Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Attention aux débordements!
Avatar du membre
Tecumseh
Marshall
Marshall
Messages : 2369
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Tecumseh » 05 mars 2015 20:31

HART a écrit :Il faut continuer à essayer de voir ces classiques en salles . Comment ce n'est pas possible ? Non c'est difficile , mais c'est encore possible !
La preuve : dans un complexe cinéma de Palaiseau , à deux pas de chez moi , on a programmé cette semaine " La prisonnière du désert " , Si , c'est vrai ! Parole de scout ( apache ) ...


A moins d'habiter Paris ou une grande ville, cela reste effectivement très difficle de pouvoir revoir en salle nos bon vieux westerns. icongc1

Sinon il faut avoir la chance de compter sur une association de cinéphile qui en collaboration avec les salles d'art et essai passe parfois quelques classiques, chez moi j'ai eu la chance de voir en ce début d'année "Johnny Guitar", "L'homme qui tua Liberty Valance", "Le train qui sifflera trois fois", "Les sept mercenaires", "La rivière rouge".
Ou encore profiter des sorties suites à une restauration du film, "La porte du Paradis" par exemple.
ImageImageImage

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6285
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar yves 120 » 05 mars 2015 20:31

HART a écrit :Finalement les plus chanceux d'entre nous , ce sont les plus vieux !
Ceux qui ont pu voir en salle " Shane ", " Johnny Guitar " , " Man of the west" , et tous ces westerns de l'âge d'or dans le seul écrin qui leur rende tout à fait justice : la salle de cinéma.
Ces vieux , on les connait et on les envie un peu ...
Les plus jeunes des vieux ( dont je fais partie ) ont du se contenter de voir en salle des films comme " El Dorado " , " The wild bunch " ou " The shooting " , ce qui n'est finalement pas si mal.
Mais pour ceux qui sont nés à partir de la fin des années 60 , la moisson est beaucoup plus maigre .
Le DVD , le blu ray ? Oui , mais découvrir " The naked spur " ou " Alamo " dans une salle de cinéma , est une expérience qui n'a évidemment rien à voir ( c'est le cas de le dire ) avec une diffusion à la maison quelque soit le support.
Il faut continuer à essayer de voir ces classiques en salles . Comment ce n'est pas possible ? Non c'est difficile , mais c'est encore possible !
La preuve : dans un complexe cinéma de Palaiseau , à deux pas de chez moi , on a programmé cette semaine " La prisonnière du désert " , Si , c'est vrai ! Parole de scout ( apache ) ...


Oui je partage entièrement ton point de vue sur tout , mais le souci c 'est pour se garer en chaise roulante , je t 'assure que ce n 'est pas évident , mais où quelque part je suis ravi c 'est que j 'ai encore en moi l 'amour de tout ses beaux westerns de l ' âge d 'or sur grand écran et la convivialité qu 'il y avait à cette époque dans les salles :D le fond de mon coeur n 'a pas vieilli lui :D ainsi que toutes les salles de cinéma du passé qui nous ont tant aimé car nous étions nous :) aussi un public de l ' âge d 'or ! Parole de visage pâle :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Tecumseh
Marshall
Marshall
Messages : 2369
Localisation : 48°0'N / 0°12'E

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Tecumseh » 05 mars 2015 20:44

Tecumseh a écrit :
HART a écrit :Il faut continuer à essayer de voir ces classiques en salles . Comment ce n'est pas possible ? Non c'est difficile , mais c'est encore possible !
La preuve : dans un complexe cinéma de Palaiseau , à deux pas de chez moi , on a programmé cette semaine " La prisonnière du désert " , Si , c'est vrai ! Parole de scout ( apache ) ...


A moins d'habiter Paris ou une grande ville, cela reste effectivement très difficle de pouvoir revoir en salle nos bon vieux westerns. icongc1

Sinon il faut avoir la chance de compter sur une association de cinéphile qui en collaboration avec les salles d'art et essai passe parfois quelques classiques, chez moi j'ai eu la chance de voir en ce début d'année "Johnny Guitar", "L'homme qui tua Liberty Valance", "Le train qui sifflera trois fois", "Les sept mercenaires", "La rivière rouge".
Ou encore profiter des sorties suites à une restauration du film, "La porte du Paradis" par exemple.


J'oubliais ... , dénicher et réussir à voir le film est une petite victoire en soi et je sors souvent de ces séances comblés, même si ce sont la plupart du temps des classiques vu et revu.
Mais ce qu'il me manque alors, c'est de pouvoir partager ensuite ma séance avec un autre passionné comme un westerner du forum par exemple. J'aimerai bien de temps en temps pouvoir me faire un plan du style :

"Allo Hart, ça te dit d'aller voir "Johnny Guitar" ce soir ?" :)

Parce que même si j'adore westernmovies et son forum, j'aimerai bien passer du virtuel au réel de temps en temps.
ImageImageImage

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6285
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar yves 120 » 05 mars 2015 21:05

Bien sûr Tecumseh , tu choisis le plus jeune des vieux :lol: :beer1: en tout cas c 'est un bon sentiment :)
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5048
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Yosemite » 05 mars 2015 22:22

HART a écrit :Finalement les plus chanceux d'entre nous , ce sont les plus vieux !
Ceux qui ont pu voir en salle " Shane ", " Johnny Guitar " , " Man of the west" , et tous ces westerns de l'âge d'or dans le seul écrin qui leur rende tout à fait justice : la salle de cinéma.
Ces vieux , on les connait et on les envie un peu ...
Les plus jeunes des vieux ( dont je fais partie ) ont du se contenter de voir en salle des films comme " El Dorado " , " The wild bunch " ou " The shooting " , ce qui n'est finalement pas si mal.
Mais pour ceux qui sont nés à partir de la fin des années 60 , la moisson est beaucoup plus maigre .
Le DVD , le blu ray ? Oui , mais découvrir " The naked spur " ou " Alamo " dans une salle de cinéma , est une expérience qui n'a évidemment rien à voir ( c'est le cas de le dire ) avec une diffusion à la maison quelque soit le support.
Il faut continuer à essayer de voir ces classiques en salles . Comment ce n'est pas possible ? Non c'est difficile , mais c'est encore possible !
La preuve : dans un complexe cinéma de Palaiseau , à deux pas de chez moi , on a programmé cette semaine " La prisonnière du désert " , Si , c'est vrai ! Parole de scout ( apache ) ...


Pour les plus vieux des jeunes (dont je pense faire partie... ici tout du moins :roll: ), il est vrai que l'expérience du western sur grand écran est exceptionnelle. Exceptionnelle de par sa rareté et de par l'impression procurée.
En province, où j'ai vécu toute ma jeunesse, autant dire que mis à part cette projection de "Il était une fois dans l'ouest" au camping de Villefort en pleine Lozère, je n'ai pas beaucoup d'autres souvenirs westerniens que ceux du petit écran.
Vivant à Paris depuis près de 25 ans, j'aurai pu accéder à la cinémathèque, au forum des images, voire à des cycles western dans des salles de quartier ou même de grands complexes.
Ce fut toujours un grand moment que de redécouvrir ces scènes sur grand écran. Mais dans le fond, pour ce qui me concerne, cela représentera moins de 20 westerns vus dans ces conditions (exception faite tout de même des westerns récents tels que le remake de 3h10, L'assassinat de JJ, Shérif Jackson, etc).
Yo.

Avatar du membre
COWBOY PAT-EL ZORRO
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5163
Localisation : Val-de-Marne
Contact :

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar COWBOY PAT-EL ZORRO » 05 mars 2015 22:57

Une impressionnant liste en tout genre... :applaudis_6:
Image

lerebelle
Rancher
Rancher
Messages : 8090
Localisation : Nice et St Laurent du Var, Alpes Maritimes
Contact :

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar lerebelle » 06 mars 2015 1:40

Mon premier film je ne m 'en souviens pas, à part je pense un court métrage d'origine hispanique vers 1955-1956, je n 'ai jamais retrouver le titre, ni revu par la suite, mais à l'automne 1958, Quand passe les cigognes un film Russe avec le pensionnat St Louis à Lyon, ensuite avec ma maman, Les 12 travaux d' Hercule en 1959 ,ce film m'a fait peur, puis avec ma famille, Voyage au centre de la terre de Jules Verne en 1960, de toute façon je n 'etait pas tres western dans mes toutes jeunes années ,etc. R :wink:

Avatar du membre
christian ( houba )
Trappeur
Trappeur
Messages : 3260
Localisation : arry-moselle district de Rio Bravo

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar christian ( houba ) » 06 mars 2015 10:28

le premier avec mes parents je devais avoir 5 ou 6 ans : Fanfan la Tulipe

le premier tout seul à 7 ans : 20000 lieux sous les mers (on habitait pas loin du ciné, ma mère m' a laissé devant, aîné de 5 j' étais très démerde

puis à 8/9 ans c' était tous les dimanches accompagné de mon frère (11 mois de moins que moi)

quand j'ai bossé et que j'avais un peu de sous, c' était parfois 5 films le week-end et en particulier au ciné "art et essai" et dans les cinés de quartier pour voir tous les immanquables non vus lors de leur première sortie :cool:
carpe diem

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7452

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar chip » 06 mars 2015 12:30

Le privilège des cinéphiles d'un certain âge, ou d'un âge certain, c'est qu'ils ont vu, comme moi, tous ces westerns sur grand écran, il n'empêche que j'aimerais bien avoir vingt de moins et les avoir découverts sur un écran plus petit :)

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1646

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar HART » 06 mars 2015 13:26

En tous cas Chip , si cela peut te consoler , tu as toujours un sens de l'humour assez vif.
Donc , pas encore trop vieux ....

Avatar du membre
Hombre
Trappeur
Trappeur
Messages : 3086

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Hombre » 06 mars 2015 13:37

:num1

Décidément, Jean-Louis tu nous a fait plonger très loin dans nos souvenirs, n’empêche ça m'a fait plaisir.

Je me rappel très bien des noms de salles de cinéma à Valparaiso :
Pacifico, Rialto, Valparaiso, Metro, Victoria, Chile, Colon, Avenida… La plupart de ces salles étaient des anciens théâtres adaptés pour le cinéma, bellement décorés, grands, spacieux, très haut de plafond. Enfant je pouvais entrer gratuitement dans presque toutes ces salles, un privilège auquel je n’ai pu prendre la mesure que beaucoup plus tard.
Mon préféré, à partir de 11 ans, était le Pacifico situé vers le port, on y voyait 2 films par séance et c’était permanent, on entrait et on sortait à notre guise. Dans cette salle j’ai pu voir et revoir pratiquement tout le cinéma mexicain, qui était ne l’oublions pas une vraie industrie dans les années 40, 50 et 60. J’étais fan de Luis Aguilar, Antonio Aguilar, Miguel Aceves Mejia… Ils étaient tous chanteurs, donc on avait droit à quelques chansons éparpillées au long du film. Aujourd’hui le Pacifico est un entrepôt.

Vers 12 ans avec des amis je m’aventure au centre ville et je découvre le Victoria et le cinéma américain, films d’aventures, de cape et d’épée et bien sur des westerns. J’ai dû voir tous les Walsh, mais à l’époque je ne faisais pas attention au réalisateur. J’ai dû voir aussi tous les Audie Murphy, pas mal des Alan Ladd et Rory Calhoun. Aujourd'hui le Victoria est une galerie marchande.

La programmation du cinéma Chile était triple, m’engouffrer dans cette salle très populaire est aujourd’hui un des mes grands souvenirs, fréquenté par des gens louches, des gens pauvres qui faisaient leurs sieste, on entendait des ronflements, des commentaires à haute voix, des sifflements, des applaudissements à l’apparition du jeune premier ou à l’arrivée de la cavalerie à la fin du film. Les bobines parfois ne passaient pas dans le bon ordre… tant pis, le spectacle continuait dans la salle et ça rigolait pas mal. Aujourd'hui le Chile est un commerce, je crois.

Quelques salles avaient des grands halls et ses murs étaient tapissés des affiches et des photos des films projetés, en voyant ces photos je sautais de joie, maintenant je me dis que la séance commençait là, dans le hall.

Tous les samedis et tous les dimanches et jours fériés je partais en courant, avec le cœur battant parfois avec des potes, parfois seul. Je sortais d’une salle et je m’engouffrais dans une autre, les potes ne me suivaient pas, ça ne fait rien j’y entrais seul. Je voulais tout voir, tout les Anthony Quinn, les Douglas, les Mitchum, les Hudson, les Wayne, les Jerry Lewis, les Cooper, les Lancaster, etc. etc. etc.

On n’avait pas la télé ni, les portables.

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1646

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar HART » 06 mars 2015 17:39

" Johnny Guitar " au ciné , puis discuter du film devant une bière ou un coca , ce serait vraiment sympa , Tecumseh ! On pourrait y emmener Yves et son petit véhicule à roulettes.
Moi aussi , je regrette sincèrement de ne pouvoir discuter davantage en " live " avec les amateurs de Western ou de Cinéma tout court.
Mais , bon , c'est déjà beaucoup de pouvoir échanger comme nous le faisons , merci Internet et WM.
Ces " confessions " de Jean-Louis , à défaut d'être croustillantes , ont généré tous ces échanges de souvenirs , et je trouve cela très bien.
Cela permet d'un peu mieux nous connaitre , et aussi de découvrir des environnements que nous ignorions : les cinémas de Valparaiso dont parle Hombre m'ont fait rêver !
Voir comment les forumeurs se sont attachés au " western " est tout aussi intéressant , beaucoup l'ont fait par le chemin le plus logique : l'intérêt pour le cinéma ( les " posts " de Pak et de Yosemite le montrent bien ) , ce qui n'est pas mon cas .
J'ai commencé par aimer le western à travers les bandes dessinées des petits formats bon marché qui abondaient dans les kiosques dans les années 60 à travers les éditeurs " Imperia " et " Mon journal " . Ah ! Buck John , Jim Canada et mon préféré : Kocis ( magnifique bd pro-indienne , complètement oubliée aujourd'hui ). Le cinéma a suivi , évidemment.
En savoir plus sur le parcours " westernien " de chacun , cela permet aussi de mieux comprendre ses interlocuteurs et leur façon d'appréhender les œuvres dont nous discutons.
Pourquoi s'en priver ?

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6285
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar yves 120 » 06 mars 2015 18:01

HART a écrit :" Johnny Guitar " au ciné , puis discuter du film devant une bière ou un coca , ce serait vraiment sympa , Tecumseh ! On pourrait y emmener Yves et son petit véhicule à roulettes.
Moi aussi , je regrette sincèrement de ne pouvoir discuter davantage en " live " avec les amateurs de Western ou de Cinéma tout court.
Mais , bon , c'est déjà beaucoup de pouvoir échanger comme nous le faisons , merci Internet et WM.
Ces " confessions " de Jean-Louis , à défaut d'être croustillantes , ont généré tous ces échanges de souvenirs , et je trouve cela très bien.
Cela permet d'un peu mieux nous connaitre , et aussi de découvrir des environnements que nous ignorions : les cinémas de Valparaiso dont parle Hombre m'ont fait rêver !
Voir comment les forumeurs se sont attachés au " western " est tout aussi intéressant , beaucoup l'ont fait par le chemin le plus logique : l'intérêt pour le cinéma ( les " posts " de Pak et de Yosemite le montrent bien ) , ce qui n'est pas mon cas .
J'ai commencé par aimer le western à travers les bandes dessinées des petits formats bon marché qui abondaient dans les kiosques dans les années 60 à travers les éditeurs " Imperia " et " Mon journal " . Ah ! Buck John , Jim Canada et mon préféré : Kocis ( magnifique bd pro-indienne , complètement oubliée aujourd'hui ). Le cinéma a suivi , évidemment.
En savoir plus sur le parcours " westernien " de chacun , cela permet aussi de mieux comprendre ses interlocuteurs et leur façon d'appréhender les œuvres dont nous discutons.
Pourquoi s'en priver ?


Oui c 'est trop génial , ce que nous à dit Hombre , ça oui moi aussi j 'ai rêvé avec les cinémas de Valparaiso :D ce que ça fait du bien de vous lire les westerners :D Jean - Louis merci :beer1:

Tu veux parler de mon Roaster :lol: l ' Ami HART
Image
Modifié en dernier par yves 120 le 06 mars 2015 18:59, modifié 2 fois.
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2845

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Jean-Louis » 06 mars 2015 18:41

Hombre, merci :applaudis_6:

Ton post à lui seul, justifie entièrement le lancement de mon sujet.

Je dois avouer qu'en établissant cette liste je me suis demandé comment elle allait être reçue :
-Comme étant l'étalage du nombre de films vus dans ma jeunesse, dans le sens le plus "m'as-tu vu".
-le témoignage d'un enfant puis d'un adolescent ayant passé au cinéma des moments de grand bonheur.

En un mot je craignais des réactions réticentes...

Mais les réactions les plus nombreuses sont celles que j'espérais.

Merci à tous.

:sm43:

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7452

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar chip » 07 mars 2015 11:50

Les noms de Luis Aguilar, et Antonio Aguilar évoqués par Hombre, me font penser que dans les années 60, " Star ciné aventures ! " a "raconté " en photos quelques -uns de ces westerns mexicains, notamment:

" Los hermanos del hierro" (les vengeurs de Mexico. titre Star ciné)(1961) de Ismael Rodriguez
avec Antonio Aguilar, Julio Aleman.
N°151 du 3-09- 1964

"Estampida " (les intrépides- titre Star ciné)(1958) de Raul De Anda
avec Luis Aguilar
N° 128 du 17-10- 1963

A la lecture de ces films, on devine un scénario assez mélo, surtout pour le premier titre, histoire très sombre. Plusieurs westerns mexicains furent distribués en Espagne, et pas mal de titres sont disponibles en dvd . J'ai acheté voilà bien des années à Saragosse " Deuda de muerte" (1969) western mexicain d' Alberto Mariscal avec Julio Aleman. Je n'ai toujours pas visionné le dvd (sans s/t) .


Retourner vers « Hors-sujet »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité