Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Attention aux débordements!
Avatar du membre
Sitting Bull
Rancher
Rancher
Messages : 8088
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Sitting Bull » 04 mars 2015 11:44

Pardon de vous importuner, sans vouloir blesser qui que ce soit, je ne vois pas trop l'intérêt de ces publications.
Perso. je vais au cinéma depuis plus de soixante ans (beaucoup moins ces temps-ci) et à raison d'un film par semaine, en moyenne, ça fait plus de trois mille...
Par ailleurs dans la liste de Jean-Louis, au premier coup d’œil, il en manque (oubliés ?) au moins une douzaine, hors westerns, que j'ai vus et qui m'ont laissé un souvenir.
Tels :
- Les 55 jours de Pékin (N.Ray - 1962)
- La canonnière du Yang Tsé (R.Wise - 1966)
- Le trou normand (J.Boyer - 1952)
- Riz amer (G.De Santis - 1949)
- Arènes sanglantes (R.Mamoulian - 1941)
- Le cuirassé Potemkine (S.Eisenstein - 1925)
- Docteur Jivago ( D.Lean - 1965)
- Pépé le Moko (J.Duvivier -1937)
- Casablanca (M.Curtiz - 1942)
- Remorque (J.Grémillon - 1939)
- Rome ville ouverte (R.Rossellini - 1945)
- Les derniers jours de Pompeï (P.Moffa/M.L'Herbier - 1948)
Un des premiers dont je me souvienne "La ronde" (M.Ophuls - 1949)
Quant aux westerns, sur les 1500 que je possède j'en ai vu au moins les quatre cinquièmes.
Alors faire la comptabilité...ce qui compte c'est la trace qu'ils ont laissée, sans l'aide d'un carnet !
Modifié en dernier par Sitting Bull le 04 mars 2015 14:07, modifié 1 fois.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Jean-Louis
Marshall
Marshall
Messages : 2845

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Jean-Louis » 04 mars 2015 12:24

Sitting Bull a écrit :Pardon de vous importuner, sans vouloir blesser qui que ce soit, je ne vois pas trop l'intérêt de ces publications.
.
Alors faire la comptabilité...ce qui compte c'est la trace qu'ils ont laissée, sans l'aide d'un carnet !


Si j'ai publié cette liste c'était pour 2 raisons.

1- c'était de démontrer que les films vus en salle, à un moment où chaque fois que nous allions au cinéma était un événement, restaient
gravés en nous (Il me semblait avoir précisé que cette liste est issue de mes souvenirs, vérifiés pour certains sur le web, et non d'un carnet.

2-Je pensais initialement mettre cette liste dans le fil "Vos "infidélités" au western..." car dans la liste tous les autres genres sont présents.
Je ne suis même pas sur que le western soit le plus représenté.

Donc la question qui me semble-t-il aurait pu se poser : pourquoi est-ce sur le Western que se focalise notre intérêt...

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7453

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar chip » 04 mars 2015 12:51

Tous les ados des années 50, focalisaient sur le western, genre florissant à l'époque, en ces temps je n'allais pas voir de polars, de mélos (sauf accompagné), je n'allais pas voir de films où les gens étaient habillés comme dans la rue, je voulais rêver... avec l'âge les goûts ont changé. Je me souviens aussi de certains de mes amis collégiens qui pour faire certainement " plus adultes " trouvant les westerns "enfantins", allaient voir les films d' Eddie Constantine ou la série des " gorilles" avec Ventura ou Hanin. Aujourd'hui, " le train sifflera trois fois", "la flèche brisée" ou" la prisonnière du désert" restent dans les mémoires, Lemmy Caution et Géo Paquet ont sombré dans l'oubli cinéphilique.

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1646

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar HART » 04 mars 2015 13:18

Pour répondre à Sitting Bull , je dois dire que j'ai été intéressé par la liste de Jean-Louis.
D'abord , parce qu'elle attire mon attention sur des titres que je n'aurais pas forcément cherché à voir ou à revoir ( surtout les films français ) , et que l'on peut maintenant trouver assez facilement.
Ensuite et surtout parce j'ai le sentiment , en le lisant , de partager quelque chose . C'est assez souvent le cas en lisant les messages de certains intervenants , je retrouve un peu ma propre expérience avec parfois un point de vue différent.
Bien sûr , le western reste notre dénominateur commun , mais j'ai envie de dire que ce n'est pas le seul , loin de là , et j'apprécie que l'on puisse parler de notre parcours cinéphilique ou littéraire , lié de près ou de loin au genre qui nous rassemble ici.
Je parlais plus haut de partage , c'est exactement ça.

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6286
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar yves 120 » 04 mars 2015 14:31

HART a écrit :Pour répondre à Sitting Bull , je dois dire que j'ai été intéressé par la liste de Jean-Louis.
D'abord , parce qu'elle attire mon attention sur des titres que je n'aurais pas forcément cherché à voir ou à revoir ( surtout les films français ) , et que l'on peut maintenant trouver assez facilement.
Ensuite et surtout parce j'ai le sentiment , en le lisant , de partager quelque chose . C'est assez souvent le cas en lisant les messages de certains intervenants , je retrouve un peu ma propre expérience avec parfois un point de vue différent.
Bien sûr , le western reste notre dénominateur commun , mais j'ai envie de dire que ce n'est pas le seul , loin de là , et j'apprécie que l'on puisse parler de notre parcours cinéphilique ou littéraire , lié de près ou de loin au genre qui nous rassemble ici.
Je parlais plus haut de partage , c'est exactement ça.


C 'est tout à fait vrai , nous partageons et c 'est très bien de dire son ressenti ou l 'on se prend à " rerêver " avec une certaine nostalgie de notre enfance et puis au fil du temps les années ont passées :) on se rend compte que grâce justement au site WM qui est une petite perle au niveau western :D Nous retrouvons un peu ce cinéma qui est quelque part une chose que chacun d 'entre nous partage au fond de soi où l 'on revoit un peu de vécu en lisant certains westerners :D , jeune ou moins jeune
Pour ça merci à Jean-Louis , pour son idée lumineuse et qui nous rapproche en fait d 'une certaine manière de communication de l 'amour que l 'on à pour le cinéma :beer1:
Modifié en dernier par yves 120 le 04 mars 2015 18:08, modifié 2 fois.
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7225

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Longway » 04 mars 2015 17:23

HART a écrit :Ensuite et surtout parce j'ai le sentiment , en le lisant , de partager quelque chose . C'est assez souvent le cas en lisant les messages de certains intervenants , je retrouve un peu ma propre expérience avec parfois un point de vue différent.
Bien sûr , le western reste notre dénominateur commun , mais j'ai envie de dire que ce n'est pas le seul , loin de là , et j'apprécie que l'on puisse parler de notre parcours cinéphilique ou littéraire , lié de près ou de loin au genre qui nous rassemble ici.
Je parlais plus haut de partage , c'est exactement ça.


Je pense pareil.
Ce sujet qui en définitive n'est pas tout à fait du hors sujet, est plutôt une mémoire collective, surtout pour les plus de 60 ans ayant connu le cinéma d'après guerre, qui en plus de ses salles luxueuses de boulevard, faisait aussi la part belle aux salles de quartiers et de banlieue où se retrouvaient la jeunesse et le monde ouvrier.
Une époque révolue, si bien chantée par Eddy Mitchell dans " La Dernière séance ", et aussi très bien exprimée par Dominique Blattlin en prologue de son livre " Le Souffle de L'Ouest ".

Alors au final, peu importe le nombre de westerns et autres films découverts par chacun au cinéma, seul le souvenir bercé par la nostalgie compte.
Continuons donc à nous exprimer, à raconter nos anecdotes lors des séances du samedi soir au REX ou au TRIANON. C'est un régal de partager tout ça ! :D

Avatar du membre
Sitting Bull
Rancher
Rancher
Messages : 8088
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Sitting Bull » 04 mars 2015 17:28

Longway a écrit :
Alors au final, peu importe le nombre de westerns et autres films découverts par chacun au cinéma, seul le souvenir bercé par la nostalgie compte.
Continuons donc à nous exprimer, à raconter nos anecdotes lors des séances du samedi soir au REX ou au TRIANON. C'est un régal de partager tout ça ! :D


On est bien d'accord, pas besoin de liste ! :wink:
Le souvenir suffit pour en parler.
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
U.S. Marshal Cahill
Lawman
Messages : 24065
Localisation : au dessus de Strasbourg

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar U.S. Marshal Cahill » 04 mars 2015 20:43

Sitting Bull a écrit :
Longway a écrit :
Alors au final, peu importe le nombre de westerns et autres films découverts par chacun au cinéma, seul le souvenir bercé par la nostalgie compte.
Continuons donc à nous exprimer, à raconter nos anecdotes lors des séances du samedi soir au REX ou au TRIANON. C'est un régal de partager tout ça ! :D


On est bien d'accord, pas besoin de liste ! :wink:
Le souvenir suffit pour en parler.


:lol:
Image
CAHILL, UNITED STATES MARSHAL
ImageImageImage

Avatar du membre
Yosemite
Texas ranger
Texas ranger
Messages : 5048
Localisation : Paris (Texas ?)

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Yosemite » 04 mars 2015 22:55

Au travers d'une liste, longue on pas, au travers du souvenir de salles de cinéma qui, parfois, n'existent plus aujourd'hui, au travers de la mémoire d'un canapé familial devant une télé à l'écran rebondi, il s'agit je crois de dire un peu qui nous sommes.
En sus du partage ci-dessus évoqué, il y aura peut-être aussi le constat étonnant qu'au final, cela n'expliquera pas forcément pourquoi nous nous sommes retrouvés sur ce forum.
Et alors, loin de proposer un éclairage sur la petite communauté WM, nous n'arriverons qu'à épaissir un peu plus un mystère tant l'amour du western qui nous a amené ici trouve sa source dans quelque chose d'intime et donc d'unique en chacun de nous.
Yo.

Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7225

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Longway » 04 mars 2015 23:18

Sitting Bull a écrit :Quant aux westerns, sur les 1500 que je possède j'en ai vu au moins les quatre cinquièmes.
Alors faire la comptabilité...ce qui compte c'est la trace qu'ils ont laissée, sans l'aide d'un carnet !


Une chose m'intrigue Sitting Bull. As-tu découvert ces 1200 westerns uniquement au cinéma?... ou bien cinéma et télévision confondus ?

Avatar du membre
pak
Harmonica
Messages : 4414
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar pak » 05 mars 2015 0:08

Comme on a cité le film, j'en reparle un peu égoïstement. Il s'agit du film Les 55 jours de Pékin.

C'est le premier film que j'ai vu seul en salle, le premier film que j'ai choisi de voir comme un grand, payant ma place avec mes sous, peut-être pas fier comme un pape, mais ayant confusément l'impression de faire un pas vers quelque chose. J'étais un gamin dans les 12 ans, me rappelle plus trop, et c'était au début des années 1980. Le film était bien-sûr une reprise mais à l'époque je ne savais même pas ce que c'était. Pourquoi mon cinéma, à même pas 1/4 d'heure de marche de chez moi, l'Artel Créteil, cinéma de 6 salles, devenu en 2004, après de gros travaux, le moderne UGC Ciné Cité Créteil avec deux fois plus de salles, ne passant que des films récents, proposait ce vieux film ?

Je n'en sais rien.

Toujours est-il que l'affiche m'a plu, et j'ai sauté le pas, et, sortant mon argent de poche, j'ai vaincu partiellement ma timidité maladive pour approcher de la caissière et prendre mon billet. Étant à peine plus haut que le comptoir de la caisse et parlant bas, j'ai dû répéter deux fois le titre du film que je voulais voir. Mon ticket en main, je suis entré dans la salle et suis resté quelque peu interdit devant la salle quasi vide, et le nombre de places potentielles. Jusqu'à ce jour, je n'avais été au cinéma qu'avec mes parents et mes frères, pour le Disney programmé immanquablement à chaque vacances scolaires (à l'époque, peu de diversité dans les films pour enfants hormis Disney, pas comme aujourd'hui), et donc j'étais passif et m'asseyais où on me disait.

Là j'ai bien choisi mon siège en plein de milieu de la salle, et, haut comme trois pommes à l'époque, j'ai espéré jusqu'à l’extinction des lumières, et durant le dessin-animé de l'avant programme, que personne ne s'installe devant moi. Car les salles de l'époque n'étaient pas en amphithéâtre et si la personne devant faisait 1,80m et vous derrière 1,50m, une bonne partie du crâne de la première s'imposait à votre regard devant l'écran...

Mais personne. Ce devait être en été, ou durant les vacances de Pâques, mais la salle était peu remplie (le film ne devait pas attirer non plus grand monde).

Le générique commence. D'abord ces dessins défilant latéralement, puis des sortes de gouaches avec une musique presque berçante, les premières images d'un décor de ville grandiose, cet enchainement d'hymnes nationaux durant les levées de couleurs de plusieurs pays d'Europe, et après, un déchainement de couleurs, de luxe, de figurants, d'action, de drame, de bravoure, de sacrifices, de violence, une bataille énorme, ce curé et son canon, Ava Gardner, la classe de David Niven, cette brute de Charlton Heston, la main qu'il tend à la petite chinoise... J'ai été embarqué dans un spectacle de bruit et de fureur comme jamais, de la taille d'un écran qui dépassait amplement celui de la télé où j'avais vu nombre d'épisodes d'Au nom de la loi, des Mystères de l'Ouest, Kung-fu, et les films du mardi soir, seul jour où je pouvais veiller jusqu'à la fin du film.

Je suis sorti de la salle persuadé d'une chose, réitérer l'expérience le plus souvent possible. Alors certes, avec l’adolescence, j'ai largement privilégié les films d'action, listant dans un cahier tous les films vus et les notant, chaque vision étant une découverte et donc une continuelle sur-évaluation, mettant des 18/20 à des Chuck Norris par exemple. Mais assurément, cette expérience fut un choc suffisant pour faire du cinéma autre chose que le simple loisir occasionnel entre potes le temps d'une soirée pizza.

Et le western dans tous ça ? Disons que c'en est une conséquence. A force de regarder des films, on se fait forcément des préférences. Pour moi ça a longtemps été le cinéma américain, ce qui n'est pas très original je le concède, et forcément, qui dit cinéma américain dit western. On ne peut pas aimer le cinéma américain et détester le western. Ou alors c'est qu'on aime une certaine idée du cinéma, mais pas le cinéma américain.

Longtemps, bien longtemps après ma révélation cinématographique, internet est apparu, avec ses sites cinéma et ses forums. Des forums français sur le cinéma, à bien y regarder, il n'y en a pas tant que cela, et sur le western, il n'y en avait qu'un pendant longtemps, et c'était celui-ci. Quand on cherche sur le net des infos sur un western, on tombe quasi d'entrée sur Westernmovies. Et ma foi, on n'y est pas trop mal reçu...
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
major dundee
Marshall
Marshall
Messages : 2416
Localisation : depts 13 et 05

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar major dundee » 05 mars 2015 18:09

Au vu des films que vous avez pu voir à leur sortie en salle, j'en conclus que le noyau dur du forum (comprenez les membres les plus actifs) est composé d'Oldtimers septuagénaires...tout ces films, je les ai vus à la télé, dans les années 80....en 79, j'avais donc 6 ans, ils avaient passé Alamo à la télé (sans doute pour commémorer la mort du Duke ?)...après c'était Eddy Mitchell bien sur, le 1er au ciné: Silverado peut etre...mais pas mal de découvertes dans les vidéo-clubs, quelques reprises à Marseille dans les années 90, en meme temps que les Kevin Costner...
Image

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6286
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar yves 120 » 05 mars 2015 18:37

major dundee a écrit :Au vu des films que vous avez pu voir à leur sortie en salle, j'en conclus que le noyau dur du forum (comprenez les membres les plus actifs) est composé d'Oldtimers septuagénaires...tout ces films, je les ai vus à la télé, dans les années 80....en 79, j'avais donc 6 ans, ils avaient passé Alamo à la télé (sans doute pour commémorer la mort du Duke ?)...après c'était Eddy Mitchell bien sur, le 1er au ciné: Silverado peut etre...mais pas mal de découvertes dans les vidéo-clubs, quelques reprises à Marseille dans les années 90, en meme temps que les Kevin Costner...
Image


Putain c 'est moi !!! :lol: :lol: :lol:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
Sitting Bull
Rancher
Rancher
Messages : 8088
Localisation : Grande prairie du Sud-Ouest

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar Sitting Bull » 05 mars 2015 19:14

Longway a écrit :
Sitting Bull a écrit :Quant aux westerns, sur les 1500 que je possède j'en ai vu au moins les quatre cinquièmes.
Alors faire la comptabilité...ce qui compte c'est la trace qu'ils ont laissée, sans l'aide d'un carnet !


Une chose m'intrigue Sitting Bull. As-tu découvert ces 1200 westerns uniquement au cinéma?... ou bien cinéma et télévision confondus ?


Bien sûr que non ! :D
J'ai dit que j'en avais vu environ 1200 sur le total que j'ai sous la main. Au cinéma, peut-être une centaine, dans ma prime jeunesse, surtout des films US des années 40 qui ne m'ont pas laissé un grand souvenir, et que je dois avoir maintenant en DVD. Mon goût du western est venu beaucoup plus tard avec la télé au milieu des années 60. Là, j'ai dû en voir et enregistrer environ 400, au départ avec mon premier magnétoscope "taxé", si mes fiches sont à jour. Le reste provient d'achat et de nombreux échanges.
Voilà, tu sais tout. :beer1:
Image

"What is this ? The stuff that dreams are made of." (W.Shakespeare)

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1646

Re: Confession (cinématographique) d’un enfant du demi-siècle.

Messagepar HART » 05 mars 2015 19:52

Finalement les plus chanceux d'entre nous , ce sont les plus vieux !
Ceux qui ont pu voir en salle " Shane ", " Johnny Guitar " , " Man of the west" , et tous ces westerns de l'âge d'or dans le seul écrin qui leur rende tout à fait justice : la salle de cinéma.
Ces vieux , on les connait et on les envie un peu ...
Les plus jeunes des vieux ( dont je fais partie ) ont du se contenter de voir en salle des films comme " El Dorado " , " The wild bunch " ou " The shooting " , ce qui n'est finalement pas si mal.
Mais pour ceux qui sont nés à partir de la fin des années 60 , la moisson est beaucoup plus maigre .
Le DVD , le blu ray ? Oui , mais découvrir " The naked spur " ou " Alamo " dans une salle de cinéma , est une expérience qui n'a évidemment rien à voir ( c'est le cas de le dire ) avec une diffusion à la maison quelque soit le support.
Il faut continuer à essayer de voir ces classiques en salles . Comment ce n'est pas possible ? Non c'est difficile , mais c'est encore possible !
La preuve : dans un complexe cinéma de Palaiseau , à deux pas de chez moi , on a programmé cette semaine " La prisonnière du désert " , Si , c'est vrai ! Parole de scout ( apache ) ...


Retourner vers « Hors-sujet »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités