Vos "infidélités" au western...

Attention aux débordements!
Avatar du membre
Longway
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7458

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Longway » 11 sept. 2021 13:57

Moi ? Personne... a écrit :

Sur france 2, Lundi, l'As des as, Gérard Oury (1982) aussi en hommage à Jean Paul Belmondo.


Déjà diffusé le jour de son décès sur France 5.
Certes c'est l'un de ses meilleurs, mais quand même, les chaines publiques pourraient éviter de se marcher sur les pieds, ce n'est pas leur but.


Egalement " L'Animal " de Claude Zidi " sur C8 ce dimanche à 21h05, mais la programmation datait d'avant son décès.

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6635
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar yves 120 » 11 sept. 2021 16:41

Perso , l 'un de ses bons films à Bébel , même très très bon !


Image
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7519

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar chip » 11 sept. 2021 18:15

ben non! pas très bon, comme beaucoup de films "période Bébel ", heureusement sur certaines chaînes moins férues de gaudrioles et de cascades, on a pu revoir " Le voleur", " Stavisky", " A bout de souffle"... sur que " Léon Morin prêtre" aurait fait moins d'audience, c'est un peu réducteur de ne voir Belmondo que sous les traits d'un " guignolo", d'un " as des as" ou d'un " magnifique ", mais bon ! on nous a épargné " docteur Popaul ", ouf !

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 11 sept. 2021 19:41

Je serais curieux de découvrir Docteur Popaul , à ma connaissance inédit sur support DVD ou Blu-ray, mais jadis sorti sur VHS.
Ce matin, j'ai revu L'Héritier (1972) de Philippe Labro, que j'apprécie beaucoup et que je trouve très similaire dans son thème au Corps de mon ennemi (1976) d'Henri Verneuil :wink:
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
jeune papoose
Hors-la-loi
Messages : 636

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar jeune papoose » 11 sept. 2021 20:01

>>> Je ne l'ai pas vu non plus et même si ce n'est pas le meilleur de JPB, un Chabrol ca ne se refuse pas :beer1:
Quand le dernier arbre aura été abattu,
la dernière rivière empoisonnée
et le dernier poisson péché,
alors l’ homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas :sm80:

Avatar du membre
HART
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1866

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar HART » 11 sept. 2021 20:49

Docteur Popaul ? Un des rares films de Belmondo que j'ai vus ...
J'avais trouvé l'histoire assez originale , mais c'était d'un humour assez pesant , un peu vulgaire.
Tous les acteurs en faisaient trop , surtout Belmondo.
Je suis surpris de son indisponibilité en DVD , car je me souviens des files d'attente pour ce film , cela a dû être un gros succès.
Il y a un film de Belmondo qui est assez décrié , mais qui me parait être une réussite du film noir français , c'est " Ho " de Robert Enrico. Belmondo y est sobre , rien à voir avec l'image des succès postérieurs. Un rôle de pauvre type qui finit mal. Très intéressant.

Avatar du membre
chip
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 7519

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar chip » 12 sept. 2021 8:23

Belmondo aimait le roman de Giovanni, mais fut déçu par le film d' Enrico, l'auteur exigea que son nom soit retiré du générique. La critique fut partagée, quant à son interprète guère emballé par le résultat: " Le personnage était admirable. Lisez le roman, vous comprendrez pourquoi j'ai fait le film. De quoi suis-je responsable ? Une fois que j'étais engagé, il était trop tard " (L'encyclopédie Belmondo de Guillaume Evin )

Avatar du membre
yves 120
Sorcier
Sorcier
Messages : 6635
Localisation : antibes juan les pins "

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar yves 120 » 12 sept. 2021 10:20

A chacun son ressenti et ses goûts mais ne pas apprécier " Par un beau matin d ' été " me parait curieux ?

Ainsi que " Classe tout risques " ... Rien que pour Sophie Daumier , dans " Par un beau matin d ' été " ( le film vaut le coup ) :wink:
" Qu' est - ce qu 'un revolver ? Ni pire ni mieux qu 'un autre outil , une hache , une pelle ou une pioche .
Qu 'il en sorte du bien ou du mal dépend de qui s'en sert . " SHANE

Avatar du membre
pak
Harmonica
Messages : 4749
Localisation : Massy town
Contact :

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar pak » 12 sept. 2021 11:40

Plutôt que de re-re-re (et parfois re-encore) voir un de ses films les plus connus, sachant que les grandes (par la taille monétaire) chaînes resteraient dans la course à l'audimat, j'ai regardé Les Copains du dimanche, son premier rôle au cinéma, film produit par la CGT et qui devint un temps le cœur d'une guéguerre syndicale, conflit entre représentants d'ouvriers et patronaux, sans parler de l'embarras des communistes suite au contexte international de l'époque, notamment avec les blindés soviétiques écrasant le souffle de liberté pragois...

Pourtant, politiquement, le film ne casse pas trois pates à un canard, le patronat étant gentiment gratouillé.

Reste un film plein de fraîcheur, tentant de renouer à la fois avec l'utopie du Front Populaire et les aéroclubs de l'aviation populaire, 20 ans plus tard.

On y voit des jeunes ouvriers qui ont grandi dans les restrictions de la guerre et traités avec paternalisme par leurs patrons, trouvant une respiration bienvenue le dimanche en restaurant un vieux coucou.

Belmondo a encore un visage d'adolescent, un peu emprunté parfois dans son jeu, mais déjà plein de promesses, principalement grâce à cette sympathie qu'il dégage et qui ne le quittera jamais.

C'est aussi attendrissant de le voir esquisser ses premières galipettes à la Bébel.

Un film simple, sur une France disparue, où l'espoir se transforme à la vision dans ce nouveau millénaire en une certaine nostalgie.

Pas un grand film inoubliable, mais un bon moment passé avec ces copains d'avant-hier...
Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice.

Gary Cooper


http://www.notrecinema.com/

Le quiz western 2014

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 12 sept. 2021 18:59

Poursuite de mon marathon-hommage à Belmondo, avec hier L'Héritier (1972) , thriller de Philippe Labro ; et ce dimanche: sur France 3 , Une chance sur deux (1998) , comédie de Patrice Leconte, puis en Blu-ray Peur sur la Ville (1975) , policier d'Henri Verneuil, et enfin ce soir sur TF1 Séries-Films , L'Homme de Rio (1964) , film d'aventures de Philippe De Broca.

Image
Image
Image
Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 13 sept. 2021 17:34

Intrigué par le tombereau de critiques négatives qui s'est abattu sur le remake en prises de vues réelles du Mulan des Studios Disney, je viens enfin de visionner l'objet du délit afin me forger ma propre opinion.
D'emblée, une évidence s'est imposée à mes yeux: le dessin animé original de 1998 demeure paradoxalement plus expressif et plus incarné, jouissant d'une chair psychologique bien plus profonde que son homologue " live ".

Tout n'est pourtant pas à jeter dans cette nouvelle adaptation signée Niki Caro, dont l'atout principal réside chez sa vedette Yifei Liu, qui campe avec pugnacité et conviction le rôle-titre, gratifiant nos rétines de cascades et pirouettes savamment chorégraphiées lors de scènes de combat souvent inventives -en particulier la dernière, nous montrant Mulan virevolter entre les poutres d'un chantier, dans un " climax " digne d'un jeu de plateforme à la Super Mario.

Au niveau des seconds rôles, la sublime Gong Li nous interprète une méchante sorcière s'inscrivant dans la tradition du genre -une protagoniste malheureusement sous-exploitée et écrite à la va-vite- , tandis qu'un Jet Li méconnaissable semble infuser toute la sagesse du Dr. Wong Fei Hung, son mémorable personnage de Il était une fois en Chine , dans la noble figure de l'Empereur.

Hélas, ces quelques bonnes séquences sont trop souvent parasitées par d'arrogantes saillies néo-féministes bien dans la ligne actuelle, au risque de paraître ridiculement anachroniques par rapport à l'époque et au contexte de l'action du film.
À la réflexion, je préfère largement la version chinoise de 2009, autrement plus palpitante que ce spectacle par trop aseptisé et inféodé au politiquement correct.

Et à ceux qui souhaiteraient voir un vrai et grand wu xia pian, mené par une héroïne " badass " et féministe sans se croire obligée d'en faire des caisses, je ne saurais que trop leur conseiller L'Hirondelle d'Or (1966) de King Hu, produit par la Shaw Brothers, avec la charismatique et envoûtante Cheng Pei Pei.

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 14 sept. 2021 6:01

Séance d'hier soir :
Les Morfalous (1984) , film d'aventures d'Henri Verneuil, co-scénarisé par Michel Audiard.

En 1943, un détachement de légionnaires, parmi lesquels figure le Sergent Augagneur (Jean-Paul Belmondo) , arrive à El Ksour, en Tunisie, avec pour mission d'évacuer l'or d'une banque française.
Leur détachement à moitié décimé par l'ennemi nazi, Augagneur, écoeuré par la guerre, décide de s'emparer des lingots pour son propre compte, avec l'aide de son comparse Boissier (Michel Creton) et du gaffeur brigadier Béral (Jacques Villeret).
Ils devront pour ce faire affronter l'Adjudent Mahuzard (Michel Constantin) , seul membre du groupe à ne pas s'être mutiné...

Généralement très décrié dans la filmographie de Belmondo, Les Morfalous , que je n'avais pas revu depuis l'achat du DVD il y a bien sept ou huit ans, m'aura fait passer un sympathique moment.
Distrayant et sans prétention, épicé de dialogues volontiers égrillards signés Michel Audiard -dont ce fut le dernier film sorti de son vivant- , cet opus trop souvent minoré marquait hélas le début du déclin de Bébel au box-office hexagonal.

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
harry
Eclaireur 
Eclaireur 
Messages : 1106
Localisation : San Francisco

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar harry » 14 sept. 2021 7:52

Vu ce film distrayant au cinéma à l'époque où j'allais voir tous les films de Jean Paul , du sur mesure pour Belmondo , avec la réplique de très bon goût de Marie Laforêt : C'est bien la première fois qu'il fait des étincelles avec ...
Qu'importe les critiques , si vous n'aimer pas allez ...
Encore merci Jean Paul pour ce cinéma "populaire " :!:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 14 sept. 2021 17:59

Séance VHS de fin d'après-midi :
Le Solitaire (1987) , film policier de Jacques Deray.

Deux flics parisiens désabusés, le Commissaire Stan Jalard (Jean-Paul Belmondo) et son meilleur ami l'Inspecteur Simon Lecache (Michel Creton) projettent de démissionner de la Police afin de s'installer aux Antilles.
Lors de leur dernière patrouille nocturne, les deux hommes tombent sur le truand Schneider (Jean-Pierre Malo) , un ennemi commun dont ils connaissent le sadisme proverbial dans le Milieu.
Et lorsque Schneider liquide froidement Lecache, Jalard, renonçant à leurs rêves de cocotiers, se lance dans une impitoyable croisade vengeresse, tout en prenant sous son aile le fils orphelin de son vieux pote...

Dernier polar urbain de Jean-Paul Belmondo, Le Solitaire , mis en scène par Jacques Deray, vieux routard du genre, se solda hélas par un échec sans appel au box-office: " J'en avais marre, et le public aussi... " , confia lucidement la vedette quinquagénaire qui, en cette même année 87, devait se refaire une santé artistique sur les planches avec le succès de Kean.
Personnellement, Le Solitaire est un de mes policiers préférés du regretté Bébel, avec Peur sur la Ville (1975) , Le Professionnel (1981) et Le Marginal (1983).

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:

Avatar du membre
Arizona Kid
Marshall
Marshall
Messages : 2717
Localisation : Marseille, France

Re: Vos "infidélités" au western...

Messagepar Arizona Kid » 15 sept. 2021 18:21

Double-séance Laserdisc / DVD de fin d'après-midi :

Métal Hurlant (1981) , film d'animation de Gérald Potterton, anthologie de huit récits de science-fiction, tous reliés entre eux par un même MacGuffin, un orbe vert phosphorescent, qui récèle tout le Mal de l'Univers.
Un pur délire visuel, auquel la technique de la rotoscopie -décalque de prises de vues réelles- confère une inquiétante étrangeté graphique ;

La Légende de Zu (2001) , film fantastique hong-kongais de Tsui Hark, suite de son célèbre Zu, Les Guerriers de la Montagne Magique (1983).

Image
" Personne ne t'empêchera de partir si c'est ce que tu veux; mais laisse-moi te donner un conseil, fiston: dans ce pays, c'est très mal vu de toucher au cheval d'un autre homme... " (Joël McCrea, Cattle Drive, 1951)
:sm70:


Retourner vers « Hors-sujet »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités