Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Nouvelles sorties en salles et projets
Avatar du membre
tepepa
Westerner
Westerner
Messages : 2153
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar tepepa » 14 oct. 2018 20:42

J'ai lu ta chronique. C'est curieux tout de même que tu trouves ce film plus violent et dur que The Revenant qui n'est quand même pas piqueté des hannetons dans l'horreur gore...

Avatar du membre
Feuille de Saule
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 197
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Feuille de Saule » 14 oct. 2018 22:48

Je ne me l'explique pas moi-même.
Et pourtant...
:| bizarre, oui. Les sensations ne sont pas toujours rationnelles.

Peut-être que l'état psychologique et physiologique joue un rôle. J'étais assez fatiguée. Mais beaucoup moins nerveuse que je ne l'ai souvent été récemment. Plutôt tonique, même.
J'ai quand même eu un début de crise d'épilepsie, à un moment. Ca m'était déjà arrivé d'en faire une pendant un spectacle mais toujours avec des effets de lumière sur la scène ou l'écran. Là... même pas.
Et c'est bien la première fois que j'ai envie de vomir (il aurait été raisonnable de sortir, mais j'avais les guibolles toutes tremblantes)
:| je ne me savais pas si chochotte.

La seule explication que je voie c'est l'aspect hyper-réaliste sans une ombre d'onirisme

A vrai dire... quand j'essaye de comprendre, je me dis qu'il faudrait regarder à nouveau le film, mais juste après je me dis que ce serait du masochisme. Pourtant, lire ou voir la même oeuvre deux fois en étant dans un état d'esprit différent, ça peut tout changer.


Quand j'étais étudiante et que je regardais X-files ou les contes de la Crypte, ma mère me disait que c'était ça qui me donnait des cauchemars. Sauf que justement, le samedi (jour où ça passait), je dormais bien. Par contre, un polar à sujet un peu brutal (même traité de façon calme) ou le journal TV d'après le film... et hop. une nuit passée à la moulinette
:| :| :|
Image

Avatar du membre
Alec Longmire
Marshall
Marshall
Messages : 242

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Alec Longmire » 15 oct. 2018 16:11

Voilà un débat qui me surprend, comme certains ici, d'ailleurs ! Alors à mon tour de donner mon avis.

Pour ma part, je suis allé voir ce film la semaine dernière, sans avoir du tout lu au préalable ce qui s'en disait sur le forum ; vierge de tout point de vue, hormis les quelques critiques de journaux auxquels il a été fait allusion ici et globalement (très) favorables. Pour vous dire mon ignorance, je ne savais même pas qu'il s'agissait d'un film de commande, pas plus que je n'avais d'idée de l'arrogance d'Audiard vis-à-vis du genre (ce qui a tout de même tendance à refroidir un peu, il faut bien l'avouer...)
Pour terminer sur les préalables, je dois dire que je suis loin d'être amateur du cinéma d'Audiard (fils) : je n'ai pas vu tous ses films mais pour ce que j'en connais j'ai tendance à le trouver, comme d'autres l'ont déjà dit, assez grandement surestimé...

Bref, malgré tout, j'ai aimé : pas au point de crier au chef d’œuvre, mais il me semble que le film fait plutôt honneur au genre. Loin de trouver sa réalisation maniérée, elle m'a semblé assez intéressante et les acteurs excellents (j'ai l'impression qu'à ce dernier niveau du moins, il n'y a pas trop de controverse). Le traitement de la violence, en revanche, est en effet particulier, je comprends qu'il puisse déstabiliser. Je ne dirais pas que c'est ultra violent, ou gore, ou autre chose du genre. Pendant une bonne partie du film il y a même peu de violence effective. Par contre, une courte mais intense partie du film, sur la fin, fait entrer dans un climat vraiment oppressant où effectivement la violence est très réaliste et fait mal. Or ce n'est même pas une violence que les personnages infligent aux autres : non, ils se l'infligent plutôt à eux-mêmes, dans un dénouement qui me semble-t-il est justement très inspiré du western classique !

Je m'explique : le film repose sur la cupidité, sur la recherche d'un trésor que tous cherchent à s'approprier et dont personne ne profitera finalement, la faute justement à cette cupidité : schéma ultra classique, on est en plein hybris grec, en pleine tragédie quoi ! Cela me rappelle furieusement, sur le même thème, quelques exemples du genre : Le Trésor de la Sierra Madre ou Le Trésor des 7 collines par exemple (mais il y a un paquet de précédents !). Je ne cherche pas à comparer le film d'Audiard avec celui de Huston (!) mais imaginez-vous en 1948 voir ce dernier : est-ce que le personnage joué par Bogart, malsain à souhait, ou plutôt rendu fou par son avidité, ne provoque pas un certain malaise ? Même aujourd'hui, en revoyant ce film que j'aime beaucoup, j'ai encore ce sentiment. J'ai une impression un peu du même type avec ces Sisters Brothers, avec un traitement plus contemporain et donc encore plus déstabilisant...
Outre cet aspect, il y a aussi le contraste bien classique entre des personnages éduqués qui pressentent la fin du vieil Ouest et de la violence traditionnelle, et les gunfighters à l'ancienne, condamnés à mourir s'ils ne changent pas leur mode de vie. Sauf qu'ici, et de manière plutôt originale d'ailleurs, la résolution du conflit ne se fait pas tout à fait selon la voie traditionnelle.

Je terminerai mon long pensum avec le parallèle qui a été fait avec Céline : à mon avis il est inapproprié, mais pour ne pas tout dévoiler de la fin, je masque la suite :
Spoiler: Montrer
Céline est en effet d'un nihilisme et d'une noirceur absolus ; dans ces Sisters Brothers au contraire, les 5 dernières minutes, qui concluent le film, sont baignées d'un espoir assez inattendu (voire même un peu improbable) : contre toute attente, le tueur implacable exorcise sa violence parce qu'il y est contraint, je le précise, apprend à respecter son frère puis renoue avec son passé en retournant chez sa mère. Une nouvelle vie se profile, la rédemption lui est enfin permise : choses impossibles chez Céline !


Bref, ma conclusion serait de laisser une chance à ce film : je pense qu'il vaut tout de même mieux que des avis préconçus, même si ce n'est que mon avis...

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3635
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar L.. » 15 oct. 2018 17:11

Alec Longmire a écrit :
Je terminerai mon long pensum avec le parallèle qui a été fait avec Céline : à mon avis il est inapproprié,[/spoiler]


Je ne dis pas que c'est DU Céline, je dis qu'il Y A DU Céline quelque part, la violence n'est pas celle du Revenant, boursouflée techniquement et proche du jeu vidéo imbécile, la violence ici est bien plus psychologique, névrotique.

On peut effectivement voir la fin comme apaisée, mais au regard des personnages on peut aussi la voir glauque et tout à fait incertaine.

Le père, Michel Audiard , était grand amateur de L.F. Céline, Leone n'a pas voulu l'adapter trouvant le Voyage du bout de la nuit d'une trop grande qualité pour que le cinéma s'en emparer (pour Leone, seuls les mauvais romans faisaient de bons films.)
Modifié en dernier par L.. le 15 oct. 2018 19:04, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Moonfleet
Séminole
Séminole
Messages : 1102
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Moonfleet » 15 oct. 2018 18:15

L.. a écrit :la violence n'est pas celle du Revenant, boursouflée techniquement et proche du jeu vidéo imbécile



Ce qu'il ne faut pas lire...

Avatar du membre
Feuille de Saule
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 197
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Feuille de Saule » 15 oct. 2018 21:28

Concernant "the revenant", j'y étais allée avec un préjugé défavorable (je n'aime pas beaucoup di caprio) avait été fascinée
oui, oui... je suis d'une logique époustouflante

Un mélange de réalisme matériellement brutal et d'onirisme puissant


En effet, avec les Sisters, la violence est infligée à soi-même... mais j'aurais aimé que les motivations (qui ne sont pas que de la cupidité) ressortent mieux...
Image


Avatar du membre
yves 120
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5174
Localisation : antibes juan les pins " capital du jazz "

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar yves 120 » 15 oct. 2018 23:26

Toi tu risques pas toujours est il !
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3635
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar L.. » 16 oct. 2018 13:56

Feuille de Saule a écrit :En effet, avec les Sisters, la violence est infligée à soi-même... mais j'aurais aimé que les motivations (qui ne sont pas que de la cupidité) ressortent mieux...


La pathologie mentale des personnages.... on est loin de la seule cupidité du Trésor de la Sierra Madre, même si le rappel est tout à fait juste -on y pense tout de suite, notamment dans les discussions sur l'utopie-.

Avatar du membre
Feuille de Saule
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 197
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Feuille de Saule » 16 oct. 2018 21:48

Ce n'est pas moi qui ai comparé au Trésor de la Sierra Madre (un film que j'ai vu il y très longtemps et que j'aimerais bien revoir, parce qu'il ne m'en reste que quelques images et un sentiment de fascination).
Oui... il y a de la pathologie chez chacun d'eux (les frères et les deux autres), mais... pointé de façon trop répétitive à mon goût. Il y avait pourtant une palette très large à exploiter
Utopie : oui... là, notamment, il y avait de quoi développer. C'est répété pas mal de fois mais jamais développé. Pourtant, cela aurait été intéressant, quelques descriptions de la vie dans cette ville idéale ! Et les réactions des uns et des autres aussi. Surtout qu'ils ont tous pas mal de choses sur le coeur
Image

Avatar du membre
CALLAHAN65
Mohawk
Mohawk
Messages : 859
Localisation : Tout à l'ouest

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar CALLAHAN65 » 20 oct. 2018 19:48

Je viens de voir le film cet après-midi aucun regret les acteurs sont bons les paysages magnifiques quand vous dites aux spectateurs qu'aucune image n'est américaine ils sont tous bluffés.

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar lafayette » 04 nov. 2018 13:13

Je vais me mettre aux films chinois comme ils ont inventé la poudre et qu’ils ont peu de frères et de sœurs. :num10
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
lafayette
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6859
Localisation : Landais expatrié 91

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar lafayette » 04 nov. 2018 13:58

Mon message précédent était suite à la lecture de notification et je n’avais pas vu toute une suite de posts. Dont certains plus favorables à ce film.
La remarque sur 1851 m’a amusé par ce que je ne suis pas sûr que notre monde soit meilleur à l’heure du terrorisme et des guerres islamistes ou d’une armée envoyée contre l’immigration et toutes les horreurs dont nous abreuvent les actualités chez nous comme ailleurs dans le monde qui a connu des conflits mondiaux et des bombes atomiques depuis 1851 et de nombreux génocides. Des atrocités parfois vécues en direct sur nos écrans alors que nous sommes dans le confort précaire de nos canapés.
Imaginons qu’on renvoie tous les migrants des Amériques, en allant au bout de la logique anti immigration, il n’y aurait plus personne sur ce continent et plus de western non plus! :)
Mais l’heure est plutôt à l’envahissement et à l’exploitation continus de l’homme au préjudice de la planète qui le fait vivre et les frères Sisters ont la vertu de montrer des pollueurs s’autosuicider en détruisant chimiquement une rivière pour la folie vulgaire de l’or, ce en quoi l’homme n’est pas différent des insectes attirés par ce qui luit.
Ce n’est pas l’or qui nous donne la vie mais l’eau et la terre. Le retour final à la terre qui les a enfanté est au moins un espoir de belle rédemption pour les frères Sisters.
Pour être logique, il faudrait se détacher de tous nos écrans grands et petits...
Disons que je n’ai rien dit! Audiardble la logique alors?
Pour moi la vie va commencer...

Avatar du membre
Feuille de Saule
Chef Sioux
Chef Sioux
Messages : 197
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar Feuille de Saule » 04 nov. 2018 17:37

Oui...

Mais l’heure est plutôt à l’envahissement et à l’exploitation continus de l’homme au préjudice de la planète qui le fait vivre et les frères Sisters ont la vertu de montrer des pollueurs s’autosuicider en détruisant chimiquement une rivière pour la folie vulgaire de l’or, ce en quoi l’homme n’est pas différent des insectes attirés par ce qui luit.

C'est là que j'ai commencé à avoir l'estomac qui remonte.
Désolée de mon ressenti "très violent"...
je ne m'explique pas moi-même d'avoir été aussi choquée.
Sans le gars sorti en même temps que moi qui était livide, je penserais qu'il faut impérativement
que j'y retourne voir une seconde fois (et c'est peut-être ce qu'il faudrait).

Comme expliqué dans mon article (et dans mon post ici en rentrant du cinéma), je me suis d'abord ennuyée sec, tendance agacement. Pendant un bon moment, la violence est "externe" et bien claire.
Je n'ai pas vu d'utilité à ce qu'elle soit mise aussi en évidence, mais je suppose que c'est pour une raison semblable à, dans mon roman, la description du pharmacien ambulant qui regarde arriver les personnages : plusieurs personnes ont trouvé cette description inutile, mais pour moi elle plante une "normalité" (oui, j'aurais pu choisir un fermier ou le forgeron). Au lieu de suggérer à quel point ces hommes peuvent être terribles, c'est montré directement.
Autre chose qui m'étonne beaucoup sur ma réaction à ce film :
les scènes de violence "violente" m'ont plutôt donné envie de dormir !
Tellement je les trouvais gratuitement explicites, sans doute...

Ensuite, il y a un morceau où j'ai commencé à accrocher.
Puis... bang : la rivière. Violence faite à ce qui les entoure et par ricochet à eux-mêmes, avec accélération du ricochet à cause de Charlie.
Sans la phase d'accrochage, qui a été assez rapide quoique tardive, je n'aurais sans doute pas été aussi écoeurée (il faut être bien "entré" dans un film pour que l'effet empathique se produise). La rapidité de cet accrochage a sans doute joué un rôle dans ma réaction face à l'action sur l'environnement, dont les images "suite" étaient pour ce qui est de la rivière elle-même prévisibles à 100%. La réaction de mon ventre à ce moment aurait sans doute été la même sans ce qui suit (images de la rivière morte et des hommes malades), mais le fait de le montrer ne m'a clairement pas aidée à aller mieux.
La violence physique et sociale du début a servi à placer la personnalité des personnages et le monde où ils ont évolué jusque là. Elle est donc justifiée... mais j'aurais préféré qu'on s'attarde un peu plus sur les espoirs des uns et des autres.
La recherche de l'or n'étant pas un simple "je veux", mais liée à tout ce qu'il pourra apporter.

Le retour final à la terre qui les a enfanté est au moins un espoir de belle rédemption pour les frères Sisters.

Oui... jolie fin.
Tout à fait d'accord là-dessus, et l'attitude d'Eli est très attachante
J'en ai hélas peu profité, vu l'état de mes nerfs en arrivant là

Sur le synopsis même, c'est une fable écologique.

Histoire de continuer à faire la grimace : on pourrait même trouver cette fin trop belle, puisque le chimiste étant mort, rien n'interdit de penser que le danger est écarté (mais la part des spectateurs assez ignorants pour ça est sûrement très très réduite).

Je n'ai pas encore commencé le roman (qui se trouve presque en haut de ma pile à lire), mais je suppose que cet aspect y est important aussi. Je verrai ça le moment venu.
Est-ce que quelqu'un, ici, est déjà en état de faire le comparatif ?
Image

L..
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 3635
Contact :

Re: Les Frères Sisters - The Sisters Brothers

Messagepar L.. » 04 nov. 2018 18:25

Image

Honnêtement, je ne vois aucune fable écologique, on n' est pas dans Soleil vert.

En 1851, pas de surpopulation, une bonne partie du monde est encore inconnue et complètement vide ... c'est plutôt une description de la rapacité, appuyée sur un positivisme ou scientisme visionnaire et forcené, on est bien au XIX° siècle, siècle de la photographie, du cinématographe et du western.



Retourner vers « Cinéma (nouveautés) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités