Les SIOUX

DEMERVAL
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 5343

Les SIOUX

Messagepar DEMERVAL » 21 déc. 2017 12:32

Le nom "Sioux" fut adopté en anglais durant les années 1760 à partir du français. C’était un abrégé de Nadouessioux, pour la première fois attesté par Jean Nicolet en 1640. Il est quelquefois affirmé que le nom dérivait d’un exonyme Ojibwe pour qualifier les Sioux, signifiant "petits serpents" (comparé à nadowe "grands serpents", utilisé pour qualifier les Iroquois). L’adjonction au pluriel d’un x est due à la marque plurielle française. La forme Proto-Algonquine, *na•towe•wa, signifiant "Iroquois du Nord", a des équivalences dans plusieurs langues-sœurs qui font référence au petit serpent à sonnettes (massasauga, Sistrurus). Une explication alternative est une dérivation d’un exonyme algonquin, na•towe•ssiw (pluriel na•towe•ssiwak), issu d’un verbe *-a•towe• signifiant "parler une langue étrangère". Le terme courant Ojibwe et des groupes apparentés pour qualifier les Sioux est Bwaanag (singulier Bwaan), signifiant "Rôtisseurs". Cela se réfère probablement au style de cuisson que les Sioux utilisaient dans le passé.
Quelques-unes des tribus ont formellement ou officieusement adopté des noms traditionnels : la tribu des Sioux Rosebud est aussi connue comme étant les Sičháŋǧu Oyáte et les Oglalas utilisent souvent le nom de Oglála Lakȟóta Oyáte, plutôt que le mot anglais "Tribu des Sioux Oglalas" ou OST. L’orthographe alternative anglaise de Ogallala est considérée comme impropre.
Le mot Sioux se réfère historiquement à la Grande Nation Sioux comme étant les Očhéthi Šakówiŋ (prononcé [oˈtʃʰetʰi ʃaˈkowĩ]), signifiant "Conseil des Sept Feux". Chaque feu était un symbole d’une oyate (peuple ou nation). Les sept nations que comprenaient les Sioux étaient : les Bdewákaŋthuŋwaŋ (Mdewakantons), les Waȟpéthuŋwaŋ (Wahpetons), les Waȟpékhute (Wahpekutes), les Sisíthuŋwaŋ (Sissetons), les Iháŋkthuŋwaŋ (Yanktons), les Iháŋkthuŋwaŋna (Yanktonais) et les Thítȟuŋwaŋ (Tetons o Lakotas). Le Conseil des Sept Feux se réunissaient chaque été pour tenir conseil, renouveler les parentés, décider d’affaires tribales et participer à la Danse du Soleil. Les sept divisions devaient sélectionner quatre leaders connus comme étant les Wičháša Yatápikas parmi les leaders de chaque division. D’être un des quatre leaders était considéré comme le plus grand honneur pour un leader; cependant, le rassemblement annuel signifiait que la majorité de l’administration tribale était assurée par les leaders habituels de chaque division. La dernière réunion du Conseil des Sept Feux eut lieu en 1850.
Aujourd’hui les Tetons, les Santees (mélange des quatre tribus Dakotas) et les Minnesota Dakotas, et les Yanktons/Yanktonai sont usuellement connus comme étant respectivement les Lakotas, les Eastern Dakotas, ou Western Dakotas. Dans n’importe lequel des trois dialectes principaux, Lakota ou Dakota se traduit par "ami" ou "allié", en se référant à l’alliance qui unit une fois la Grande Nation Sioux.

Histoire

Premier contact avec les Européens

Les Dakotas sont d’abord référencés pour avoir résidé aux sources de la rivière Mississippi durant les 17ème siècle. Dès 1700, certains avaient migré dans l’actuel Dakota du Sud. A la fin du 17ème siècle, les Dakotas firent une alliance avec les marchands français. Les Français tentaient alors de prendre l’avantage dans la lutte les opposant aux Anglais pour le contrôle du commerce des fourrures en Amérique du Nord, Anglais qui venaient récemment d’établir la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Relations avec les marchands Français

Le premier contact référencé entre les Sioux et les Français survint quand Radisson et Groseilliers atteignirent ce qui est maintenant le Wisconsin durant l’hiver de 1659–1660. Plus tard parmi les marchands et les missionnaires français qui les visitèrent, figuraient Claude-Jean Allouez, Daniel Greysolon Duluth et Pierre-Charles Le Sueur qui passa l’hiver dans des bandes de Dakotas au début 1700. En 1736 un groupe de Sioux tua Jean Baptiste de La Vérendrye et 20 autres hommes sur une île du Lac des Bois. Cependant, le commerce avec les Français continua jusqu’au moment où les Français abandonnèrent l’Amérique du Nord en 1763.

Relations avec les Pawnees

L’auteur et historien Mark van de Logt écrivit: "Bien que les historiens militaires tendent à réserver le concept de la "guerre totale" pour les conflits entre les nations industrielles modernes, le terme se rapproche néanmoins fortement de l’état des relations entre les Pawnees d’un côté et les Sioux et les Cheyennes de l’autre. Les deux côtés dirigèrent des actions non seulement contre des guerriers-combattants mais aussi contre les peuples entiers. Les non-combattants étaient des cibles légitimes. ... C’est dans ce contexte que le service militaire des Eclaireurs Pawnees doit être envisagé."
La bataille de Massacre Canyon le 5 août 1873, fut la bataille majeure entre les Pawnees et les Sioux.

La guerre des Sioux de 1862

En 1862, peu de temps après une mauvaise récolte et une famine hivernale un an plus tôt, le paiement fédéral fut en retard. Les commerçants locaux ne voulaient plus faire crédit aux Santees et un commerçant, Andrew Myrick, ira même jusqu’à dire, "S’ils ont faim, laissez manger de l’herbe." Le 17 août 1862, la guerre des Sioux commença quand quelques guerriers Santees assassinèrent un fermier blanc et la plupart de sa famille. Ils inspirèrent d’autres attaques sur les colonisations blanches le long de la rivière Minnesota. Les Santees attaquèrent le comptoir. Plus tard des colons trouvèrent Myrick parmi les morts avec sa bouche remplie d’herbe.
Le 5 novembre 1862 au Minnesota, dans des cours martiales, 303 Sioux Santees furent convaincus de viol et de meurtre de centaines de colons Américains. Ils furent condamnés à être pendus. Aucun avocat ou témoin ne fut autorisé à prendre la défense des accusés et nombre d’entre eux furent condamnés en moins de 5 minutes de procès. Le Président Abraham Lincoln commua les sentences de mort de 284 guerriers, tout en autorisant la pendaison de 38 Santees le 26 décembre 1862 à Mankato, Minnesota. Ce fut la plus grande exécution de masse de l’histoire des Etats-Unis perpétré sur le sol américain.
Par la suite, les Etats-Unis suspendirent les contributions financières aux Dakotas pendant quatre ans et accordèrent l’argent aux victimes blanches et à leurs familles. Les hommes dont les peines furent commuées par ordre du Président Lincoln, furent envoyés dans une prison de l’Iowa, où plus de la moitié décédèrent.
Durant et après la révolte, de nombreux Santees et leurs amis s’enfuirent du Minnesota et de l’Est du Dakota vers le Canada, ou s’installèrent dans la James River Valley dans une réserve éphémère avant d’être forcés de déménager dans la Crow Creek Reservation sur la rive est du Missouri. Un petit nombre rejoignit les Yanktonais et déménagèrent plus loin vers l’ouest pour rejoindre les bandes Lakotas et continuer leur lutte contre les militaires américains.
D’autres furent capables de rester dans le Minnesota et à l’est, dans des petites réserves existant encore au 21ème siècle dont celles de Sisseton-Wahpeton, Flandreau et Devils Lake (Spirit Lake ou Fort Totten) dans les Dakotas. Quelques-uns terminèrent au Nebraska, où la Santee Sioux Reservation a aujourd’hui une réserve sur la rive sud du Missouri.
Ceux qui s’enfuirent au Canada ont maintenant des descendants résidant dans neuf petites réserves de Dakotas, cinq d’entre elles sont localisées dans le Manitoba (Sioux Valley, Long Plain, Dakota Tipi, Birdtail Creek et Oak Lake [Pipestone]) et les quatre autres (Standing Buffalo, Moose Woods [White Cap], Round Plain [Wahpeton] et Wood Mountain) dan dés le Saskatchewan.

La guerre de Red Cloud

La guerre de Red Cloud (aussi appelée Bozeman War) fut un conflit armé entre les Lakotas et l’Armée des Etats-Unis qui eut lieu dans le territoire du Wyoming et le territoire du Montana entre 1866 et 1868. La guerre eut lieu pour le contrôle du pays de la Powder River au centre nord du Wyoming.
La guerre acquit son nom de Red Cloud, un éminent chef Sioux qui conduisit la guerre contre les Etats-Unis suite à des empiètements dans la région exercés par l’Armée Américaine. La guerre prit fin avec la signature du Traité de Fort Laramie. La victoire des Sioux dans cette guerre leur permit de conserver temporairement leur contrôle sur le pays de la Powder River.

La guerre des Black Hills

La guerre des Black Hills comprit une série de batailles entre les Lakotas et leurs tribus alliés comme les Cheyennes contre l’armée des Etats-Unis. Le premier engagement fut la Bataille de la Powder River et la bataille finale fut celle de Wolf Mountain. Y figurèrent également la Bataille de Rosebud Creek, la Bataille de Little Bighorn, la Bataille de Warbonnet Creek, la Bataille de Slim Buttes, la Bataille de Cedar Creek et la Bataille de Dull Knife. La guerre des Black Hills aussi connue comme étant la Grande Guerre des Sioux de 1876–77 se concentra sur les tribus Lakotas des Sioux, bien que plusieurs amérindiens croient que la cible primaire de l’Armée des Etats-Unis étaient la tribu des Northern Cheyennes. La série de batailles se déroula dans les territoires du Montana, du Dakota et du Wyoming et résulta en une victoire des Etats-Unis.

Le massacre de Wounded Knee

Le massacre de Wounded Knee Creek fut le dernier conflit armé majeur entre les Lakotas et les Etats-Unis. Il fut décrit comme un "massacre" par le Général Nelson A. Miles dans une lettre envoyée au Commissaire aux Affaires Indiennes.
Le 29 décembre 1890, cinq cents hommes de troupe du 7ème régiment de cavalerie, renforcés par quatre mitrailleuses Hotchkiss (une pièce d’artillerie légère capable d’un tir nourri et rapide) entourèrent un campement d’une bande de Lakotas des Miniconjous et des Hunkpapas avec ordre de les escorter au chemin de fer pour être transportés à Omaha, Nebraska.
Au moment de la fin de l’opération, 25 hommes de troupe et plus de 150 Sioux Lakotas étaient étendus morts dont des femmes et des enfants. On ne sait pas quel est le camp qui ouvrit le feu ; quelques soldats auraient été les victimes d’un "tir amical" parce que la fusillade eut lieu à bout-portant dans des conditions chaotiques. Environ 150 Lakotas auraient fui le chaos, dont un grand nombre auraient pu mourir d’hypothermie.

Les Réserves

A la fin du 19ème siècle, les compagnies de chemin de fer voulaient construire des voies à travers les territoires Indiens. Elles louèrent les services de chasseurs de bison pour exterminer les troupeaux, principales sources de nourriture pour les Indiens des Plaines. Les Dakotas et les Lakotas furent obligés d’accepter les réserves définies par les Etats-Unis en échange du reste de leurs terres et de changer leur mode de vie nomadique basée sur la chasse en un mode de vie où fermage et élevage de troupeaux domestiques étaient d’actualité. Durant les premières années de l’Ere des Réserves, le peuple Sioux dépendit de contributions financières fédérales annuelles garanties par traité pour leur subsistance.
Au Minnesota, les traités de la Traverse des Sioux et de Mendota en 1851 laissèrent les Dakotas avec une réserve de 32 km de large de chaque côté de la rivière Minnesota.
Aujourd’hui, la moitié des Sioux recensés aux Etats-Unis vivent dans des réserves. Les membres officiels de la Nation Sioux recensés aux Etats-Unis doivent présenter ¼ de sang Sioux (équivalents aux grands-parents).
Au Canada, le gouvernement reconnait la communauté tribale des First Nations.

Activisme au 20ème siècle

Wounded Knee incident

L’incident de Wounded Knee commença le 27 février 1973 quand la ville de Wounded Knee, Dakota du Sud fut conduit par des militants du Mouvement Indien Américain. Les occupants contrôlèrent la ville pendant 71 jours alors que diverses agences de chargées de faire respecter les lois fédérales et d’état telles que le Federal Bureau of Investigation et l’ United States Marshals Service en faisaient le siège. Deux membres de l’A.I.M. furent tués durant l’incident.

La République de Lakotah

La Lakota Freedom Delegation, un groupe d’activistes Amérindiens controversés, déclara le 19 décembre 2007 que les Lakotas se retiraient de tous les traités signés avec les Etats-Unis pour reprendre la souveraineté sur leur nation. Un des activistes, Russell Means, affirme que l’action estt légale et cite une loi naturelle, internationale et américaine. Le groupe considère les Lakotas comme une nation souveraine, bien que pourtant l’état est généralement reconnu. Les frontières proposées réclament des milliers de kilomètres carrés du Nord et du Sud du Dakota, du Wyoming, du Nebraska et du Montana.

L’activisme actuel

Les Lakotas firent les gros titres de la presse nationale quand la National Public Radio rendit publique une enquête de "Lost Children, Shattered Families’’. Celle-ci exposa ce que beaucoup de critiques considèrent comme le "kidnapping" des enfants Lakotas de leurs maisons par le département des Affaires Sociales (D.S.S.) du Dakota du Sud. Les activistes Lakotas tels que Madonna Thunder Hawk et Chase Iron Eyes, avec le concours du People's Law Project, ont affirmé que les grands-mères Lakotas s’étaient vus dénier illégalement le droit d’élever leurs propres petits-enfants. Ils travaillent aujourd’hui pour rediriger les aides fédérales allouées à l’Etat du Dakota à la D.S.S. vers le nouveau programme tribal de familles d’accueil. Cela serait un tournant historique de reprise en main du contrôle traditionnel sur les enfants Lakotas adoptés.
Au début de 2014, un groupe Lakota lança MazaCoin, une monnaie digitale qui est présentée comme la ‘’monnaie nationale de la traditionnelle Nation Lakota’’.

Protestation contre l’accès des pipelines de pétrole au Dakota

A l’été 2016, les Indiens Sioux et la tribu Sioux de Standing Rock commencèrent une protestation contre la construction du Dakota Access oil pipeline, aussi connu comme le Bakken pipeline, qui, si complété, est destiné à transporter du pétrole brut obtenu par fracturation hydraulique des champs de pétrole de Bakken au Dakota du Nord vers l’unité de stockage et de transfert de Patoka, Illinois. Le pipeline ne traverse qu’un demi-mile au nord de la réserve Sioux de Standing Rock et est censé passé en-dessous de la rivière Missouri en amont de la réserve, soulevant beaucoup de questions au sujet de l’approvisionnement en eau potable de la tribu, au sujet de la protection environnementale et au sujet des impacts nuisibles sur les cultures. La compagnie du pipeline affirme que celui-ci apportera des emplois, réduira la dépendance américaine sur le pétrole étranger et réduira le prix du gaz.
Le conflit déclencha un débat national et une grande couverture médiatique. Des milliers de supporters indigènes et non-indigènes rejoignirent la protestation et plusieurs terrains de camping furent installés au sud de la zone de construction. La protestation était pacifique et l’alcool, les drogues et les armes à feu prohibés sur le campement ou le site de protestation. Le 23 août, la Tribu Sioux de Standing Rock publia une liste de 87 gouvernements tribaux qui écrivirent des résolutions, des proclamations et des lettres de soutien affirmant leur solidarité avec les Sioux de Standing Rock et le peuple Sioux dans son ensemble. Depuis lors, beaucoup d’autres organisations Amérindiennes, groupes environnementaux et groupes de droits civils ont rejoint la protestation au Dakota du Nord, dont le mouvement Black Lives Matter, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, le candidat du Green Party lors de l’élection présidentielle de 2016, Jill Stein et son candidat à la vice-présidence Ajamu Baraka, et beaucoup d’autres. Le Washington Post appela cette protestation "National movement for Native Americans."

Organisation politique

L’organisation politique historique était basée sur la participation individuelle et la coopération de tous pour maintenir le mode de vie de la tribu. Les leaders étaient choisis sur la base d’une naissance noble et de démonstrations des capacités à diriger, telles que la bravoure, le courage, la générosité et la sagesse.
• Les leaders politiques étaient membres de la société de la Načá Omníčiye et étaient décisionnels en matière de chasse, des mouvements du campement et décidaient si on devait ou pas faire la guerre aux voisins ou toute autre action communautaire.
• Les Sociétés étaient similaires aux fraternités; les hommes les rejoignaient pour élever leur position dans la tribu. Les Sociétés étaient composées de clans plus petits et variaient en nombre selon les sept divisions. Il y avait deux types de sociétés : Akíčhita, pour les hommes plus jeunes et Načá, pour les plus âgés et les ex leaders.
• Les sociétés guerrières, Akíčhita existaient pour entraîner les guerriers, les chasseurs et policer la communauté. Il y avait beaucoup de sociétés Akíčhita plus petites, dont la Kit-Fox, la Strong Heart, Elk et ainsi de suite.
• Les leaders de la société Načá, pour Načá Omníčiye, étaient les anciens de la tribu et les leaders. Ils élisaient 7 à 10 hommes, dépendant de la division, chacun devenant un Wičháša Itȟáŋčhaŋ ("chief man"). Chaque Wičháša Itȟáŋčhaŋ interprétait et appliquait les décisions de la Načá.
• Le Wičháša Itȟáŋčhaŋ devait élire de deux à quatre Shirt Wearers, qui étaient les voix de la société. Ils réglaient les querelles interfamiliales et celles des nations étrangères. Shirt Wearers étaient souvent des hommes jeunes issus de familles qui pouvaient réclamer des fonctions de leadership par hérédité. Cependant, les hommes aux parents obscurs qui démontraient des qualités de chef hors du commun et avaient gagné le respect de la communauté, pouvaient aussi être élus. Crazy Horse est un exemple de "Shirt Wearer", de naissance commune.
• Le Wakíčhuŋza ("Détenteur du Calumet") avait un rang inférieur au "Shirt Wearers". Les Pipe Holders régulaient les cérémonies de paix, sélectionnaient les emplacements des campements et supervisaient les sociétés Akíčhita durant les chasses au bison.

La Religion

La tribu Sioux, comme beaucoup d’autres tribus Nord-Américaines, avait une religion " performative, orale et variable selon chaque communauté car chaque génération retirait de ses propres traditions les éléments nécessaires à créer ses propres formes religieuses dérivées de l’expérience". "Les Religions Aborigènes Indiennes, du Nord du Mexique, avaient localement produits des modes de relations entre les communautés qui étaient individuelles et qui étaient leurs sources ultimes de vie... le vent, le soleil, les orages, les animaux, le maïs, etc". Les croyances religieuses de la Nation Sioux tournaient autour du Wakan Tanka, qui est synonyme du Grand Esprit. Deux de leurs principales cérémonies religieuses sont la Danse du Soleil et la Danse des Esprits. La Nation Sioux était l’une des rares peuples Amérindiens à pratiquer la Danse du Soleil et la Danse des Esprits.

La Linguistique

Les Sioux comptent trois groupes de langues étroitement apparentées:
1. L’Eastern Dakota (aussi connue comme Santee-Sisseton ou Dakhóta)
o Santee (Isáŋyáthi: Bdewákhathuŋwaŋ, Waȟpékhute)
o Sisseton (Sisíthuŋwaŋ, Waȟpéthuŋwaŋ)
2. La Western Dakota (ou Yankton-Yanktonai ou Dakȟóta)
o Yankton (Iháŋktȟuŋwaŋ)
o Yanktonai (Iháŋktȟuŋwaŋna)
3. La Lakota (ou Lakȟóta, Teton, Teton Sioux)
La première division linguistique de la langue Sioux en trois parties identifiait le Lakota, le Dakota et le Nakota comme dialectes d’une langue unique où Lakota = Teton, Dakota = Santee-Sisseton et Nakota = Yankton-Yanktonai. Cependant, les dernières études montrent que les Yankton-Yanktonai n’utilisaient jamais l’autonyme Nakhóta, mais prononçaient leur nom à peu près pareil que les Santees (par exemple Dakȟóta).
Ces dernières études identifient l’Assiniboine et le Stoney comme deux langues bien distinctes avec le Sioux en troisième langue. Le Sioux a trois dialectes similaires: le Lakota, le Western Dakota (Yankton-Yanktonai) et l’Eastern Dakota (Santee-Sisseton). Ceux qui parlent l’Assiniboine et le Stoney se réfèrent à eux –mêmes comme étant des Nakhóta ou Nakhóda.
Le terme Dakota a aussi été utilisé par les anthropologues et les départements gouvernementaux pour se référer à tous les groupes Sioux, ce qui amena des termes comme Teton Dakota, Santee Dakota, etc. Ce fut principalement à cause de la traduction sous-représentée du mot Ottawa duquel le mot Sioux est dérivé.

Les divisions géographiques modernes

Les Sioux maintiennent plusieurs gouvernements tribaux séparés, éparpillés à travers plusieurs réserves et communautés en Amérique du Nord: dans les Dakotas, le Minnesota, le Nebraska et le Montana pour les Etats-Unis; et au Manitoba, au sud du Saskatchewan et en Alberta au Canada.
Le rapport européen le plus ancien connu au sujet des Sioux les identifia dans le Minnesota, l’Iowa et le Wisconsin. Après l’introduction du cheval au début du 18ème siècle, les Sioux dominèrent de larges étendues de terres—de l’actuel Canada Central à la Platte River, du Minnesota à la Yellowstone River, dont le pays de la Powder River.

Santee (Isáŋyathi ou Eastern Dakota)

Les Santees migrèrent au nord et à l’ouest du Sud-Est des Etats-Unis, d’abord en Ohio, puis au Minnesota. Quelques-uns abordèrent la Santee River et le Lake Marion, en Caroline du Sud. La Santee River fut nommée ainsi en leur honneur et quelques monticules de terre érigés par leurs ancêtres ont survécu le long de la portion sacrée de la rivière qui forme le Lake Marion. Dans le passé, il y avait un peuple des bois qui prospérait en chassant, en pêchant et en cultivant.
Les migrations des Ojibwes en provenance de l’est au 17ème et au 18ème siècles, munis de mousquets fournis par les Français et les Britanniques, repoussèrent les Dakotas plus loin dans le Minnesota et vers l’ouest et le sud. Les Etats-Unis donnèrent le nom de "Territoire du Dakota" à l’étendue se trouvant au nord de l’ouest de la Mississippi River et jusque les sources de la rivière.
Iháŋkthuŋwaŋ-Iháŋkthuŋwaŋna (Yankton-Yanktonai ou Western Dakota)
Les Iháŋkthuŋwaŋ-Iháŋkthuŋwaŋnas, aussi connus par la prononciation anglaise Yanktons (Iháŋkthuŋwaŋ: "Le Village du bout") et les Yanktonais (Iháŋkthuŋwaŋna: "Petit village du bout") étaient deux bandes ou deux des membres du Conseil des Sept Feux. Selon les Nasunatankas et les Matononpas en 1880, les Yanktonais sont divisés en deux sous-groupes connus comme étant les Upper Yanktonais et les Lower Yanktonais (Hunkpatina).
Ils furent impliqués dans l’extraction de la catlinite. Les Yankton-Yanktonai déménagèrent au nord du Minnesota. Au 18ème siècle, ils furent enregistrés comme vivant dans la région de Mankato au Minnesota.

Lakota (Teton ou Thítȟuŋwaŋ)

Les Sioux obtinrent des chevaux durant le 17ème siècle (bien que certains historiens datent l’arrivée des chevaux au Dakota du Sud en 1720, et créditent les Cheyennes pour l’introduction du cheval auprès des Lakotas). Les Tetons (Lakota) émergèrent comme un résultat de cette introduction. Dominant le nord des Grandes Plaines avec leur cavalerie légère, les Sioux de l’Ouest étendirent rapidement leur territoire plus loin vers les Montagnes Rocheuses (qu’ils appellent Heska, "montagnes blanches"). Les Lakotas subsistèrent un moment sur la chasse du bison et sur le maïs. Ils acquéraient le maïs principalement à travers le commerce avec les Sioux de l’est et leurs cousins linguistiques, les Mandans et les Hidatsas le long de la Missouri River. Le nom Teton ou Thítȟuŋwaŋ est archaïque au niveau du peuple, qui préfère s’appeler Lakȟótas.

Les divisions ethniques

Les Sioux sont divisés en trois groupes ethniques, le plus grand étant divisé en sous-groupes, eux-mêmes ramifiés en bandes.
• Les Santees vivent dans des réserves et des communautés au Minnesota, Nebraska, Dakota du Sud, Dakota du Nord et au Canada. Cependant, après la guerre des Sioux de 1862, de nombreux Santees furent envoyés dans la Crow Creek Indian Reservation et en 1864 quelques membres de la Crow Creek Reservation furent envoyés dans la Santee Sioux Reservation.
• La plupart des Yanktons vivent dans la Yankton Indian Reservation au sud-est du Dakota du Sud. Quelques Yanktons vivent dans la Lower Brule Indian Reservation et la Crow Creek Indian Reservation. Les Yanktonais sont divisés en Lower Yanktonais, qui occupent la Crow Creek Reservation; et les Upper Yanktonais, qui vivent dans la partie nord de la Standing Rock Indian Reservation, au sein de la Tribu du Spirit Lake au centre du Dakota du Nord et dans la moitié est de la Fort Peck Indian Reservation au nord-est du Montana. De plus, ils résident dans plusieurs réserves canadiennes dont Birdtail, Oak Lake et Moose Woods.
• Les Lakotas sont le groupe le plus à l’ouest des trois groupes, occupant des terres du Dakota du Nord et du Dakota du Sud.
Aujourd’hui, de nombreux Sioux vivent aussi en dehors de leurs réserves.
• La division Santee (Eastern Dakota) (Isáŋyathi)
o Mdewakantonwan (Bdewékhaŋthuŋwaŋ "Village du Lac aux Esprits")
Personne notable: Little Crow
o Sisseton (Sisíthuŋwaŋ, signifiant peut-être "Village Zone de pêche")
o Wahpekute (Waȟpékhute, "Archers de feuilles")
Personne notable : Inkpaduta
o Wahpetonwan (Waȟpéthuŋwaŋ, "Village de feuilles")
• La division Yankton-Yanktonai (Western Dakota) (Wičhíyena)
o Yankton (Iháŋkthuŋwaŋ, "Village du bout")
o Yanktonai (Iháŋkthuŋwaŋna, "Petit village du bout")
 Upper Yanktonai
 Unkpatina ou Lower Yanktonai
Personnes notables: Wanata, War Eagle
• La division Teton (Lakota) (Thítȟuŋwaŋ, signifiant peut-être "Habitants de la Prairie"):
o Oglála (signifiant peut-être "Ceux qui éparpillent les leurs")
Personnes notables : Crazy Horse, Red Cloud, Black Elk, Blue Horse, Iron Tail, Flying Hawk et Billy Mills (Olympiens)
o Hunkpapa (Húŋkpapȟa, signifiant "Ceux qui campent par la porte" ou "Vagabonds")
Personne notable: Sitting Bull
o Sihasapa (Sihásapa, "Sioux Pieds-Noirs," à ne pas confondre avec les Piegan Blackfeet parlant l’Algonquin)
o Miniconjou (Mnikȟówožu, "Ceux qui Plantent près de l’Eau")
Personnes notables : Lone Horn, Touch the Clouds
o Brulé (traduction française de Sičháŋǧu, "Cuisse Brûlée")
o Sans Arc (traduction française de Itázipčho, "Ceux qui n’ont pas d’arcs")
o Two Kettles (Oóhenupa, "Deux Bouilloires")

Dans les media populaires

On peut trouver un video clip d’une danse effectuée par une tribu Sioux lors du spectacle du Wild West Show de Buffalo Bill. Il fait partie d’un groupe de films constituant la première apparition d’Amérindiens dans le cinéma.
• Le film avec Richard Harris, Un homme nommé Cheval et ses deux séquelles sont des apports fictionnels du peuple Sioux two sequels are fictional accounts of Sioux people
• Le film de la HBO, Bury My Heart at Wounded Knee dépeint la relocalisation et les réserves vu du côté Sioux, basé sur le livre de Dee Brown.
• Les films Danse avec les loups et Cœur de tonnerre contiennent des représentations fictionnelles du peuple Sioux.

Sioux Notables

• Šóta (Old Chief Smoke) — un grand chef originel des Oglala Lakotas
• Siŋté Glešká (Spotted Tail) — Chef Brulé qui résista en rejoignant la Guerre de Red Cloud
• Thaóyate Dúta (Little Crow/His Red Nation) — Chef et guerrier Mdewakanton Dakota
• Tȟatȟáŋka Íyotake (Sitting Bull) — Célèbre Chef et saint homme Hunkpapa Lakota
• Tȟašúŋke Witkó (Crazy Horse) —Célèbre guerrier Oglala Lakota
• Maȟpíya Ičáȟtagye (Touch the Clouds) – Chef et guerrier Minneconjou Lakota
• Maȟpíya Lúta (Red Cloud) — Célèbre chef et porte-parole Oglala Lakota
• Heȟáka Sápa (Black Elk) — Célèbre homme-médecine et saint homme Oglala Lakota
• Ité Omáǧažu (Rain-in-the-Face) — chef de guerre Hunkpapa Lakota
• Tȟáȟča Hušté (Lame Deer) — Saint homme et gardien spirituel Mineconjou Lakota
• Wí Sápa (Black Moon) — Chef Miniconjou Lakota
• Matȟó Héȟloǧeča (Hollow Horn Bear) — leader Sicangu (Brulé) Lakota
• Phizí (Gall) — chef de guerre Hunkpapa Lakota
• Ógle Lúta (Red Shirt) — guerrier et chef Oglala Lakota
• Inkpáduta (Scarlet Point/Red End) — chef de guerre Wahpekute Dakota
• Waŋbdí Tháŋka (Big Eagle) — chef Mdewakanton Dakota
• Tamaha (One Eye/Standing Moose) — chef Mdewekanton Dakota
• Óta Kté (Luther Standing Bear/Plenty Kill) — écrivain et acteur Oglala Lakota
• Núŋp Kaȟpá (Two Strike) — chef Sicangu Lakota
• Čhetáŋ Sápa (Black Hawk) — artiste ledger Itázipčho Lakota
• Tȟatȟóka Íŋyaŋke (Running Antelope) — chef Hunkpapa Lakota
• Matȟó Watȟákpe (John Grass/Charging Bear) — chef Sihasapa Lakota
• Tȟatȟáŋka Ská (White Bull) — guerrier Miniconjou Lakota et neveu de Sitting Bull
• Waŋblí Kté (Kill Eagle) — guerrier et leader Sihasapa Lakota
• Šúŋkawakȟáŋ Tȟó (Blue Horse) — Chef Oglala, guerrier, éducateur et homme d’état
• Matȟó Wayúhi (Conquering Bear) — chef Sičháŋǧu Lakota
• Čhetáŋ Kiŋyáŋ (Flying Hawk) — chef Oglala Lakota, philosophe et historien
• Matȟó Wanáȟtake (Kicking Bear) — guerrier et chef Oglala né Miniconjou Lakota
• Uŋpȟáŋ Glešká (Spotted Elk/Big Foot) — chef Miniconjou Lakota
• Hé Waŋžíča (Lone Horn) — chef Miniconjou Lakota
• Kȟaŋǧí Yátapi (Crow King/Medicine Bag That Burns) — chef de guerre Hunkpapa Lakota
• Wičháša Tȟáŋkala (Little Big Man/Charging Bear) — Guerrier Oglala Lakota
• Šúŋka Khúčiyela (Low Dog) — chef et guerrier Oglala Lakota
• Wašíčuŋ Tȟašúŋke (American Horse) ("The Younger") — Chef Oglala Lakota
• Wašíčuŋ Tȟašúŋke (American Horse) ("The Elder") — chef Oglala Lakota
• Tȟašúŋke Kȟokípȟapi (Young Man Afraid Of His Horses) — chef Oglala Lakota
• Ištáȟba (Sleepy Eye) — chef Sisseton Dakota
• Ohíyes’a (Charles Eastman) — Auteur, médecin et réformateur
• Colonel Gregory "Pappy" Boyington — as de la seconde guerre mondiale et titulaire de la médaille d’honneur ; 1/4 Sioux
• Charging Thunder (1877–1929), chef Blackfoot Sioux qui faisait partie du West Wild Show de Buffalo Bill en 1903, mais qui resta en Angleterre quand le spectacle retourna aux Etats-Unis. Il épousa Josephine, une entraîneuse américaine de chevaux qui venait juste de donner naissance à leur premier enfant, Bessie, et ensemble ils s’installèrent à Darwen, avant de déménager à Gorton. Son nom devint George Edward Williams, après avoir dû se faire enregistrer aux autorités de l’immigration Britannique pour lui permettre de travailler. Williams finit par travailler au Zoo de Belle Vue comme gardien d’éléphant. Il décéda d’une pneumonié le 28 juillet 1929. Son enterrement eut lieu au cimetière de Gorton.
• Óta Kté (Luther Standing Bear) — Auteur, éducateur, philosophe et acteur
• Ziŋtkála-Šá (Gertrude Simmons Bonnin) — Auteur, éducateur, musicien et activiste politique.

Avatar du membre
lasso
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6189
Localisation : oregon

Re: Les SIOUX

Messagepar lasso » 21 déc. 2017 13:27

encore :applaudis_6: :applaudis_6: :applaudis_6:

Avatar du membre
Sitting Bull
Grand Sachem
Grand Sachem
Messages : 6430
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Les SIOUX

Messagepar Sitting Bull » 21 déc. 2017 18:29

Je ne sais absolument pas s'il s'agit de Sioux ou de n'importe quelle autre ethnie, mais je trouve le dessin tellement beau ! :D

Image

(Alfredo Rodriguez)

À déplacer si ce n'est pas le bon endroit.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
pass
Desperado
Messages : 2521

Re: Les SIOUX

Messagepar pass » 21 déc. 2017 18:43

Des Navahos dans leur Hogan.

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 22329
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Les SIOUX

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 21 déc. 2017 20:37

on le déplacera quand Demerval nous fera le topic des Navajos :wink:
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage



Retourner vers « La conquête de l'Ouest »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité