Le Western Muet : l'année 1914

Hombre vous propose un aperçu des westerns muets au fil des années
Avatar du membre
Hombre
Marshall
Marshall
Messages : 2858

Re: Le Western muet : Un aperçu chronologique 1903 - 1929

Messagepar Hombre » 28 janv. 2017 18:30

Année 1914



William S. Hart (1864 - 1946)


Image



En 1914 un acteur de théâtre de 40 ans, venu de l’état de New-York fit sa première apparition sur
l’écran d’argent.
Ayant déjà tenu, sur les planches, plusieurs rôles d’homme de l’Ouest, le voir dans un western
hollywoodien n’avait rien d’’étonnant.
Son nom était : William Surrey Hart.

Dès 1905, ses interprétations de héros (The Virginian), mais le plus souvent de bad guy ( The SquawMan,
The Trail of Lonesome Pine, Moonshine…) lui avaient apporté une petite notoriété dans la représentation
théâtrale de l’Ouest.

Encouragé par le producteur Thomas H. Ince, Hart, venu en Californie, débuta devant les caméras dans
deux petits westerns dirigés par Thomas Chatterton : His Hour of Manhood et Jim’s Cameron Wife. Dans
ces films de deux bobines et tournés en moins de deux semaines, le réalisateur s’était attribué le rôle
du héros.
Hart, dans la continuité de son expérience théâtrale, y interpréta l’antagoniste, le hors-la-loi. Individu
sans pitié dans le premier titre, il personnifia dans le second un outlaw ambigu, non dénué d’une certaine
générosité.

L’acteur était cependant réticent à faire carrière au cinéma en interprétant des seconds rôles dans des
westerns à petit budget.
Ince décida alors de lui offrir la chance de sa vie en lui proposant le premier rôle d’un western au budget
conséquent : deux mois de tournage, film de cinq bobines (environ 70 minutes), et extérieurs tournés dans
le Grand Canyon. Ce film, titré The Bargain, fut dirigé par Reginald Barker, l’un des meilleurs réalisateurs
de la firme de Thomas H. Ince.
Dans la foulée de The Bargain, Barker et Hart tournent un autre western : On the Night Stage. Ce film
beaucoup moins connu que le précédant, est encore plus intéressant par la dimension du personnage
interprété par Hart.
Pistolero redoutable, mais amoureux malchanceux, Silent Texas Jack se dévouera pour sauver à la fois
la femme qu'il aime et l'époux de celle-ci, son ancien rival.
La conclusion du film, à l'opposé de celle de l'œuvre précédente, est très mélancolique.
Rédemption mais tristesse. Abnégation et sacrifice.
Le héros reste seul et s'efface dans la nuit.

A la fin de l’année 1914, Hart, lui-même, réalise deux petits westerns de deux bobines, The Passing Two-gun
Hicks
et In the Sage Brush Country.
Il y interprète le premier rôle, toujours celui du gunfighter dangereux mais généreux ;
Ces films, moins ambitieux que ceux de Barker, n’en sont pas moins importants dans la construction du mythe.
Hart prendra goût à la fonction de metteur en scène. Il réalisera par la suite la plupart de ses films,
ne laissant qu’épisodiquement la main à des réalisateurs talentueux tels Lambert Hillyer.

Cet article est une collaboration de notre ami westerner Marc (Hart).
Voir aussi : viewtopic.php?f=30&t=5192#p43317
Ainsi que : viewtopic.php?f=44&t=10762#p112669
A propos de DVD et vidéos : http://www.silentera.com/video/info/hartFilms.html

______________________________________________
The Bargain (Le Serment de Rio Jim)
______________________________________________
Jim Stokes, hors-la-loi solitaire, attaque et pille une diligence.
Poursuivi par le shérif et ses adjoints, il se réfugie, blessé et épuisé, chez un fermier.
Il cache son identité à son sauveur et tombe amoureux de la fille de celui-ci.

J. Barney Sherry, Hart et Clara Williams :
Image


Stokes veut épouser Nell et s’amender en restituant l’argent volé. Mais lors d’un séjour en ville, il est
reconnu, poursuivi et arrêté.
Le shérif récupère l’argent, mais, homme faible, il s’en fait délester, victime du tenancier véreux d’une
maison de jeu. Stokes et le shérif passent alors un accord (The Bargain) : le hors-la-loi devra récupérer le
butin perdu en échange de sa liberté.
L’affaire se termine bien et Stokes retrouve Nell qui lui pardonnera.

Le film, rythmé et bien construit, est une réussite artistique. Si les personnages secondaires sont un peu
sommaires, il y a un souci d’authenticité des décors et des accessoires, il est vrai que la conquête de
l’Ouest n’était pas si lointaine à cette époque. Quand aux extérieurs, ils sont époustouflants. Le moralisme
que l’on trouve dans la plupart des productions du moment est bien présent mais pas trop accentué.
Hart est déjà inoubliable, qu’il pénètre dans un saloon colt au poing ou qu’il roule sa cigarette d’une
seule main, il est crédible et charismatique tout au long du film.
Son apparition au début du métrage est saisissante : lors du prologue, l’acteur se présente habillé en
smoking, salue, puis se redresse vêtu de la tenue du westerner qui sera la sienne pour l’éternité.
Dès son troisième film , Hart a imposé un personnage assez complexe de hors-la-loi rude, mais sensible et
capable de rédemption. Ses traits fins mais austères, son élégance, son apparente distance, et sa dangerosité
contenue contribueront à définir le héros westernien.
Le film est un succès, le mythique Two-gun Man est né.

Cet article est une collaboration de notre ami westerner Marc (Hart).
Au sujet du film voir l'article de Pak : viewtopic.php?f=7&t=16278&p=224362&hilit=r%C3%A9compens%C3%A9s#p224415

Fiche Technique :
Réalisateur : Reginald Barker
Scénario : William H. Clifford et Thomas H. Ince
Image : Robert Newhard et Joseph H. August (non crédité)
Production : New York Motion Picture
Durée : 70 minutes - 2 100 mètres (7 bobines)
Lieu de tournage : Grand Canyon National Park, Arizona

Reginald Barker :
Image

Thomas H. Ince et Robert Newhard :
Image.Image



Distribution :
William S. Hart : Jim Stokes
J. Frank Burke : Shérif Bud Walsh
Clara Williams : Nell Brent
J. Barney Sherry : Phil Brent

William S. Hart, J. Frank Burke, Clara Williams et J. Barney Sherry :
Image.Image.Image.Image


_____________________________________


Deux films de William S. Hart :

A la fin de l’année 1914, Hart, Lui-même, réalise deux petits westerns de deux bobines, The Passing
Two-gun Hicks et In the Sage Brush Country.
Il y interprète le premier rôle, toujours celui du gunfighter dangereux mais généreux ;
Ces films, moins ambitieux que ceux de Barker, n’en sont pas moins importants dans la construction
du mythe.
Hart prendra goût à la fonction de metteur en scène. Il réalisera par la suite la plupart de ses films,
ne laissant qu’épisodiquement la main à des réalisateurs talentueux tels Lambert Hillyer. Marc.

__________________________________________
The Passing of Two-Gun Hicks
__________________________________________
Fiche technique :
Réalisateur : William S. Hart
Scénario : C. Gardner Sullivan
Image : Robert Newhard
Production : Broncho Film Company
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
William S. Hart :Two-Gun Hicks ; Arthur Maude : Joe Jenks ; Leona Hutton : May Jenks; Richard Willis : Bad Ike; J. Barney Sherry : Hayes – le joueur.


__________________________________________
In the Sage Brush Country
__________________________________________
Fiche technique :
Réalisateur : William S. Hart
Scénario : C. Gardner Sullivan , Thomas H. Ince
Production : Kay-Bee Pictures
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution :
William S. Hart : Jim Brandon; Rhea Mitchell : Edith Wilding; Herschell : Frank Wilding; Kisaburô Kurihara : Juan


_____________________________________________

Hart par lui-même :

"Alors que je jouais à Cleveland, j'allai dans une salle. Je vis un western.
C'était horrible ! Je parlai avec le directeur de la salle et il me dit que c'était
l'un des meilleurs qu'il ait jamais eus. Las invraisemblances ou les déformations
infligées à l'Ouest n'avaient aucun sens pour lui; cela attirait les foules. Le fait
que le shérif était habillé et caractérisé comme un mélange de bûcheron du
Wisconsin et de pêcheur de Gloucester lui échappait. Je ne cherchai pas à l'éclairer.
J'étais en quête d'information. En réalité, j'étais tellement certain d'avoir fait une
grande découverte que je vivais dans la crainte que quelqu'un pût lire dans mon
esprit et découvrir ce qu'il renfermait.
Voilà des images du Viel Ouest qu'on présentait au public - d'une manière presque
burlesque - et elles avaient du succès. Y penser me faisait frémir. J'étais un acteur
et je connaisais l'Ouest. L'occasion que j'avais attendue pendant des années était à
ma portée. Des centaines d'idées semblaient venir de toutes les direction. Elles prenaient
forme. C'était là; les dés étaient jetés. Advienne qui pourra, il me fallait tout tenter
pour obtenir l'occasion de tourner des westerns. (...) je faisais partie de l'Ouest
- c'était la demeure de mon enfance - , il était dans mon sang. L'amour même que
je lui portais me faisait connaître ses us et coutumes."

William S. Hart, My Life East and West. Dans L'Alliance Brisée de Jean-Louis Leutrat.



__________________________________________________
Le mari de l'indienne (The Squaw man)
__________________________________________________
James Wynnegate, officier anglais, est accusé injustement d’une malversation, se sachant innocent,
il décide de prendre la fuite, dit au revoir à Lady Diana, sa fiancée et grâce à un ami capitaine il
embarque pour l’Amérique. A New York il rencontre un rancher qui lui propose de partir dans l’Ouest.
En y arrivant James achète un ranch et Il fait la connaissance de Nat-U-Ritch, membre de l’ethnie des
Utes, celle-ci lui sauve la vie par deux fois. Ils ont un enfant. Quelque temps après Lady Diana fait un
voyage dans l’Ouest et…
Un jeune novice, Cecil B. DeMille, homme de théâtre, signe sa première incursion dans la réalisation en
compagnie du vétéran Oscar Apfel. De plus en plus de voix , se lèvent contre la dictature des films d'une
ou deux bobines imposé par la puissante Motion Picture Patents Company, à l'Est. Pour se libérer de cette
emprise on va tout simplement le plus loin possible, à l'autre bout du pays pour tourner des films d'une
durée proche d'une pièce de théâtre et intéresser des acteurs prestigieux.
Dustin Farnum, qui avait déjà joué dans la pièce en 1905, accepte de participer au film.
Par ailleurs, DeMille reçoit des menaces de mort de la part d' Edison et se fait tirer dessus à deux
reprises
On remarque plusieurs innovations dans ce film, les premiers mouvements de caméra et surtout des jeux
de lumière, jamais vus jusque là. Ce film est connu aussi pour être le premier long métrage tourné à Hollywood.
Le film est tourné en 18 jours.
DeMille a fait aussi deux autres versions, l'une en 1918 et l'autre en 1931.
Voyez le film sur le site Archive.org : https://archive.org/details/SquawMan
Les remakes ici : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=105#p222347


Fiche technique :
Réalisateur : Oscar Apfel, Cecil B. DeMille
Scénario : Oscar Apfel, Cecil B. DeMille. D'après la pièce éponyme de Edwin Milton Royle.
Image : Alfred Gandolfi
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 74 minutes - 1800 mètres (6 bobines)
Lieu de tournage : Hollywood. Green River, Wyoming


Oscar Apfel et Cecil B. DeMille :
Image.Image


Distribution : Dustin Farnum : James Wynnegate, Monroe Salisbury : Sir Henry, Comte de Kerhill,
Winfred Kingston : Lady Diana, :Haidee Fuller : Lady Mabel Wynnegate, Red Wing : Nat-U-Ritch.




Dustin Farnum, Monroe Salisbury, Winfred Kingston et Red Wing :
Image.Image.Image.Image


Dustin Farnum et Winfred Kingston :
Image


Red Wing et Dustin Farnum :
Image


Une scène dramatique du film :
Image


DeMille à gauche, avec les acteurs du film, Dustin Farnum en chemise blanche et Red Wing à ses cotés :
Image



___________________________________________
The Virginian
___________________________________________
Molly Wood, maitresse d’école venant de l’Est s’installe dans le Wyioming et fait la connaissance du
Virginien et de Steve son meilleur ami. Le virginien est un cow-boy drôle et chevaleresque qui ne tarde pas
à tomber amoureux de Molly mais il est rejeté. Une série de vols de bétail se produit dans la région.
Le Virginien apprend que Steve fait partie de la bande dirigé par Trampas…
Voyez le film sur le site Archive.org : https://archive.org/details/TheVirginian
il existe trois autres versions, 1923, 1929 et 1946 : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=105#p223993

Fiche technique :
Réalisateur : Cecil B. DeMille
Scénario : Kirk La Shelle d'après le roman d'Owen Wister.
Image : Alvin Wyckoff
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 55 minutes (5 bobines)
Lieu de tournage : Santa Clarita, Newhall, San Diego, Californie.
Distribution : Dustin Farnum : Le Virginien ; Winifred Kingston : Molly Wood; Jack W. Johnston : Steve ;
William Elmer : Trampas .

Dustin Farnum et Winifred Kingston :
Image

Image

Dustin Farnum :
Image




__________________________________________
The Rose of the Rancho
__________________________________________
Kearney est un agent secret venu en Californie investiguer sur une fraude foncière. Esra Kincaid
s’approprie de force les terres d’Espinoza et convoite celles des Castro. Kearney l’en empêche
et tombe amoureux de Juanita, la Rose du Rancho.
Voir les remakes : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=90#p222130

Fiche technique :
Réalisateur : Cecil B. DeMille
Scénario : Cecil B. DeMille. D'après la pièce de David Belasco.
Image : Alvin Wyckoff
Production : Jesse L. Lasky Feature Play Company
Durée : 74 minutes - 1521 mètres (5 bobines)
Lieu de tournage : Lasky Ranch, Los Angeles
Distribution : Bessie Barriscale : Juanita Castro; Dick La Reno : Esra Kincaid; Jack W. Johnston : Kearney;
Monroe Salisbury : Don Luis Del Torre

Une scène du film :
Image


____________________________________________________________________________



Lon Chaney (1883- 1930)


Image


Lon Chaney était un nom qui avait subsisté dans l'imaginaire de mon enfance, on s'amusait à se faire
peur en le prononçant. Je ne me souviens pas avoir vu ne serait-ce qu'un de ses films.

Ses parents étaient sourds et c'est ainsi qu'il a pu développer un certain sens de la mimique et de la
gestuelle pour communiquer avec eux. Au cours de ses allées et venues dans la ville, Lon Chaney observait
les gens et les évènements auxquels il assistait et à son retour faisait des petits sketchs pour divertir
ses parents.
En 1895 rejoint son frère ainé dans le Colorado et travaille comme accessoiriste, machiniste et peintre
de décors. Dès 1901 il obtient son premier rôle dans une troupe de théâtre itinérante.
En 1912, Lon Chaney grâce à son ami Lee Moran, intègre les studios Universal et l'année suivante joue
dans un premier film The Ways of Fate, ensuite il enchaîne des comédies, des mélodrames et des westerns,
dont Bloodhounds of the North.
En 1918 William S. Hart lui propose un rôle de méchant dans Riddle Gawne.
Lon chaney a joué dans une douzaine de westerns, tous fait durant la période du cinéma muet, Northwest de
1922 est son dernier.
Mais sa célébrité viendra surtout des films dramatiques et d'épouvante, tels : Le bossu de Notre-Dame ;
The Miracle Man ; The Penalty ou encore L'inconnu de Todd Browning.

Lon Chaney dans L'inconnu :
Image



« C'est en regardant Lon Chaney que j'ai appris le plus sur ce qu'est le métier d'acteur.
C'est ainsi que pour la première fois, j'ai pris conscience de la différence entre se tenir
debout devant une caméra et savoir jouer. »
Joan Crawford.


Joan Crawford et Lon Chaney dans L'inconnu
Image



____________________________________________
By the Sun's Rays
____________________________________________
Des bandits attaquent les convois d'or durant leur transfert. John Davis, le directeur soupçonne des
complicités à l'intérieur de la mine. Un détective John Murdock est envoyé pour enquêter avec l'aide
de la fille du directeur...
A plusieurs reprises à l'intérieur d'un bureau on aperçoit les pages d'un livre bouger à cause du vent, ceci
s'explique parce que les tournages avaient lieu en extérieur ou dans des hangars sans toit, pour profiter
du seul éclairage naturel, le soleil.
Lon Chaney a tourné près de 130 films, une bonne partie a disparu et celui-ci est le plus ancien
ayant survécu.
Le site Archive.org. présente le film : https://archive.org/details/by_the_suns_rays

Fiche technique :
Réalisateur : Charles Giblyn (Le site Archive. org accrédite Tod Browning?)
Production : Nestor Film Company
Durée : 11,24 minutes - 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Los Angeles.

Charles Giblyn :
Image


Distribution : Murdock MacQuarrie : John Murdock, detective; Lon Chaney : Frank Lawler,
le greffier; Seymour Hastings : John Davis; Agnes Vernon : Dora, fille de John Davis; Richard
Rosson : le bandit.

Murdock MacQuarrie, Lon Chaney, Agnes Vernon et Richard Rosson :
Image.Image.Image.Image


Murdock MacQuarrie, Lon Chaney et Agnes Vernon :
Image



____________________________________________
The Tragedy of Whispering Creek
____________________________________________
"Dans une petite communauté minière, une jolie fille orpheline est fiancée à un mineur nommé Bashful Bill.
Un mexicain appelé "Greaser", sillonne la ville et s'avère une menace pour tous les citoyens. Un jour Bill
le trouve intimidant deux amoureux et lui donne une correction. Un jeune étranger arrive en ville et se
blesse accidentellement en nettoyant son revolver. La jeune fille le conduit dans sa cabane pour soigner sa
blessure. Peu après elle se fait agresser par Greaser, mais l'étranger vient à son secours.
L'inconnu tombe amoureux de la jeune fille, ignorant que celle-ci est fiancée. Bill comprend, mais galamment
permet à la jeune fille de choisir librement celui qu'elle souhaite. L'étranger apprend la vérité, grand seigneur,
quitte la ville. En chemin, du haut de la colline, il voit le Mexicain sur le point de tirer sur Bill et la jeune fille
et intervient. "Greaser" est tué, mais l'étranger meurt aussi dans la bagarre."
The Films of Lon Chaney, Sr.
Film considéré perdu.

Réalisateur : Allan Dwan
Scénario : Lon Chaney, d’après une histoire de Elliot J. Clawson
Image : Lee O. Bartholomew
Production : 101 Bison
Durée : 20 minutes - 600 mètres (2 bobines)

Distribution : Murdock MacQuarrie : l’étranger; Pauline Bush : la fiancée;
William C. Dowlan : Bashful Bill ; Lon Chaney : Greaser.

Lon Chaney à droite :
Image




_____________________________________________
The Girl Stage Drive
_____________________________________________
El Paso Kid et son complice attaquent la dilligence et tuent le conducteur qui est le père de Ruth.
Celle-ci prend la place de son père. Le shérif part à la recherche des voyous et est fait prisonnier...
Ce film longtemps considéré perdu a été retrouvé dans les archives de la New Zealand
Film Archive, en 2010.
Le studio producteur de ce film, Eclair American est une filiale de la compagnie française Éclair
active à New York dès 1909, à Fort Lee en 1911, et enfin à Tucson en 1913. Le studio Eclair cesse
toute productionaux USA en 1922.
The Girl Stage Drive est preservé par la National Film Preservation Foundation (NFPF).
Voici le lien de la NFPF où vous pouvez voir ce film : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6531,d.d2s

Fiche technique :
Réalisateur : Webster Cullison
Production : Eclair American
Durée : 600 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Tucson, Arizona.

Distribution : Norbert A. Myles : Shériff; Edna Payne : Ruth; Will E. Sheerer : Père de Ruth; Henry Stanley : El Paso Kid.

Edna Payne dans quelques scènes du film :
Image

Image

Image



_________________________________________
Salomy Jane
_________________________________________

En Californie, en 1852, la belle Salomy Jane résiste à l’harcèlement d'un ruffian. Un étranger Jack Dart
vient à son secours et le tue. Jack s'enfuit, car il est aussi soupçonné de l’attaque de la diligence et est
activement recherché .
Il est capturé pour être aussitôt lynché mais Salomy Jane…
Première apparition à l’écran de la chanteuse lyrique Beatrice Michelena, d’origine vénézuélienne,
pressentie, par son coté « latin » pour concurrencer Mary Pickford mais, sans obtenir le succès attendu ,
même s’il y a eu quelques bonnes critiques .
Première apparition, également de Jack Holt, dans un petit rôle, non crédité.
Ce film avait brulé dans l’incendie, provoqué par un gamin farceur, de la California Motion Picture
Corporation
. Néanmoins, une copie a été retrouvée en Australie, en 1996.
La National Film Preservation Foundation l’a inclus Salomy Jane dans le DVD Treasures 5: The West 1898-1938,
édité en 2011.
Il y a eu deux autres versions, l’une, muette aussi, en 1923, avec le même titre, et l’autre sonore, en 1932,
intitulé Wild Girl de Raoul Walsh.
Un extrait est visible ici : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6531,d.bGg
Voyez aussi les remakes : viewtopic.php?f=1&t=2252&start=90#p222239

Fiche technique :
Réalisateur : Lucius Henderson, William Nigh
Scénario : Paul Armstrong . D'après le roman de Bret Harte.
Image : Arthur Pawelson et A. Cadwell
Production : California Motion Picture Corporation
Durée : 85 minutes - (5 ou 6 ? bobines)
Lieu de tournage : Californie

Distribution : Beatrice Michelena : Salomy Jane Clay ; House Peters : Jack Dart ; William Pike : Red Pete Heath ; Clara Beyers : Mme. Heath; Andrew Robson, Jack Holt.

Beatrice Michelena
Image

Clara Beyers et William Pike :
Image

Beatrice Michelena et House Peters dans Lagunitas Creek :
Image


_____________________________________________________________




Un coffret avec des westerns muets :

__________________________________________
Treasures 5: The West 1898-1938 :
__________________________________________
Edité par la National Film Preservation Foundation : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6187,d.bGs
40 films dans 3 DVD.
Voir DVD Beaver : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q= ... 6187,d.bGs

Image



A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 24 févr. 2017 21:34, modifié 37 fois.

Avatar du membre
Hombre
Marshall
Marshall
Messages : 2858

Le Western Muet : l'année 1914

Messagepar Hombre » 15 févr. 2017 18:00

Année 1914 (Suite)



Raoul Walsh (1887 – 1980)

Image


Avant d’être acteur et réalisateur, Raoul Walsh a eu, c'est le moins que l’on puisse dire, une vie aventureuse.
Étant encore adolescent, il perd sa mère. Ses lectures d’enfance le font rêver d’une vie de cow-boy. Un oncle,
capitaine d’un navire marchand l’amène avec lui pour un voyage, qui s’avérera plus long que prévu, partant
de New York, sa ville natale, vers Cuba. Au retour, le bateau se voit accoster d’urgence du coté de Veracruz,
Mexique. Walsh y fait la connaissance de Rodriguez et à l’âge de 16 ans, celui-ci lui apprend à devenir un grand
manieur de lasso et le meilleur de cavaliers. Il sait aussi rouler une cigarette d’une main, comme personne.
Il s'initiera au dur métier de cow-boy conduisant du bétail, du Mexique jusqu’au Texas « avalant une bonne partie
de la terre du nord-est mexicain »,
et il avait selon ses dires «la peau cuivrée d’un Indien et une santé de fer".
Puis, il a convoyé des chevaux sauvages par le train cette fois, jusqu’au Montana. Là il exerce différents métiers,
notamment assistant d’un chirurgien français se disant le fils du chirurgien attitré de Napoléon, avec lui, il fait
la connaissance de « La Duchesse » et de ses « filles » avec lesquelles Raoul allait se baigner à la rivière, tout nu…
effrayant ainsi les honnêtes gens. Embauché dans une entreprise de pompe funèbre ayant un patron avare qui
ne payait pas ses employés, Raoul se vengea en mettant le feu au bâtiment avant de filer à San Antonio.
En 1908, au Texas Walsh est dresseur des chevaux pour le compte de l’armée et là, sous un perron, on peut
imaginer son allure ! Quelqu’un le toise et lui demande : « tu cherches du boulot cow-boy ? ». Cette anecdote
marque ses débuts au théâtre.
Poussé par un ami comédien il part pour New York. Le studio Pathé l'engage parce qu’il sait monter à cheval
et surtout pour sa dégaine de cow-boy. Il joue des petits rôles dans des westerns sans chevaux … Un jour,
le réalisateur Christy Cabanne remarque Walsh jouant du lasso, l’embauche et dès le lendemain il gravit les
escaliers du célèbre immeuble de la Biograph situé dans la 14e Rue. Sans perdre du temps, Walsh joue un tout
petit rôle dans un film, Walsh se rappellera « mon rôle était si mince que je vis le film deux fois pour être bien
sûr que je figurais »
. Il enchainera ainsi les films d’une ou deux bobines aux cotés de Blanche Sweet, Mary Pickford,
Dorothy et Lillian Gish mais aussi Lionel Barrymore.

En 1913, Griffith fonde la Fine Arts Film Company et s’installe en Californie. Raoul Walsh fait partie du voyage
et nous raconte : « Lorsque la compagnie fut rassemblée à Grand Central Station pour prendre le train pour la
Côte Ouest, nous ressemblions à des passagers de l’arche de Noé. En plus de Griffith et de son directeur de studio,
Frank Woods, il y avait trois metteurs en scène dont Christy Cabanne et Billy Bitzer, le cameraman, qui avait tant
« innové » à l’écran aux cotés de Griffith. La troupe d’acteurs et d’actrices, de comédiens et d’adolescents,
comprenait entre autres les sœurs Gish, Walthall et Donald Crisp. Toute cette équipe, y compris Jack, Lottie
Pickford et moi-même, plus une petite armée de techniciens et de machinistes : telle était la force de travail
rassemblée pour envahir la Californie et parrainer la naissance de cet enfant nommé Hollywood ».

En 1914, Griffith apprend que Walsh a vécu au Mexique et lui propose d’aller tourner un film avec Pancho Villa.
Le jour même il prend le train pour le Mexique rejoindre l’armée de Pancho Villa que se trouvait de l’autre coté
de la frontière d’El Paso. Durant deux semaines, il accompagne Pancho Villa dans sa progression de Juarez à Mexico,
« elle fut épique – sanglante, violente, truffée de pillages – mais épique néanmoins », filmant les batailles de
Durango, les soldats tombaient devant sa caméra. Il a filmé ainsi les trois généraux lors de la prise de Mexico :
Villa, Zapata et Obregón assis à une table de conférence. Au retour en Californie, il est dirigé par Christy Cabanne
dans le rôle de Villa jeune dans la partie romancée de The Life of Pancho Villa. Inutile de chercher ce film,
il est considéré perdu.

Raoul Walsh dans le rôle de Villa jeune dans The Life of Pancho Villa :
Image


Un jour il reçoit la visite de Jack London et Wyatt Earp, désireux de rencontrer l’homme
qui avait côtoyé et filmé Pancho Villa. Charles Chaplin se joint à leur table « Je passai un excellent moment à les
écouter et j’ai regretté par la suite de ne pas avoir pu enregistrer leur conversation ».
Assistant de Griffith notamment dans Naissance d'une Nation, il dirige les scènes de batailles et joue également
le rôle de John Wilkes Booth, l'assassin de Lincoln.

Raoul Walsh en John Booth dans Naissance d'une Nation de Griffith :
Image


En 1915, tourne son dernier film pour la Fine Arts. Puis, il repart travailler à New York pour la Fox avec qui il
tourne Regeneration, « qui fut le premier long métrage de gangsters jamais tourné » selon Walsh lui-même.
Au moment de la guerre 14-18 il travaille pour le Service de Transmissions de l’armée, montant les films
documentaires venant d'Europe. Il est réformé avec le grade de lieutenant.
Il a dirigé les grandes stars du muet : Theda Bara, la première Vamp d’Hollywood, dans ses premiers succès,
ainsi que Pola Negri, Gloria Swanson, Douglas Fairbanks… Il remet en selle Tom Mix, qui se trouvait dans une
mauvaise passe, avec le western The Lone Cowboy.


A part ceux d’une ou deux bobines, il réalise peu de westerns dans sa période muette, en fin de compte.
On peut citer : Blue Blood and Red de 1916; The Conqueror, et Betrayed, les deux de 1917; Evangeline de 1919.

Il est vrai, qu'en ce qui concerne le western, Walsh s’est illustré davantage dans la période du cinéma sonore
de sa carrière.

Cet article c'est inspiré du livre Un demi-siècle à Holliwood de Raoul Walsh.
Voir aussi : viewtopic.php?t=6289#p54052

Raoul Walsh durant le tournage de La piste des géants :
Image




____________________________________________
The Life of Pancho Villa
____________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : Christy Cabanne, Raoul Walsh
Scénario : Frank E. Woods, Raoul Walsh
Production : Mutual Film
Durée : 105 minutes (7 bobines)
Lieu de tournage : Mexique.

Christy Cabanne, Raoul Walsh et Frank E. Woods :
Image. Image. Image


Distribution : Pancho Villa : lui-même; Irene Hunt : sa sœur aînée; Teddy Sampson : sa sœur cadette;
Raoul Walsh : Villa, jeune; W.H. Lawrence : un officier fédéral; Walter Long : un officier fédéral;
Mae Marsh; Juano Hernandez...

Pancho Villa, Irene Hunt et Teddy Sampson :
Image.Image.Image


Raoul Walsh et Walter Long :
Image.Image



__________________________________________________________________________





Charles K. French (1860 – 1952)



Image


Charles Edward Krauss French était un acteur, scénariste et metteur en scène très prolifique,
dès 1909.
On le voit dans certains westerns au début du muet chez Balshofer, Ince ou Griffith; aux cotés
de Hoot Gibson, Tom Mix, Buck Jones ainsi que William S. Hart.
Arrivant au cinéma presque à 50 ans, (il est né avant la guerre de Sécession), mais auparavant
comme beaucoup de pionniers de cette époque, il exerce toutes sortes de métiers : acteur de
théâtre, joueur de banjo, occupant différents emplois derrière les coulisses des compagnies
théâtrales. En 1893 il joue à Pittsburgh, la même année est a New York; en 1894 à Saint Louis,
en 1896 dirige la pièce « Kentucky ».
Dans les années 1900 tourne avec les troupes de comédies musicales, à Boston, Cincinnati,
Chicago, Ohio...
A 49 ans il apparaît pour la première fois au cinéma dans The Cord of Life de Griffith, ensuite
au cours des deux prochaines années il se produit dans près de 200 films pour la Bison. Il fait
partie du premier groupe qui arrive à Edendale.
Durant trois ans il est assistant manager, producteur, réalisateur et acteur dans les westerns
produit par les studios de la Pathé.
En 1914, il dirige la Kay-Bee Company. Il renoue une amitié avec avec Thomas Ince, qui l'avait
engagé dans des dizaines de ses premiers films.
Dans les années 20 tourne beaucoup des westerns, restant ainsi actif jusqu'à très tard dans sa vie.

Image


____________________________________________
The Invaders (1913)
____________________________________________

Fiche technique :
Réalisateur : George Melford
Production : Kalem Company
Durée : 600 mètres (2 bobines)
Lieu de tournage : Glendale, Verdugo Canyon, Californie

George Melford:
Image


Distribution : Carlyle Blackwell (John Thorpe); Marin Sais (Helen Sawyer); William H. West (Père de Helen);
Charles K. French (Kennedy).

Carlyle Blackwell, Marin Sais, Charles K. French :
Image.Image.Image




________________________________________________________________________





Nestor Film Company


La Nestor Film Company a été fondée en 1909 en tant que filiale de la Centaur Film Company* sur la
côte Ouest.

La Nestor est le premier studio installé à Hollywood à Gower Street, le 27 octobre 1911, une troupe de
40 personnes y arrive. Les équipements sont envoyés par train : trois caméras, des produits chimiques
et toutes sortes d'accessoires dans le but de produire trois films par semaine : un western, un « eastern »
et une comédie.

1911 : Arrivée de la troupe à Hollywood :
Image


Durant le trajet dans le train, David Horsley et Al Christie font la connaissance du propriétaire du restaurant
Blondeau Tavern qui périclite dû à la loi sèche de la prohibition . La Nestor loue donc et s'installe dans les
locaux du dit restaurant.

Blondeau Tavern : Le premier studio de cinéma à Hollywood a été construit par
David Horseley pour Christie Film Co. Le bâtiment est à l’angle de Sunset Boulevard
et Gower Street. Dans cette photographie prise en 1911, aucun signe n’est visible
sur le bâtiment. Une voiture est garée à l’extérieur sur Gower Street, visible à droite :
Image


Dès le début, le studio crée un département pour la production de westerns d'une bobine, supervisé par
Al Christie. A un moment donné le lieu, envahi par les acteurs, cow-boys et indiens attendant les tournages,
est alors rebaptisé « Gower Gulch ».
Leur première production est un western : The Law of the Range, réalisé par Milton J. Fahrney. On citera
également Her Indian Hero, de Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney.

Nestor Studio, 1913 : ici, des automobiles sont alignés à l’angle de Sunset Boulevard et
Gower Street à droite. Sur l’écriteau on lit « Christie Film Co. » et « Nestor Comedies,
Universal Films . » Sur la photo : Charles Christie, Horace Davey, Al Christie, Nadgi chef
caméraman ; George French, Gus Alexander, Harry Rattenburg, Lee Moran, Eddie Lyons,
Billie Rhodes et Eddie Barry. La photographie est signée Witzel :

Image


La Nestor épate par la qualité de l'image et la régularité à laquelle sortait ses films, cela dû au beau temps
qui régnait à Hollywood. Les studios de l'est souffrant du climat changeant ne tarderont pas à venir s'installer
en Californie.

En 1912, la Nestor fusionne avec la Film Manufacturing Company Universal, dirigée par Carl Laemmle et
deviendra Universal Pictures.

*Centaur Film Company, située à Bayonne, New Jersey a été fondée en 1907, par les frères David et William Horsley.


Détail de la première photo panoramique : on aperçoit Bill Piltz, cameraman ; Al Christie, réalisateur ;
Walter Pritchard, opérateur ; Milton H. Fahrney (à cheval), réalisateur de Westerns ;
David Horsley avec son jeune fils ; Tom Harding, opérateur et Thomas Ricketts,
réalisateur des drames et comédies :

Image

Photos : Wikipédia.


______________________________________________
The Law of the Range (1911)
______________________________________________
Film considéré perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Milton J. Fahrney
Scénario : Milton J. Fahrney
Production : Nestor Film Company
Durée : 259,08 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Californie

Milton J. Fahrney :
Image


Distribution : Harold Lockwood : Jack Corning, fils du shérif.

Harold Lockwood :
Image


Harold Lockwood, Milton J. Fahrney, David Horsley :
Image




___________________________________________
Her Indian Hero
___________________________________________
« Silver Water, le fils du Chef, est de retour après ses études et sa tribu se rend à la gare pour l’accueillir .
Les Indiens se réjouissent et s'apprêtent à le fêter . Hal Benton, un homme de l’est, loge à l'hôtel avec
quelques amis, sa fiancée, Veda Mead, et son père. Sachant que les cérémonies indiennes peuvent les intéresser,
Hal obtient la permission d’y venir avec eux. Le chef présente Morning Star, une jeune indienne, à son fils,
sa future squaw. Silver Water est visiblement heureux. Le lendemain, Hal Benton et ses amis arrivent.
Pendant que les autres visitent le camp, Veda Mead s'amuse longuement avec Silver Water et la vanité de l'Indien
est touchée par l’attention que lui porte la coquette ; il lui donne rendez-vous pour le lendemain, mais leur
entretien est interrompu par l'arrivée de Morning Star. Le lendemain, ils se voient et ... »
IMDb.

Fiche technique :
Réalisateur : Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney
Production : Nestor Film Company
Durée : 300 mètres (1 bobine)
Lieu de tournage : Hollywood, Californie

Al Christie, Jack Conway et Milton J. Fahrney :
Image.Image.Image


Distribution : Jack Conway : Hal Benton ; George Gebhardt : Silver Water ; Dorothy Davenport : Veda Mead ; Victoria Forde : Morning Star ; Russell Bassett : M. Mead, père de Veda

Dorothy Davenport, Victoria Forde, et Russell Bassett :
Image.Image.Image


__________________________________________________________________




101 Ranch


Le 101 Ranch ne comptait pas moins de 200 cowboys et Indiens :
Image

En 1893, George Washington Miller commence par louer des terres à la tribu Quapaw, dans le territoire
Indien d'Oklahoma, s'agrandissant pour devenir ainsi le plus grand ranch des USA avec une superficie
de 44.515 hectares.
En 1903 à la mort du père, ses 3 fils Zachary, George et Lee reprennent le ranch .

Les frères Miller :
Image

En 1905, les frères Miller organisent l'Oklahoma's Gala Day, spectacle donné dans le but de montrer le
savoir faire des cow-boys ainsi que des indiens. Le show a un grand succès ce qui pousse les frères Miller
à prendre la route avec leur troupe. La tournée débute en 1907, à Brighton Beach, New York.

Les frères Miller engagent pour l'Oklahoma's Gala Day, le chef Geronimo, dûment escorté par
la garde militaire de Fort Still, ici au volant. Le chef a tué un buffle avec sa voiture, signé des autographes
et vendu des souvenirs. Edward Le Clair, membre de la tribu Ponca est sur le siège passager avant :

Image


C'est durant une escale en Californie que Thomas H. Ince de la Bison les embauche
pour tourner des westerns. Le 101 Ranch comptait des dizaines de cow-boys et d'Indiens, des troupeaux
de bétail, des diligences, des tipis et accessoires divers qui serviront pour le tournage des westerns.
Mais la collaboration fructueuse des frères Miller avec la Bison est de courte durée car la maison mère
de celle-ci, la New York Motion Picture Company est absorbée par l'Universal de Carl Laemmle qui
continuera à produire des westerns sous le label 101 Bison.

Thomas H. Ince signe un contrat avec Miller Brothers 101 Ranch Wild West Show, qui comprenait
des nombreux cow-boys, des chevaux, du bétail, et même toute une tribu Sioux qui avait installé leurs tipis
dans Inceville :
Image


Juste avant la première guerre mondiale le 101 Ranch fait une tournée en Europe qui s'avèrera
financièrement catastrophique, car l'armée anglaise leur confisquera les chevaux, les wagons
du spectacle et en Allemagne ils seront soupçonnés d'espionnage; ce qui les mettra dans de grandes
difficultés . Comme un malheur n'arrive jamais seul, la Grande Dépression débute et leurs
dettes s'agrandissent. Après quelques tentatives infructueuses le 101 Ranch est mis aux enchères, en 1932.

Le Ranch 101 s’est fait un devoir de présenter des artistes femmes et inventa le terme Cowgirl :

Image



Plusieurs vrais cowboys devenus artistes du 101 Ranch ont continué leur
carrière dans l'industrie cinématographique naissante. On citera :

Art Acord
Tom Mix
Hoot Gibson
Buck Jones
Will Rogers
Jack Hoxie
Tex Ritter



_____________________________________________
The Mysterious Hand
_____________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Francis Ford
Scénario : Grace Cunard
Production : 101 Bison
Durée : 30 minutes - 900 mètres (3 bobines)

Distribution : Grace Cunard : Lady Raffles; Francis Ford : Detective Phil Kelly; Arthur Moon;
Duke Worne; John Ford; Victor Goss.




_____________________________________________
A Daughter of the Redskins
_____________________________________________
Film probablement perdu.

Fiche technique :
Réalisateur : Henry MacCrea
Production : 101 Bison
Durée : (2 bobines)

Distribution :
William Clifford : Tomaka : jeune chef Indien; Marie Walcamp : Wanana, jeune squaw;
Sherman bainbridge : Père de Wanana; Val Paul.


______________________________________________
Life on the 101 Ranch, Bliss Oklahoma
______________________________________________
Première apparition dans un film de la future star du western Buck Jones.

Fiche technique :
Production : Miller Brothers 101 Ranch
Durée : 30 minutes – 900 mètres (3 bobines)
Lieu de tournage : Bliss, Oklahoma

Distribution : Duke R. Lee : Officier; Princess Sunshine : Jeune Indienne; Buck Jones : Sergeant;
101 Ranch Cowboys : Cowboys and Soldiers.

Duke R. Lee et Buck Jones :
Image.Image


Le 101 Ranch Cowboys :
Image




A suivre...
Modifié en dernier par Hombre le 23 mars 2017 20:44, modifié 27 fois.


Retourner vers « Les Westerns muets : un aperçu chronologique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité