred Paget :
Image.Image.Image.Image

.

__________________________________________
Western Blood
__________________________________________
Tom Mix signe l'histoire de ce film considéré perdu.
Victoria Forde sa partenaire dans ce film a fait la connaissance de Tom Mix chez Selig, en 1915.
Il tourneront plusieurs westerns et se marieront cette année. C'est l'avant dernier film de Victoria,
laquelle se retirera du cinéma l'année suivante, en 1919. Elle est aussi la réalisatrice d'un seul
film, When Cupid Slipped (1916), une comédie western.

Image


Fiche technique :
Réalisateur : Lynn F. Reynolds
Scénario : Lynn Reynolds
Production : Fox Film Corporation
Durée : 50 minutes -1500 mètres - 5 bobines
Lieu de tournage : Santa Clarita, California

Lynn F. Reynolds :
Image


Distribution : Tom Mix [Tex Wilson], Victoria Forde [ Roberta Stephens], Barney Furey :[Wallace Payton],
Frank Clark [Colonel Stephens], Pat Chrisman [ Juan], Buck Jones [un cow-boy]

Tom Mix, Victoria Forde, Frank Clark et Buck Jones :
Image.Image.Image.Image


Tom Mix et Victoria Forde :
Image




_____________________________________
Mr. Logan, U.S.A.
_____________________________________

Image


"Billy Morton, affectueusement surnommé par ses salariés Oncle Billy, exploite une mine de tungstène
dans la ville de Sunrise, Nouveau-Mexique. Les États-Unis étant impliqués dans la guerre mondiale,
Oncle Billy met tout en œuvre pour accroître la production, car le tungstène est un métal précieux pour
l’oncle Sam. Jim Logan, qui semble être un vagabond, arrive en ville en même temps que J. Alexander Gage,
un espion allemand, ce dernier tente d’inciter les mineurs à faire grêve pour obtenir des salaires plus élevés.
Jim gagne l’admiration de Suzanne, la fille de Billy, mais lorsqu’il brise une réunion organisée contre Billy,
Gage dit à Suzanne le cowboy est lié à Dolly Dugan. Après que Jim ait sauvé Billy des hommes de Gage,
l’allemand l'emprisonne mais Jim s’échappe... »
AFI
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Lynn F. Reynolds
Scénario : Lynn Reynolds, d’après une histoire de Jay Coffin
Image : J.D. Jennings
Production : Fox Film Corporation
Durée : 2100 mètres - 7 bobines
Lieu de tournage : San Bernardino, California

Distribution : Tom Mix [Jim Logan], Kathleen O’Connor [Suzanne Morton], Dick La Reno [ Billy Morton],
Charles Le Moyne [Jim Crosby], Jack W. Dill [Olsen], Val Paul [J. Alexander Gage / espion allemand],
Maude Emory [Dolly Dugan]


Image


Autres titres de film avec Tom Mix :

Six Shooter Andy de Sidney Franklin.
Ace High de Lynn Reynolds
Who's Your Father de Tom Mix
Fame and Fortune de Lynn Reynolds



_______________________________________
The Grand Passion
_______________________________________

Image


"Dick Evans (Stowell), le patron de Powderville, décide de lancer un journal et de le financer par la publicité
forcée des entreprises de la ville. Il embauche Jack Ripley (Mulhall), un journaliste de New York, pour en être
le rédacteur en chef. Viola (Phillips), nièce de Paul Argos (Chaney), voyage dans le même train que Ripley
et font connaissance. Dick Evans décide de nettoyer la ville. Entre temps, Viola est kidnappée et cachée
dans un relais routier de l'autre côté des voies. Evans et Ripley la sauvent mais s'attirent la colère des habitants
de la ville, ceux-ci attaquent le bureau du journal et se voyant perdus, Evans ordonne à Ripley de fuir avec Viola.
Lorsqu'elle découvre qu' Evans ne les a pas suivi, elle retourne dans la ville en flammes et le trouve blessé.
Elle lui déclare son amour et la suite nous dira qu'il survivra."


Fiche technique :
Réalisatrice : Ida May Park
Scénario : Ida May Park, d’après la nouvelle “The Boss of Powderville” de Thomas Addison.
Image : King Gray
Production : Bluebird Photoplays, Incorporated
Durée : 2100 mètres - 7 bobines

Ida Mae Park :
Image

Distribution : Dorothy Phillips (Viola Argos]), Jack Mulhall (Jack Ripley), Lon Chaney (Paul Argos), William Stowell
(Dick Evans), Bert Appling (‘Red’ Pete Jackson), Evelyn Selbie (‘Boston Kate’), Alfred Allen (Ben Mackey)

Dorothy Phillips, Jack Mulhall, Lon Chaney, William Stowell :
Image.Image.Image.Image





___________________________________________
Revenge
___________________________________________

Edith Storey :
Image


Tod Browning dans son étonnante et particulière filmographie a eu le temps de tourner quelques westerns,
dont The Slave Girl (1915), Hands Up (1917) et Revenge (1918) L'année suivante il fera la rencontre de
Lon Chaney qu'il dirigera dans une dizaine de films.

Fiche technique :
Réalisateur : Tod Browning
Scénario : H.P. Keeler, William Parker d’après une histoire de Edward Moffat
Production : Metro Pictures Corporation
Durée : 2100 mètres - 7 bobines
Lieu de tournage : San Bernardino Mountains, California

Tod Browning :
Image


Distribution : Edith Storey (Alva Leigh); Wheeler Oakman (Dick Randall); Ralph Lewis (“Sudden” Duncan);
Alberta Ballard (Riger Lil); Charles West (Donald Jafray).

Edith Storey, Wheeler Oakman, Ralph Lewis :
Image.Image.Image



______________________________________



Wallace Reid ( 1891 - 1923)

Image

Wallace Reid est né dans une famille de théâtre, sa mère étant actrice et son père dramaturge,
Wallace est monté très jeune sur les planches.

Bel athlète, aimant les voitures, doué pour le sport, mais aussi pour la musique : il pouvait tout
jouer, du piano, violon, banjo, percussion... Jeune il se destinait à la chirurgie, cependant le
cinéma le séduisit, d'abord attiré par l'écriture et la réalisation; mais les studios voyaient en
ce beau jeune homme « une idole de matinée ».

Selig l'engage comme « assistant réalisateur, cinéaste, caméraman et homme de service».
Sa première apparition au cinéma date de 1910, l'année suivante il est dirigé dans un western
par Allan Dwan : The Mother of the Ranch. Par la suite on trouvera une vingtaine de westerns
dans sa filmographie.

Dans Naissance d'une nation (1915), les spectateurs sont troublés par la présence du forgeron
torse nu, en colère. On peut dire qu'à partir de ce moment là Wallace Reid est une star de
cinéma à l'égal de Mary Pickford, Douglas Fairbanks et Charlie Chaplin.
De grands réalisateurs : Cecil B. DeMille, Allan Dwan et Griffiths l'ont fait jouer. Il donne la
réplique à des stars féminines telles Gloria Swanson, Dorothy Gish, Geraldine Farrar et Bebe Daniels.

En 1919, durant le tournage de La vallée des géants, l'équipe a un accident de train. Wallace
est grièvement blessé ainsi que le reste des membres du studio. Le tournage doit continuer et
pour soulager sa douleur on lui administre de la morphine. Devenant très vite dépendant aux
opiacés, ce sera le début de sa chute. Il mourra d'une overdose le 18 janvier 1923.

"Wally Reid était un diamant brisé ..."
Cecil B. DeMille.

Wallace Reid dans At Cripple Creek, 1912 :
Image
Photo : Pinterest.



__________________________________________
Believe me, Xantippe
__________________________________________

Image


« George MacFarland, un jeune homme fortuné aimant l'aventure, parie avec ses amis Thornton Brown
et Arthur Sole la somme de 20 000 $, qu'il commettra un délit et échappera à la police durant un an.
Après avoir refilé un chèque, George se dirige vers l'Ouest et réussit malgré toutes les affiches placardées
portant son nom et son expression favorite, «Croyez-moi, Xantippe», à déjouer la police .
Dans un pavillon de chasse du Colorado, il rencontre la jolie fille du shérif Kamman, Dolly, qui le reconnaît
et essaie de l'arrêter. Cependant, selon les termes du pari, sa capture doit être effectué par un véritable
officier de justice, ce qui n'est pas le cas de Dolly. Les douze coups de minuit annoncent que l'année s'est écoulée .
George a gagne son pari ainsi que la fille du shérif. »
AFI Catalog Feature Films
Film probablement disparu.

Réalisateur : Donald Crisp
Scénario : Olga Printzlau
Image : Henry Kotani
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : minutes - 5 bobines

Donald Crisp :
Image


Distribution : Wallace Reid (George MacFarland), Ann Little, (Dolly Kamman), Ernest Joy (Thornton Brown),
Henry Woodward (Arthur Sole), Noah Beery (sheriff Kamman)

Wallace Reid, Ann Little et Ernest Joy :
Image.Image.Image





__________________________________________
Rimrock Jones
__________________________________________

Image


« Dans la ville minière de Gunsight, un avocat sans scrupules nommé Andrew McBain applique l'obscure
«Loi d'Apex» pour éjecter Rimrock Jones hors de sa mine de cuivre nouvellement découverte. Sans se laisser
démonter, le jeune prospecteur trouve une mine encore plus riche. N'ayant pas d'argent pour développer
la Tecolote, Rimrock emprunte 2 000 $ à la sténographe Mary Fortune, qui, lorsque la mine fait ses preuves,
décide de conserver son vote au conseil plutôt que de reprendre son prêt. En proie à la surdité, Mary se rend
à New York pour consulter un spécialiste, suivie par Rimrock, qui en est amoureux. Stoddard, un financier
de Wall Street qui a des projets sur la mine de Rimrock, engage une « vamp » nommée Hazel Hardesty pour
retenir Rimrock dans l'Est, mais Mary retourne à Gunsight à temps pour empêcher Stoddard de prendre le
contrôle de la Tecolote. Rimrock réapparaît pour sauver Mary du gang de Stoddard, après quoi il enlace Mary. »

AFI Catalog Feature Films.
Film probablement disparu.

Image


Fiche technique :
Réalisateur : Donald Crisp
Scénario : Harvey F. Thew and Frank X. Finnegan, d’après le roman Rimrock Jones de Dane Coolidge
Image : Faxon M. Dean.
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 5 bobines

Distribution : Wallace Reid [Rimrock Jones], Ann Little [Mary Fortune], Charles Ogle [Hassayamp Hicks],
Paul Hurst [Ike Bray], Guy Oliver [Andrew McBain], Fred Huntley [Leon Lockhart], Edna Mae Cooper [Hazel Hardesty],
Tote Du Crow [Juan Soto], Gustav Von Seffertitz [Stoddard], Ernest Joy [Jepson], George Kuwa [Woe Chong],
Mary Mersch [Mrs. Hardesty]

Wallace Reid et Ann Little :
ImageImage


Guy Oliver, Edna Mae Cooper et Gustav Von Seffertitz :
Image.Image.Image


Wallace Reid dans un de ses nombreux westerns :
Image
Photo : Cinema Immobile. Charles Ford


__________________________________________
Fatty bistro (Out West)
__________________________________________

Image


Roscoe “Fatty” Arbuckle rencontre Buster Keaton en 1917, au moment ou il venait d'obtenir un contrat dans
lequel il exerçait un contrôle total sur ses films. Keaton est immédiatement incorporé dans le projet en cours du
tournage Fatty garçon boucher et ils tourneront 5 courts métrages, cette année là (1918 ) .
Out West en est le premier .

Nous avons dit auparavant que pratiquement tous les thèmes du genre western étaient déjà traités dans la
période du cinéma muet. Out West est un western parodique que d’aucuns ont dit, par ses gags, qu’il était
surréaliste. Il reprend bien évidemment la plupart des sujets du genre : Fatty est un vagabond qui roule sa
cigarette avec une main, bon je vous l’accorde avec une légère variante, il essaye d’échapper aux gardes
d’un train de marchandises qui visent avec leurs colts ses grosses fesses; il court sur les toits avec une aisance
qui rendrait jaloux quiconque. Puis, on le voit en plein désert fuir des indiens qui visent avec leurs flèches… oui,
vous l'avez deviné, ses fesses…
Il atterrit ainsi dans le saloon d’une ville frontière, La Dernière Chance, où le patron n’est autre que Buster
Keaton qui n’hésite pas à tirer dans le dos des tricheurs de cartes et fourguer les cadavres dans le sous-sol
par une trappe s’ouvrant au bon moment.
Tous deux doivent faire face à Wild Bill Hickup et sa bande. Heureusement il y a une jeune fille de l'Armée
du salut...

Regardez le film, vous passerez un bon quart d’heure.

Film visible sur le site The Internet Archive : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... pvvmNUviIR

Roscoe Arbuckle, Buster Keaton et Al St. John :
Image


Fiche technique :
Réalisateur : Roscoe Arbuckle
Scénario : Natalie Talmadge
Image : George Peters
Production : Comique film Company
Durée : 25 minutes – 600 mètres. 2 bobines
Lieu de tournage : San Gabriel Canyon, Angeles National Forest, Californie

Le réalisateur et acteur Roscoe Arbuckle et la scénariste Natalie Talmadge :
Image.Image


Distribution : Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle (barman), Buster Keaton (patron de bar), Al St. John [Wild Bill Hickup],
Alice Lake (jeune femme de l’armée de salvation), Joseph Keaton, Ernie Morrison

Buster Keaton, Al St. John et Alice Lake :
Image.Image.Image




___________________________________________
Riders of the Purple Sage
___________________________________________

Image

« Lassiter, un Ranger du Texas, promet de se venger de l'homme qui a poussé sa sœur à abandonner son
mari et à rejoindre la secte mormone. Au ranch de Jane Withersteen, où sa sœur a été vue pour la dernière
fois, Lassiter se lie d'amitié avec un cavalier nommé Venters, tombe sous le charme de la propriétaire du ranch
et prend sous son aile une petite orpheline nommée Fay Larkin. Tandis que Venters recherche une bande
de voleurs qui assaillent le ranch de Jane, Lassiter apprend que sa soeur est morte, et attaque une réunion
mormone, tuant Dyer, l'homme qui l'a enlevée. Venters capture le chef des voleurs de bétail, qui s'avère être
une jeune femme, très vite tous deux tombent amoureux. Poursuivis par les mormons en colère, Lassiter,
Jane et Fay se rendent dans une vallée isolée où ils rencontrent Venters et la voleuse de bétail repentie, en qui
Lassiter reconnaît la fille de sa défunte sœur . Venters et la fille échappent aux Mormons, mais Lassiter,
en roulant un énorme rocher sur ses poursuivants, bloque la seule issue vers la vallée, s'enfermant lui-même,
ainsi que Jane et Fay à l'intérieur. » . AFI

Première adaptation du roman de Zane Grey. Il y en aura encore quatre, dont une autre version muette, en 1925.
Courte apparition d’un certain Charles Jones, futur Buck Jones.
Film probablement perdu.

Kathryn Adams, Nancy Caswell et Marc Robbins :
Image

William Farnum :
Image


Fiche technique :
Réalisateur : Frank Lloyd
Scénario : Frank Lloyd, d’après le roman Riders of the Purple Sage de Zane Grey
Image : Billy Foster
Production : Fox Film Corporation
Durée : 57 minutes - 1 972 m (7 bobines)

Distribution : William Farnum (Lassiter), William Scott (Venters), Marc Robbins (Dyer), Murdock MacQuarrie (Tull), Mary Mersch (Jane Withersteen), Katherine Adams (Mille Erne), Nancy Caswell (Fay Larkin), J. Holmes (Jerry Card), Charles Clary, Jack Nelson, Charles Jones

William Farnum, Mary Mersch, et Nancy Caswell :
Image
Modifié en dernier par Hombre le 06 févr. 2020 20:12, modifié 10 fois.

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3086

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 06 nov. 2017 9:28

Année 1918 (suite)



W.S. Hart et l’année 1918

Par Marc

Image


En cette année 1918,W.S. Hart reste la première star du Western.
Toutefois, sa popularité n’est pas sans partage. La concurrence est bel et bien là.

Si Broncho Billy Anderson, le tout premier cow-boy de l’écran, tire sa révérence au cours de l’année ( il reviendra
pour une figuration en 1965 dans « The Bounty Killer » ), d’autres acteurs se positionnent autour du grand Bill :

- Harry Carey, qui a rejoint l’Universal en1915, travaille désormais avec John Ford lui-même. Ses rôles sont
proches de ceux tenus par Hart. Son incarnation, dans plusieurs films, du personnage de Cheyenne Harry est
grandement appréciée par le public et la critique.
- Tom Mix, passé de la Selig à la Fox, joue en totale opposition avec les personnages réalistes et austères
interprétés par Hart. Ses costumes extravagants, son dynamisme et sa décontraction lui ont valu une popularité
fulgurante.
- Buck Jones, ancienne doublure de Hart, tourne son premier western en 1918 et montre déjà une personnalité
attachante.
- Jack Holt, Art Accord, Dustin Farnum ,Hoot Gibson , Jack Hoxie sont des valeurs sûres du Western et concurrencent ,
eux aussi , la star de « Hell’s Hinges ».
Hart doit faire un choix : Se cantonner dans le genre pour garder sa couronne ou bien élargir sa popularité en
évoluant dans des environnements différents.
Il choisit de jouer sur les deux tableaux en faisant de prudentes tentatives vers l’Aventure et la Comédie.

Ses films de l’année peuvent donc s’appréhender en deux catégories : ceux qui confirment son appartenance
au Western, et ses essais pour s’affranchir temporairement du genre.



Les westerns :

___________________________________________
A l'affût du rail (Wolves of the Rail)
___________________________________________

Approche classique sur un scénario assez voisin, en plus optimiste, de « The Taking of Luke Mc Vane » (1915).
Hart, le hors-la-loi, sauve son poursuivant, un marshal, et le fait prisonnier. En endossant l’identité de l’homme
de la loi, le bandit rencontre l’amour et la rédemption. Réalisation vigoureuse, mais bien peu d’originalité dans
l’intrigue proposée.

Image

Hart et William Elmer :
Image



__________________________________________
Le tigre humain (The Tiger Man)
__________________________________________

Ici le scénario louche vers celui de « Hell’s Hinges ». On y retrouve bien
le hors-la-loi ( Hart) et le pasteur décidé à apporter la religion dans les contrées hostiles. Différence notable toutefois,
le pasteur est ici accompagné de son épouse (au lieu de sa sœur). Ainsi, le bandit se contentera de sauver, au prix de
sa liberté, le couple victime d’un environnement difficile. Nous sommes loin de la noirceur et de l’ambition de
« Hell’s Hinges ».Mais, comme souvent dans le travail de Hart, la justesse des personnages et l’authenticité des décors
maintiennent un intérêt certain.

Hart et Jane Novak dans Le tigre humain :
Image



__________________________________________
L’étincelle (Selfish Yates)
__________________________________________

Celui-ci sort davantage des sentiers battus. Ici, Hart interprète un individu vraiment
antipathique pendant les deux premiers tiers du film. Il se ressaisit finalement pour rendre la justice et trouver
l’âme sœur.
L’interprétation de l’acteur est intéressante, il est plutôt glaçant d’égoïsme (d’où le titre ) et de rapacité dans son
rôle de propriétaire de Saloon. Presque meilleur ici que dans ses rôles de « brave type , victime du destin » , on
mesure tout son talent.
A noter que ce film est l’un des rares de Hart à avoir eu des problèmes avec la censure, en raison d’une séquence
montrant une tentative de lynchage particulièrement réaliste, finalement considérablement raccourcie à l’écran.

Image



___________________________________________
Riddle Gawne
___________________________________________

Ce film est le « Graal » inaccessible des admirateurs de W.S Hart.
Il est réputé impossible à visionner. Métrage perdu, seules quelques minutes auraient été préservées.
Mais, la rumeur d’une copie complète, détenue jalousement par un collectionneur californien circule toujours.
Pourquoi cet intérêt ? Hart, très rarement opposé à d’autres acteurs célèbres, affronte ici le plus fascinant (certains
disent le plus grand ) interprète du cinéma muet : LonChaney Sr.
Chaney , cantonné à l’époque à des rôles d’antagonistes violents n’était pas encore le géant qu’il deviendra , en
particulier dans les films de Tod Browning.
Néanmoins, ses interprétations à la fois agressives et nuancées étaient déjà considérées comme admirables.
De plus, Hart personnifie ici un vengeur particulièrement teigneux. Pourchassant celui qui a tué son frère et qui a
pris la fuite avec la femme infidèle de ce dernier, le traqueur devient aussi déterminé et violent que son ennemi.
Le personnage de Chaney domine son adversaire tout au long du film, Hart ne reprenant le dessus qu’à la toute fin,
où , malgré ses blessures et ses mutilations , il exécute à mains nues son tortionnaire.
Une œuvre qui fait rêver les amateurs, son invisibilité lui donnant le statut d’un mythe.

Image

Hart et Lon Chaney :
Image



___________________________________________
Le vengeur (The Border Wireless)
___________________________________________

Ce western patriotique, lui, est considéré comme irrémédiablement perdu.
Pour Hart, c’est la première contribution de l’année à l’effort de guerre.
L’action se situe donc dans un Ouest contemporain de la réalisation du film.
Seve Ransom (Hart) affronte les espions venus de Berlin dont les messages secrets transitent par le Mexique (!!!).
Ce film serait anecdotique si l’acteur le jouait avec sa raideur coutumière.
Or, d’après les critiques de l’époque , son interprétation distillerait une dose d’humour inhabituelle.
Le final spectaculaire tourné dans une mine abandonnée est souvent cité comme une séquence d’action exemplaire.

Image

Hart et Wandy Hawley :
Image




Ces films montrent, qu’en 1918, W.S.Hart est bien resté fidèle au genre qui a fait sa renommée.
Fait notable, il a élargi son incarnation d’homme de l’Ouest en la rendant plus extrême ( Selfish Yates ,
Riddle Gawne ) ou plus légère ( The Border Wireless).


Ses intrusions hors du Western vont constituer pour l’acteur-réalisateur un véritable test, c’est pourquoi elles
seront très soignées. Mais, on remarquera que dans ces films l’esprit et les thèmes « westerniens » ne seront
jamais loin, et cela même si le décor change.


- Blue Blazes Rawden : C’est un mélodrame dont l’action se déroule dans les forêts enneigées du continent
nord-américain.
Hart incarne encore un personnage perturbé et assez ambigu : Rawden , après avoir tué un individu aussi peu
recommandable que lui , voit arriver dans son village de bûcherons la mère et le frère cadet de sa victime.
Il leur cache la vérité sur la mort qu’il a donnée et aide les nouveaux venus à s’installer. Mais, une femme
jalouse le trahit.
Victime de la vengeance du jeune frère, Rawden ,gravement blessé , disparait dans la forêt.
Par son ambiance sombre et ses décors superbes, ce film est à classer parmi les réussites de l’acteur.

- Shark Monroe : Ce film semble être une adaptation non déclarée du « Loup des Mers » de Jack London.
Le roman a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques, dont la plus fameuse ( et la
meilleure ! ) est celle interprétée par E.G. Robinson.
Ici, Hart personnifie donc ce capitaine de schooner brutal et sans pitié qui trouvera apaisement et sérénité
après bien des épreuves.
L’acteur-réalisateur s’est sans doute donné beaucoup de mal pour réussir cette épopée maritime.
Laissons-lui la parole : « Je n’ai jamais été un vrai marin. Je fus malade en mer la plupart du temps et il ne
me fut possible de jouer mon rôle que durant les brefs moments que me laissait le mal de mer ». (Propos
rapportés et traduits par Emile Leroux dans le magazine français « Ciné – Miroir »).
Le résultat est un film curieux et passionnant qui, au-delà de son intérêt propre , montre la détermination de l’acteur.

- Branding Broadway : Avec ce film, Hart passe pour de bon à la comédie. C’est un succès.
Dans un rôle de « westerner » un peu ahuri égaré dans New-York, l’acteur prend des risques et il est convaincant.
Il incarne parfaitement ce type de personnage qu’immortaliseront 20 ans plus tard Gary Cooper ou James Stewart :
Le rat des champs qui doit se débrouiller au milieu de la bonne société citadine et qui tire son épingle du jeu par
son charme et sa franchise.
Touchant et par moment désopilant (quand on lui fait boire de la limonade au lieu de whisky !), Hart dévoile un
aspect bien caché de ses talents d’acteur.


Pour conclure cette production annuelle, signalons un court-métrage, tourné dans le cadre de l’effort de guerre ,
où Hart , en tenue de cow-boy , ridiculise le Kaiser et ses conseillers militaires.

En cette année 1918, Hart a donc atteint son objectif : garder sa place dans le genre Western et prouver qu’il
avait tout le talent nécessaire pour s’en éloigner.
Cela lui a été possible car il en avait les capacités, mais aussi les moyens.
Il a pu compter sur ses fidèles collaborateurs, en particulier le scénariste C. Gardner Sullivan et le caméraman
Joe August.
Son contrat mirifique avec Paramount Artcraft lui a garanti une grande autonomie.
Thomas H. Ince , lui s’est contenté d’apposer son nom sur les productions et de toucher ses royalties . Sa brouille
avec Hart étant définitive, les deux hommes se sépareront pour de bon l’année suivante.
Dès 1919, le retour de Lambert Hyllier à la réalisation donnera à W.S. Hart un nouvel élan.

Hart durant un tournage à Inceville :
Image


Films de W.S. Hart sortis en 1918 (il assure la réalisation de la totalité d’entre eux ) :

- Wolves of the Trail ( Janvier)
- Blue Blazes Rawden ( Février )
- The Tiger Man ( Avril )
- Selfish Yates ( Mai )
- Shark Monroe ( Juillet )
- Riddle Gawne ( Août)
- A bullet for Berlin ( court-métrage , Septembre)
- The Border Wireless ( Septembre )
- Branding Broadway ( Décembre )

Dossier établi par Marc.
________________________________



___________________________________________
The Border Raiders
___________________________________________

Image


« Le propriétaire du Ranch, John Hardy, épouse Cleo Dade, ne réalisant pas qu'elle appartient à la bande de
Mock Sing, qui envisage d'utiliser le ranch comme leur siège du trafic d'opium. Quand Hardy disparaît
soudainement, Cleo prend la direction du ranch, devançant la fille de Hardy, Rose. Soupçonnant que son
père est toujours vivant, Rose visite la cabane de Mock Sing. John Smith, qui est attiré par Rose, la sauve
des griffes de Mock Sing et libère Hardy. Peu de temps après, les hommes du ranch Hardy attaquent et tuent
Mock Sing, Cleo est révélée comme l'épouse d’un des membres du gang, "Square Deal" Dixon, et le ranch est
récupéré par Hardy. John Smith, un agent du gouvernement envoyé pour lutter contre le trafic d'opium à la
frontière, épouse Rose. »
AFI Catalog of feature Films.

Premier western de l’actrice Betty Compson.

Fiche technique :
Réalisateur : Stuart Paton
Scénario : Frank Beresford et Jack Cunningham
Image : William H. Thornley
Production : Diando Film Corporation - Pathé Exchange
Durée : 1.488,03 mètres (5 bobines)

Stuart Paton :
Image


Distribution : Betty Compson (Rose Hardy), George Larkin (John Smith), Frank Deshon (Mock Sing), H.C. Carpenter
(John Hardy), Claire du Brey (Cleo Dade), Howard Crampton (Emanuel Riggs), Fred M. Malatesta (‘Square Deal’ Dixon)

Betty Compson et George Larkin :
Image.Image


Claire du Brey, Howard Crampton et Fred M. Malatesta
Image.Image.Image




___________________________________________
Du sang dans la prairie (Hell Bent)
___________________________________________

Image


Deux commentaires trouvés :

« Un romancier doit donner plus de réalisme à ses personnages. Il regarde alors un tableau. Celui-ci s'anime
et l'action se retrouve transposée dans l'univers du western... »
Wikipédia.

« Cheyenne Harry arrive dans la ville de Rawhide, où il se lie d'amitié avec le cowboy Cimmaron Bill et Bess
Thurston qui travaille dans la salle de danse locale, afin de soutenir sa mère malade. Beau Ross, le chef d'une
bande de hors-la-loi, s'est entiché de Bess, après avoir convaincu son frère Jack de rejoindre son gang, il l'enlève.
Beau capture Cheyenne, mais celui-ci s'échappe en maîtrisant Jack et en volant ses vêtements. Déguisé en Jack,
Cheyenne capture Beau, et les deux se lancent dans une marche de cinquante milles à travers le désert. Quand
ils atteignent finalement le trou d'eau le plus proche et le trouvent à sec, Beau expire, tandis que Cheyenne est
sauvé par Cimmaron Bill. »
AFI Catalog of Feature Films.

Titre de travail The Three Bad Men.
Ce film était présumé perdu jusqu'à ce qu’une copie ait été trouvée dans les Archives du Film de Tchécoslovaquie.

Harry Carey et Neva Gerber :
Image


Fiche technique :
Réalisateur : Jack Ford
Scénario : Eugene B. Lewis, d’après l’histoire “The Three Bad Men” de Harry Carey and Jack Ford
Image : Ben F. Reynolds
Production : The Universal Film Manufacturing Company
Durée : 50 minutes – 1.689 mètres (6 bobines)

Jack Ford et le caméraman Ben F. Reynolds :
Image.Image


Distribution : Harry Carey (Cheyenne Harry), Neva Gerber (Bess Thurston), Duke R. Lee (Cimmaron Bill),
Vester Pegg (Jack Thurston), Joseph Harris (Beau Ross), M.K. Wilson, Steve Clemento, Molly Malone

Harry Carey, Neva Gerber et Duke R. Lee :
Image.Image.Image

Joseph Harris et Molly Malone :
Image.Image




_________________________________________
Un coeur en exil - Le mari de l'Indienne (The Squaw Man)
_________________________________________

Ann Little et Katherine MacDonald :
Image

Photo : Cecil B. DeMille Foundation


« Le Capitaine Wynnegate quitte l’Angleterre, après avoir été accusé d’avoir détourné des fonds de charité
bien que le vrai coupable soit son cousin, Sir Henry. Dans l’Ouest, la jeune indienne Naturich lui sauve la
vie et ils se marient. Lady Diana, sa fiancée, se présente pour annoncer la mort de Sir Henry. Après le suicide
de Naturich, Wynnegate rentre avec son fils métis et Lady Diana en Angleterre et deviens le nouveau comte
de Kerhill. »
IMDb.

Cecil B. DeMille fait un remake du film Le mari de l'Indienne, qu’il avait lui-même réalisé en 1914, avec cette
fois, Elliot Dexter dans le rôle de Jim Wynnegate et Ann Little dans celui de Naturich.
Film disparu partiellement. Sur les 6 bobines, seule la dernière a survécu.

Elliot Dexter et Jack Holt :
Image
Photo : Wikipédia

Elliot Dexter, Ann Little et Jack Holt (au sol) :
Image


Fiche technique :
Réalisateur : Cecil B. DeMille
Scénario : Beulah Marie Dix, d’après la pièce The Squaw Man de Edwin Milton Royle
Image : Alvin Wyckoff, King D. Gray
Production : Famous Players-Lasky Corporation
Durée : 60 minutes – 6 bobines

Cecil B. DeMille :
Image

La scénariste Beulah Marie Dix et le cameraman Alvin Wyckoff :
Image.Image



Distribution : Elliott Dexter (Jim Wynnegate), Ann Little (Naturich), Theodore Roberts (‘Big’ Bill),
Katherine MacDonald (Diana, Comtesse de Kerhill), Thurston Hall (Henry), Jack Holt (Cash Hawkins),
Tully Marshall (Sir John Applegate), Pat Moore ( Trentham), Edwin Stevens (Sheriff Bud Hardy), Herbert
Standing, Helen Dunbar

Elliott Dexter, Ann Little et Theodore Roberts :
Image.Image.Image


Katherine MacDonald, Thurston Hall et Jack Holt :
Image.Image.Image







A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 22 nov. 2017 15:24, modifié 7 fois.

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3086

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 11 nov. 2017 18:47

Année 1918 (suite 2)



Jesse L. Lasky Feature Play Company

Jesse L. Lasky (1880 – 1958), après avoir exercé des petits boulots : musicien, reporter pour
le San Francisco Post, prospecteur d'or en Alaska, acteur de boulevard, devient le créateur de
la Jesse L. Lasky Feature Play Company, en 1913, avec Cecil B. DeMille et la participation
de Samuel Goldwin.
Leur première production sera The Squaw Man réalisé par DeMille, sorti en 1914.
Entre 1914 et 1919 Jesse L. Lasky produit 152 films.

Cette grange, construite en 1895, fut louée par Jesse Lasky et DeMille en 1913, lors de la
création de la Jesse L. Lasky Feature Company, un des premiers studios de cinéma à Hollywood :
Image.

Cecil B. DeMille, à droite, tourne The Squaw Man, le premier long métrage tourné à Hollywood :
Image



Famous Players Film Company

La FPFC est fondée en 1912 par Adolph Zukor (1873 – 1976). Celui-ci arrivé aux EU à l'âge de 15 ans
avec quarante dollars cousus dans sa veste, fit fortune dans le commerce de fourrure et dès l'âge
de 19 ans « il roule sur l'or ». A partir de 1903 il investit dans les salles de nickelodéon,
En 1912, distribue aux EU La Reine Elisabeth, interprétée par Sarah Bernhardt, un film français.
A partir de ce moment Zukor se lance dans la production cinématographique.
Entre 1913 et 1919, la compagnie produisit 173 films.

Les locaux de la Famous Players Film Company, à New York :
Image

Tournage dans les studios de la Famous Players, en Californie.
On aperçoit Mary Pickford, à droite, et Allan Dwan, à gauche :

Image


Famous Players – Lasky Corporation

La FP-LC, est due à la fusion en 1916, de Jesse L. Lasky Feature Play Company et Famous Players
Film Company, avec Adolph Zukor comme président et Jesse L. Lasky comme vice-président.
Avec le projet d'avoir le monopole sur la production, la distribution et l'exploitation des films,
activité jamais réalisée jusqu'alors. Entre 1918 et 1927 le studio produit 376 films.
On peut signaler trois westerns en 1918 : Un cœur en exil (The Squaw Man); Unclaimed Goods
et The Man from Funeral Range.
La FP-LC deviendra par la suite la célèbre Paramount Pictures.

Devant le studio de la Famous Players – Lasky Corporation : Albert Kaufman, un inconnu,
Charlotte Pickford (mère de Mary), Mary Pickford, Donald Crisp et Allan Dwan :

Image

Vue aérienne des studios de la Famous Players – Lasky Corporation :
Image



__________________________________________


Nell Shipman (1892 – 1970)

En 1916 :
Image
Photo : Wikipédia

Nell Shipman était une auteure, actrice, réalisatrice, scénariste,
productrice et dresseuse d'animaux.

Elle faisait partie de ses pionnières qui se sont illustrées au début
du cinéma. Née au Canada, à 13 ans elle suit sa famille qui s'installe
à Seattle.
Nell très jeune développe un intérêt pour les animaux et cela durera
toute sa vie. A 18 ans Nell se marie à Ernest Shipman, imprésario
de théâtre et 2 ans plus tard ils arrivent à Hollywood. Entre 1915 et 1918,
Nell travaille pour Universal, Selig et Vitagraph. On citera son premier
grand succès, God's Country and the Woman (1916).

En 1919, elle interprète l'un des premiers nus à l'écran dans L'instinct
qui veille
(Back to God's Country). Mais le film montre aussi « qu'une
femme a la capacité et le courage de se comporter a la fois de façon
héroïque et indépendante, allant même jusqu'à sauver un homme en
détresse. Les personnages forts et assertifs deviennent la marque de
commerce de tous les films de Shipman »
.

Nell Shipman crée avec son mari une société de production
Shipman-Curwood Producing Company.

De nature aventureuse, Nell ne peut rester entre les quatre murs d'un
studio, elle amène les équipes de tournage dans des lieux naturels et
sauvages. Les films devenant trop couteux elle décide de s'installer dans
le Lac des Prêtres, dans l'Idaho, avec toute sa ménagerie, qui compte
quelques 70 animaux: des ours, des ratons laveurs, des loups et des
mouffettes, pour tourner ses films dans des paysages majestueux.

Ces productions n'auront jamais le succès de L'instinct qui veille et
Nell Shipman doit fermer sa maison de production. Par la suite Nell se
consacrera à l'écriture.

Source : Historica Canada.

Nell dans l'Idaho :
Image
Photo : Boise State Public Radio


3 westerns avec Nell Shipman :

__________________________________________
Baree, Son of Kazan
__________________________________________

« McTaggart (Garcia), facteur à la poste de Lac Bain, est attiré par
Nepeese (Shipman), fille du trappeur Perriot (Rickson), mais il est
repoussé par celle-ci . McTaggart a pris au piège un chien loup dont
il a éveillé la rancune par sa maltraitance. Nepeese s'attache à l'animal
et quand McTaggart, harcèle la jeune fille, le chien prend sa défense;
le facteur sort son revolver, Perriot, entre dans la cabane, se bat
avec McTaggart mais est abattu. Nepeese s'enfuit et, poursuivie
par McTaggart, saute par-dessus une falaise. Le chien, laissé
seul, erre dans le pays du Nord. McTaggart le rattrape finalement
et le laisse pour mort, mais il est sauvé par Jim Carvel (Whitman),
un hors-la-loi. Le chien, conduit son nouvel ami vers la cabane du
trappeur et est ravi de retrouver Nepeese. McTaggart, apprend son
retour, s'introduit dans la cabane à minuit, mais le chien veille, lui
saute dessus et le tue. »
Wikipedia
Il n y a que quelques extraits qui ont survécu de ce film.

Fiche technique :
Réalisateur : David Smith
Scénario : From the novel Baree, Son of Kazan by James Oliver Curwood
Image : Charles R. Seeling.
Production : The Vitagraph Company of America
Durée : 50 minutes – 5 bobines
Lieu de tournage : Truckee, California

Le réalisateur David Smith :
Image

L'auteur James Oliver Curwood et le caméraman Charles R. Seeling :
Image.Image


Distribution : Nell Shipman (Nepeese), Alfred Whitman (Jim Carvel), Al Garcia (Bush McTaggart),
Joe Rickson (Perriot), Baree, le chien

Nell Shipman, Alfred Whitman, Al Garcia :
Image.Image.Image


__________________________________________
Cavanaugh of the Forest Rangers
__________________________________________

"Gayne Whitman joue le rôle de Ross Cavanaugh dans cet énergique
western de cinq bobines. Le principal devoir de Cavanaugh est de
maintenir la paix entre les éleveurs de bétail et les éleveurs de
moutons, un travail rendu difficile à cause d'une bande de mercenaires
dirigée par Wetherford ( Otto Lederer ). Quand Wetherford est
incarcéré, sa fille est envoyée à l'Est pour recevoir une bonne éducation.
Quinze ans plus tard, Virginia Wetherford ( Nell Shipman ) est de
retour chez elle, s'attirant rapidement l'inimitié des locaux par ses
manières jugées snobs. Cavanaugh tombe amoureux de Virginia et
s'apprête à «l'apprivoiser», tout en essayant simultanément d'oublier
qu'elle est la fille d'un hors-la-loi.
La grande dame Nell Shipman est restée dans le genre western tout
au long de sa carrière, produisant, dirigeant et écrivant ses propres films. »

ALLMOVIE.

Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : William Wolbert
Scénario : George H. Plympton
Image : Reginald Lyons.
Production : The Vitagraph Company of America
Durée : 5 bobines
Lieu de tournage : Mount Wilson, California

Distribution : Nell Shipman (Virginia Wetherford), Alfred Whitman (Ross Cavanaugh),
Otto Lederer (Ed Wetherford), Laura Winston (Eliza Wetherford), R. Bradbury (Sam Gregg),
Rex Downs (Joe Gregg), Joe Rickson (Neil Ballard), Joe Rickson (Neil Ballard), Hal Wilson (Mr. Redfield),
Hattie Buskirk (Mrs. Redfield)


__________________________________________
The Home Trail
__________________________________________

« Tom Evans (Alfred Whitman), l'intrépide boss du Ranch Double X,
tombe amoureux d'une institutrice passionnée de l'Est,
Clara (Nell Shipman). Ils se marient et pendant un certain temps
sont heureux, mais en l'absence de Tom, son partenaire Blackie
(Joe Rickson) convainc la jeune femme tourmentée de s'enfuir
avec lui. Blackie abandonne très vite Clara, et elle est forcée de
gagner sa vie en tant que danseuse dans un saloon sordide. Après
avoir commis un vol, Blackie revient, et Tom, qui attend son ancien
ami, l'affronte. Lors d'une fusillade avec Tom et sa bande, Blackie
tue Clara et s'enfuit, mais Tom le poursuit dans le désert lui prend
son cheval, le laissant mourir de soif. Tom retourne avec Elsie
(Patricia Palmer), la fille au cœur tendre qui l'aimait secrètement
et l'épouse.

Ce western / drame de 1918 a été produit par la compagnie Vitagraph
avec quelques scènes filmées dans le désert de Mojave. Malheureusement,
c'est un film perdu. »
IMDb.

Film considéré perdu

Fiche technique :
Réalisateur : William Wolbert
Scénario : George H. Plympton.
Image : Reginald Lyons
Production : The Vitagraph Company of America
Durée : 5 bobines
Lieu de tournage : Désert de Mojave, Californie

Distribution : Nell Shipman (Clara), Alfred Whitman (Tom Evans), Joe Rickson (Blackie),
Patricia Palmer (Elsie), Hal Wilson (Higgins), S.E. Jennings (le sheriff)



____________________________________________




3 Westerns d'après Zane Grey :

__________________________________________
The Light of Western Stars
__________________________________________
Film probablement perdu.
Il y a eu 3 autres versions.
Voir les remakes : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=135#p225249

Fiche technique :
Réalisateur : Charles Swickard
Scénario : Roy Clements d’après le roman The Light of Western Stars de Zane Grey
Image : Homer Scott
Production : Harry Sherman Productions
Durée : 70 minutes – 2.100 m (7 bobines)
Lieu de tournage : Arizona

Distribution : Dustin Farnum (Gene Stewart), Winifred Kingston (Majesty Hammond), Bert Apling (Sherif Hawes),
Virginia True Boardman (Bonita), George Field (Don Carlos)


__________________________________________
The Rainbow Trail
__________________________________________
Film probablement perdu.
2 autres versions : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=135#p225235

Fiche technique :
Réalisateur : Frank Lloyd
Scénario : Charles Kenyon et Frank Lloyd, d’après le roman The Rainbow Trail (The Desert Crucible) de Zane Grey
Image : Billy Foster
Production : Fox Film Corporation
Durée : 60 minutes – 1.800mètres (6 bobines)

Distribution : William Farnum (Lassiter / Shefford), Ann Forest (Fay Larkin), Mary Mersch (Jane Withersteen),
William Burress (Wagoner), William Nye (Shad), Genevieve Blinn (Ruth), George Ross (U.S. marshal),
Charles Jones (Buck Jones)


__________________________________________
The Border Legion
__________________________________________
Film probablement perdu.
4 autres versions : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=285#p234546

Fiche technique :
Réalisateur : T. Hayes Hunter
Scénario : Victor de Viliers et Laurence Marston, d’après le roman The Border Legion de Zane Grey
Image : A. Scholtz
Production : Goldwyn Pictures Corporation
Durée : 50 minutes – 5 bobines
Lieu de tournage : Sonora, Californie

Distribution : Blanche Bates (Joan Randall), Hobert Bosworth (Jack Kells), Eugene Strong (Jim Cleeve),
Kewpie Morgan (‘Gorilla’ Gulden), Russell Simpson (Overland Bradley), Arthur Morrison (Sherif Roberts),
Bull Montana (Red Pierce), Richard Souzade (Bate Wood), Kate Elmore (Mrs. Wood)





A suivre...


Retourner vers « Les Westerns muets : un aperçu chronologique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité